Verticale impressionnante

Depuis la plaine, impossible de voir le Suchet en ce matin de brouillard intense sur les crêtes. Cette météo n’a pas pour autant retenu les 205 inscrits à prendre le départ de cette course contre la montre (départ des concurrents toutes les trente secondes) qui menait les athlètes de la cabane du Mélèze au sommet du Suchet. A l’arrivée, les visages étaient crispés par l’effort mais, sitôt la ligne d’arrivée franchie, tous relevaient le plaisir qu’ils avaient éprouvé sur les quatre kilomètres d’ascension et 900 mètres de dénivelé.
Béquet impressionnant

Eric Gorgerat, président du club des amis de la course de Chavornay, manifestait sa satisfaction au terme de son parcours. «C’était magnifique. Il est clair qu’il faut bien s’entraîner pour affronter une montée pareille (2 à 3 fois par semaine sur 10 km.). Dans ce type de compétition, il est impératif de répartir son effort, en ne partant pas trop vite. Particulièrement en prévision de la fin car le «béquet» entre la sortie de la forêt et le sommet est particulièrement sévère. Comme nous venons régulièrement nous entraîner par-là, je savais à quoi m’attendre».

Des femmes heureuses

Sa voisine de Chavornay, Sandrine Viglino, avouait très volontiers qu’elle avait peu couru. «Il n’y a pas de replat où l’on peut récupérer. C’est pourquoi j’ai préféré marcher à une certaine cadence et je suis contente d’avoir terminé en 1 heure 15. Le défi est relevé pour la troisième fois et j’en suis fière». Danielle Roussy n’avait qu’un mot à la bouche. «C’était beau malgré le brouillard. Les conditions atmosphériques étaient bonnes. Il est vrai que j’accumule les compétitions, ces temps. J’étais notamment à Morat-Fribourg, dimanche passé, et je serai à La Vallée demain». A 52 ans, l’ancienne syndique de Bofflens (10e chez les dames), se porte comme un charme au point de ne refuser aucune invitation de participer à des courses, avant une pause hivernale bienvenue.

Relevons qu’à l’issue de cette verticale, tous les participants étaient invités à manger la fondue, ce qui rend la course encore plus conviviale car l’atmosphère qui y régnait était empreinte d’une belle amitié.

Au niveau des classements généraux, Stéphane Heiniger (Cuarny) s’est imposé en 35 min. 04 alors que chez les dames, la Genevoise Maya Chollet l’a emporté en 39 min. 40. Du côté régional, on relèvera le 4e rang de Karine Pythoud (Orny) et le 17e de Fabrice Cuagnier (Rances), nos deux meilleurs représentants.

© image Team Suchet

Le repas du dimanche

Rances: Feu ! Cinq jours de fête

Ils ont failli être 108, mais le dernier s’étant endormi (la chaleur probablement...), ce sont tout de même 107 tireurs qui se sont mesurés ce samedi 6 août lors de l’Abbaye des Laboureurs de Rances.

Le village et son copain le soleil s’étaient parés de leurs plus beaux atours pour honorer cette précieuse tradition vaudoise. Aux claquements des fusils se succédèrent les roulements fédérateurs des tambours. Devant le collège, les rois furent proclamés et couronnés.

Résultats

1er roi, Daniel Abegglen avec 435 points, 2e roi, David Borgeaud avec un coup centré de 100 appuyé de 94, 3e roi, Jacques Randin avec 421 points et 4e roi, Luc Lavanchy avec un coup centré de 100 appuyé de 92. Reine des enfants, Lucie Henrioud avec 44 points et roi des enfants, Mattéo Schmied avec 42 points. Bien sûr, quatre adorables reines, Elara Lugt, Ness Lenoir, Charlotte Cottens et Julie Guex accompagnèrent Leurs Majestés tout au long de la fête.

