De g.à dr. Philippe Latti, municipal à Croy, Anne-Claire. Pliska et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

Énergie Naturelle Mollendruz SA est maintenant «visible»

De g.à dr. Philippe Latti, municipal à Croy, Anne-Claire.   Pliska et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

De g.à dr. Philippe Latti, municipal à Croy, Anne-Claire. Pliska et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

Inauguration du bureau d’informations sur le futur parc éolien.

Point de contact

Les communes de la région, (Juriens, La Praz, Mont-la-Ville, Vaulion et la ville d’Yverdon, propriétaire foncière) engagées avec le service électrique de la ville de Zurich (EWZ) dans le projet de développement d’une énergie renouvelable, inauguraient un bureau et une exposition présentant les enjeux et le site retenu dans le concept national pour l’énergie éolienne.

José Paradela, syndic de Juriens, précisait, par les dates, les grandes lignes de l’évolution du  projet du parc éolien et  la création officielle de Energie Naturelle Mollendruz SA (ENM SA), le 25 février 2009. Il soulignait l’importance d’un tel investissement pour cette région, qui se trouve géographiquement éloignée des pôles économiques et touristiques du pays.

Gino Romegialli, président du conseil d’administration d’ENM SA, rappelait les faits et causes qui conduisirent  EWZ à approcher les communes, propriétaires territoriales sur le Mollendruz, afin d’élaborer en commun un parc éolien, une énergie verte souhaitée par les habitants de Zurich.

Point de contact et de réponse

Anne-Claire Pliska, directrice suppléante d’ENM SA, présentait l’état du projet: les délais devraient être respectés, ils attendent l’aval du canton pour mettre à l’enquête et recevoir le permis de construire le futur parc. A.-Cl. Pliska commentait les résultats des différentes mesures concernant la faune, l’évaluation sonore et l’effet de la modulation lumineuse.

Elle parlait des mesures de compensation qui sont proposées, comme l’enfouissement de ligne de moyenne tension, de lignes téléphoniques sur le périmètre concerné et des nouvelles lignes électriques du parc.

Les informations sous forme de dossier très complet étaient remises à chaque participant.

Une visite guidée du bureau et de l’exposition concernant le futur parc éolien donnait lieu à plusieurs demandes précises relatives à l’avancée physique et technique du projet avec les divers bureaux cantonaux concernés, et auprès des différentes associations, au sujet de la protection de la faune et de la nature.

Un apéritif, avec une dégustation des produits de la région était offert devant la maison de commune. L’occasion d’échanger les avis ou remarques d’une manière moins formelle et plus détendue.

Photo Marlène Rézenne

Cyril Chezeaux, José Paradela, Sabine Hautier, John Golay, Anne-Claude Grandjean et Philippe Rittener.

Juriens : un voyage aux limites de la commune

Tout le monde descend, on est arrivé...

Tout le monde descend, on est arrivé...

Une balade dans les bois.

Itinéraire soigné

Bernard Hautier et William Chezeaux ont collaboré avec la municipalité de Juriens pour préparer le chemin d’un nouveau tronçon des «frontières» communales. Le deuxième.

Le rendez-vous était donné sur le parking derrière l’église, où un char les attendait pour les conduire au  point de chute de l’an passé, aux Prins-Bois, à la limite avec Romainmôtier-Envy.  L’arbre à William (Chezeaux) était le point de départ.

Un âge canonique

Ils ont cheminé dans les futaies, sous les sapins et les foyards, écoutant les explications de William, sur la santé et les particularités de leur patrimoine forestier, pour arriver auprès d’un ancêtre, un arbre avec une forme particulière: un triple chêne majestueux. Trois rejetons avaient grandi avec obstination, sortis des restes du tronc-mère d’un chêne abattu, il y avait très longtemps.

Ils sont restés liés à plus d’un mètre du sol avant de s’élancer, seul, en quête de lumière. Les gardes-forestiers estiment l’âge de ces triplés, proche de 150 ans.

