Vallorbe: ambiance majestueuse pour le carnaval

Grosse ambiance samedi dès le matin au Carnaval de Vallorbe. Avec un cortège magnifique, apprécié d’un public venu en très grand nombre, sans doute de loin à la ronde. Une organisation parfaite, des Guggen très en forme et l’occasion pour les Vallorbiers de fêter la fin de l’hiver de façon joyeuse et arrosée.

 

Photo Olivier Gfeller

Les répétitions à l’église.

Pierre Viret, le chaînon manquant !

Les répétitions à l’église.

Les répétitions à l’église.


Il est né à Orbe en 1511 à la rue Davall et pour fêter cet anniversaire, une évocation théâtrale et musicale est mise sur pied.

500 ans, ça se fête !

En 2009, Frank Urfer a été approché par la commune d’Orbe, puis par le canton, afin de préparer une évocation pour marquer l’événement.
Après réflexion, Frank demande l’appui textuel de Jean-Néville Dubuis et les deux compères vont ainsi créer, après moult recherches dans les livres, un texte et une musique quasi originaux pour raconter la vie du seul grand réformateur vaudois, le seul qui ne figure pas sur le “mur des réformateurs“ à Genève. Ils créent une association afin de trouver des fonds supplémentaires, pour mener à bien cette mission.

La musique

Frank Urfer choisit de faire une musique pour des souffleurs, aux trompettes: Eric Urfer et Didier Gasser, aux trombones: Tony Legget et Jean-Paul Papilloud  et à la percussion: Claude Meynent. Une heure de musique que l’on aura la chance de découvrir avec des instrumentistes de talent. Un chœur, constitué par de très bons chanteurs de la région et d’ailleurs, va compléter le côté musical qui sera dirigé par le compositeur.

Le texte

Jean-Néville Dubuis a été chercher, à la Bibliothèque Cantonale Universitaire, les renseignements nécessaires à l’élaboration de son texte. Il a appris à connaître l’aspect humain, humble, mais passionné de Pierre Viret et a pu ainsi écrire les rôles des sept personnages du spectacle.

Celui-ci sera joué sur un praticable de 5 m. sur 5 m. par des comédiens de grand talent, car ce seront Edmée Croset, Marco Calamandrei, Gilles Thibault et même Joël Fillion, qui vient du Québec, où il réside actuellement. Une belle distribution pour ce texte, mis en scène par l’auteur.

Entrée libre, collecte à la sortie

Ce spectacle sera joué dans le temple de villes ayant eu un lien étroit avec le réformateur. La première officielle aura lieu le 8 avril au Temple d’Orbe. Elle sera suivie par deux représentations le dimanche 10 avril à 17 h. et le mercredi 13 à 20 h. Ensuite cette évocation sera donnée en avril: aux Tuileries de Grandson, à Lausanne, à Aigle et en mai: à Château d’Oex, à Yverdon et à Payerne. Vous trouverez de plus amples renseignements sur: pierreviret-500-anniversaire.ch

A Orbe, cette année commémorative sera marquée également par une exposition au Musée.

 

Photo MArianne Kurth

A gauche, Jean-Louis Grivet et le nouveau président Charles-Henri De Luze.

Baulmes: sous le signe du grand coq

A gauche, Jean-Louis Grivet et le nouveau président Charles-Henri De Luze.

A gauche, Jean-Louis Grivet et le nouveau président Charles-Henri De Luze.


Saint Hubert patron des chasseurs planait sur Baulmes

Ce ne sont pas moins de 420 membres représentants des vingt sections de la Diana, fédération cantonale des sociétés de chasse qui tenaient assemblée le 12 mars dernier dans une grande salle de Baulmes archicomble.

Organisée de main de maître par les sections Diana de Sainte-Croix, Yverdon-les-Bains et Orbe, cette assemblée de longue haleine a permis au président Jean-Louis Grivet de saluer la présence et donner la parole au syndic de Baulmes Julien Cuérel, au conseiller national J.P Grin et à la conseillère d’Etat en charge du Département de la sécurité et de l’environnement, Jacqueline de Quattro, ainsi qu’à Daniel Piquilloud pour récompenser les meilleurs du concours «intercantonal» des trophées concernant chamois, chevreuils, sangliers et cerfs elaphe.

