Depuis la gauche, 1er roi Michael Troyon et Estelle, 2e roi Michel Petermann et Lola, 3e roi Heinz Schürch et Aurore, 4e roi Karim Vidmer et Adeline.

Valeyres-sous-Rances: des tirs, des rois et de la bonne humeur

C’est dans un village joliment décoré que les membres de l’Abbaye des Carabiniers ont vécu leur 173e fête de cette belle tradition.
Un programme festif de trois jours a permis aux 106 membres inscrits de vivre les concours de tir, participer au banquet et diverses verrées, ainsi qu’aux cortèges. Comme toutes sociétés d’Abbaye, le rituel fait partie des convenances, avec la sonnerie de la diane à 5 h., prise du drapeau et montée au stand de tir afin de permettre aux fins guidons de rivaliser. A Valeyres-sous-Rances, les doués de la gâchette sont nombreux, les résultats obtenus le démontrent. 17 h., arrivée au stand des reines emmenées par la fanfare de Vaulion, et de Pierre-Alain Conrad Abbé-président qui annonce les résultats des tirs et couronne les meilleurs.

A la cible d’Abbaye, 1er roi avec 454 points Michael Troyon, 2e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 90 Michel Petermann, 3e roi avec 429 points Heinz Schürch et 4e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 89 Karim Vidmer. Le tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle des enfants a vu chez les filles Léonore Bornand couronnée reine et chez les garçons Arnaud Niklaus couronné roi.

Cible «Âge du comité», soit le cumul de l’âge des membres du comité (306) que le tireur doit approcher le plus possible. Dans cet exercice aléatoire, deux tireurs ont réussi le tour de force de faire 306 points, Arthur Jaton et Sébastien Tréhan. La munition nécessaire pour cette joute festive se monte à 2700 cartouches tirées sur les trois cibles du programme.

Dans le cadre de la partie officielle, se sont exprimés Jacques Nicolet, Conseiller national, puis avec un fond de terroir bien vaudois et plein d’humour Corinne Tallichet-Blanc, syndique du village, et Jean-Philippe Décoppet Abbé-président de la société d’Abbaye invitée de Mathod. En fin d’après-midi, rentrée du drapeau et participation au traditionnel «Picoulet» devant le collège. La journée du dimanche et celle des enfants du lundi se terminent par le non moins traditionnel cortège.

Phase 1 d’excavation et d’exploitation de la nouvelle gravière Sur Moty à Valeyres-sous-Rances. Cand-Landi creusera et extraira du gravier pendant une dizaine d’années.

Valeyres-sous-Rances: Cand-Landi exploite la nouvelle gravière

A la sortie de Valeyres-sous-Rances, au croisement de la route de Montcherand et de Sergey, le paysage a changé. Une zone d’extraction de gravier a remplacé les champs depuis août 2016. C’est l’entreprise familiale Cand-Landi S.A. qui exploite cette gravière sur des terrains, propriété soit de la gravière de Sergey soit de la commune de Valeyres.

Nombreuses étapes du projet

Ainsi que l’explique Sylvain Homberger, sous-directeur de Cand-Landi S.A., les premières études pour ce site remontent à plus de 15 ans. Le pied du Jura est en effet riche en matériaux alluvionnaires remontant à l’époque glaciaire. Le plan directeur cantonal des carrières faisant foi, des sondages rétro puis électriques ont été effectués pour savoir si le gisement était intéressant.

A relever que la profondeur d’exploitation est déterminée par un minutieux calcul (avec piézomètre) du niveau des eaux souterraines. Le droit d’exploiter existe donc jusqu’à 2 mètres au-dessus de ce niveau pour éviter toute modification de la nappe phréatique. Il faut aussi préciser que l’entreprise exploitante a dû obtenir le feu vert de l’archéologue cantonal en prenant à sa charge les sondages archéologiques. Elle a également déposé des garanties bancaires.