L’autre particularité de ce trio de chênes est qu’il offre aux promeneurs un abri en forme de fauteuil. Plusieurs personnes l’ont testé et l’on trouvé très confortable.

Une longue marche

Ils ont repris les chemins buissonniers jusqu’à la démarcation avec la commune de Moiry, puis ils ont pris de la hauteur pour atteindre celle de La Praz, au lieu dit «Aux deux bornes». Ils ont fait une halte bien venue, après plus de deux heures et demie de marche où un apéritif offert par la commune les attendait.

Les derniers pas sur les limites communales les menèrent jusqu’au chemin des Trésis où la partie festive était sortie des sacs à dos et partagée par un temps magnifique. Un grill était mis à disposition des participants et les boissons sans alcool offertes.
Une journée conviviale qui sera renouvelée l’an prochain pour continuer à découvrir leurs «frontières communes».

Photo Marlène Rézenne

Intervention d’Olivier Grandjean.

Juriens : un Conseil général avancé

Intervention d’Olivier Grandjean.

Intervention d’Olivier Grandjean.

Au menu, l’adhésion au PNRJV*

Une question de date

Le Conseil général de Juriens était convoqué en urgence: une décision devait être prise par la commune avant le 31 août 2010.
Michèle Charotton, présidente du Conseil, après appel de l’assemblée, donnait la parole au syndic, José Paradela.

Il présentait la demande de la Municipalité, c’est-à-dire l’adhésion au Parc Naturel Régional Jura Vaudois*, pour une période de dix ans.
L’adhésion au PNRJV donnait lieu à moult questions et à une  perception mitigée pour la commune et son futur. Resterait-on libre de nos choix ?
C’était l’inquiétude d’un possible manque de liberté de décisions qui émanait de plusieurs membres de l’assemblée.

Compétences et logistique réunies

Les explications du syndic et, citée par Cyril Chezeaux, la mise en avant de travaux réalisés cette année grâce à l’aide du PNRJV: le mur en pierres sèche vers le Chalet Devant, qui avait pu être réalisé à moindre coût, des travaux que la commune n’aurait pas pu assumer financièrement dans son entièreté.

Ils mettaient l’accent sur le fait que cette association n’a pas de pouvoir de décision sur telle ou telle commune, mais au contraire, permet de réunir et conseiller les partenaires ayant un projet  commun sur leur territoire, de les mettrent en relation avec des corps de métiers spécifiques pour réaliser certains travaux, et l’aspect financier.

Par exemple, les recherches de fonds pour assainir et assurer l’approvisionnent en eau potable de chalets d’alpage pour les hommes et le bétail.  Ce sont les communes elles-mêmes qui décident des projets à réaliser.

Après un débat courtois, l’assemblée acceptait à la majorité que la Municipalité paraphe l’adhésion de la commune au PNRJV.

Olivier Grandjean invitait la population de Juriens à participer, samedi 28 août à Vaulion, à la présentation  de la monographie de Casimir Reymond, artiste qui avait réalisé les vitraux de l’église de Juriens.
La présidente du Conseil levait la séance à 21 h. 15.

Photo Marlène Rézenne

Le secrétaire et la Municipalité de Juriens.

Juriens : un conseil général très court

Le secrétaire et la Municipalité de Juriens.

Le secrétaire et la Municipalité de Juriens.

Les comptes 2009 passent sans problème.

Communications  de la Municipalité

Le syndic, José Paradela  communiquait la date pour le feu du 1er août, soit le samedi 31 juillet, pour des raisons pratiques évidentes.

Une deuxième date, le samedi 4 septembre.La Municipalité invite la population pour une promenade aux frontières de la commune. Et enfin, concernant les AF (Améliorations Foncières): le «ré-abornement» touche à sa fin, mais il ne sera pas finalisé cette année, une mise à l’enquête devra être présentée, au plus tôt, à l’automne.

