De gauche à droite: Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe; Etienne Candaux, syndic de Premier; Martine Favre, directrice générale VOénergies; Claude Languetin, syndic de Vaulion; Claude Recordon, président VOénergies.

Vallorbe: Sur Grati, Mamma mia… elles arrivent !

C’est dimanche en fin de matinée qu’est tombé le résultat tant attendu de la votation communale de Vallorbe sur le projet du parc éolien «Sur Grati».

Avec 770 de oui, contre 569 non, 12 blancs et 4 nuls, les Vallorbiers ont accepté le plan partiel d’affectation de ce futur parc. Le taux de participation enregistré de 52,83% semble relativement faible par rapport à son importance.

Victoire importante pour les partisans du «oui» et principalement pour les syndics de Premier, Etienne Candaux; de Vallorbe, Stéphane Costantini; de Vaulion, Claude Languetin associés à VOénergies et Martine Favre, directrice générale, qui se réjouissent de poursuivre ensemble le développement d’une production d’énergies renouvelables diversifiées dans la région.

Cette acceptation permet l’avancement du projet, qui comporte cependant, encore plusieurs étapes importantes à passer avant la délivrance des permis de construire et l’arrivée des éoliennes.

Il est bon de relever que ces éoliennes, pourtant pas encore installées, en ont fait tourner des têtes dans la Cité du fer, certains ont même réussi à la perdre!

Louve arrivée du zoo de Berne (le rouge sur les poils étant de la peinture qui s’estompera dans les semaines qui viennent).

Vallorbe: la nouvelle louve est là !

C’est entre Vallorbe et la Vallée de Joux, au Mont-d’Orzeires, dans un milieu forestier totalement naturel, qu’est aménagé le fabuleux parc animalier «Juraparc», dans lequel s’ébattent bisons, ours et loups.

La possibilité nous est offerte de nous familiariser un peu avec ces trois espèces, de les admirer en hauteur depuis la passerelle qui traverse le parc, nous permettant non seulement de vivre une aventure exceptionnelle en observant leur comportement, mais également de bénéficier d’une magnifique vue panoramique. La cohabitation au quotidien des loups et des ours qui évoluent dans un espace commun nous interpelle, et cependant, celle-ci se passe merveilleusement bien.

Une nouvelle arrivante, une louve, née au printemps 2015, en provenance du zoo de Berne, s’est installée tout dernièrement à la mi-mars à Juraparc, et semble s’y plaire. Elle a bien pris ses quartiers et attend impatiemment l’arrivée de son futur compagnon, un Français, qui interviendra normalement dans quelques semaines. Il est prévu que ce nouveau couple crée une nouvelle meute, qui viendra rajeunir l’actuelle, composée d’une femelle et de deux mâles, qui se fait vieillissante. Il faut savoir que de nombreuses démarches ont été menées afin d’éviter tout risque de consanguinité pour cet accouplement. Patience, il en faudra encore un peu avant de pouvoir découvrir une portée de louveteaux!

Mais les impatients peuvent se réjouir et s’empresser de se rendre à Juraparc pour y découvrir «Surprise», un adorable ourson né vraisemblablement en janvier de cette année, et qui a pointé le bout de son nez tout dernièrement hors de sa tanière avec sa maman ourse, Zora, née en janvier 2012.

Carnaval de Vallorbe: les jeux sont faits!

Welcome to Las Vegas…

Ville dans laquelle tout est permis, sont les mots lancés samedi matin 12 mars, par Alexandre Remetter, président du CarnaVallorbe, lors de la remise officielle de la clef du village par Luigi Fiorito, président du Conseil communal.

Paillettes, confettis et tambours ont embrasé le centre de la Cité du fer, faisant le bonheur aussi bien des petits que des grands.

Vallorbe: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Sont élus:

Christophe Maradan:   547 voix

Luigi Fiorito : 528 voix

Roland Brouze : 503

 

Obtiennent des voix

Madeline Dvorak 464 voix

Sylviane Tharin 415 voix

 

Capture d’écran 2016-03-20 à 18.24.00

 

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe. Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine. Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins! Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse! Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Vallorbe: fin de saison pour la Patinoire des 3 Vallons!

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe.

Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine.

Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins!

Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse!

Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Vue depuis la dent de Vaulion

«Sur Grati» a reçu le feu vert du canton

L’Omnibus a été le premier à publier cette information sur son site internet vendredi passé: le parc éolien «Sur Grati», et singulièrement son PPA, a reçu l’approbation préalable du canton, après des années de travail et d’études et quelques allers et retours entre services compétents. «C’est une étape importante pour le projet» rappelait le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini en ajoutant que «ce projet de parc éolien, initié en 2008, résulte de la volonté populaire exprimée des trois communes de Premier, Vaulion et Vallorbe, avec le support du producteur d’électricité régional VO Énergies». Le projet va maintenant traverser une nouvelle ère, au cours de laquelle un référendum annoncé par les opposants pourrait être déposé, voire soumis à la population. De même, certains recours judiciaires sont possibles. Ils peuvent prendre temps et argent à ceux qui les déposeraient et qui ont, de principe, la faculté de les mener jusqu’au Tribunal fédéral. Une fois cette phase terminée, les communes pourront délivrer définitivement les permis de construire concernés et passer à la construction.

Population avantagée directement

Depuis sa dernière présentation publique, le projet a subi des améliorations, en particulier au niveau du bruit et des pales des éoliennes qui seront munies de peignes spéciaux d’atténuation des émissions sonores. Des mesures supplémentaires de protection de l’avifaune, et notamment un contrôle automatique par radar des flux migratoires, permettront de stopper les machines en cas de passages. Enfin, «Sur Grati» satisfait à toutes les exigences posées récemment par un arrêt du Tribunal cantonal concernant le parc de Sainte-Croix. A part les retombées directes et indirectes pour les communes et pour l’économie régionale, chiffrées à plus de 11 millions de francs, les promoteurs du parc ont aussi innové. Ils sont en effet les premiers en Suisse à offrir aux résidents des 3 communes concernées une ristourne annuelle correspondant au remboursement de la taxe fédérale sur le développement des énergies renouvelables. Cette ristourne n’est pas que symbolique, puisqu’elle doit atteindre la somme d’environ 50 francs par ménage: une façon claire de montrer à la population que sa vision ouverte du futur a des retombées concrètes. On rappelle enfin que le projet, entièrement en mains régionales, comprend 6 machines produisant l’électricité consommée par 11’000 ménages de 4 personnes en moyenne.

Combattre la désinformation
Les anti éoliens prétendent souvent que la RPC – prix d’achat du courant garanti durant 20 ans par la Confédération — dont bénéficie «Sur Grati» n’est qu’une promesse que Berne peut reprendre quand elle le veut. «Cet argument est sans fondement, a indiqué Martine Favre, directrice générale de VO Énergies lors du point presse. La Confédération s’est engagée par contrat avec VO Énergies en 2008 déjà et ce contrat n’est pas modifiable. Ce qui est vrai en revanche, c’est que pour les nouvelles installations qui n’ont pas encore obtenu le feu vert de Berne actuellement, un calcul de la RPC différent de celui de Grati pourrait être effectué en fin de compte. Mais ceci ne concerne définitivement pas «Sur Grati» qui bénéficie d’un contrat signé depuis plusieurs années déjà».

Des délais courts

Un référendum peut être déposé à Vallorbe et Vaulion seulement, car ces deux communes comportent un Conseil communal élu. Pour Premier, son Conseil général «est» la population elle-même puisque ses membres ne sont pas élus. Le délai pour déposer une demande de référendum est de 10 jours à compter du 27 février 2016. Une fois la demande validée, la récolte des signatures doit être effectuée dans un délai de 30 jours, auquel il faut rajouter 5 jours pour les éventuels jours fériés tombant durant cette période. Le référendum aboutit si 15% au moins des électeurs de la commune concernée le confirment par leur signature. Après les vérifications d’usage, la votation communale a lieu ordinairement dans un délai de 3 mois. Sur le plan des recours judiciaires, les délais peuvent varier selon les parties en présence, mais sont ordinairement de 30 jours.

Pas de débat de 2e tour à Vallorbe mardi 8

L'Omnibus avait organisé un débat de deuxième tour des élections municipales mardi soir 8 mars à 19 h 30 au Casino. Il devait réunir tous les candidats.

