A droite l’abbé-président Laurent Gaillard met de l’ordre dans les rangs.

Sergey: les Volontaires en grande forme

Même si Sergey n’est pas un très grand bourg, son Abbaye se déroule sur 5 jours calendaires. C’est donc dire si la noble Confrérie des Volontaires y est une institution importante. Dès le jeudi soir en effet, le caveau ouvre sur la place du village. Il refera de même le vendredi pour laisser la place au tir le samedi.

«Cette année est une bonne année pour la société, explique le nouvel abbé-président Laurent Gaillard, puisque pour une société qui compte environ 60 membres, nous avons recensé plus de quarante tireurs». Pour fixer le couronnement des rois, les Volontaires visent aussi très bien, afin que la cérémonie puisse encore avoir lieu avant les gouttes. Mais par un vent froid et désagréable qui a même fait dire à un membre d’une Abbaye voisine venu en ami, «ils ont bien fait à Sergey de fixer l’Abbaye en hiver cette année.»

Une affaire de famille

Pour changer, les porteurs du patronyme Gaillard ont trusté honneurs et prix. En effet, le 1er roi de la cible Abbaye est Romain Gaillard, qui fut roi des jeunes lors de l’édition 2010. Une affaire de famille puisque son grand-père Robert a reçu la distinction suprême avant que son père Rémy ne la reçoive aussi. À relever d’ailleurs que la série est loin d’être finie puisque le roi des jeunes est aussi un Gaillard de la même lignée, Mathieu de son prénom. Au 2e rang de la cible Abbaye, on trouve Damien Guyot. Le 1er roi de la cible Progrès est René Vona, un autre habitué des honneurs, le 2e roi de cette cible étant l’ancien abbé-président Alexandre Martinis qui conserve donc un guidon très sûr.

À noter encore que la fête s’est déroulée sous la musique de la fanfare l’Écho des Forêts, du Pont, qui a aussi assuré le concert du dimanche soir à la grande salle avant la traditionnelle soupe à l’oignon. Le lundi a été réservé aux enfants et aux œufs, avant l’omelette géante et le bal avec Brice.

Lecture du rapport de la commission de gestion par Monique Dietrich.

Sergey: conseil général déterminé et décisionnel

Lecture du rapport de la commission de gestion par Monique Dietrich.

Lecture du rapport de la commission de gestion par Monique Dietrich.

En ouverture du Conseil, le président Patrick Gaillard, salue les 22 conseillères et conseillers qui ont dit présent à l’appel de la secrétaire Géraldine Martinis, et présente un ordre du jour des plus copieux.

Côté finances, acceptation de l’arrêté d’imposition pour l’année 2014 à 78% de l’impôt cantonal de base + 3% impôt spécial affecté (épuration).
Robert Gaillard, boursier, a remis un relevé comptable 2012 très lisible à chaque membre du Conseil, document qui laisse apparaître un bénéfice d’exercice de
Fr. 6 204.–. Cette saine situation a amené l’organe délibérant à donner décharge aux intéressés à l’unanimité.

Des déchets ménagers réglementés!

La municipalité, après étude et réflexion sur le long terme, a porté son choix sur la taxe au poids. Un savant calcul entre taxe au sac et au poids, semble démontrer une économie évidente pour la dernière citée. Alexandre Martinis syndic, vulgarise avec clairvoyance ce dossier complexe, où la taxe forfaitaire est fixée au maximum à Fr. 80.– par habitant. Un rabais de Fr. 35.– est offert aux enfants jusqu’à 12 ans révolus. Ce choix de taxe au poids amène la pose de deux «Moloks», qui pèseront, et débiteront le montant dû, d’une carte magnétique. Carte à charger auprès du greffe municipal.

L’organisation d’une déchetterie groupée avec la commune voisine de L’Abergement est toujours pendante, ce qui rend délicat une estimation globale et future du coût des déchets.

Après moult questions, l’assemblée accepte le règlement communal sur la gestion au poids des déchets ménagers, cela à une large majorité.
Cette acceptation débouche sur une demande de crédit de Fr. 30 000.– pour l’achat des deux «Molocks». Crédit, qui va de soi, a trouvé l’aval de l’assemblée.

Préavis de dernière minute

Suite à la réalisation anticipée des travaux sur la route cantonale Montcherand – Sergey par le canton, la municipalité demande un crédit de 95 000 francs, afin de profiter de l’installation de ce chantier pour rénover toute la route de traversée du village. Une opportunité que le Conseil a avalisée à une large majorité. Dès le 10 juin, cette route sera interdite à toute circulation, cela pour 5 semaines.