Hôte surprise pour la partie officielle

Sébastien Guex, abbé président, se réjouit de l’excellente participation au repas et à la partie officielle du dimanche. Il faut dire que, chez les Rancignolets, la partie officielle prend une saveur particulière tant le protocole se teinte de bons mots, de chansons et de rires.

Ce jour-là, l’invité surprise n’était pas moins que Monsieur Olivier Français, Conseiller aux Etats. Excellent orateur, ce dernier porta le toast à la patrie en insistant sur les valeurs du dialogue, du partage et de la sécurité en ces temps d’inquiétude. Il termina par un message d’espoir qui fut ovationné.

Puis la fête continua dans l’allégresse, que vive l’Abbaye!

Large assemblée attentive à Rances.

Rances: le souci d’accueillir les nouveaux venus

Patrick Simonin, président, se réjouit de la très bonne participation. C’est avec vivacité et humour qu’il mènera ce conseil durant 3 heures! Le budget 2015 du SIAERV ainsi que celui de la Commune sont aisément acceptés à l’unanimité. Dans ce dernier, un déficit de Fr. 2 522.– est prévu pour un total de charges de Fr. 2 069 362.–.

Puis c’est le tour du «relookage» du règlement du Conseil où la marge de manoeuvre municipale est minime. Est prévu entre autres par volonté de dynamisme que le procès-verbal soit transmis par informatique et non plus lu en début de séance. Dommage de ne plus entendre la voix du secrétaire ! Le préavis sera accepté.

Ah la LAT!

A Rances, 2 gros projets en cours d’étude représentant 6 petits immeubles, soit 150 nouveaux habitants potentiels, interpellent. Des conseillers s’inquiètent de savoir si la Municipalité a anticipé les conséquences. Devrait-on revoir le plan d’affectation de zone? «Ah la LAT», commente Rémy Cand, syndic. Selon lui, mieux vaut ne pas réviser ce plan, car cela réduirait très probablement les zones à bâtir. Les infrastructures actuelles supporteront l’augmentation. D’autre part, il rappelle que la sensibilité municipale se porte plus sur l’intégration que sur les coûts de nouveaux habitants. Finalement, après des discussions animées, décision est prise de réunir la commission existante (mais n’ayant pas oeuvré depuis 9 ans) et d’en débattre, plus en connaissance de cause, au Conseil extraordinaire du 17 mars 2015. Là sera aussi présentée une réflexion générale touchant tous les dicastères.

La décision municipale de laisser 10% de forêts en «îlots de vieux bois» afin de faire un pas vers la biodiversité, suscite quelque anxiété vis-à-vis de cette «jungle».

A quand les bisons? Claude Rossier rassure.

Finalement le Conseil se clôt sous les applaudissements aux alentours de 23 h. et laisse place à la généreuse collation offerte par la Municipalité.

En visite, les arquebusiers de l’Abbaye de Nyon en plein exercice bruyant.

Rances: les Laboureurs en Fête

Comme le rappelle «Le Conteur vaudois» dans son numéro 29 du samedi 22 juillet 1922 – et dans sa 60e année d’existence – «en regardant l’ensemble des Abbayes qui s’étaient rendues à la constitution toute récente de l’Abbaye des Abbayes vaudoises, on avait bien l’impression d’un tableau d’ensemble de la population vaudoise».

Lors de cette assemblée constitutive, l’Abbaye des Laboureurs de Rances était bien entendu présente, elle qui a été fondée en 1802 et qui continue, tous les deux ans de perpétuer la tradition sous la direction de son Conseil emmené par l’Abbé-président Sébastien Guex.

Le week-end des 7 au 11 août, les festivités de l’édition 2014 de cette respectable Confrérie se sont déroulées par un temps mitigé, mais qui a malgré tout permis aux réjouissances de se dérouler normalement, dans la bonne humeur et la fraternité.

