La majoritaire en question

Le syndic de Chavornay, Pierre-André Leuenberger.

Le syndic de Chavornay, Pierre-André Leuenberger.

Le Conseil d’Etat vaudois a fait savoir qu’il souhaitait que les prochaines élections communales de 2011 se déroulent uniformément selon le système proportionnel. Le Grand Conseil devrait se prononcer prochainement à ce sujet.

Cependant, douze communes ont recours à l’élection majoritaire. Chavornay en fait partie et son syndic, Pierre-André Leuenberger n’accepte pas le diktat cantonal. «Que notre administration de Lausanne s’occupe des affaires des régions et du canton et ce n’est pas la tâche des députés de s’immiscer là-dedans. Je trouve que c’est de l’ingérence et je défendrai chèrement notre procédé», nous dit-il.

Il faut se souvenir qu’en 2005 à Chavornay, un référendum à ce sujet avait été lancé par la gauche et avait été repoussé à 53%. Cela avait du reste coûté très cher aux initiants puisqu’aucun candidat de la gauche n’avait trouvé grâce devant l’électorat.

Une chance pour tous

«Avec la majoritaire, on élit une personne que l’on situe, alors qu’à la proportionnelle, vous faites confiance à un parti avec une liste de candidats que vous ne connaissez parfois pas. Rien n’indique qu’il est nécessaire de changer dans la mesure où la constitution vaudoise nous offre les deux possibilités. Au début de la législature en cours, environ huitante citoyens figuraient sur la liste commune qui était soumise à élection.

J’estime dès lors que tout le monde a sa chance d’accéder au Conseil communal. Nous n’avons dès lors aucune raison de changer notre mode de scrutin», rajoute le syndic, qui se rappelle qu’au milieu du siècle dernier, le député Charles Bousson avait déjà conduit un référendum au nom des classes moyennes, qui n’avait pas abouti non plus.

Pas plus de 4’500 habitants

Cette résistance à la proportionnelle n’est pas le fait de la classe bourgeoise. Même si le sentiment demeure que les nouveaux habitants ont plus de peine à intégrer les autorités communales. «Ils ont l’occasion de se faire connaître à travers la vie associative. Je remarque qu’ils sont très présents dans les sociétés sportives.

Par contre, ils ne s’intéressent pas beaucoup aux affaires de la commune», précise M. Leuenberger. Si le syndic ne craint pas que son village devienne une cité-dortoir, il est persuadé que Chavornay ne pourra pas accueillir plus de 4’500 habitants. «Nous sommes limités au quatre points cardinaux. Au nord par le ruisseau de Sadaz, au sud par le Talent, à l’est par l’autoroute et à l’ouest par la ligne de chemin de fer.

Je ne peux pas imaginer que la zone d’habitation puisse franchir ces barrières naturelles. Il est nécessaire de garder un certain caractère à la localité, qui doit conjuguer agriculture et économie, et conserver un esprit», conclut le président de la commune.

Reste maintenant à savoir si le Grand Conseil sera sensible à la lettre commune adressée par les douze communes réfractaires pour garder leur système à la proportionnelle.

Photo Pierre Mercier

Chavornay : assemblée régionale de l’ORPC

Louis-Claude Bally

Louis-Claude Bally

Subtilités comptables pour entrer dans le moule cantonal

C’est sous la présidence de Bernard Ballif que l’ORPC (Organisation Régionale de la Protection Civile) du district d’Orbe a tenu mardi soir 22 septembre, à la grande salle de Chavornay, son assemblée régionale usuelle de début d’automne. Le quorum qualifié était atteint et les participants se sont tout d’abord penchés sur le budget de l’organisme intercommunal pour l’année 2010.

Un budget détaillé par le commandant et major Claude Rutishauser qui a surtout expliqué les très faibles variations dans la présentation entre les années, dues à l’adoption un an avant l’heure (2011) d’un nouveau plan comptable compatible sur le plan cantonal et qui est calqué sur celui des communes.

C’est ainsi que certaines dépenses changent de nom, mais pas vraiment de montants. Et que les recettes ne sont plus maintenant de «vulgaires» recettes mais des «Revenus de Fonctionnement». Il faut savoir gré au commandant Rutishauser de s’être penché sur une matière comptable qui n’est sans doute pas son premier intérêt dans la vie et qui prend du temps sans rendre les comptes plus clairs qu’ils ne l’étaient déjà.

Charge par habitant évoluant faiblement

Selon le budget 2010 adopté par l’assemblée, la charge par habitant diminue un peu mais pas de façon très significative : elle était de Fr. 16.72 au budget 2009, et sera, si le budget 2010 est tenu, de Fr. 15.89.

Le budget comprend  en effet une provision de Fr 50 000.— destinée à prévoir le paiement de cotisations  AVS en retard à l’OFAS, suite à un contrôle et surtout à un litige avec cet office qui dure depuis longtemps. A supposer que l’ORPC d’Orbe obtienne finalement gain de cause, ce paiement ne grèvera alors pas les comptes 2010 et ramènera la charge par habitant à un montant inférieur.

A noter que l’ensemble des communes concernées représentent une population globale de 21 000 habitants.

Nouveau membre du Comité Directeur et regroupements

La commune de Vaulion était représentée au comité directeur par Jean-Pierre Schoch, municipal démissionnaire au 31 août 2009. Il s’agissait donc de repourvoir ce siège laissé vacant. C’est un autre municipal vaulieni qui a été élu à l’unanimité à cette charge : Louis-Claude Bally.