Certains d'entre eux ayant décidé de ne pas y participer, tous ont finalement souhaité ne pas débattre.

Merci donc de ne pas vous présenter au Casino mardi soir prochain, les portes seront closes, du moins pour un débat de second tour.

Nous rappelons en revanche que le débat homologue organisé demain soir lundi 7 mars 2016 à Orbe au Casino d'Orbe à 19 h 30 aura bien lieu en présence de tous les candidat(e)s.

Le CEP de Vallorbe

Berne: coupable mutisme au sujet du CEP de Vallorbe

Depuis l’automne 2015, le bruit court selon lequel le Centre d’enregistrement et de procédure (CEP) de Vallorbe – 250 places – va être transformé d’ici deux ans par les autorités fédérales en «centre de départ».

Actuellement, un CEP est la première étape en Suisse d’un demandeur d’asile. Berne veut maintenant transformer le CEP de Vallorbe en dernier abri en Suisse des requérants déboutés, juste avant leur expulsion ou leur départ spontané, la frontière n’étant pas loin.

Ce changement d’affectation exercera une influence notoire sur l’esprit de la population du centre qui passera de celle du «demandeur d’intégration» à celle de «l’exclu attendant le départ forcé».

Les bruits insistants cités plus haut ont même provoqué la décision formelle et de principe du Conseil communal local de se réunir en séance extraordinaire et urgente pour traiter de ce problème, «une fois un minimum d’informations fiables et officielles disponibles».

2015 a vécu, sans que l’on puisse en savoir véritablement plus sur le sort du CEP de Vallorbe, et donc sans séance extraordinaire du délibérant local. Selon nos sources cependant, c’est depuis plusieurs mois que la décision de principe a été prise à Berne. Ce d’autant plus facilement que le centre d’enregistrement actuel est un bâtiment fédéral.

La Municipalité et son syndic Stéphane Costantini n’ont pas été tenus au courant de l’évolution de la situation. Le Secrétariat d’État aux Migrations ne répond pas non plus aux sollicitations de l’Omnibus, même formulées à plusieurs reprises par oral et par écrit. La politesse ne semble donc même plus de mise dans les couloirs bernois, dans lesquels on préfère sans doute le confort d’un mutisme peu courageux à la communication franche.

Cette politique du secret et du fait accompli est insupportable en démocratie. Elle l’est d’autant plus qu’elle fait le lit des extrémistes, qui se servent de cet argument pour louer leurs causes.

Au plan cantonal vaudois, on ne peut pas dire non plus que la plus grande transparence règne. Notamment au sujet des alternatives existant, ou n’existant pas, dans une telle situation et au moment des choix préliminaires effectués par Berne l’an passé.
2016 semble promettre un flux de migrants encore plus dense que celui de 2015. Ne pas tenir compte des efforts consentis et concertés depuis 20 ans par la population de Vallorbe, ses édiles et l’ARAVOH pour choisir de passer en force et en silence ne milite pas en faveur d’une cohésion sociale et d’une adhésion à une politique claire et efficace.

Conseil d’Etat interrogé

Mardi en fin d’après-midi, une interpellation a été déposée au Grand Conseil. Ses signataires demandent au gouvernement vaudois des précisions sur son attitude dans le choix de localisation des futurs centres de départ voulus par Berne, notamment celui de Vallorbe.

Les signataires lui demandent également si des emplacements alternatifs ont été étudiés et comment le canton tient compte de l’opposition vallorbière (Interpellation Denis-O. Maillefer et consorts).

A suivre donc!

La Chapelle Vocale de Romainmotier

Vallorbe: concert de l’Avent, sobriété et passion au service de la musique

Traditionnellement, la paroisse protestante de Vallorbe organise chaque année un concert de l’Avent. Pour celui qui a eu lieu dimanche soir, c’est la Chapelle Vocale de Romainmôtierqui en était l’invitée, sous la direction de Michel Jordan. Avec en prime la présence musicale de Sébastien Hangartner, organiste titulaire de la paroisse. Le temple n’a pas mis longtemps à se remplir presque complètement à l’heure du concert et les absents ont eu tort, une nouvelle fois. Le programme était presque exclusivement consacré à la famille Bach.