Entamée dès le jeudi soir par la traditionnelle ouverture du caveau au centre du village, avec ses planchettes et ses pâtes-chalet, la fête s’est poursuivie le vendredi en fin d’après-midi par le tir des jeunes et par une première soirée musicale. Samedi était réservé au tir et à une deuxième soirée, qui a fini fort tard selon quelques témoignages glanés sur place dimanche matin lors de la proclamation des résultats. Un dimanche qui aura vu aussi se dérouler la partie officielle et… une nouvelle soirée musicale, au goût bavarois cette fois, après une première édition du cortège des chars et des groupes. Traditionnellement, le lundi est le jour des enfants, avec durant l’après-midi une seconde présentation du cortège.

«Une belle édition» si l’on en croit l’Abbé-président Sébastien Guex qui, avec son Conseil, était ravi de la vivre et d’avoir pu offrir ces réjouissances traditionnelles à la population et aux membres de la société.

Palmarès

1er roi: Michel Cottens, 417 points
2e roi: Lionel Seiler, 100
3e roi: Sylvain Raymondaz, 415 points
4e roi: Patrice Hug, 98

Rois du tir des jeunes
Filles: Julie Guex, 43 points
Garçons: Evan Jaquenoud, 45 points.

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Rances: élection municipale sans souci

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Olivier Crausaz (à gauche) succède à Alcide Pisler.

Rances s’était recouvert d’une fine couche de neige, faisant penser à la fumée blanche qui sort du Vatican à l’annonce de l’élection d’un nouveau pape. En effet, la candidature d’Olivier Crausaz a fait quasiment l’unanimité. Sur 151 électeurs, 134 ont donné leur suffrage au nouveau municipal. 46% des Rancignolets se sont prononcés, ce qui est malgré tout un bon score et comme cet électorat était convaincu que le premier tour suffirait, ils n’étaient pas nombreux à s’être déplacés à 9 h. 30 ce dimanche devant la maison de commune, comme le déplorait le président du conseil, Sébastien Guex.

Jeux vidéo et musiques

Olivier Crausaz (45 ans) succède ainsi à Alcide Pisler. Le dicastère des routes l’intéresse particulièrement puisqu’il travaille comme dessinateur technique au service cantonal …des routes. Marié à Graça et père d’une jeune fille, le nouveau municipal est installé depuis 17 ans au village après avoir passé sa jeunesse à Grandson. Propriétaire depuis une dizaine d’années, il s’est beaucoup consacré à la rénovation de son habitation. Bricoleur d’abord, il s’intéresse à beaucoup de choses mais avoue une petite préférence pour les jeux vidéo et la musique sous différentes formes, entre Lady Gaga et Sardou.

Le stress de l’élection

Sollicité par le syndic Rémy Cand, il a mûrement réfléchi à cet investissement avec sa famille. Sa décision a été aussi motivée par le souci de rendre service à la collectivité et l’un de ses premiers soucis sera de remettre en état le chemin de la Scie, qui se dégrade car très fréquenté. Pour autant que ses nouveaux collègues lui confient ce dicastère qui devrait être légèrement revu. Si son élection n’a pas fait l’ombre d’un pli, le stress l’a tout de même envahi lors des derniers jours et c’est soulagé qu’il a fêté, modestement, sa nouvelle appartenance à l’exécutif de Rances, dans lequel il sera intronisé le 12 février.

Photo Pierre Mercier

Les 4 municipaux présents, depuis la gauche, Rémy Cand, Valérie Cottens, Claude Rossier et Jacques Randin.

Rances: on recherche municipal

Les 4 municipaux présents, depuis la gauche, Rémy Cand, Valérie Cottens, Claude Rossier et Jacques Randin.

Les 4 municipaux présents, depuis la gauche, Rémy Cand, Valérie Cottens, Claude Rossier et Jacques Randin.

Mardi dernier à Rances, c’est sous la houlette du président, Sébastien Guex que s’est déroulée cette assemblée extraordinaire. Seuls 4 municipaux sont présents. En effet, Alcide Pisler, municipal en charge des routes, transmet sa démission. Retenu, il est absent ce soir-là.

