Le pavillon d’accueil des mosaïques.

Pro Urba, mémoire d’Orbe

Le pavillon d’accueil des mosaïques.

Le pavillon d’accueil des mosaïques.


Gardienne, par le musée et les mosaïques, du passé des habitants d’Orbe, la Fondation Pro Urba travaille au mieux de ses moyens.

Mise en valeur

Avec des comptes sains mais sans plus, cette fondation tente de mettre en valeur actuellement le site des mosaïques qui renferme des merveilles cachées sous la terre. Ce serait un vrai bonheur de pouvoir montrer les bases de cette villa datant du 1er au 3e siècle après J.-C.

Une plaquette est en cours d’étude afin de sensibiliser les députés et le public à un futur site plus attractif. L’année passée a été marquée par la pose du pavillon d’accueil, dans lequel des meubles de présentation, que Mme et M. Tardy ont mis à disposition, vont mettre en valeur les pièces trouvées lors des fouilles.

Les moyens

La Fondation vit de dons, dont celui de la Loterie Romande et de legs. La commune soutient également cette Fondation dans sa démarche. L’aide de l’Association des Amis de Pro Urba, par les cotisations et les manifestations qu’elle organise, est très appréciée, en effet cette année encore, un don de Fr. 5000.– en faveur de Pro Urba, a été accepté lors de la dernière assemblée. Les démonstrations de torréfaction de café, présentées par Walti Balimann, Vreni Segessenmann et Aimée Schmuki ont beaucoup de succès et rapportent également quelque argent.

Programme 2012

Les deux comités, Fondation et Association ont mis sur pied quelques manifestations auxquelles on ne peut qu’encourager un nombreux public à participer afin de les soutenir.

Ils seront présents à la Foire aux Senteurs et Saveurs, lors du 1er août et au Marché de Noël, ils organisent une brocante du 1er au 3 juillet sur l’esplanade du château. Une conférence, donnée par Luce Badini sur la prise d’Orbe de 1802 et une soirée médiévale, avec contes et animations, auront lieu en fin d’année.

Photo Marianne Kurth

Les gagnants du concours, Christian Bovay et Philippe Falcy.

Ouverture de la pêche: peu d’eau et de poisson !

Les gagnants du concours, Christian Bovay et Philippe Falcy.

Les gagnants du concours, Christian Bovay et Philippe Falcy.

Dimanche dernier la pêche miraculeuse n’était pas au rendez-vous lors du concours d’ouverture de la pêche en rivière. A cette occasion, 17 membres de la société urbigène étaient inscrits pour cette joute en primeur. C’est par un temps de saison clément mais avec un petit fond de bise, que ces amateurs de nature et de canne, avec en bout de ligne teignes ou lombrics, n’ont pas du tout intéressé la faune ondine. Que se passe t-il dans cette charmante rivière Orbe et Thièle, où, depuis voilà plusieurs années  la pêche n’est plus miraculeuse, mais bien pathétique? Sur un parcours entre l’Orbe à la hauteur du Sentier et l’embouchure de la Thièle, seuls deux concurrents ont ramené une truite, signe des temps, à coup sûr signe inquiétant.

Petite récolte mais beaucoup d’amitié

La maigre récolte n’a pas entamé la bonne humeur, après un succulent repas préparé par un «Robust» retraité et une dernière tentative pour apparaître au classement, place à la pesée…

Thierry Ballif président, annonce le résultat du concours, 1er Philippe Falcy avec une magnifique truite lacustre de 2,204 kilos, ce dernier gagne un nouveau challenge offert par le cuisinier du jour. Christian Bovay 2e avec une truite fario de 552 grammes gagne le challenge Linda Bossel, et, les quinze autres participants l’honneur d’être «Mayaule».

A relever, chaque participant était récompensé par un grand carton plein de bonnes choses, une bien belle journée et un plaisir sans cesse renouvelé à cette amicale rencontre.

Photo Alain Michaud

Dimitri Beney a terminé ses études en Allemagne.

Football: le problème Ambrus

 

Dimitri Beney a terminé ses études en Allemagne.

Dimitri Beney a terminé ses études en Allemagne.

