Course aux oeufs et course aux sacs ont été organisées par la Jeunesse.

Montcherand: fraîcheur printanière pour la course aux oeufs

Comme la tradition le veut, la Jeunesse de Montcherand a organisé une nouvelle fois cette journée festive, avec beaucoup de bonne humeur, l’offre de grillades et d’un après-midi d’animations et de jeux.

Une fin de matinée peu fréquentée, le frimas du moment y est certainement pour quelque chose !

Mais les grillades qui ont remplacé les gourmandises chocolatées ont créé un effet d’appel, et, en début d’après-midi les familles du village avec les enfants ont montré le nez. Dans un premier temps tout ce petit monde s’est sustenté, puis avec l’impatience des enfants, ouverture de la course aux œufs.

Départ pour la découverte des œufs cachés dans le sous-bois, avec une marmaille les yeux brillants d’excitation, qui cherche aux pieds des buissons ou dans les touffes des grandes herbes l’œuf de couleur bien caché.

Ensuite, place à la course aux sacs, avec la même excitation et bonne humeur, où la gagnante a partagé son lot, en cassant le gros lapin de chocolat.

Une journée conviviale organisée par la Jeunesse du village, qui a le mérite de rapprocher les habitants et de pérenniser cette sympathique coutume.

Les enfants médaillés.

Montcherand: les Volontaires ont fait feu

Trois jours de liesse, trois jours de beau et chaud et trois jours de retrouvailles conviviales pour les festivités bisannuelles de l’Abbaye des Volontaires de Montcherand.

Déjà mercredi et jeudi, en fin de journée, les amateurs d’amitié étaient conviés au caveau de la jeunesse installé chez le syndic. Vendredi, tir des dames et de ceux que cela arrange. Samedi à l’aurore, sonnerie de la diane puis prise des drapeaux, et de monter en cortège à la cantine dans un village joliment décoré pour vivre l’assemblée statutaire. Le reste de la journée est dévolu aux tirs où pas moins de 150 fins guidons (45 dames et 91 messieurs) se sont concentrés de manière à obtenir les lauriers.

Fin d’après-midi, place aux couronnements des rois et énoncé des résultats par Etienne Weber Abbé-Président: premier roi cible société, Clément Brunner avec 347 points, deuxième roi, Cédric Jeanmonod 100 points au coup centré, troisième roi cible Volontaires: Gilles Chevallier 502 points appui 96, quatrième Roi cible Jura: Yvan Kaenel avec 781 points, première du tir des dames: Catherine Hostetler avec 379 points et premier du tir enfants: Julien Gaillard.

Dans l’élan d’euphorie du couronnement, toute l’aimable assemblée réunie sur la place a pu suivre la fanfare pour se rendre aux verrées en l’honneur des rois.

Dimanche, après la prise des drapeaux, culte, verrée des challenges et de l’Abbé, place au banquet et partie officielle. Suite à l’étuve de la cantine, prise d’air en cortège pour la rentrée des drapeaux et le déroulement animé, voire humide, du cortège «humo-folklorique» à travers le village. Et, la fin des festivités par l’offre apéritive de la commune à la cantine et du bal avec «Les Galériens».

Les rois, depuis la gauche, Xavier Greppin, Olivier Delay, Lionel Bovay et Julien Valceschini.

Montcherand: l’Abbaye des Volontaires en réjouissance

De la diane à la rentrée des drapeaux, la fête fut belle, avec au programme, bonne humeur, joie et convivialité.

Samedi dès cinq heures, sonnerie de la diane pour appeler les habitants de Montcherand aux festivités de la traditionnelle fête bisannuelle de L’Abbaye des Volontaires.
Après la prise des drapeaux, départ en cortège pour participer à l’assemblée sous la cantine.