Taxe au sac

Une fois l’ordre du jour et le procès-verbal du dernier conseil approuvés, comme partout dans les environs, c’est des déchets que l’on débat. Dans son préavis 4/2012, la Municipalité propose le nouveau règlement communal sur la gestion des déchets avec effet au 1er janvier 2013. C’est la taxe au sac qui est retenue (avec par exemple des sacs prévus au prix de Fr. 1.95 pour 35 litres ou Fr. 3.80 pour 60 litres). Une taxe forfaitaire de Fr. 55.– par an par personne de plus de 4 ans sera aussi perçue. La discussion est ouverte sur les divers allègements possibles. Rémy Cand, syndic, rappelle que tout ce qui n’est pas payé par une frange de population doit être supporté par une autre. Débat sur l’équité. Le souhait est exprimé que la Municipalité ait un droit de regard sur STRID SA.,Valérie Cottens, municipale, confirme que tel est le cas. Les 5 chapitres du nouveau règlement sur le déchets seront votés et acceptés ainsi que le préavis municipal 4/12.

Effet rétroactif des taxes sur l’eau fait des vagues

Afin de respecter le principe fédéral de causalité, l’exécutif doit modifier l’annexe au règlement sur l’évacuation et l’épuration des eaux. Les taxes vont être drastiquement augmentées. De Fr. 2.78/m3 en 2011, elles vont passer à Fr. 4.96/m3 dès le 1er janvier 2012 (avec un plafond maximum à Fr. 8.–/m3), soit une augmentation globale de 78,4%. Pour la commission, cette explosion de prix est justifiable, ce qui ne l’est pas c’est l’effet rétroactif au début 2012. Sentiment d’être mis devant un fait accompli. Remous dans la salle du conseil.

Rémy Cand, syndic, répond alors longuement et précisément aux points soulevés par la commission et le conseil. Les nouvelles sommes sont effectivement dues à l’AIVM dès début 2012, elles sont connues, facturées et doivent donc être réglées. Finalement, le préavis municipal est accepté.

Rémy Cand recherche un nouveau municipal suite à la démission d’Alcide Pisler au 30 novembre 2012. Claude Rossier assurera l’intérim. Le Président clôt ce conseil extraordinaire à 22 h. 07. Le prochain conseil est agendé au 11 décembre 2012.

Photo Catherine Fiaux

Romain Cand et sa reine, Léa Guignard; Alexandre Gygax et Cindy Rossier; Jean-Marc Ravey et Laure Cand; René Vona et Morgane Cottens; Christian Benoît et Cyrielle Collet. A l’arrière, le comité et le porte-drapeau.

Rances: soleil et bonne humeur

Romain Cand et sa reine, Léa Guignard;  Alexandre Gygax et Cindy Rossier; Jean-Marc Ravey et Laure Cand; René Vona et Morgane Cottens; Christian Benoît et Cyrielle Collet.  A l’arrière, le comité et le porte-drapeau.

Romain Cand et sa reine, Léa Guignard;
Alexandre Gygax et Cindy Rossier; Jean-Marc Ravey et Laure Cand; René Vona et Morgane Cottens; Christian Benoît et Cyrielle Collet.
A l’arrière, le comité et le porte-drapeau.

Jeudi dernier ont débuté les festivités de la traditionnelle fête de l’Abbaye, avec l’ouverture du caveau qui a accueilli les villageois et visiteurs jusqu’à vendredi soir. Le coup d’envoi de la fête a ensuite été donné samedi matin à 8h00 avec l’appel du drapeau et des membres de la Société de l’Abbaye.