Les comptes de la commune

Le responsable de l’administration communale, Cyril Chezeaux, a donné des précisions à une question de Michel Baud. Après les amortissements et les dotations aux fonds de réserves, les comptes de la commune bouclaient sur  un bénéfice de
Fr. 4 459.38. L’exercice 2009 pouvait être qualifié de bon en regard de celui de 2008.
L’assemblée a adopté le préavis à l’unanimité.

Élections complémentaires

Les postes de la présidence et vice-présidence du Conseil général étaient à repourvoir après les démissions de Daniela Grandjean et Stephano De Icco.

Michèle Charotton était présentée comme candidate au poste de président  du Conseil. A bulletin secret, elle a été élue avec 32 voix, sur 38 bulletins valables.
Stève Christen, présenté pour la vice-présidence a été élu avec 37 voix sur 38 bulletins valables.

Une dernière question, émanant de Nicolas Gavillet, concernait la LAJE et ses conséquences financières directes sur chaque habitant. «Pour notre commune quels sont les avantages et (ou) les contraintes de la LAJE ?» Il souhaitait que la Municipalité étudie si la participation de la commune chiffrée en 2009 à Fr. 14 504.40 qui passera à Fr. 21 340.– en 2010 est justifiée. Et quelles seraient les conséquences si la commune décidait de sortir de la LAJE.

La séance a été levée à 21 h.

Photo Marlène Rézenne

Cyril Chezeaux, José Paradela, Sabine Hautier, John Golay, Anne-Claude Grandjean et Philippe Rittener.

Juriens : une commune tout entière tournée vers l’avenir

Cyril Chezeaux, José Paradela, Sabine Hautier, John Golay, Anne-Claude Grandjean et Philippe Rittener.

Cyril Chezeaux, José Paradela, Sabine Hautier, John Golay, Anne-Claude Grandjean et Philippe Rittener.

Communications et nominations

José Paradela, syndic, relevait une forte augmentation de déprédations sur le domaine public et de divers dommages à l’intérieur des bâtiments communaux. La Municipalité souhaiterait ne pas devoir sévir espérant que le message arrivera au bon endroit pour que cela cesse. Sans quoi des mesures seront prises.

Il donnait des nouvelles du futur parc eolien, projet qui avance très fort. Prochainement le PVA sera mis en consultation dans les services de l’Etat, avant de passer à l’enquête publique. Le syndic ajoutait: «Avec le WWF ça se passe mieux qu’on pensait et les demandes de compensation débouchent sur un bon accord». Aussi la mise à l’enquête devrait se situer en novembre ou décembre de cette année.

Suivait la nomination d’un (ou une) délégué et d’un délégué suppléant pour le Conseil de l’AscoVaBaNo (association scolaire Vallorbe-Ballaigues-Vallon du Nozon) qui donnait lieu à plusieurs interventions de membres du Conseil. Ceux-ci pointaient un certain flou quant à la mission de ces futurs délégués. Cédric Chezeaux, comme délégué et Lisette Degenève, suppléante, acceptaient de représenter la commune de Juriens.

Projet de chauffage à distance

Il y a une vingtaine d’années, la Municipalité avait proposé la réalisation d’une chaufferie à bois et la construction d’un réseau de chauffage à distance (CAD) pour les trois bâtiments communaux situés au centre du village. Les motivations d’alors étaient la mise en valeur du patrimoine forestier, l’autonomie énergétique, le remplacement des chaudières à mazout et l’amélioration de confort de la salle villageoise.

Le projet avait été rejeté à une courte majorité: investissement élevé, localisation dans l’ancien battoir pour la chaufferie et le stockage du combustible et déchiquetage du bois prévu dans la cour de l’école (il y avait encore deux classes en fonction) ont conduit à son rejet.