Quinze jours après Baulmes, les formations de 2e ligue interrégionale reprennent le chemin des terrains. En fait, les gars du FC Orbe (6e avec 19 pts) ont repris l’entraînement le 26 janvier. Leur entraîneur Christian Mischler n’a pas souhaité que son équipe se prépare en salle, sur une surface qui ne correspond en rien à celle du championnat. Les Urbigènes ont passé une semaine aux Grandes Canaries dans de bonnes conditions si ce n’est qu’il a fallu s’entraîner sur un terrain synthétique. Lors des parties amicales, ils ont alterné les bons et les moins bons résultats, en fonction du stade de préparation.

A quelques jours de la reprise (contre Monthey, samedi à 17 h. au Puisoir), quelques joueurs ont été malades si bien que Mischler se méfie de ce début de 2e tour. Pourtant son équipe s’est renforcée durant la pause hivernale malgré le départ de Parietti au Mont. «Poussin» Oulevay est revenu de Prilly comme Elmedin Hasanovic d’Australie et Dimitri Beney d’Allemagne. Un seul doute à propos du contingent, qui compte 21 éléments, il faut régler administrativement le cas d’Ambrus, le Roumain dont le permis de travail n’est pas encore acquis.

Jouer la promotion

Bavois (7e avec 18 pts) lui est resté en Suisse durant la pause hivernale. Il a aussi procédé à quelques retouches. Ainsi deux attaquants sont venus, soit Vido Ilic d’Echallens et Zirek Ottmann du Mont, ainsi que le gardien de La Sarraz Christopher Meylan qui remplacera Fabien Humbert qui a été victime d’un problème de santé durant la pause et qui ne pourra pas reprendre sa place dans les buts durant ce deuxième tour. L’entraîneur Giovanni Vavassori espère que son équipe entamera mieux le 2e tour qu’elle n’a commencé la saison (trois défaites consécutives).

La préparation s’est bien déroulée et Bavois entend jouer les premiers rôles. Il a même l’ambition de disputer la promotion car, malgré son retard de dix points sur le leader, Stade Lausanne-Ouchy, Vavassori se dit que mathématiquement ses gars ont les moyens de rattraper le terrain perdu au premier tour. Pour cela, il faudra aligner les victoires, pour un pari délicat!
Quant à Baulmes, il a raté sa mise en route, face à Echallens (4-1) et à Genève contre UGS (2-0) et il voit ses rivaux s’éloigner du fond du classement.

Offensive de Salvi

Décidément la saga du FC Baulmes n’en finit pas de rebondir. Le président de ce club Fabien Salvi s’en prend désormais au syndic Julien Cuérel. Il lui reproche notamment d’avoir signé seul des lettres, qui lui étaient adressées dans le dossier qui oppose les deux parties. S’il est vrai que la situation est encore floue à ce sujet, ces recours perpétuels de Salvi finissent par lasser. Le maintien du FC Baulmes en championnat est étonnant et chacun se demande comment ce club parvient à éviter les foudres de l’Association Suisse de Football. Le changement de contingent, tous les six mois, est la preuve de cette aventure rocambolesque. Plus triste que rigolo cette nouvelle attaque de Salvi, à quelques jours des élections communales car, même si la commune n’est pas exempte de reproches, la gestion du FC Baulmes a été pour le moins lacunaire.

 

Photo Pierre Mercier

Une image édifiante de ce que la voirie peut trouver !

Orbe: ras-le-bol de la voirie

Une image édifiante de ce que la voirie peut trouver !

Une image édifiante de ce que la voirie peut trouver !


Constat alarmant à Orbe: les déchets déposés «sauvagement» ne cessent d’augmenter.

Jacques-André Mayor, municipal en charge, et Frank Winkler, employé à la voirie avaient convoqué une conférence de presse pour exposer leurs griefs. Avec diverses photos à l’appui, ils ont démontré qu’un certain nombre d’usagers, souvent uniquement par flemme, ne posent pas leurs déchets correctement.
Jacques-André Mayor s’est déclaré perplexe quant aux mesures à prendre, car cela concerne environ 1% des citoyens. Il n’aimerait pas pénaliser les 99% autres  en fermant certains sites et aimerait que les contrevenants prennent conscience de leurs actes. Pourtant, il y a déjà un système d’amende relativement dissuasif de Fr. 120.– par infraction dont environ une dizaine par mois sont infligées. Il y a peu de récidives mais il y en a certains qui savent comment ne pas se faire prendre et perdent pas mal de temps à enlever toute trace d’identification et à venir la nuit!
Respect du travail de la voirie
Ces dépôts sauvages de toutes sortes donnent surtout du travail supplémentaire dont les employés de la voirie se passeraient bien et causent pas mal de désagréments pour le voisinage.
D’autre part, il faut quand même souligner que, selon des récentes statistiques cantonales, la plupart des Urbigènes trient en général assez bien. La commune aimerait mieux donc miser sur la communication et la prévention, et sur la responsabilité de chacun, avant de prendre des mesures plus drastiques.