Cette année, le comité a eu la bonne surprise et la joie d’accueillir parmi leurs rangs, 15 nouveaux membres! Ils ont ensuite parcouru le village jusqu’au stand de tir où ils auront passé la majeure partie de la journée sur les stalles à tenter d’obtenir le 1er rang, mais aussi à l’extérieur autours de quelques rafraîchissements et discussions animées.

Couronnement de ces majestés

Samedi en fin de journée ont été acclamés les lauréats de cette saison sous un ciel magnifique par une belle assemblée devant le collège. Les champions, dans l’ordre, Alexandre Gygax, Jean-Marc Ravey, Christian Benoît et René Vona, ont ensuite enchaîné quelques pas de danse avec leurs charmantes reines au rythme de la musique avant de se mettre en place pour suivre la fanfare de la «Mujonette» lors du fameux cortège alliant musique, tambours et collations. La fête s’est poursuivie avec le groupe «Midnight» qui a fait chauffer le «dance-floor» jusqu’au petit matin.

Dimanche, on se déguise!

Après un couronnement des rois plus officiel, ainsi que l’annonce des résultats complets et la distribution des prix, le cortège des rois a continué comme la veille, mais cette fois-ci accompagné de «l’Echo des Campagnes», jusqu’à la grande salle pour le banquet et la partie officielle, menée par un discours toujours très apprécié de Patrick Simonin, major de table, puis de l’Abbé-Président, Sébastien Guex, et des différentes personnalités politiques présentes, dont l’invité d’honneur, Samuel Schmid, ancien Conseiller fédéral. Les habitants se sont ensuite éclipsés pour enfiler leurs costumes et s’échauffer avant d’entreprendre le tour du village, jusqu’à la grande salle où la musique du groupe «Midnight» les attendait.

Lundi, les enfants s’amusent!

Malgré un début de journée sans programme, les enfants ont eu droit dans l’après-midi à leur défilé à eux, avec à l’arrivée, goûter et manèges pour leur plus grande joie. A 19h30 le cortège principal a, pour la dernière fois cette année, envahi les rues du village avant d’aller danser au rythme de l’orchestre «Alpentaler» à la dernière soirée de cette édition, comme chaque année, très réussie!

Photo Katy Josi

Municipalité de Rances. Depuis la gauche, Rémy Cand, Syndic, Valérie Cottens, Claude Rossier, Jacques Randin et Alcide Pisler, Municipaux.

Rances: les comptes du SIAERV manquent de peu d’être repoussés

Municipalité de Rances. Depuis la gauche, Rémy Cand, Syndic, Valérie Cottens,  Claude Rossier, Jacques Randin et Alcide Pisler, Municipaux.

Municipalité de Rances. Depuis la gauche, Rémy Cand, Syndic, Valérie Cottens,
Claude Rossier, Jacques Randin et Alcide Pisler, Municipaux.

Ce dernier mardi de juin, le Conseil général de Rances s’est déroulé sous la présidence de Sébastien Guex. Pascal Tréhan procède à une lecture détaillée du procès-verbal du dernier Conseil général qui est accepté à l’unanimité. Quatre préavis sont à l’ordre du jour.

Bilan et comptes 2011 SIAERV (Service intercommunal d’adduction d’eau Rances /Valeyres-sous-Rances)

Avec un déficit de Fr 8 519.- ces comptes ont passé comme lettre à la poste au Conseil général de Valeyres. Ce ne fut pas le cas à Rances. Malgré l’aval de la commission de gestion, différents membres du Conseil s’étonnent des différences entre le budget et le bilan et demandent des explications précises à la Municipalité. Celle-ci peine à en fournir en l’absence de la caissière concernée. Proposition est faite de repousser ce préavis jusqu’à l’obtention des explications demandées. Mais finalement, après diverses discussions (la Municipalité explique qu’une partie du déficit provient de frais d’entretien non prévisibles), le préavis est accepté!