Ce sont 111 membres, couverts du rituel canotier et brassard au bras gauche qui ont accepté dix nouveaux membres présentés par l’Abbé-président Etienne Weber, ce qui amène l’effectif à 157 membres. Après les délibérations, départ pour se rendre au stand proche afin d’effectuer les tirs sur différentes cibles mises en compétition.
La participation a été réjouissante avec 101 tireurs qui ont rivalisé d’adresse, et, le tir réservé aux dames qui a vu une participation record de 59 concurrentes.

Résultats des tirs

Cible Abbaye, 1er roi Xavier Greppin 351 points, 2e roi Olivier Delay coup centré 100/78. Cible Volontaires, Xavier Greppin 516 points, 3e roi Lionel Bovay 501 points et Etienne Weber 493 points. Cible Jura, 4e roi Julien Valceschini 788 points. Cible des dames, 1ère Justine Sanchez 380 points, 2e Anva Bachmann 368 points 3e Nicole Maubert 366 points. Cible des jeunes, 1er Timothée Martin avec 37 points devant Julien Gaillard 35 points.
Dimanche, suite des festivités, avec le culte sur le préau de l’église, verrée de l’Abbé, banquet et partie officielle. Sous l’égide du major de table Jean-Michel Reguin, se sont exprimés, J.-P. Grin Conseiller National, Jacques Nicolet, président du Grand Conseil, Jean-François Tosetti, municipal, ainsi que Charles-Henri Kohli représentant des Abbayes vaudoises.

En fin d’après-midi, cortège humoristico-folklorique et dernière verrée offerte par la commune à la cantine. Lundi, place à la journée de la jeunesse avec le traditionnel ramassage des «oeufs» et, de terminer sous la cantine pour déguster la soupe aux pois.

Invitation à la promenade.

La rive gauche des Gorges est à nouveau praticable

La pluie et le gel de l’hiver passé avaient fait dérocher un pan de la paroi en dessous du Sentier Nature pour Tous entre Montcherand et Les Clées. Cet éboulement avait emporté une partie du chemin longeant la paroi qui avait été aménagé sur l’amenée d’eau de la Tuffière au réservoir de la commune d’Orbe sur le territoire de Montcherand.

Passage dangereux

Cet éboulement a été signalé au début mars à la Municipalité de Montcherand qui est en charge de l’entretien de ce tronçon du chemin dans les gorges. Celle-ci a réagi rapidement en mettant des banderoles qui ont très vite été arrachées. Elle a mis ensuite des barrières qui, malheureusement, ont fini au fond des gorges grâce à l’intervention de badauds. La commune de Montcherand, soucieuse de la sécurité des promeneurs, a ensuite installé des barrières cadenassées.

Travaux acrobatiques

Des contacts ont été pris avec un entrepreneur de la région qui a fait la proposition de monter un mur en béton. Cette solution, très difficile à réaliser à cause de l’accès, a été écartée, le béton, trop lourd et inesthétique, risquant d’entraîner à nouveau la paroi. L’ingénieur civil a proposé de poser deux culées et d’y fixer des poutrelles métalliques sur lesquelles viendra le platelage.

Cette solution a été adoptée et des travaux de préparation ont été faits en juillet et septembre pour nettoyer le passage et piquer la roche afin de pouvoir poser les poutrelles le plus près possible l’une d’elles sera cintrée pour suivre la courbe du rocher. Ces poutrelles ont été placées avec l’aide de l’hélicoptère qui avait été commandé pour des travaux sur la passerelle bleue un peu plus loin. Et, début novembre, l’employé communal de Montcherand et le municipal Bertrand Gaillard ont posé le platelage.

Grand merci aux communes faisant partie de la Convention des gorges de l’Orbe, qui entretiennent les chemins sur lesquels il fait si bon se promener.

Montcherand: un village solidaire dans l’accueil

Le calendrier villageois de l’Avent à Montcherand, une coutume qui date d’une quinzaine d’années, avec comme élément clé, chaque jour du mois de décembre, la mise en valeur d’une fenêtre par une décoration empreinte de la fibre de Noël.

Ceci permet aux habitants de faire le tour du village pour découvrir ces petites vitrines festives et papoter ensemble.