Étude de fusion

Le syndic s’est donné beaucoup de peine pour expliquer la démarche, de définir le pourquoi du sondage fourni à chaque ménage. Suite à son exposé, le syndic a demandé à l’assemblée l’autorisation d’aller de l’avant pour l’étude d’un projet qui pourrait intéresser la commune. Sollicitation acceptée unanimement par le législatif.
Le Conseil a nommé son bureau, avec la réélection de Patrick Gaillard président et de Emmanuelle Cuendet vice-présidente, et de terminer la séance avec les communications municipales d’usage.

Photo Alain Michaud

Thierry Dietrich municipal cite la facture AJOVAL.

Sergey: facture sociale en augmentation

Thierry Dietrich municipal cite la facture AJOVAL.

Thierry Dietrich municipal cite la facture AJOVAL.

La Municipalité s’est efforcée d’établir un budget équilibré, exercice de funambule en regard des exigences toujours plus importantes du canton.

Après l’assermentation de Danielle Gavin et Serge Rojas par le président du Conseil Patrick Gaillard, cette dernière séance de l’année a été essentiellement consacrée au budget 2013, qui, sur le plan comptable, laisse apparaître un excédent de dépenses de Fr. 17 030.–, pour des charges de Fr. 603 110.– et des produits de Fr. 586 080.–.

En l’absence du boursier, le syndic Alexandre Martinis a présenté point par point le budget de fonctionnement de la commune, avec le constat d’une facture sociale qui ne cesse de prendre l’ascenseur, additionnée aux factures de la réforme policière, AJOVAL et école de musique, donc bonjour les dégâts!

Communications des édiles

Yvan Riesenmey donne l’état du projet de taxe au sac et de l’approche faite avec l’Abergement pour regrouper les déchetteries de ces deux villages proches. Thierry Dietrich explique l’explosion de la facture du réseau AJOVAL ( Accueil familial de jour et accueil collectif préscolaire), facture de plus de Fr. 19 300.–, qui elle aussi va encore augmenter progressivement dans les années à venir. Marcel Gaillard prend les devants pour présenter la situation d’un éclairage public défaillant. Pour pallier cette problématique, le système de luminaire sera petit à petit installé en LED.

Dans les interventions diverses, la pose d’un indicateur de vitesse à l’entrée du village demandé par Gilbert Buffat sera effective au printemps 2013. Charly Zoëll dit sa grande inquiétude sur le projet d’extension de 20 000 m2 prévue de la gravière de Baulmes sur le site des Ages. Cela représenterait 60 000 m3 par année de gravier transféré à la gravière de Sergey pour y être traité et, nécessitera le passage au centre du village de quantité de camions chaque jour, une nuisance évidente pour les bordiers!

Plusieurs personnes s’inquiètent de l’apparition semble t-il, de démonstrations de «paintball» dans la région de la gravière et des sous- bois proches, zone de jeux qui a quelque peu effrayé les promeneurs.

Après l’incontournable rétribution annuelle des jetons de présence et les félicitations du Conseil pour la naissance de Lionel, fils de son président Patrick Gaillard, chacun est invité à trinquer à l’amitié civique.

Photo Alain Michaud

Les rois et reines de la Fête : Jean-Charles Pittet et Géraldine Brenzikofer, Cédric Henrioud et Sarah Giroud, Vincent Faucherre et Sandra Bornet, Annick Brocard et Alexandre Martinis.

Sergey: l’Abbaye des Volontaires en liesse

Les rois et reines  de la Fête :  Jean-Charles Pittet et Géraldine Brenzikofer, Cédric Henrioud et Sarah Giroud, Vincent Faucherre  et Sandra Bornet, Annick Brocard et Alexandre Martinis.

Les rois et reines de la Fête :
Jean-Charles Pittet et Géraldine Brenzikofer, Cédric Henrioud et Sarah Giroud,Vincent Faucherre et Sandra Bornet, Annick Brocard et Alexandre Martinis.

Les réjouissances ont démarré par l’assemblée statutaire qui acceptait trois nouveaux membres dans ses rangs, Hervé Zeni, Guyot Blaise et Damien.
Par un soleil déjà ardent, rendez-vous au stand de l’Abergement où 34 fins guidons ont rivalisé dans la bonne humeur mais avec maîtrise.