Comptes communaux 2011, arrêté d’imposition 2013 et demande de crédit pour l’alimentation en électricité de la déchetterie et pour l’installation de l’éclairage

Les comptes 2011 présentent un bénéfice de Fr. 66 767.– avec des charges à Fr. 1 875 460.– pour un produit à Fr 1 942 227.–. Ce bénéfice est principalement dû aux recettes fiscales et à la facture sociale. La commission de gestion relève la bonne tenue des comptes, ceux-ci sont acceptés à l’unanimité.
Quant à l’arrêté d’imposition, M. Cand, syndic, explique que malgré le résultat positif de 2011, il serait téméraire de changer le taux d’imposition et propose donc de le maintenir à 78%. Le préavis est accepté à l’unanimité.

Le dernier préavis concerne l’alimentation en électricité et l’installation de l’éclairage à la déchetterie. Rances est une des dernières communes à ne pas avoir l’électricité à la déchetterie, la requête est donc parfaitement légitime Un crédit de Fr 25 000.– est sollicité, lequel crédit serait financé par le fonds de réserve. Ce préavis est accepté à l’unanimité.

Puis, le bureau est réélu sous des applaudissements enthousiastes! La commission de gestion est réélue à bulletins secrets.

Finalement, le bureau annonce qu’il y aura très certainement un Conseil extraordinaire le 25 septembre avant celui du 11 décembre 2012.

Photo Catherine Fiaux

Lisa Biancaniello et son appareil photo.

CPNV: concours de photographie remporté par une jeune Rancignolette

Lisa Biancaniello et son appareil photo.

Lisa Biancaniello et son appareil photo.

Chaque année, le Centre Professionnel du Nord Vaudois organise un concours de photographie auquel les élèves sont bien entendu invités à participer. Cette année, sur le thème du développement durable, le 1er prix a été attribué à une élève originaire de Rances, Lisa Biancaniello, qui s’est vu remettre un bon chez «Photo Grancy», magasin de photographie plutôt réputé à Lausanne.

Étudiante en 2e année de médiamatique, elle considère la photographie comme, je cite, «une manière de capturer mon imagination en une image». Partie étudier à Sainte-Croix dans le but de devenir graphiste, Lisa s’est aussi découvert une attirance pour le marketing et la photographie, elle aimerait en faire un hobby plus sérieux et éventuellement lucratif.

Un cadeau de Noël qui a fait naître une passion

Décembre 2010, un cadeau, un appareil photo de très bonne qualité. C’est alors qu’elle s’est mise plus sérieusement à prendre des photos, jouant avec les différents réglages et prises de vue possibles.

Lors d’un stage à 24 heures avant son entrée au CPNV, elle avait été déçue par le peu de liberté d’image et préféré donc garder cela comme hobby, avec toujours la possibilité de gagner sa vie de cette manière plus tard.

Développement durable, un thème plutôt connu

Pour dire vrai, au premier abord, ce thème ne l’avait que très peu emballée, car tout le monde en parle actuellement. Mais arrivée chez elle, l’image de son vieil ordinateur s’est imposée à elle et elle s’est mise à réfléchir comment faire passer le message « faire fonctionner l’ordinateur grâce à la nature » avec une simple photo. Ensuite l’imagination a pris le contrôle et son tableau a vu le jour.

Mais pourquoi avoir placé une personne (à savoir, sa sœur) dans un thème comme celui-là? «Sans ma sœur sur la photo, on aurait uniquement vu un ordinateur avec une prise plantée dans le sol. Avec un personnage inclus, cela rend la possibilité de travailler avec son ordinateur, alimenté par une énergie propre, plus réelle et accessible.»

Pour conclure, une dernière question: si tu pouvais avoir devant toi exactement l’image que tu rêves de photographier, que serait-ce ?
«Aucune idée… Je suis sûre que le jour où je trouverai LE truc à photographier, je n’aurai pas mon appareil.»

Photo Katy Josi

Les miliciens sortants: le marchef Edouard Pittet, les majors Charles Schaechtelin et Gérald Dambach accompagnés par l’organisateur de la journée : Alcide Pisler de Rances.