Cette réunion était aussi l’occasion de féliciter les membres méritants, remettre diplômes de gardiennage, récompenses et honorariat, ainsi que d’entendre les longs rapports des multiples commissions, petit et grand gibier, biotopes, presse et info, dégâts du gibier.

Nouveau président

Lors des élections statutaires, Jean-Louis Grivet, président sortant de charge, passe la main après huit ans d’une présidence pleine et enrichissante. Il a été remplacé par Charles-Henri De Luze. Philippe Duperrex prend la charge du secrétariat, et, dans l’élan, Jean-Louis Grivet est nommé président d’honneur de la Fédération des sections vaudoises de la Diana.

En marge des discussions sur le nouveau plan quinquennal, la prédation inquiétante du lynx et multiples interventions avisées, il faut citer la magistrale prestation de sonnerie des trompes de chasse, qui a fait passer un frisson dans l’échine des amateurs cynégétiques.

Cette imposante assemblée s’est terminée par le tirage au sort des billets d’une tombola hors du commun, plus de trente mille francs de lots, se lisaient la joie et la satisfaction sur les visages d’ardents défenseurs des valeurs en Saint Hubert.

Photo Alain Michaud

Frédéric Richard, Jean-Michel Magnenat, Christian Mojonnier, Bernard Randin, Manuel Pereira, Jules Escobar, nouveau, Didier Jaquenoud, sortant et Jean-Pierre Grandjean.

Orbe: Jules remplace Didier au comité

Frédéric Richard, Jean-Michel Magnenat, Christian Mojonnier, Bernard Randin, Manuel Pereira, Jules Escobar, nouveau,  Didier Jaquenoud, sortant et Jean-Pierre Grandjean.

Frédéric Richard, Jean-Michel Magnenat, Christian Mojonnier, Bernard Randin, Manuel Pereira, Jules Escobar, nouveau, Didier Jaquenoud, sortant et Jean-Pierre Grandjean.


Les confrères de l’Abbaye d’Orbe se sont retrouvés en assemblée générale le dimanche 13 mars 2011.

Une bonne trentaine d’amis ont écouté les différents rapports présentés ce dimanche matin.

Année déficitaire

Les comptes montrent une perte de Fr. 10 654.10, car l’an passé était année de fête et divers frais ont été engagés pour le futur. Ce résultat, s’il n’est pas dramatique au vu de la fortune, soulève des questions et le comité va s’y pencher d’ici à la prochaine assemblée afin de proposer des solutions.

Cette dernière fête a été malheureusement troublée par le départ de Bernard Süri pour qui une minute de silence a été respectée. Le reste de la fête fut belle et le cortège est encore dans les mémoires.

Le greffier Didier Jaquenoud, souhaitant se retirer après 10 ans au comité, a été remplacé avec les applaudissements de l’assemblée par Jules Escobar. Il a été remercié avec une lithographie offerte par l’assemblée.

L’avenir

Le programme de ces prochains mois: le 27 août, chaque membre est invité cordialement au traditionnel apéritif qui aura lieu sur le chemin des Présidents. Le tir d’Aï, qui remplace le regretté Tir de Bretaye, aura lieu au stand intercommunal de Bex le 26 juin et, pour l’année prochaine, la fête est d’ores et déjà agendée les 1er, 2 et 3 septembre, date repoussée en rapport avec la rentrée des classes.

Pour la préparation, Christian Mojonnier rappelle que les roses se feront au chemin de l’Etraz et que tout le monde y est le bienvenu, les dates seront communiquées ultérieurement.

Après l’assemblée, les membres se sont retrouvés autour de l’apéritif, avec les gâteries des dames du comité et les conversations sont reparties bon train sur les cotisations, les élections…

Photo Marianne Kurth

Fin de saison pour le HC Vallorbe I

Après avoir perdu sur la patinoire de Serrières-Peseux son premier match en demi-finales de Play Off, le HC Vallorbe recevait vendredi soir passé ce même adversaire en match retour à la Patinoire des Trois Vallons. Dans une ambiance plutôt festive, mais assez réaliste, du moins du côté des dirigeants du club.