Quelques chiffres

L’exploitation à Valeyres durera environ 10 ans. Elle s’effectuera en 3 phases ce qui permet le remblayage à mesure avec des matériaux propres d’excavation provenant de chantiers dans les alentours dans une idée écologique de rationalisation des trajets. Selon la qualité du gravier, ce seront environ 200 000 m3 qui seront extraits puis transportés à Sergey pour y être lavés et débarrassés de leurs quelque 17% de fines. 90% du solde seront transformés en béton alors que 10% restera gravier.

Réhabilitation des lieux

Cand-Landi SA met un point d’honneur à une remise en état sans faille contrôlée par un pédologue, un biologiste et devant obtenir la reconnaissance finale du canton. «Souvent les terrains agricoles sont de meilleure valeur, car moins secs, après leur réhabilitation» relève Sylvain Homberger. Partant du principe que toute extraction est un emprunt à la nature, l’entreprise s’applique à minimiser les nuisances.

Départ des nombreux écoliers et écolières à 13 h. 30.

Valeyres-sous-Rances: ils courent, ils courent, les renards

Pour la 24e édition de cette sympathique course populaire samedi dernier, pas moins de 264 concurrents (toutes catégories confondues) ont pris le départ de
13 h. 30 à 14 h. Tant les VTT que le duathlon ou la course à pied ont profité des excellentes conditions météorologiques sur les différents tracés à travers forêts et campagne. Quelques passages, comme le raidillon de l’église, sont exigeants.

Certains visages éprouvés, des mollets noués et luisants en témoignent. On pose parfois le pied à terre ou on marche, mais on relance à coup sûr, car les encouragements fusent: «Allez, allez, bravo, donne tout, tu y es!» (Ce qui est une manière de voir les choses...!). Ambiance sportive et bon enfant dans un cadre verdoyant caractérisent cette course.

Une classe au départ des écoliers

Avec la pasta party de midi, les alentours de la cantine prennent définitivement des airs de vacances. La course des écoliers reste la principale attraction et, cette année encore, ils sont venus en nombre, soutenus par leurs parents. A noter qu’une maîtresse de Valeyres, Alodie Lopez, a inscrit ses élèves de 4 P après les avoir entraînés et ce sont 15 bambins de 7 ans qui se sont mêlés à la kyrielle de jeunes (voire très jeunes) concurrents!

Bravo aux enfants et à leur maîtresse! Après la dernière course des cadets, ce fut le tour des podiums. Crépitements de photos, fierté des parents face à la joie teintée d’insouciance des jeunes lauréats! Un tirage au sort des dossards pour une distribution de lots couronna les festivités. Ce fut une belle journée pour tous, que vive cette course!

Tous les résultats sur www.courserenards.ch

Adrien Kaenel prêtant serment devant la Municipalité et le bureau.

Valeyres-sous-Rances: le carrefour rue de la Chapelle-route Romaine suscite le débat

Dominique Streikheisen, président du Conseil, a orchestré durant plus de trois heures cette dernière assemblée de législature. Une seule assermentation à relever, celle d’Adrien Kaenel. Par ailleurs, Sylvie Troyon, secrétaire, continuera à lire le procès-verbal, pour notre plus grand plaisir!

Le bilan et les comptes de fonctionnement SIARV (service intercommunal d’eau Rances – Valeyres-sous-Rances) 2015 sont acceptés. Il en sera de même pour le bilan et compte de fonctionnement communal 2015 qui présentent un excédent de produits de Fr. 128 116.– avec un total de charges de Fr. 2 463 103.–

Valeyres s’anime!

Fin du long fleuve tranquille avec le préavis 36/16, demande d’un crédit de Fr. 161 000.– pour réaménagement du carrefour route Romaine/rue de la Chapelle. La récurrence et la sensibilité du sujet ne sont plus à prouver! Christian Kaenel, municipal des routes, présente le préavis. Quatre buts sont visés: ralentir la circulation, sécuriser le cheminement, refaire le carrefour et amorcer l’entretien de la rue de la Chapelle, ce qui est un nouvel élément.