Ces invitations sont souvent accompagnées d’un service de réconfort, avec une boisson chaude et quelques pâtisseries. L’idée de ce calendrier de l’Avent a débuté en 1998, sous la main de Sybille Roch, puis, organisation reprise jusqu’à ce jour par Christine Emmel.

Avec les années, ce calendrier a quelque peu évolué, la décoration de la fenêtre s’est sensiblement modifié. Le choix de l’endroit décoré s’est aussi porté sur un abord intérieur ou extérieur de la maison, une porte d’entrée ou autre hall. Chaque jour de décembre, une famille qui s’est intéressé à participer à ce calendrier de l’Avent, reçoit chez elle les habitants du village qui le souhaitent. La réception se diversifie entre café de 9 h. à 11 h., apéro et soupe ou vin chaud en fin de journée, voir même, raclette au château.

Un calendrier fort sympathique à suivre tout au long du mois, qui permet contact, amitié et  ouverture à l’intégration pour les nouveaux habitants. Occasion aussi, de se congratuler pour la fête de Noël et du Nouvel an.

Changement d’affectation des places de parc de l’ancienne poste.

Montcherand: le Conseil a désormais son réglement

Sous la présidence de Christophe Rapin, le Conseil général de Montcherand s’est réuni dernièrement à la salle polyvalente des Trésys. Après l’appel d’une quarantaine de conseillères et conseillers, assermentation de cinq nouveaux membres: Martine Petter, Sandrine Corthésy, Joëlle Tripod, Sandra et Claudio Cunsolo.

On parle pompiers

Présentation des statuts concernant la régionalisation du service en matière de défense incendie et secours pour acceptation. Après lecture du rapport de la commission par Fabienne Delay, qui termine ses remarques en relevant très justement, que d’une façon ou d’une autre, nous n’avons pas le choix!

Au niveau comptable, les charges resteront approximativement les mêmes, par contre la disparition de la notion de service d’office dans la loi de 2011, verra la commune perdre environ les 7000 francs de la taxe d’exemption. L’assemblée vote l’acceptation de ces statuts à une large majorité.

Le Conseil général s’offre un règlement «perso»

A ce jour, le Conseil général n’était pas doté d’un règlement et se référait au règlement-type existant. La nouvelle loi sur les communes du 1er juillet 2013 exige d’édicter un règlement communal. Dans le cadre de la lecture du rapport de la commission ad hoc par Marianne Gaillard, plusieurs corrections et amendements ont été formulés. Les interventions de la commission donnent l’image de la qualité du travail effectué par cette dernière. Après l’acceptation d’une majorité des modifications, le législatif a unanimement accepté le nouveau règlement du Conseil général. Reste à soumettre le projet de ce futur règlement à l’approbation de l’État, en l’occurrence le Département de l’intérieur.

Nominations et divers

A l’appel municipal, les postes mis en postulation ont trouvé preneur. Secrétaire municipale, Sandra Cunsolo. Contrôle des habitants, Yvette Nicole. Responsable location de la salle polyvalente des Trésys, Corinne Martin. Reste à trouver la ou le municipal pour remplacer Patricia Hierzeler sur le départ. Votation 1er tour le dimanche 24 novembre prochain de 8 h. à 9 h.

Dans les divers, quelques remarques sont faites sur le marquage sécuritaire routier, l’horaire d’ouverture de la déchetterie ainsi que des communications sur l’appartement communal du pressoir et «ses» places de stationnement. Anciennement publiques, ces places de parc de l’ancienne poste deviennent dorénavant privées. L’appartement prévu dans l’ancienne poste, reste lui, en attente d’une solution liée aussi au parcage de véhicules.

L’étude d’un projet de fusion régional est toujours au goût du jour, le Conseil reviendra sur le sujet lors de la prochaine séance du 12 décembre prochain.

Le projet poste / appartement en stand-by.

Montcherand: un budget teinté de rouge

Le projet poste / appartement en stand-by.