Les joutes de tir terminées, c’est en cortège emmené par la Mujonette de Valeyres-sous-Rances, que les Volontaires ont rejoint la Place du village au pied du grand sapin pour entendre l’énoncé des résultats des tirs.

Un Abbé roi

En fin de journée, aligné en rang d’oignons sous l’œil attentif d’Alexandre Martinis Abbé président, les participants aux tirs étaient fin prêt à couronner les meilleurs d’entre eux.

Les premiers à être honoré d’une belle médaille, sous le regard de la majorité des gens du village, les graines de champions au tir laser, avec en tête de classement, Romain Gaillard et Mathieu Gaillard.

Se sont agenouillés pour être couronnés de mains de reines ravissantes : Sur la cible Société, Jean-Charles Pittet 1er roi, avec un 100 appuyé d’un 89, Cédric Henrioud 2e roi avec un total de 358 points. Sur la cible Progrès, Vincent Faucherre 3e roi avec 898 points sur deux passes de cinq coups, et l’Abbé président Alexandre Martinis 4ème roi avec 896 points.

Après la mise à prix d’or des derniers lots et un cortège au travers du village, chacun c’est retrouvé sous un grand érable pour la première verrée des rois et, de terminer la soirée à la grande salle sous des accords des années 60 avec Brice.

Dimanche très officiel

Le programme de cette chaude journée débute par le culte, puis la distribution des prix de la cible Progrès, et en suivant, la mise à l’américaine du grand sapin planté sur la place villageoise, sapin misé au prix de l’acajou. Les estomacs conditionnés par les verrées des rois au son l’hymne des Volontaires «Sac à dos», place au banquet et la partie officielle, où se sont exprimés Aude Gelin pasteure et Jacques Nicolet député.

Après la rentrée du drapeau, ambiance de bal à la grande salle, et, pour clôturer cette fête chaleureuse où l’âme du village est réjouie, lundi, ramassage des œufs chez l’habitant, qui le soir venu, se transforment en excellentes omelettes.

Photo Alain Michaud

De gauche à droite: Thierry Dietrich municipal, Patrick Gaillard président du Conseil et Géraldine Martinis, secrétaire.

Sergey: les Ours ont soif de leur eau

De gauche à droite: Thierry Dietrich municipal, Patrick Gaillard  président du Conseil et Géraldine Martinis, secrétaire.

De gauche à droite: Thierry Dietrich municipal, Patrick Gaillard
président du Conseil et Géraldine Martinis, secrétaire.

Des finances bien portantes

Réuni dans le complexe de la Croix, le Conseil général de Sergey sous la présidence de Patrick Gaillard, a débattu sur un ordre du jour copieux.
Dans un premier temps, l’assemblée délibérante a accepté à l’unanimité l’arrêté d’imposition pour 2013 à 81% de l’impôt cantonal de base, plus 3% d’impôt spécial affecté (épuration).

Après présentation détaillée des comptes 2011 par le boursier Robert Gaillard, les réponses données aux intervenants et la lecture du rapport de la commission de gestion par Colette Martinis qui rejoint le préavis municipal, l’assemblée accepte unanimement les comptes présentés, qui débouchent sur un résultat positif de Fr. 8 647.– par Fr. 649 375.– de produits pour Fr. 640 728.– de charges.

Les Ours souhaitent sauver leur source

Deux demandes de crédit d’investissement sont proposées au Conseil, l’une pour l’installation d’une conduite d’eau de contournement du village qui alimenterait la gravière de Sergey grande consommatrice d’eau, crédit d’un montant de Fr. 63 510.–, gravière gérée par l’entreprise Cand Landi, la deuxième, pour l’installation d’une conduite d’eau défense incendie pour Fr. 26 859.–.

Si cette dernière demande de rallonger la conduite existante de la source Mercier jusqu’à la grande salle pour une alimentation suffisante en cas d’incendie a trouvé l’accord de l’assemblée, celle pour l’alimentation de la gravière a été contestée.

Suite à la lecture négative du rapport de la commission permanente par Charly Zoëll, accompagnée d’un débat soutenu sur l’opportunité de ces travaux, il a fallu toute la persuasion du syndic Alexandre Martinis pour démontrer l’avantage financier et pratique à moyen terme de ce projet, afin d’amener une courte majorité du Conseil à donner l’aval au préavis municipal.

Dans les communications de l’exécutif chacun s’est exprimé sur son dicastère.Le syndic a présenté visuellement le grand projet de protection des sources de la zone est.