On a en effet pu apprécier, entre autres, deux Motets à 2 chœurs de Johann Ludwig Bach, plusieurs pièces pour orgue seul de Jean-Sébastien Bach, les 8 Variations pour orgue de Andreas Kneller «Nun komm der heiden Heiland».

Le public s’est offert un bis

En fin de concert, c’est le Motet pour Chœur et orgue BWV 230 «Lobet den Herrn alle Heiden» entouré d’un prélude et d’une fugue du Cantor de Leipzig qui ont résonné dans le public attentif. Le public a vivement apprécié les prestations musicales offertes tant par le Chœur que par l’organiste. A relever en particulier l’interprétation délicate et subtile des 4 Motets pour le temps de Noël de Francis Poulenc, qui détonnait dans cette atmosphère géométrique si chère à la famille Bach. Les Variations pour orgue de Kneller, moins connues, mais qui ne manquent pas de parenté avec la famille Bach et l’époque, ont été une nouvelle occasion pour Sébastien Hangartner de démontrer sa virtuosité et sa musicalité.

Michel Jordan n’avait pas prévu de «bis». A sa place, il a fait chanter à l’assemblée un «Voici Noël» qui ne manquait pas de tenue.

Vue en direction du Temple.

Vallorbe: bouquet pour «Mon Séjour»

Quatre immeubles contigus, en projet depuis plus de 4 ans, puis en construction, situés au début de la rue de l’Ancienne-Poste, juste dans le prolongement du Temple, ont vécu mercredi dernier dans la bonne humeur la tradition du bouquet marquant la fin de la pose de la charpente. À cette occasion, employés et patrons ayant œuvré pour ce chantier se sont réunis en fin de matinée pour fêter cette étape importante de la construction.

L’occasion pour le syndic Stéphane Costantini de rappeler la genèse du projet qui implique la commune. C’est dans les coulisses du salon de l’immobilier à Lausanne qu’il a fait la connaissance de Pierre Duvoisin, président de COOPELIA, la société coopérative maître de l’ouvrage dont le siège est à Nyon et qui œuvre dans la «construction de logements à des prix favorables et d’utilité publique, à l’exclusion de toute intention spéculative».

Partenariat public privé exemplaire

On rappelle que ce projet, voulu par la commune, et encouragé par l’octroi d’un droit de superficie accordé par elle, accueillera dans les deux immeubles sis côté est, un centre médical et dans les deux autres, côté ouest, des logements protégés. D’autres locaux sont encore prévus, notamment pour le CMS et d’autres activités à caractère social, ainsi qu’un grand parking souterrain.

«Se réjouissant de cet exemple parfait de partenariat public-privé, le syndic de Vallorbe a remercié l’ensemble des intervenants pour le travail exercé dans des conditions parfois difficiles, notamment sur le plan de la météo».

Les délais prévus seront tenus, soit début juillet 2016 pour les immeubles du centre médical et un mois plus tard pour ceux abritant les appartements protégés.

La pose, fin juillet, des 700 panneaux solaires sur le toit de la Halle des Fêtes.

Vallorbe: le devenir du CEP en question

L’ordre du jour de la séance du Conseil communal présidée lundi soir par Luigi Fiorito semblait léger. En réalité, ce n’est qu’en toute fin de séance qu’elle s’est réellement animée, lorsque le syndic Stéphane Costantini est revenu sur une information datant de samedi passé : le CEP de Vallorbe serait en train de voir son affectation changée par le SEM (Secrétariat d’État aux Migrations). Il deviendrait un Centre fédéral de départ. Ce changement aurait été entériné à Berne. Mais la commune n’est officiellement au courant de rien. On ne l’a ni informée, ni consultée à ce sujet.

Elle a cherché à obtenir confirmation de cette information auprès du canton et de la Confédération, sans succès toutefois. Il semble qu’une décision doive être prise dans les jours qui viennent. Face à cette situation, le syndic a assuré le Conseil «que la commune ne se laisserait pas faire et réagirait en conséquence, si ces informations se révèlent exactes. Il est toutefois bien difficile de détailler actuellement les futures réactions de la commune, dès lors qu’elle ne sait rien. Or, pour agir et réagir, il faut d’abord savoir de quoi il retourne et ce que cela implique, entre autres en terme de nombre de résidents». Dans la foulée de cette information et sous l’impulsion du conseiller Yann Jaillet, c’est à la quasi-unanimité que le délibérant vallorbier a décidé de se réunir en séance extraordinaire dans les semaines qui viennent, mais avant sa séance normale de décembre, dès que l’état de l’information le permettra.