Le projet poste / appartement en stand-by.

Le Conseil général de Montcherand a tenu récemment sa dernière séance à la salle polyvalente sous la présidence avisée de Christophe Rapin. Il salue la quarantaine de conseillers présents et assermente trois nouveaux membres, Marie-Thérèse Tosetti, Florian Bachmann et Stéphane Pittet. Nomination à la commission de gestion, Raymond Chevallier membre et Bernard Hiertzeler suppléant, puis, comme scrutateur, Dominique Wittwer.

Point essentiel de l’ordre du jour, le budget 2013 qui dégage un déficit estimé à Fr. 200 900.–. Les éléments principaux expliquant cette situation: l’augmentation sensible de la facture sociale pour Fr. 80 000.–, la bascule d’impôt 2011 et AJOVAL. Après lecture favorable du rapport de la commission des finances par Charles-Henri Delacrétaz, le Conseil accepte à l’unanimité le budget présenté.

Communications abondantes

Dans les communications municipales, Jean-François Tosetti et Patricia Hiertzeler exposent la situation de la police de proximité qui manque toujours d’effectif, ainsi que sur AJOVAL, qui prévoit un nouveau plan de développement. Valérie Rovero annonce le terme de l’étude du concept énergétique du village qui sera présenté prochainement, puis, expose la problématique scolaire, avec le regroupement de l’enseignement secondaire à Orbe, la construction de nouveaux bâtiments, et le refus des 17 communes concernées du projet de financement. Bertrand Gaillard informe qu’un important glissement de terrain à la hauteur de «Grands Vignes» a coupé le chemin et mis à nu les conduites de «VO Energies».

On parle fusion

Jean-Michel Reguin, syndic, lâche le scoop à l’assemblée: la volonté municipale pour une étude de fusion entre les villages de Sergey, Les Clées et Montcherand, avec pour en débattre, une première entrevue agendée le 15 janvier prochain. Jean-Michel Reguin espère aviver l’intérêt d’autres communes voisines à se rallier au projet, à suivre…

Le programme de transformation de l’ancien local de poste en appartement et la réfection du chauffage de l’église est en stand-by, l’Etat de Vaud qui gèle cette décision du Conseil en est la cause. Cette déplorable situation risque de faire capoter le projet, l’exubérante et étouffante main mise de l’Etat sur les projets et décisions citoyennes devient tuante!

Une fois traité le point des divers parfois lancinants entérinés, les membres du corps délibérant ont apprécié la petite agape sous forme d’apéro dînatoire.

Photo Alain Michaud

François Viret à côté d’une de ses protégées.

Montcherand: un violon d’Ingres pour machines dingues

François Viret à côté d’une de ses protégées.

François Viret à côté d’une de ses protégées.

De l’eau à la vapeur, ces bijoux d’engins exposés au musée urbigène, «Au fil de l’eau».

Le désir de partager sa passion pour ces engins fumants que sont les machines à vapeur, François Viret de Montcherand, a trouvé l’opportunité de les présenter magnifiquement dans le dédale de l’imposante bâtisse qui surplombe l’Orbe au bas de la rue des Moulinets. Dans ce patrimoine, la découverte des plus belles machines à vapeur d’une collection qui avoisine les huitante pièces accumulées au fil du temps en allant à la découverte de marchés et autres brocantes.

Internet permet aussi de compléter cette collection étonnante, et, pour la petite histoire, l’une d’elle porte le nom de baptême de «Marie-Christine» prénom de Marie-Christine Aubert de la boutique «Différemment», qui lors d’un passage à la déchetterie de Valeyres-sous-Rances trouve cette pauvre machine à vapeur abandonnée sur le fatras de la benne à ferraille du village. Cette dernière, en connaissance de l’intérêt que porte François Viret à ces bijoux de tôle, la lui confie pour un toilettage bien mérité!