La commission technique, dont c’est la première étude, soutient le projet, mais propose trois amendements, la commission de gestion en rajoute un. Finalement deux des quatre amendements seront retenus (pose d’un panneau de signalisation et continuation du tracé piétonnier). S’ensuit une discussion nourrie, les différents points de vue fusent. En vrac: une analyse globale ne fait-elle pas défaut? Ne risque-t-on pas de voir pleuvoir les préavis par souci d’atteindre le risque 0? Les zones villas se développant, n’est-il pas utile de renforcer leur lien avec le village? Au final, le préavis et les deux amendements sont acceptés lors d’un vote à bulletin secret.

Roland Stalder remplace Nathalie Piguet

Le préavis 38/16 proposant une augmentation des indemnités des membres de la Municipalité est accepté après quelques discussions.
Finalement, un gros bouquet de fleurs, les remerciements de la syndique et une salve d’applaudissements signent le départ de Nathalie Piguet qui sera remplacée par Roland Stalder au sein de la Municipalité.

Deux dates à retenir, le 1er août à Valeyres et le 24 septembre pour "Promenons-nous dans nos forêts"

Une belle assemblée qui se régale avec les raclettes des Weidmann.

Valeyres-sous-Rances: le cap des 600 habitants passé

Traditionnellement, le premier vendredi de janvier, la commune invite ses nouveaux habitants et nouveaux citoyens à une conviviale soirée de présentation.

Ce vendredi 8 janvier n’a pas dérogé à la règle! Dès 19 h. à la salle du conseil, l’ambiance était gaie et animée. Plus de la moitié des 50 nouveaux habitants avaient répondu présent, la majorité étant venue en famille. Une ribambelle de jeunes enfants participaient pleinement à l’ambiance, la nouvelle place de jeux a de l’avenir, semble-t-il!

De leur côté, les nouveaux citoyens ont été plus timides puisque aucun n’a eu l’envie de participer.

Pourquoi Valeyres?

A cette interrogation, la plupart des nouveaux venus expliquent avoir trouvé au village la maison ou l’appartement qui leur correspond tant localement que financièrement. Certains peuvent ainsi franchir le pas vers la propriété. Ils viennent d’Orbe, mais aussi de Daillens, de Lausanne ou de France voisine. Souvent, ils ne craignent pas les kilomètres pour se rendre à leur travail. L’attrait de la campagne a été un critère, particulièrement pour ceux qui possèdent chien ou cheval.

Participez, vous serez bien accueillis!

Après l’apéro et avant la non moins traditionnelle raclette, la syndique Corinne Tallichet Blanc a présenté la commune et son domaine en rappelant que Valeyres compte actuellement 604 habitants regroupant 19 nationalités alors qu’en 1980 seuls 290 habitants y résidaient!

La syndique vante les sociétés locales et leur dynamisme et encourage les nouveaux venus à participer tant aux manifestations qu’au Conseil général, ils y seront reçus avec le sourire. Le discours est avenant bien que quelque peu assourdi par la tonicité des bambins!

Puis chacun a du plaisir à bavarder avec ses voisins et à faire connaissance autour d’une raclette et d’un verre de blanc.

Depuis la gauche: les rois, Jacques Ravey, Bertrand Nicolet, Marc-Henri Conrad et Laurent Fiaux et leurs reines et demoiselles d’honneur.