Le président Pierre Rigoli se plaisait à rappeler que les objectifs de l’année étaient atteints, puisque «la une, la deux, les Bambinis et les novices du club sont tous en finale dans leur groupe respectif». Devant une bonne centaine de supporters plutôt démonstratifs, l’équipe locale a couru après le score tout au long du match. Le premier tir au but véritable de Serrières avait fait mouche à la 2e minute déjà, ce qui plaçait rapidement les hommes de Philippe Moine devant l’obligation de marquer.

La marqueuse officielle du HCV Carina Jecker, qui officiait ce soir-là, avait pronostiqué peu avant le début du match que cette confrontation serait difficile à gagner. «Serrières a tout gagné dans les matches du championnat normal, sauf une fois contre nous» précisait-elle. Et son pronostic s’avérera juste au final. Malgré un bon engagement physique, le jeu des Vallorbiers semblait reposer sur une organisation un peu moins fluide que celui de leurs adversaires.

Avec parfois une absence regrettable devant le but adverse, juste au moment décisif. Si l’on ajoute à cela l’importance de l’enjeu et l’obligation de gagner pour rester dans la course, qui parfois a tendance à faire monter la tension nerveuse, la tâche était trop difficile pour l’équipe locale. «On a peut-être manqué d’un peu de jus, après cette semaine de relâche scolaire» avouait après le match Anthony Margot, qui précisait être tout de même content de cette saison 2010-2011.

Une saison qui aura aussi ravi les supporters locaux.

HC Vallorbe – HC Serrières Peseux 3-6 (1-3 1-1 1-2)
Buts: 2e  0-1; 7e Christophe Terrapon 1-1; 11e 1-2; 15e 1-3; 21e 1-4; 37e Christophe Terrapon 2-4; 53e  2-5;  51e 2-6, 54e Anthony Margot ( Yan Resin, Gilles Mayland) 3-6.
HC Vallorbe: Benoit Laffely, Lionel Baruchet, Adrien Ebel, Gilles Mayland, Ilar Soulaimana, Anthony Margot, Raphaël Calame, Andy Knuchel, Tristan Jecker, Yan Resin, Gaétan Perrenoud, Christophe Terrapon, Sylvain Gilliéron, Joni widmer, Alexandre Barbezat. Entraîneur : Philippe Moine.
Notes: patinoire des Trois Vallons, 150 spectateurs. Arbitrage de Philippe Zurcher et Bernrad Cottier.
Pénalités: 10x2’ et 2x 10’ contre HC Vallorbe; 11x2’ contre HC Serrières Peseux.

Guggenmusik et foule colorée

Orbe: le dernier carnaval de la série!

Guggenmusik et foule colorée

Guggenmusik et foule colorée

La plupart des carnavals ont pris fin. Pourtant celui d’Orbe ne se déroulera que dans 15 jours. Il est le dernier dans le Nord Vaudois où les différents comités se sont arrangés afin que leurs manifestations ne se collisionnent pas. Le coup d’envoi a été donné par Sainte-Croix dont la manifestation a été perturbée par le froid et la neige et celui d’Orbe clôturera la série, les 1er, 2 et 3 avril.

Bal sans limite

Il a été baptisé Cro-Magnon, un thème choisi en opposition à la démence actuelle de l’information et de ses différents moyens de communication. Une espèce de retour aux sources de l’homme. Le programme subira quelques modifications par rapport à la dernière édition. A commencer par le bal du vendredi soir qui sera ouvert à tout le monde, sans limite d’âge comme c’était le cas dans un passé récent.

Un DJ animera la soirée avec des musiques des années 70 à 90. Les enfants ne seront pas oubliés puisque des manèges forains seront installés devant la Cantine avec une première à Orbe avec le Break Dance.
Guggen en piste
Le samedi, le coup d’envoi officiel sera donné à 11 h. 11. Puis, les Guggenmusik donneront concert sur la Place du Marché avant de parcourir la ville dans l’après-midi. Peu après 20 h., il sera mis le feu au Bonhomme hiver, à proximité de la cantine du Puisoir, qui sera d’abord investie par les Guggen qui céderont leur place à un autre DJ pour un bal qui s’annonce coloré et gratuit.

Des joutes humoristiques ouvriront la journée du dimanche qui sera couronnée par le cortège dont le départ sera donné à 15 h. 31. 6 Guggenmusik seront de la fête soit les Rossbolle de Rüti (SG), Les Clodo’s de Vionnaz, les AJT de Neuchâtel, L’Boxon de Bullet et les groupes urbigènes, les Los Bambinos et les Krepiuls.

