Lignerolle : la scierie Werly fête ses 75 ans d’activité

Agrandissement de la scierie en 1986

Agrandissement de la scierie en 1986

75 ans les mains dans la sciure, c’est en 1934 que Henri Werly a fait l'acquisition de la scierie de Lignerolle, alors située sur la droite à l’entrée du village côté Orbe, emplacement occupé maintenant par le petit locatif «La Marjolaine».

Trente ans plus tard, en 1964, un incendie détruit la scierie. Elle sera reconstruite sur l’emplacement actuel, En 1979, le fils d’Henri, René Werly, effectue une importante modernisation et agrandissement de l’entreprise, puis en 1991, c’est au tour de Dominique de reprendre les rênes de la scierie. Il rallonge alors la surface de dépôt et construit un local de séchage.

En 2007, entrée de son fils Loïc dans l’entreprise, la quatrième génération est présente pour la continuité de l’entreprise familiale.
A l’occasion de ce bel anniversaire, quantité d’amis, de collaborateurs et autres invités ont répondu présent pour honorer cette admirable longévité.

Dominique Werly, dans son allocution, remercie sincèrement les employés qui ont contribué à l’essor de la scierie, il remercie particulièrement son père qui a su donner un bel élan à l’entreprise.

Il relève les changements importants dans le marché du bois, où l’on a passé de la fourniture de bois massif de service, tels échafaudages ou coffrages aux bois reconstitués.

Ces changements dans le marché du bois ont vu nombre de scierie fermer leurs portes, mais la scierie Werly en maintenant un service de qualité, en sauvegardant  la noble cause du bois massif, est restée compétitive dans son domaine. En anecdote, Dominique Werly compare la fourniture de bois massif au jambon à l’os et au foie gras, à celui du bois aggloméré au jambon reconstitué et au tube de «Parfait»!

Daniel Mange, député, souligne dans son discours, l’importance de ces entreprises qui conservent un savoir-faire, ce beau métier de façonnage du bois, qui permettent  de maintenir cette matière noble dans la construction.

Ce sympathique anniversaire a permis aux convives de lever leur verre à la bonne continuation de l’entreprise et de se sustenter gracieusement au grill organisé.

Photo Alain Michaud

40e saison de la famille Steiner à la Thiolle

Claudine et Tcha-Tcha au chalet.

Claudine et Tcha-Tcha au chalet.

Un bail, comme on dit chez nous, 40 ans de présence, 40 ans de labeur au chalet de la Thiolle.

C’est en 1970 que Jean Steiner dit «Tcha-Tcha», postule la place de berger du chalet d’estivage de la Thiolle sur la commune de Lignerolle. C’est le début d’une longue histoire; il faut relever que dans la même période, le couple gère en parallèle un commerce de confection à la Grand-Rue à Chavornay, c’est sa femme Claudine qui s’occupe du magasin. Jean, pendant la période hivernale, pratique la représentation d’habillement, particulièrement dans les campagnes et parcourt à cet effet un vaste réseau de fermes. Une occupation globale très astreignante, puisque à cette époque Tcha-Tcha s’affaire à soigner le bétail, entretenir les clôtures et s’active au service de la buvette.

Un personnage atypique, chaleureux et communicatif, Tcha-Tcha savait recevoir, le petit verre de gnaule offert pour faire durer la discussion, le mot d’humour pour fraterniser. Un homme connu loin à la ronde, un personnage qu’il faisait bon rencontrer.

Un virage essentiel

En 1979, important changement pour la famille Steiner, qui abandonne le commerce de confection à Chavornay et fait construire sa villa dans le village de Lignerolle. Jean Steiner profitera bien peu de sa nouvelle habitation, il décède prématurément le 6 août 1980.

Dans cette situation pénible, Claudine a continué de s’occuper de la buvette du chalet, et, c’est le berger du chalet de la Languetine qui s’est dès lors chargé de soigner  le bétail du chalet de la Thiolle.

Avec les années, Claudine Steiner a trouvé que l’ouvrage devenait bien assez lourd pour elle, voire trop. A cet effet, en 1994, sa fille Nicole rejoint sa maman pour lui venir en aide et la décharger quelque peu dans ce travail saisonnier; puis c’est Nicole qui reprend totalement les rênes du chalet. Arrive 2009, année de la 40e saison de la famille Steiner à la Thiolle, une longévité qui mérite d’être relevée.

Pour marquer cette magnifique cons-tance et assiduité, des festivités sont programmées, le vendredi 31 juillet avec un karaoké, ambiance années 70.

Le 1er août, la commune de Lignerolle organise un feu d’artifice et la soirée sera agrémentée musicalement par un concert Winnipeg «Brice et son orchestre».

Dimanche 2 août, journée d’ambiance champêtre, avec le chœur d’hommes Baulmes-Lignerolle, les sonneurs de cloches, ainsi  que les cors des Alpes.

Une ambiance de mi-été qui mérite d’être vécue, un clin d’œil d’amitié à Nicole et Claudine pour leur accueil toujours chaleureux, et espérons, qui durera encore longtemps.

Photo Alain Michaud