Valeyres-sous-Rances: les festivités s’enchaînent sous le soleil

Droit direct après le fameux giron, les gorilles et ouistitis de Valeyres ont plongé avec conviction dans leur Abbaye des Carabiniers. A peine 2, 3 jours pour souffler et la liesse a battu à nouveau son plein! Pour parfaire la mise en beauté du village, quelques sapins du giron ont été changés, d’autres distribués. Samedi matin, menés par l’Abbé-président, Pierre-Alain Conrad, les carabiniers sont montés au stand avec leur fanfare l’Echo des Campagnes, puis ils ont tiré, entre hommes, comme il se doit encore! A
17 h., les rois ont été couronnés en grande pompe. C’est là que, à cause d’un improbable coup centré, votre rédactrice a été plongée à sa grande stupéfaction dans le vif de l’affaire. «Ça peut arriver à n’importe qui» m’ont assuré des voisins compatissants!

Les rois et leur reine

1er roi, Jacques Ravey avec 440 points, 2e roi, Bertrand Nicolet avec un coup centré de 100, 3e roi, Marc-Henri Conrad avec 434 points et, 4e roi, Laurent Fiaux avec un coup centré de 98. Ce sont respectivement les ravissantes reines Lola Jaton, Alicia Ravey, Marie Pinard et Léa Guignard qui ont accompagné leurs Majestés. Sous un soleil éclatant, l’abbé-président a mené la parade jusqu’aux traditionnelles verrées chez les rois. Ensuite, la soirée s’est joyeusement déroulée sous cantine. Dimanche matin a vu la distribution des prix et la verrée chez les roitelets, Carmen Abegglen et Bryan Burnier. Ensuite avec la fanfare du Pontet, tous se sont rendus aux Planches pour le culte, la partie officielle et le banquet. Rémy Cand en major de table a assuré les intermèdes. Corinne Tallichet Blanc, la syndique, a avoué avoir été surprise des réserves d’énergie et de vin de ses concitoyens!

Eh oui, le giron, loin d’épuiser les Renards, a stimulé et resserré les liens entre les villageois!

Valeyres-sous-Rances: 5 jours étincelants sous le soleil exactement

Ce giron serait-il celui des superlatifs? Si chaud, si beau, si dépaysant, si attractif, si réussi… Très probablement, oui! «Incomparable! particulièrement la décoration!» commentaient dimanche quelques jeunes de Cronay, habitués des girons. Oui, les dimensions, la disposition de la place de fête ainsi que sa végétation offraient une impression de village de vacances. Nous étions loin, ailleurs, peut-être bien dans la jungle. De nuit, la lune ronde et l’illumination avivaient cette ambiance magique.

Affluence

Dès mercredi, le ton était donné. Au repas de soutien, le nombre de participants a explosé (plus de 400 couverts) tant et si bien que certains retardataires ne pouvaient plus s’inscrire! Un quatrième parking a dû être créé le samedi matin. Les ravitaillements de toutes sortes se sont multipliés. On articulerait le chiffre de plus de 30 000 visiteurs. Néanmoins, tout a suivi grâce à la bonne adaptation des organisateurs. En 5 jours ils ont vendu, des chiffres qui parlent: 6 400 burgers, 620 kg de frites, 490 kg de chickens, 380 kg de pâtes.

Torride il devait être, torride il a été

Reparler de la canicule qui a marqué tout le giron tient presque de l’euphémisme. L’ajustement à ces conditions exceptionnelles s’est bien fait tant de la part des jeunes que des organisateurs. Accent sur les boissons non alcoolisées, crème solaire, parasols et brumisateurs avaient la cote. Des jets d’arrosage ont été installés dès samedi pour rafraîchir les abords des terrains de sport. Les samaritains, usuellement sur un poste, se sont déployés en trois postes lors du cross du dimanche matin, disposition imposée par la FVJC. Une première pour Amanda Leigundgut, chef de la section d’Orbe. Celle-ci ne relève que peu de grosses urgences, la majorité des interventions relevant de la «bobologie» en relation avec la météo et la nature des terrains de sports. A relever qu’entre transpiration et crème solaire, les sparadraps ne collaient pas. Les samaritains ont donc employé des bandes adhésives et étaient présents pour refaire les pansements.