Les premières machines à vapeur miniaturisées n’étaient pas des jouets, mais utilisées pour faire la démonstration de l’utilisation de la force vapeur chez les industriels. Très rapidement la branche du jouet a trouvé un créneau, qui a permis de développer les trains miniatures, voir les rouleaux compresseurs, et, naturellement les machines à vapeur pour faire fonctionner toutes sortes d’objets techniques.

Les marques principales sont: Doll, Falk, Mecano, Märklin et Plank. Les premières machines à vapeur fabriquées étaient à chaudière verticale, ensuite, vers 1920, la formule de chaudière horizontale est devenue plus à la mode.

Pour arriver à ce résultat épatant, François Viret a passé un nombre d’heures incalculable pour restaurer ces engins rugissants, pour certains très mal en point, cela, afin de leur redonner vie.

A visiter jusqu’au 31 octobre prochain de 11 h. à 17 h. au musée «Au fil de l’eau».

Les finalistes, depuis la gauche la doublette Antonio / Jean-Louis et les gagnants du tournoi, Sao et Honj.

Montcherand: des boules et du soleil plein les yeux

Les finalistes, depuis la gauche la doublette Antonio / Jean-Louis et les gagnants du tournoi, Sao et Honj.

Les finalistes, depuis la gauche la doublette Antonio / Jean-Louis
et les gagnants du tournoi, Sao et Honj.

Le tournoi populaire de pétanque organisé par la société des Ondins s’est déroulé dans une ambiance de fair-play et par une température caniculaire.

Un temps radieux pour les 24 doublettes prêtes à rivaliser mais surtout à vivre une journée de loisir et de détente. La matinée et le début de l’après-midi étaient consacrés aux parties qualificatives, afin de définir les 16 meilleures équipes pour la suite du concours.

Cet exercice de jouées avec élimination directe a permis à la doublette Sao / Honj de battre en finale la doublette composée de Jean-Louis et Antonio; dans la partie pour la troisième place du tournoi, l’équipe locale formée de Tony Rodrigues et Pierre-Alain Grandjean a battu une autre équipe locale, Giovanna associée à Daniel Rod.

Que du bonheur à l’occasion de ces joutes boulistes et Bernard Rebeaud de donner rendez-vous à chacun pour l’an prochain.

Photo Alain Michaud

Charmés d’être ensemble

Au Raisinet Gourmand; une table conviviale, un espace de rencontres

Charmés d’être ensemble

Charmés d’être ensemble

Dans le cadre de l’animation Pro Senectute Vaud, Isabelle Capt accueille chez elle de manière bénévole les aînés, des personnes seules qui cherchent de la compagnie, en proposant de prendre un repas familial dans une cordiale ambiance une fois par mois.

Dans une villa mitoyenne au fond du chemin de Contramont 5, nous trouvons une maison située au cœur de la nature. Une fois passé le pas de la porte, un logement où le bois domine et dégage d’emblée un sentiment chaleureux. Isabelle Capt qui recevait pour une première à sa table d’hôtes, avoue humblement ne pas être une cuisinière émérite, mais a démontré le contraire, avec le service d’un savoureux repas à ses quatre premiers convives.

Le but recherché par la création des tables conviviales est de réunir dans un espace de rencontres des personnes en recherche d’une atmosphère familiale, de favoriser le contact humain dans la simplicité, d’ouvrir la voie du dialogue, d’être à l’écoute de l’autre, où l’on échange les potins du coin et certains souvenirs communs. Cela permet, dans cet espace environné de bois qui rend un effet de relax, une onde de bien-être, de dire les choses de la vie avec de simples mots. Une belle expérience qui mérite d’être vécue!

Afin de permettre une continuation heureuse à ce sympathique engagement, Isabelle Capt a programmé pour les intéressés des rencontres conviviales et gustatives les vendredis 6 juillet, 3 août, 7 septembre. 5 octobre, 2 novembre et 7 décembre à midi. (Inscriptions, dernier délai 24 h. à l’avance, tél. 078 668 07 82)

Comme dit l’adage, un repas à plusieurs a plus de saveur!