Actuellement, l’eau de la source villageoise de «Barbolannaz »est considérée non potable par l’Etat de Vaud, mais les contrôles et analyses ponctuelles du canton démontrent une amélioration évidente de la situation. A ce titre, une étude de longue haleine sur la construction d’un barrage filtrant occupe la Municipalité, ce projet sera présenté dès que possible au Conseil général afin d’aller de l’avant pour sauvegarder cette eau qui va devenir si précieuse.

Lors de la nomination du bureau du Conseil, est réélu à la présidence Patrick Gaillard, et élue à la vice-présidence Emmanuelle Cuendet. Les scrutateurs sont reconduits dans leur fonction et Lucienne Gaillard rejoint la commission de gestion comme 2ème suppléante.

Photo Alain Michaud

Le centre du village.

Sergey restera dans les chiffres noirs en 2012

Le centre du village.

Le centre du village.

C’est sous la présidence de Patrick Gaillard que le Conseil général de Sergey s’est réuni jeudi soir passé pour sa première séance de la nouvelle législature. Après avoir procédé à l’assermentation de deux nouveaux membres et rappelé les règles en usage, notamment pour les prises de parole, le président a suivi l’ordre du jour essentiellement financier qui attendait les conseillers.

Dans un premier temps, le Conseil a voté à l’unanimité la demande de la Municipalité concernant le plafond d’endettement de la commune pour la législature. Le montant défendu par le syndic Alexandre Martinis s’élève à 1.3 million. Il tient compte de l’endettement actuel (Fr. 900 000.– environ) et des investissements et travaux prévus par l’exécutif.
Budget équilibré
Passant ensuite au budget 2012, et après quelques questions de détail, le Conseil a adopté également à l’unanimité le projet présenté par son exécutif: un budget de l’ordre de Fr. 620 000.—dans sa globalité, qui laisse apparaître en l’état un excédent de recettes de l’ordre de Fr. 10 000.–. «Il faudra cependant tenir compte d’une mauvaise surprise au niveau de l’épuration: «le «tout à Orbe» coûtera Fr. 155.– par habitant au lieu des 110 francs budgétés, les chiffres nous sont parvenus après la préparation du budget», a précisé le boursier Robert Gaillard.
AISM: une association qui peut amortir ses dettes
Au niveau de l’AISM (Source Mercier), le municipal Thierry Dietrich a de son côté apporté une bonne nouvelle: l’association a pu procéder à un remboursement de dette, si bien que le prix de l’eau baissera, pour les consommateurs de moins de 10 000 m3 par an, deFr. 1.50 à Fr. 1.20. La taxe par habitant, elle aussi, baissera, passant de Fr. 50.– à Fr 35.– par habitant.
Grogne dans les rangs au sujet du transport des enfants
Même si le sujet ne figurait pas à l’ordre du jour, la problématique des nouveaux horaires de transports publics pour les enfants allant à l’école a soulevé une vague de protestations et d’interrogations. Le nouvel horaire, valable dès le lundi 12 décembre, a été établi sans que la commune soit consultée. Il engendre pour les écoliers se rendant à Baulmes une attente, sans surveillance, devant une école fermée, de l’ordre d’une demi-heure deux fois par jour.

En plus de les faire partir nettement plus tôt qu’avant. Des conseillers se sont renseignés sur les nouveaux horaires: ce ne serait ni la responsabilité de l’école, ni celle de CarPostal, ni évidemment celle de Travys, les intéressés ayant, semble-t-il, le renvoi mutuel de responsabilité un peu facile. Une situation qui ne laissera pas indifférents les parents qui vont écrire au Département et qui, pour certains, ont prié la commune de faire en sorte que «pour une fois l’ASIBCO serve à quelque chose et se saisisse du problème avant que quelque chose ne survienne».

Photo Olivier Gfeller

La table des notables, à gauche, Robert Gaillard, boursier, Marcel Gaillard, municipal, Alexandre Martinis, syndic et Stéphane Buffat, municipal.

Sergey : budget et arrêté d’imposition 2011

La table des notables, à gauche, Robert Gaillard, boursier, Marcel Gaillard, municipal, Alexandre Martinis, syndic et Stéphane Buffat,  municipal.

La table des notables, à gauche, Robert Gaillard, boursier, Marcel Gaillard, municipal, Alexandre Martinis, syndic et Stéphane Buffat, municipal.

Le Conseil général de Sergey s’est réuni mercredi 10 novembre dernier à l’étage de la grande salle sous la présidence de Patrick Misciali, avec au menu un ordre du jour copieux.