Assemblée des Chasseurs à cheval des Milices Vaudoises

Les miliciens sortants: le marchef Edouard Pittet, les majors Charles Schaechtelin et Gérald Dambach accompagnés par l’organisateur de la journée : Alcide Pisler de Rances.

Les miliciens sortants: le marchef Edouard Pittet, les majors Charles Schaechtelin et Gérald Dambach accompagnés par l’organisateur de la journée : Alcide Pisler de Rances.


Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées à la grande salle de Rances samedi grâce à l’organisation parfaite du lieutenant Alcide Pisler.

«Les Milices Vaudoises illustrent une page de l’histoire du Pays de Vaud. A travers cette tradition, les Milices Vaudoises veulent exprimer leur attachement aux institutions, au patrimoine militaire et à la cavalerie de ce pays.»

Voici une des phrases qui figurent sur le Livret de service de chaque milicien qui est complété au fur et à mesure des années avec une écriture à l’ancienne. D’ailleurs tout est comme avant, les sabres sont refaits à l’identique, les couvertures sont encore d’époque; les chevaux sont, eux, très actuels et très vivants et les cavaliers même très bons vivants!

Ressat 2011

Suivant l’ordre du jour, Pierre-Alexandre Bardet a énuméré les activités de 2010 et celles qui auront lieu en 2011, un programme riche en exercices, défilés et rencontres. Il a été discuté du matériel depuis le Shato (couvre-chef) jusqu’au mors des chevaux.

Puis est venu le moment des promotions, au cours duquel les chasseurs de 5, 10, 15, 20 et même 25 ans de pratique ont reçu un insigne.

Sabres – souvenirs

Le chasseur qui quitte les Milices reçoit en souvenir le sabre, gravé à son nom, qui lui avait été prêté pour les défilés. Toutefois ces hommes, s’ils ne participent plus aux exercices, feront certainement partie de l’AAMV, Amicale des Anciens des Milices Vaudoises, car on part avec émotion, tant l’ambiance est bonne dans les rangs.

Photo Marianne Kurth

Les enfants chantant entourés à droite par Anne-Lise Richard et à gauche par Séverine Hurni, monitrices.

Rances : Noël des familles à l’église

Les enfants chantant entourés à droite par Anne-Lise Richard et à gauche par Séverine Hurni, monitrices.

Les enfants chantant entourés à droite par Anne-Lise Richard et à gauche par Séverine Hurni, monitrices.

C’est dans une église illuminée et comble…

…que s’est déroulé, ce dernier dimanche de l’Avent, le traditionnel Noël des familles de la Paroisse de Baulmes-Rances. Le pasteur, Valdo Richard, nous accueillit, décrivant ce moment de partage comme un «temps d’illumination , une heure à part pour se ressourcer, quels que soient les soucis de chacun».

Les enfants…

…étaient le thème central : ces enfants qui nous stimulent, nous encouragent et nous apportent leur lumière. L’enfant Jésus, en particulier, Sauveur de tous les peuples.

Quelque 27 gosses du culte de l’enfance occupaient les 4 premiers rangs et participaient activement à la partie chantée du culte, le tout sous la houlette ferme et cadrante d’Anne-Lise Richard et Séverine Hurni. Les jeunes avaient confectionné eux-mêmes leurs instruments (avec l’aide des monitrices, bien s’entend): clochettes, flûtes, tambours et maracas. Ils nous surprirent avec un air en hébreu «shalom» qu’ils chantèrent avec joie et entrain.
Instant touchant, une petite Valentine nous interpréta, seule, à la flûte «Vive le vent» repris en coeur par tous les enfants.