Pont sur l'A9b

Ballaigues: réfection des chemins d’alpage

Pont sur l'A9b

Pont sur l'A9b

Présence très fournie lundi soir au Centre villageois de Ballaigues pour la première séance de l’année du Conseil communal, placé sous la présidence de Nathanaël Bourgeois. Dans ses communications municipales,  le syndic Raphaël Darbellay a précisé que  l’extension de la zone à bâtir, à la sortie Lignerolle du village (PPA la Fin des Rittes), avançait et qu’une séance était prévue en présence de tous les protagonistes officiels et propriétaires  intéressés dans la première quinzaine du mois d’avril.

Par ailleurs, toutes les communes riveraines de l’autoroute A9B ont à nouveau fait savoir par un courrier commun aux autorités fédérales et cantonales leur souci de voir ce tronçon sécurisé le plus vite possible. «Cette lettre conjointe n’a pas encore reçu de réponse» précisera non sans une certaine philosophie le syndic Raphaël Darbellay.

Au chapitre des serpents de mer, on a appris avec plaisir que le service cantonal de la mobilité avait enfin accepté de venir s’asseoir à une table de discussions pour débattre de l’amélioration nécessaire, en nombre de services, des transports publics vers les destinations d’Orbe, Vallorbe et Yverdon-les-Bains.

Plusieurs préavis à l’étude

Outre une proposition de Raymond Durussel concernant les indemnités des membres du Conseil qui sera traitée avant la fin de la présente législature, les conseillers ballaiguis devront encore se pencher sur différentes demandes de crédit. L’une d’elles concerne l’achat par la commune d’un terrain de 400 mètres carrés environ, situé au centre du village, pour y aménager un parking public d’une vingtaine de places, devenu plus que nécessaire avec l’augmentation des véhicules stationnant dans la localité.

Par ailleurs, à la suite de sa voisine Lignerolle, qui a accepté le crédit à la fin de l’année 2010, Ballaigues devra aussi étudier un crédit pour la réfection de ses chemins de montagne et d’alpage, comme suite au fameux projet ERABLE qui a vu le jour au début des années 1990.

Par la suite, il faudra se prononcer sur les moyens financiers nécessaires à la correction fluviale du Ruz de la Praz. Un ruisseau actuellement canalisé et qui passe sous les piliers de l’autoroute A9b en laissant par trop de traces sur son passage, au point de rendre le terrain meuble.

Les diverses autorités concernées envisagent de remettre le ruisseau à ciel ouvert, mais dans une canalisation étanche faite de bois et de différentes autres matières efficaces et s’alliant aux nécessités environnementales.

Photo Olivier Gfeller

voter

Vivement dimanche

 

voter

Voter

Rien à voir avec l’émission télévisée de Michel Drucker sur TF1. Non, il ne s’agit pas de show-business mais bien de la date butoir pour les candidats aux exécutifs et législatifs des Municipalités du Canton de Vaud.

C’est en effet dimanche qu’ils sauront quel est leur sort. Ils ont mené campagne, on les a vus partout en photo dans les bourgades. Sous diverses enseignes, de la droite à la gauche, à nourrir l’espoir d’être élus. Avec son lot de stress car n’allez pas croire que la campagne électorale se déroule dans la sérénité. A-t-on réussi à convaincre l’électeur, les idées que l’on défend sont-elles les bonnes? Que d’interrogations et de soucis pour faire triompher Sa vérité. Mais comme dans ce monde, chacun a sa façon de penser, il est bien difficile de deviner le sort qui leur est réservé.

Ce d’autant plus qu’il est difficile de savoir quelles sont leurs réelles capacités et efficacité. Et plus la localité est grande, plus il est dur de cerner les personnages qui ont fait acte de candidature. La communication est encore embryonnaire dans ce coin de pays d’où la peine à cerner ces gens qui se mettent à disposition des communes. Le verdict final fera des heureux et des déçus mais il faut remercier ces personnes qui ont été prêtes à endosser des responsabilités et consacrer du temps pour le bien de la communauté.