Suite à ce refus, le mazout fut choisi.  Actuellement les chaudières de la Ruche et du collège fonctionnent encore, mais elles ne sont plus conformes aux normes et devront être assainies.

Ils ont remis le projet sur le métier

La situation actuelle:  deux chaudières à changer, la hausse du prix du mazout (47.00 en 2000 avec un pic à 105.35 en 2008) qui est de 82.00 actuellement, l’augmentation incessante des taxes liées à ce combustible fossile.  La commune possède des forêts et une bonne gestion peut couvrir les besoins de combustible prévu pour une telle installation.

Le manque de source de chaleur (géothermie, rejet de l’industrie, etc.), et en l’absence de réseau de gaz, c’est tout naturellement que la Municipalité a repris l’idée de 1989: l’utilisation du bois des forêts communales.

J. Paradela soulignait le bien-fondé d’un projet  à échelle humaine, équilibré et à la portée d’une modeste commune comme Juriens.

Étude de faisabilité

La Municipalité s’est adressée à un bureau d’ingénieurs, Energie Concept sa de Bulle (vingt ans d’expérience), spécialistes dans l’étude de faisabilité d’installations de chauffage à distance, et Cyril Chezeaux, secrétaire municipal, présentait sur grand écran l’étude approfondie et le devis du réseau projeté pour les bâtiments de la commune.

Les trois bâtiments communaux (la salle villageoise, le collège et la Ruche) ne suffisant pas à équilibrer financièrement le projet, une extension du réseau avec le raccordement d’habitations privées à proximité était étudiée. Ainsi le réseau comprendra 4 maisons supplémentaires, soit: l’ancienne laiterie-magasin, la Maison «Carmentran», Rénovation minergie (transformation d’une grange en appartements) et l’ancien Café des Amis.

Le combustible utilisé, bois déchiqueté ou plaquette standard provenant de foyards (70%) et de résineux (30%), sera versé dans un silo carré en béton de 60m3 bruts (env.50m3 nets) et un extracteur rotatif alimentera la chaudière. Cette quantité équivaut à 160 heures de fonctionnement en pleine charge ou une autonomie de deux semaines de froid extrême durant l’hiver. Le réseau est planifié pour une extension future.

Cyril Chezeaux parlait des avantages non négligeables pour la communauté: indépendance énergétique par rapport aux pays producteurs de pétrole, utilisation du bois communal en interne, gestion sanitaire des forêts, en accord avec la philosophie énergétique du canton et de la confédération en terme d’écologie et toucher des subventions cantonales pour une telle installation.

Un projet propre en ordre.

Les rapporteurs des commissions, permanente et de gestion, soutenaient le projet, et c’est à l’unanimité que le conseil général acceptait le préavis municipal.

Compliments et démissions

Anne-Claude Grandjean désignée porte-parole de la Municipalité pour remercier Cédric Chezeaux , après huit années d’engagement comme municipal. Elle fit son éloge avec beaucoup finesse et d’humour, un moment convivial et drôle.

Ensuite deux lettres de démissions étaient lues. Daniela Grandjean présentait son renoncement comme présidente du conseil général, pour des raisons professionnelles et familiales, et Stefano de Icco est démissionnaire du poste de vice-président.

Les élections pour ces postes vacants auront lieu le 10 juin, lors de la prochaine séance.

Photo Marlène Rézenne

Juriens : espace Bien-être «Arc-en-ciel»

Sylviane Musy  et Françoise Bally.

Sylviane Musy et Françoise Bally.

Un espace harmonieux

Sis à Juriens, en pleine lumière, dans une maison ancienne et discrète, l’Espace Bien-être, créé par  Sylviane Musy, offre un lieu chaleureux et harmonieux. Douceur des formes, des objets et des couleurs, celui-ci invite à la détente et à la confidence: écoute et respect sont les maîtres mots de cet univers.