Le conte : l’essentiel est simple

Autre moment fort et intense, fut l’histoire du professeur Nicodem de Jérusalem contée par Anne-Lise Richard, et ce en dépit d’une bronchite récalcitrante; «un miracle!» commentera le Pasteur, son mari. Quel bonheur d’écouter, de regarder et de se laisser emmener par Mme Richard nous narrant la naissance de Jésus. «C’est parce que je n’avais rien, (car il a donné tous ses biens à des nécessiteux) que j’ai reconnu le Sauveur» dit le Professeur Nicodem. Message de simplicité et d’authenticité, l’important étant au-delà de l’apparence. A méditer, peut-être, en ce temps de festivités de Noël.

L’heure, que nous n’avions pas vu s’écouler, touchait à sa fin et nous chantâmes tous ensemble, petits et grands, «Voici Noël» Le Pasteur nous annonça la veillée du 24 décembre à 19 h. 30 à Vuiteboeuf ainsi que celle du 25 décembre à 9 h. 30 à Valeyres-sous-Rances, puis il convia toute l’assemblée à une collation à la salle de municipalité de Rances, gracieusement prêtée, la cure étant en travaux.

Photo Catherine Fiaux

La boursière Germaine Zéni s’en va après 20 ans de service.

Rances : conseil général, belle fréquentation

La boursière Germaine Zéni s’en va après 20 ans de service.

La boursière Germaine Zéni s’en va après 20 ans de service.

Il y avait foule lors de ce dernier rendez-vous communal. 46 conseillers étaient présents et si l’on ajoute le bureau et la municipalité, une grosse cinquantaine de personnes ont répondu à la convocation, ce qui est remarquable pour un village qui compte 434 citoyens.

Pourtant, l’ordre du jour n’était pas particulièrement alléchant, des points qui ont été acceptés sans autre. On notera que le budget se monte à 1,8 millions pour un déficit présumé deFr. 108 000.–.

On s’attendait à un débat sur le projet Biogaz-Mangeguille mais comme la commission ne possédait pas d’éléments nouveaux, elle a préféré reporter son rapport au conseil du 28 juin 2011.

Du bois qui rapporte

Les municipaux ont donné quelques informations au sujet de leur dicastère. Rémy Cand a parlé des soucis de l’horloge de l’église qui a de la peine à trouver la bonne heure. Le nouveau local des archives a fait l’objet d’une analyse des services cantonaux qui ont donné quelques recommandations. Par contre, la sonorisation du temple n’est plus fonctionnelle et cela handicape quelques fidèles à l’ouïe moins sensible.

Edgar Cottens a profité de la hausse du prix du bois pour procéder à quelques coupes qui rapporteront  Fr. 10 000.– de plus à la commune.

Départ de Germaine Zéni

Le syndic a pris congé de la boursière après vingt ans de service. Georges Jaquier a souligné la précision du travail de sa collaboratrice, qui a permis d’informatiser la comptabilité de la commune malgré l’aversion du patron à l’ordinateur. Germaine Zéni se réjouissait de mettre un terme à son mandat tant les problèmes de la péréquation et les exigences cantonales ont fini par la lasser.

Marianne Finger lui succédera à la bourse. A propos, trois membres de l’Exécutif ne se représenteront pas aux élections prochaines soit Chantal Perret ainsi que MM. Cottens et Jaquier.

Si bien que ce dernier a demandé au conseil de donner son avis, à titre indicatif, sur une éventuelle fusion, en précisant qu’un ralliement à une autre petite commune ne servirait à rien, sans autre précision. Prise à froid, l’assemblée s’est montrée timide mais il a été demandé d’inscrire ce point au prochain ordre du jour pour un vrai débat.

La Step en question

Enfin, le président du conseil, Jacques Randin, a terminé la séance en invitant ses concitoyens au verre de l’amitié, non sans avoir répondu aux soucis de quelques-uns à propos de l’association de communes qui pourrait voir le jour autour de la Step d’Orbe qui devrait accueillir les boues de l’Association intercommunale du Vallon du Mujon.

Photo Pierre Mercier