Sport et canicule

Certes, la chaleur a quelque peu freiné les inscriptions sur place pour des disciplines comme l’athlétisme, le cross, la lutte, le tir à la corde. Mais ce sont quand même plus de 1 100 sportifs qui se sont mesurés le samedi sous le soleil ardent. Mis à part quelques malaises, rien de significatif à signaler ceci prouvant bien l’adaptation de part et d’autre à la météo.

Que vive la Fédé!

Le dimanche soir, la partie officielle et le cortège ont marqué la fin de l’aventure. Dans la foule sous la cantine, les jeunesses portaient fièrement leur drapeau, l’émotion était intense, les allocutions des officiels admiratives. Lors de la chanson fédérée, les tables et bancs n’ont pas survécu aux piétinements enthousiastes… Puis, une quarantaine de chars a défilé dans le village qui s’était paré de ses plus beaux atours! Le slogan «Allez viens, on est bien» a donc parfaitement été entendu!

Le caveau sur 2 étages de face avec sa superbe terrasse panoramique.

Début juillet torride à Valeyres-sous-Rances !

Deuxième volet: les constructions

A droite de la route direction Orbe ou de la semi-autoroute direction Vallorbe, les bâtiments construits par la Jeunesse de Valeyres-sous-Rances s’érigent hardiment. Situés sur un replat, ils bénéficient d’une splendide vue panoramique.

Tout a été créé

Au départ, rien que des champs. A l’arrivée du 1er au 5 juillet, un giron et toute son infrastructure ! La Jeunesse n’a pas compté ses heures pour creuser, tirer eau et électricité, labourer, engazonner, décorer et bien sûr construire ! Lionel Corset se réjouit de la collaboration tant du village que des entreprises.
C’est une place de fête d’environ 1,5 ha qui accueillera les visiteurs avec 6 bâtiments autour de la tonnelle. La jungle étant le thème, l’accent est mis sur des éléments naturels comme le bois, la pierre et l’eau. Pour preuve, le bar à bière construit en gabions et dont l’entrée sera agrémentée d’une chute d’eau retombant dans une mare. On se réjouit d’avance, peut-être quelques bêtes sauvages viendront-elles s’y abreuver au milieu de lianes?

Le caveau, élément phare

Cette impressionnante bâtisse de bois montée sur d’anciennes charpentes de ferme ne peut que séduire. Elle nous hèle depuis la route ! Construite sur 2 niveaux avec une vaste terrasse sud-ouest à l’étage surplombant toute la plaine de l’Orbe, elle n’est rien d’autre que la cabane de Tarzan! Dans un tel cadre, celui-ci n’aura nulle peine à trouver sa Jane. La large terrasse est conçue comme un lieu privilégié pour se rencontrer, boire ou manger face au paysage. C’est au caveau aussi, sur la scène du rez, qu’auront lieu les concerts. On se réjouit de penser que cet édifice sera encore en fonction le soir, les 8, 9 et 10 juillet, lors de l’Abbaye.

Il eût été dommage de s’en priver !

A ce jour, hormis quelques finitions, les constructions sont terminées. Une fois ornées de végétation exotique, l’ambiance sera définitivement torride au giron de Valeyres-sous-Rances.

Bénévoles toujours bienvenus! sur le site du Giron

 

Au premier plan, la famille Weidmann prépare les raclettes.

Valeyres-sous-Rances: le village s’agrandit

Vendredi dernier la commune de Valeyres-sous-Rances, fidèle à son habitude, a convié nouveaux venus et nouveaux citoyens à une soirée de présentation autour d’une raclette. Si l’agape a rencontré un succès modéré puisque seulement 1/5ème des personnes invitées ont répondu présentes, l’ambiance n’en était pas moins détendue et chaleureuse. L’apéritif a permis à chacun de faire connaissance ou de simplement se retrouver. Neuf nouveaux habitants et une ribambelle de jeunes enfants se sont mêlés aux représentants et collaborateurs du village. Parmi les 9 nouveaux citoyens, seuls Florian et Matthieu Stutz, tous deux gymnasiens, avaient fait le pas de participer. Bravo à eux!