Photo Alain Michaud

Montcherand: accueil simple mais chaleureux

Tous ont répondu présent à l’invitation des autorités municipales pour le samedi matin 12 mai, seules deux personnes se sont excusées. L’accueil simple mais chaleureux dans l’ancienne salle du Conseil au collège du village.

Jean-Michel Reguin, syndic, ouvre la présentation historique et de fonctionnement de la localité qui approche à ce jour les 450 habitants. Le syndic explique aux nouveaux venus le tissu social existant, présente les bâtiments historiques et contemporains du village, l’église et ses fresques, le château et son rayonnement culturel, le petit château et son histoire hospitalière, la salle polyvalente et son magnifique environnement d’installations sportives, sans oublier les sociétés en activité, inscrites à l’USL de Montcherand.

Dans le déroulement de cette matinée, chaque municipal(e) donne une explication sur son dicastère, et par là, informe les nouveaux habitants sur la politique des déchets, de l’information communale par le bulletin «Le Pique-Raisinets», de la sécurité au village, des transports publiques et, de la vie politique, en confortant les gens concernés de participer au Conseil général.

Sans oublier la fête de l’Abbaye des Volontaires des 7, 8 et 9 juillet prochain, occasion incontournable pour faire connaissance avec la communauté.
Pour les nouveaux citoyens qui ont atteint leurs 18 ans, ils reçoivent de la part de la commune, un magnifique livre qui retrace les événements de l’année de leur naissance.

A l’heure des questions, l’assemblée s’est trouvée aphone, tout le monde semblait renseigné à souhait, restait donc la partie conviviale où tous les participants se sont retrouvés autour d’une table bien garnie pour le verre de l’amitié et de bienvenue.

Photo Alain Michaud

Patrick Simon

Montcherand: Patrick Simon s’en va

Patrick Simon

Patrick Simon

Lors de la dernière séance de la Municipalité de Montcherand, Patrick Simon a présenté sa démission après deux ans d’activités en son sein. «J’avoue que je suis fatigué de la politique. Nous accomplissons une sorte de bénévolat et j’ai de la peine à comprendre que mes concitoyens manquent de respect», nous dit le municipal des S.I. (eau - gaz – déchetterie et police des constructions).

«Certains sont arrogants et je ne supporte pas leur façon de m’invectiver. Il devient de plus en plus difficile d’accomplir son mandat. Egalement parce que le canton intervient constamment dans nos affaires et nous ramène au rôle d’exécutant. Je ne me sentais plus membre d’un exécutif. En outre, j’ai de nouvelles obligations professionnelles et j’entends les assumer comme je souhaite préserver ma famille, qui est déterminante dans ma vie.

Il y a un an, je me suis présenté à nouveau dans le but d’accomplir mon mandat de cinq ans. Mais j’avoue que je me suis lassé du job durant les deux années que j’ai passées à la Municipalité. Pourtant, j’aimerais relever que je ne m’en vais pas parce je ne m’entendais pas avec mes collègues. Du reste, j’ai accepté de rester en place jusqu’au 30 septembre prochain. Honnêtement, je ne suis pas triste de quitter ma fonction car je ne supportais plus ce manque de reconnaissance».

Toujours plus difficile

De son côté, le syndic Jean-Michel Reguin regrette ce départ. «C’est d’autant plus dommage que Patrick est un jeune du village. Mais comme je le dis depuis des années, nos citoyens sont toujours plus exigeants et pas davantage tolérants. Cela ne rend pas facile la vie des autorités et j’aimerais que mes concitoyens se montrent plus compréhensifs même s’ils ont le droit de donner leur avis sur les affaires communales. Je comprends la démission de Patrick Simon, qui a été harcelé notamment au niveau de la déchetterie ou de la police des constructions. Je lui souhaite de retrouver la sérénité qui lui a manqué lors de ces derniers mois et je le remercie d’avoir accepté de poursuivre son activité jusqu’en septembre avant de prendre sa «retraite politique».