Le boursier Robert Gaillard, a présenté les raisons d’une diminution de moitié des six points d’impôt prévu par la bascule de la péréquation, ce qui permettra l’amortissement des frais engendrés par les travaux d’épuration des eaux. Soit, de passer de 85% à 82% pour l’impôt communal et à 157,5% pour l’impôt cantonal. Suite à la lecture favorable du rapport de la commission de gestion, l’assemblée a accepté à une large majorité l’arrêté d’imposition pour 2011.

Le tableau noir à la rescousse

Pour la petite histoire, comme on dit chez nous, il y a eu une bulle dans le module, les membres du Conseil n’avaient pas reçu les documents idoines concernant le budget 2011. L’esprit vif, le président du Conseil de sa plus belle craie, a inscrit sur le tableau noir de la salle les chiffres nécessaires à la compréhension dudit budget. Après quelques explications et réponses données par Alexandre Martinis syndic et le boursier, le budget 2011, qui prévoit 593 240 francs aux recettes et 605 535 francs aux charges, soit un déficit de 12 295 francs, a été adopté à une large majorité.

Les décisions importantes ne prennent pas forcément le plus de temps !

Après avoir entériné de force obligatoire l’adhésion de la commune à l’Association régionale pour l’action sociale du Jura-Nord vaudois, une discussion de longue haleine sur la composition, le fonctionnement et la formule de convocation de la commission de gestion, a occupé l’assemblée de manière soutenue.

Suite à d’infinies palabres, le législatif s’est prononcé sur un système de rocade pour le renouvellement de la dite commission et a responsabilisé la présidente nommée, Viviane Boson, pour gérer les convocations futures. A cette occasion, deux membres suppléants ont été nommés, Pascal Mottier et Monique Dietrich.

De l’eau en délicatesse

Dans ses communications, l’Exécutif a notamment informé l’assemblée sur la problématique que représente la pollution de la source qui alimente le village. A cet effet, la Municipalité c’est penchée sur la possibilité de créer un barrage filtrant souterrain, système qui permettrait de retenir l’eau de la source polluée et de la pomper en surface pour un filtrage naturel au travers du sol sablonneux, technique qui rendrait ainsi l’eau aussi claire qu’avant.

Ce projet à l’étude devrait représenter un coût d’environ 200 000 francs pour la commune. Actuellement le village est alimenté en eau potable par la source Mercier, mais cette eau a un prix plus élevé, de ce fait le prix du m3 va passer en 2011 de Fr. 1.50 à Fr. 2.70, mais cette sensible augmentation de taxe, risque de ne pas suffire à couvrir le coût global du service des eaux. A coup sûr, un dossier qui va occuper encore quelque temps le Conseil.

Le municipal Jean-Marc Zoëll a été remercié pour la pose judicieuse des numéros et noms de rues dans la commune, puis l’assemblée est informée de la mise en fonction du bac de lavage concernant les roues des camions qui sortent de la gravière, ainsi que de la réfection et de l’élargissement prévu par le Canton de la route entre le pont de l’autoroute et l’entrée du village.

L’habituel verre de l’amitié permit de clôturer et digérer agréablement cette soirée riche en chiffres.

Photo Alain Michaud

Une petite pause au refuge de Chassagne pour les chevaux, et questionnaire pour les pilotes et passagers.

De beaux attelages dans nos contrées

Une petite pause au  refuge de Chassagne pour les chevaux,  et questionnaire pour  les pilotes et passagers.

Une petite pause au refuge de Chassagne pour les chevaux, et questionnaire pour les pilotes et passagers.

Dimanche dernier, la Société Vaudoise d’Attelage, a organisé son rallye annuel dans notre région.

Malgré la grisaille automnale, Florence Buffat de Sergey et la famille Sordet d’Aclens, se sont lancés dans l’organisation du rallye annuel de la société pour accueillir ses membres venant du canton de Vaud, de la région proche de Genève, en passant par la Vallée de Joux, et jusqu’à Concise.

Ce ne sont pas moins de trente-trois équipes qui ont participé à cette sortie, où il fallait allier connaissances générales, en répondant notamment à la question «quel est le nom des habitants de Sergey?», et des épreuves de «savoir-faire» avec l’attelage, où il fallait reculer la carriole sans dégât.

Et les habitants de notre région, de Montcherand à La Russille en passant par Valeyres-sous-Rances, ont put admirer de bien beaux attelages qui transportaient la bonne humeur.

Photo Sylvie Troyon