Avenant discours

Corinne Tallichet Blanc, syndique, présente la commune incitant chacun à s’y intégrer. Avec ses 588 habitants et ses 14 nationalités différentes, Valeyres s’accroît et se diversifie. La population a doublé depuis 1980. La syndique vante les sociétés locales et rappelle que 2015 est une année faste puisque en juillet la jeunesse de Valeyres organisera au village le Giron du Nord qui sera suivi par l’Abbaye !L’été sera donc intense! En bruit de fond, les pépiements des enfants et le bruit des ballons de la salle de gymnastique agrémentent la partie formelle. Ensuite, la délicieuse raclette de la famille Weidmann, accompagnée de vins locaux puis les savoureux desserts d’Othmar Isler ont tôt fait de délier toutes les langues. Il y en a de bonnes choses dans ce village! S’en suit un brouhaha où l’on rit beaucoup sans toujours complètement se comprendre!

Pourquoi à Valeyres?

Pour certains, il s’agit d’un retour aux sources. Pour d’autres, c’est l’emplacement géographique qui a joué en faveur du village. Par exemple les Bernard, originaires de Nîmes, cherchaient un point équidistant entre Lausanne et Neuchâtel où Madame et Monsieur travaillent. D’un accent chantant, ils se déclarent ravis de leur nouvelle commune et y sont même devenus propriétaires. Vers 23 h., l’assemblée s’est joyeusement dispersée.

La jeunesse partie pour plus de 3 jours de tambours.

Valeyres-sous-Rances: et tapent, tapent les tambours!

Il est une coutume depuis fort longtemps que les tambours des Jeunesses résonnent dans les villages pour le passage à l’an nouveau. Valeyres-sous-Rances ne déroge pas à la règle.

Cette année, du 30 décembre 2014 au petit matin du 2 janvier 2015, une quinzaine de jeunes gens déguisés en marins ont sillonné le village. Filles comme garçons tapent sur leurs tambours ou grosses caisses. Loin à la ronde, plus de 3 jours durant, rythme et résonance font écho, c’est d’ailleurs parfois difficile de les localiser avec justesse.

Mais où vont-ils ? Pas de programme préétabli si ce ne sont les invitations aux repas. Le périple s’articulant autour de ces points fixes. Si, dans un sourd roulement de tambours, ils s’arrêtent chez vous, ils seront reconnaissants que vous leur offriez quelque chose à grignoter et à boire. Car bigre, cela donne soif ! Ils seront aussi contents de converser et rigoler avec vous. Leur but est de passer un moment avec leur village et ses habitants. Ainsi la Jeunesse perpétue des valeurs authentiques et permanentes.

Gilles Kaenel et Michaël Troyon, président et vice-président de la Jeunesse se réjouissent de l’accueil réservé par Valeyres en cette fin d’année.

Maintenant, les tambours se reposent. Il faut dire qu’ils en ont tapé des Nouvels Ans, ils en ont vu des jeunesses, ils le connaissent ce village.... Ah, si les tambours pouvaient parler.... mais chut laissons-les dormir avec leurs secrets du moins jusqu’au prochain Nouvel An!

Dommage du peu de conseillers !

Valeyres-sous-Rances: conseillers généraux ardemment recherchés !

Ce dernier mercredi d’octobre, le Conseil général débutait, inhabituellement, à 19 h. 30.

En effet, à sa suite, la Jeunesse de Valeyres venait présenter le giron 2015. Est-ce à ce léger décalage ou tout simplement à un manque général d’intérêt des citoyens qu’est due la si faible participation aux choses de la commune? Ce soir-là, on guettait tout retardataire pour atteindre le quorum.