Ce lieu est né d’une recherche intérieure qui faisait suite à des épreuves difficiles de sa vie; elle prit intuition de sa sensibilité, et s’orienta vers des cours de couleurs qui l’ont conduite tout naturellement à la rencontre du Reiki, puis des massages.

Une remise en question, résilience des maux et poursuivant son chemin personnel, cet ensemble lui permit de concevoir cet Espace Bien-être, comme un lieu de découverte et de partage. Elle propose de partager différents soins tels que: thérapie énergétique, Reiki, massages relaxants (pierres chaudes) ou bain de couleurs. Maître Reiki depuis 2004, elle enseigne aux niveaux 1, 2 et 3.

Une fois par mois, elle propose une conférence et invite une personne qui présentera son travail ou sa passion qui est en lien avec la nature, les soins par les plantes ou le développement personnel.

Une nouveauté  esthétique

Cette année, dès le mois d’avril, Sylviane invite Françoise, dans son Espace Bien-être, pour des soins corporels et l’épilation définitive avec une lampe laser. Françoise Bally, avec 35 années d’expérience professionnelle comme thérapeute en bien-être et relaxation, reste ouverte aux nouveautés.

Dotée d’une solide expérience elle pratique depuis plus de quatre ans. Elle s’est formée auprès du Dr. Yves Dubey (Lausanne), spécialiste en soins esthétiques.

Site internet en cliquant ici

Photo Marlène Rézenne

Juriens : énergies renouvelables

Photo montage

Photo montage

Energies Naturelles Mollendruz SA

Dans le cadre des Journées de la Technique 2009 (du 5 au 15 novembre), le Service des Energies (Yverdon) organisait un point d’information publique, relatif au projet d’implantation d’un parc éolien dans la région du col du Mollendruz, et qui concerne plusieurs communes riveraines : Juriens, La Praz, Vaulion et Mont-la-Ville, dont trois sont propriétaires fonciers des terrains concernés par cette future implantation, ainsi que la ville d’Yverdon-les-Bains.

Les représentants des communes concernées étaient présents. Ils purent échanger des propos concernant leurs motivations, parler des résultats des études spécialisées concernant: le bruit, les sols, les milieux naturels, les oiseaux, sédentaires ou migrateurs, les chauves-souris et la forêt.

Certains élus ont clairement exprimé le fait que le risque zéro n’existe pas. Selon l’expertise des oiseaux (L. Maumary, ornithologue), dans l’ensemble les impacts prévisibles sur les oiseaux nicheurs peuvent globalement être considérés comme faibles. La nidification de l’Alouette lulu sur les affleurements rocheux était prise en compte pour l’emplacement des éoliennes.

Il faut rappeler, que les collisions contre les câbles aériens des lignes à haute tension et les vitrages sont une source de mortalité bien plus importante pour les oiseaux, car ce sont des structures peu visibles.

Présentation audio-visuelle

Cédric Pillonnel municipal (en charge du dossier pour Yverdon) présentait le travail audio-visuel réalisé par la Haute Ecole d’Ingénierie (heig-vd) et parlait des avancements du projet. La démarche de ce projet ne vient pas d’investisseurs (qui dit, actionnaires, et gros sous dans leurs poches!) Mais de plusieurs villes et communes.

C’est une approche collective pour une énergie verte. José Paradela, syndic de Juriens : «ce projet est une possibilité intéressante qui nous est offerte de démontrer que les petites communes, Juriens, La Praz, Vaulion et Mont-la-Ville, peuvent se positionner dans le développement du canton et dans des domaines qui ne trouveraient certainement pas leur place dans des endroits à forte densité de population.

C’est aussi un instrument de réflexion pour nos communes du pied du Jura, avec de grands territoires forestiers, qui pourraient voir un développement des énergies vertes, bénéfiques non seulement pour l’environnement, mais économiquement».

Photo Marlène Rézenne

NDLR : cette contribution concerne également les communes de Vaulion, La Praz, Yverdon-les-Bains et Mont-la-Ville