De son côté, l’Omnibus a interrogé le SEM. Malgré nos demandes réitérées écrites et orales, le SEM n’a pas jugé utile ni même poli d’en accuser réception et de fournir le moindre renseignement.

Passages piétons et rémunérations de l’exécutif

Pour le surplus, le Conseil a entériné les rémunérations de l’exécutif pour la prochaine législature, en hausse de 2,4% au titre de l’indexation des salaires, semblable à celle du personnel communal, et de 5% comme augmentation nécessaire du taux d’activité, à 60% pour le syndic et 40% pour les autres membres de la Municipalité. De légers correctifs ont aussi été apportés aux jetons de présence et aux indemnités des membres du Conseil, notamment en cas de vacation du dimanche lors des votations et élections.

Le postulat portant sur la sécurisation des passages piétons a aussi été adopté. L’exécutif étant prié, entre autres, de revoir une nouvelle fois avec le canton la situation dangereuse de la halte de bus des Pontets, en direction du Creux. La Municipale Madeline Dvorak a également annoncé que l’AscoVaBaNo avait décidé d’accueillir désormais pour le repas de midi tous les élèves du site secondaire sans distinction, notamment ceux qui n’ont personne à la maison à midi. Différents subventionnements sont à l’examen. Les travaux de la Halle des Fêtes avancent bien. Le chauffage sera mis en route en décembre et les plus de 700 panneaux solaires qui revêtent son toit produisent d’ores et déjà de l’électricité. Il est prévu que cette production atteigne 180’000 kW par année.

Deux des collèges de Vallorbe en enfilade, à l’arrière-plan celui de 1915.

AscoVaBaNo: des classes «dernier cri»

C’est sous la présidence de Christel Nieto de Vallorbe, que le Conseil intercommunal de l’AscoVaBaNo s’est réuni la semaine passée à Ballaigues. Une trentaine de membres du conseil étaient présents, ainsi que le comité directeur, en quasi-totalité. Principal objet de l’ordre du jour, l’approbation du budget 2016 de l’association scolaire intercommunale. On ne peut pas dire que cet objet a soulevé un tonnerre de questions. C’est en effet sans aucune discussion que le budget 2016 a été adopté à l’unanimité.

Cette approbation avait été proposée, il est vrai, par la commission de gestion et des finances composée des syndics de Vallorbe, Ballaigues et Romainmôtier. On retiendra que 2016 verra les ressources allouées par les communes à l’association rester pratiquement dans les mêmes chiffres que pour l’exercice précédent, soit aux alentours proches de 2.6 millions de francs. Une commission a aussi été nommée. Elle devra rapporter sur les dépenses à engager pour le renouvellement du mobilier et des ressources techniques à disposition des élèves dans l’ancien collège actuellement en rénovation.

Et si on retournait à l’école

Un collège en partie déjà équipé et qui a reçu la visite enthousiaste du syndic de Premier Etienne Candaux. «Lorsque l’on pénètre dans l’une des nouvelles classes dotées notamment de tableaux interactifs et autres systèmes technologiques dernier cri, on débarque dans un autre monde par rapport aux salles de classe anciennes, qui paraissent alors très vétustes. Ce sont deux mondes totalement différents» a-t-il expliqué à l’assistance, regrettant en même temps «de ne pas pouvoir s’y rasseoir comme élève en 2015».

Le président du Comité directeur, Claude Languetin, a tenu, en fin de séance, à remercier la commune de Vallorbe et ses autorités pour avoir pris des mesures visant à sécuriser les élèves sur le chemin les conduisant de la gare au collège et vice-versa. Certains élèves du Vallon du Nozon reprendront en effet le train pour rallier Vallorbe dès l’entrée en vigueur du prochain horaire CFF en décembre. Quant au syndic de Vallorbe, Stéphane Costantini, il a assuré l’assistance que les travaux allaient bon train, selon le planning et le budget, et que les classes pourraient être livrées d’ici la rentrée de Pâques 2016.