Comme lors du dernier conseil, ouf, le nombre fut atteint! Cette situation préoccupe et dans une missive, la municipalité déplore que l’effectif déjà très modeste de 35 conseillers généraux ne cesse de s’éroder. Ceci signifie qu’une quinzaine de personnes décide pour tout le village! Cette absurdité pousse l’exécutif à considérer la possibilité d’instaurer un conseil communal, où des conseillers élus se sentiraient plus concernés… Conseil épistolaire puisque lecture sera aussi faite de la lettre de démission du conseil de Gilbert et Joséphine Widmer.

Sinon, seul sujet à l’ordre du jour, le taux d’imposition pour 2015 reste inchangé à 68%. La situation est saine. De plus, la vente de la parcelle communale numéro 124 générera un produit estimé à environ Fr. 380’000.–.

Il sera aussi question de la mise en place d’une glissière le long de la route cantonale en bas du village. Certains s’étonnent de la réponse du voyer, arguant qu’une glissière à cet endroit, pour des raisons de visibilité, serait plus dangereuse que pas de glissière du tout...

Finalement, Nathalie Piguet rappelle que le 15 dé-cembre aura lieu la fenêtre de l’Avent de la Commune avec les classes de Valeyres. Chacun y est chaleureusement convié!

Les athlètes récompensés.

Valeyres-sous-Rances: les Nationaux en Romandie

Le temps d’un week-end, Valeyres-sous-Rances, sa société de gymnastique et le comité d’organisation dirigé par Henri Nerny ont tout mis en oeuvre, et plus encore, pour recevoir les délégués de l’Association fédérale des gymnastes nationaux qui tenaient pour la première fois leur assemblée en Suisse Romande.

Une équipe qui roule

Le comité d’organisation a reçu environ 120 convives, a assuré leur logement, leurs repas, les parties récréatives et bien sûr, l’assemblée du samedi après-midi à la grande salle de Valeyres. Henri Nerny qualifie volontiers son comité d’organisation, «d’excellent, fiable et rôdé. A l’image de l’état d’esprit de la société de gymnastique où camaraderie, efficacité et bonne humeur règnent». Une fourmilière de bénévoles a également mis la main à la pâte.

Que sont les jeux nationaux?

Il s’agit d’une discipline sportive unique et traditionnelle en Suisse qui consiste en un décathlon comprenant 6 avant-luttes, soit la course, saut hauteur, saut longueur, exercices au sol, lever de pierre et lancer de pierre. Puis 4 luttes (2 à la culotte et 2 libres).

Ce sport, très complet, requiert rapidité, force, souplesse et endurance. Pratiqué depuis fort longtemps, il est tombé en désuétude en Romandie alors qu’il reste bien vivant en Suisse allemande.

Comme le rappelle Henri Nerny «dans les années, 1970 à 1990, les gymnastes de Valeyres-sous-Rances ont porté haut les couleurs du village dans la pratique des jeux nationaux. Parmi eux, de nombreux couronnés fédéraux». Lui-même a été président cantonal de 1982 à 1996. Ceci expliquant certainement pourquoi Valeyres, par le biais de Henri, a été sollicité pour organiser cette 81e assemblée.

L’assemblée

Avec un ordre du jour très fourni, elle durera près de 4 heures. Corinne Tallichet-Blanc, syndique de Valeyres, Henri Nerny, président du comité d’organisation et Pierre Guignard de Rances, député au Grand Conseil faisaient partie des hôtes d’honneur. Chacun d’eux dans son allocution s’est appliqué à utiliser, ponctuellement, la langue de Goethe. Abraham Krieger, président central, quant à lui, a traduit l’essentiel de ses interventions. Pour le reste, bien sûr, le suisse allemand l’emportait. Si tout n’était pas simple à suivre, ce qui est certain, c’est que cette société se porte bien et que les délégués étaient manifestement ravis de l’accueil qui leur avait été réservé.

Et Henri Nerny de conclure: «Cette assemblée a été une réussite totale, les délégués sont repartis ravis, nous avons tous eu énormément de plaisir».