Participer

Des guinguettes garniront le centre ville qui sera sans doute animé, ce d’autant plus avec le deuxième tour de l’élection municipale. Nous encourageons les Urbigènes à jouer le jeu du Carnaval dont le comité fait chaque année des efforts considérables pour maintenir cette manifestation. Votre participation au cortège sera un encouragement pour ces bénévoles qui ne peuvent plus compter sur la contribution des écoles!

Photo Pierre Mercier

Fiona Curty

Fiona Curty: balle jaune et majorette

 

Fiona Curty

Fiona Curty

La joueuse de tennis d’Orbe a obtenu un titre supplémentaire en devenant championne vaudoise indoor des moins de 16 ans. Certes, l’adversité se résumait à une petite dizaine d’adversaires. N’empêche que la gymnasienne maintient le cap et entend conserver son bien, lors de la belle saison.

Pourtant, Fiona ne sacrifie pas tout à ce sport. Il y a quelques années, elle avait passé les tests pour suivre les cours de Swiss Tennis à Bienne. Alors qu’elle avait été retenue par la Fédération nationale, elle a renoncé car on lui demandait de laisser tomber son activité dans le twirling-bâton! «J’ai de très bonnes copines dans cette société et je ne voulais pas les perdre car je trouve que l’ambiance dans ce sport est bien plus cool qu’en tennis même s’il y a aussi de la compétition entre nous».

Finir en R 1

Elle admet que sa saison 2010 ne lui a pas apporté beaucoup de satisfactions. «J’ai souvent mal joué en tournoi. Au point que je me suis dit qu’il valait mieux m’entraîner sérieusement plutôt que de m’énerver sur les courts. Si bien que j’ai été rétrogradée en R 3 (Régional 3) alors que j’étais R 2 au début de l’année. Je me suis concentrée sur mon service, notamment la deuxième balle, et j’ai amélioré mon revers.

J’espère que le travail que j’ai concédé me permettra de remonter dans le classement et d’accéder à la catégorie R 1 en allant grappiller des points dans les tournois nationaux, deux ou trois mois par mois, le week-end».

Les devoirs à l’emporte-pièce

Sous la houlette de son entraîneur Edouard Michel, de Cossonay, elle fréquente en tant qu’externe le centre sports-études de Lausanne où elle dort toutefois deux fois par semaine lorsque le programme scolaire (gymnase de Beaulieu) et d’entraînement est très chargé. Elle joue aussi pour le compte du Lausanne-Sports (1ère ligue interclubs). En conclusion, elle espère connaître une saison estivale plus enivrante que la dernière car elle est persuadée que c’est en jouant qu’elle progressera.

Mais pas question d’abandonner ses copines du club de twirling-bâton de Chavornay pour lesquelles elle trouvera toujours une petite place dans son horaire chargé qui l’oblige à faire ses leçons entre deux cours ou pendant une petite pause!

Photo Pierre Mercier

Tsunami au Japon

Choc au Japon

Tsunami au Japon

Tsunami au Japon

Le tremblement de terre qui a frappé le nord-est du Japon restera comme l’un des plus violents puisqu’il a franchi la barre des 8,9 sur l’échelle de Richter. La télévision nippone nous a permis de vivre en direct l’avancée des vagues liées au tsunami qui a suivi.

Pour nous rendre compte de l’impuissance de l’être humain face à la nature. Les images étaient tout simplement saisissantes. La marée avançait de manière inexorable, raflant  tout sur son passage, notamment les voitures emportées comme des fétus de paille. En revanche, les immeubles ont résisté dans un pays où ce genre d’événements se produit régulièrement et où l’on bâtit en conséquence, contrairement à d’autres endroits du globe moins riches.

N’empêche que la poussée des eaux était affolante et l’on se mettait à prier pour que les automobilistes qui se trouvaient sur le passage, puissent fuir et éviter une noyade certaine.

Devant ces scènes terribles, j’ai été choqué par les sous-titres qui ont défilé au même moment sous les images et qui annonçaient la baisse du yen face au dollar. Comme si c’était là le premier de nos soucis. Je me suis alors demandé ce qu’était la vie d’un Japonais dans cette catastrophe.

Au point d’être attristé de vivre dans un monde où l’existence d’un être humain n’est que de peu de choses.