Personne n’a d’ailleurs contesté cette candidature en lui opposant une autre alternative et dans la foulée le Président du Comité directeur, Patrick Jordan, a communiqué rapidement sur les projets de regroupements d’ORPC qui ont été discutés dans les mois qui viennent de s’écouler. Le projet pourtant avancé avec Grandson et Yverdon-les-Bains a finalement avorté, cette dernière commune préférant en l’état faire cavalier seul, semble-t-il pour des raisons de partage des charges de personnel.

A noter, toujours selon Patrick Jordan un peu amer en l’occurrence car il espérait que ce projet aboutisse, que d’autres regroupements sont à l’étude, dans un esprit de simplification et de rationalisation des coûts. Tout ceci bien sûr avant l’entrée en vigueur de la grande réorganisation cantonale qui doit intervenir en 2011.

Un grand merci aux hommes  de l’ORPC Orbe

En marge de l’ordre du jour en raison de l’actualité, Pierre Mercier, municipal à Orbe a tenu à remercier sincèrement cette «fameuse PC que certains critiquent car elle coûte cher» pour être intervenue aux côtés des pompiers et des autres corps de métier lors du récent et impressionnant incendie de la rue des Terreaux à Orbe.

Le commandant Rutishauser a d’ailleurs précisé que ses hommes et lui-même avaient essentiellement eu pour mission de reloger les familles sinistrées et de préparer à manger pour les pompiers pendant leur longue intervention. Pierre Mercier de rappeler aux communes que la PC crée aussi des chemins sportifs ou d’autres installations de ce type et qu’il convient de l’utiliser.

Un thème que reprendra Claude Tilleu, municipal à Chavornay, dans sa courte présentation de la commune hôte de l’assemblée du jour, en rappelant que précisément, si le Tour de Romandie à la marche s’arrête maintenant régulièrement à Chavornay, c’est notamment en raison de la présence de chemins et sentiers sportifs précisément créés sur la commune par les hommes de la PC.

Photo Olivier Gfeller

Chavornay : portes ouvertes à la caserne

Kyrian Maire tient fermement la lance à incendie sous l’œil attentif de ses parents et de quelques enfants présents

Kyrian Maire tient fermement la lance à incendie sous l’œil attentif de ses parents et de quelques enfants présents

Le 5 septembre dernier, le corps des sapeurs pompiers de Chavornay a ouvert les portes de sa caserne au public, afin de présenter les différentes activités ainsi que les outils inhérents à la défense incendie dans le village.

En présence de nombreux curieux, les pompiers de Chavornay ont exposé leur matériel à un public séduit. De la lance à incendie, en passant par l’extincteur, le brumisateur, les échelles, les motopompes, les brancards et bien sûr les véhicules, les visiteurs, surtout les enfants, ont pu s’essayer à la pratique de l’extinction de divers types de feux.

Sous un soleil resplendissant et les yeux de leurs parents, beaucoup de petits et grands enfants se sont transformés en soldats du feu. Le temps d’essayer les engins mis à leur disposition par des volontaires disponibles et sympathiques et c’est pour beaucoup un rêve qui se réalise.

Visiblement heureux de présenter sous formes d’animations et de jeux, les différents outils en matière de défense contre les feux, les hommes et les femmes du corps ont démontré que Chavornay était équipé pour combattre de manière efficace les différents brasiers et catastrophes naturelles qui pourraient survenir.

En compagnie des visiteurs et des représentants des autorités communales et tout en actionnant les sirènes des camions, les enfants se sont succédés aux différentes animations dans un bonheur qui se traduisait par les sourires sur les frimousses radieuses.

Pendant que les bambins s’éclataient, les adultes se sont défoulés autour des tables sur lesquelles était servi un apéritif, comme il se doit dans nos contrées.

Une belle journée, propice à faire connaître au public les motivations qui poussent ces volontaires à se mettre au service de la population et à donner envie aux jeunes et moins jeunes de s’engager dans le corps des sapeurs pompiers de Chavornay.

Aussi, si vous avez entre 20 et 45 ans, et que vous êtes motivé(e)  à participer à la défense incendie de votre village, rejoignez les pompiers de Chavornay.

Pour tous renseignements et/ou pour vous inscrire, contacter le commandant Pascal Turin au 024 441 50 70.

Photo Pierre Pellaton

Chavornay : un bourg qui veut garder une identité villageoise

La fameuse maison bernoise au centre du village

La fameuse maison bernoise au centre du village

Quand on lui demande de parler de son «village», le syndic Pierre-André Leuenberger ne peut tout simplement plus s’arrêter. Il évoque avec sympathie les inquiétudes et les espoirs qui font de Chavornay un village qui se permet d’allier ses agriculteurs, ses artisans, mais aussi ses commerces et sa zone industrielle.

Des projets pour la plupart déjà en route

Des grands projets de la commune presque tous sont déjà en cours, la salle polyvalente est sur la bonne voie et sera la fierté des Corbeaux, la zone industrielle se développe notamment grâce au projet Chavornay Parc SA qui avancera dès le printemps 2010.  Tout va se gérer prochainement, y compris les problèmes dus à la circulation des poids lourds. De plus, un projet de repenser l’aménagement du site sportif du Verneret renforcera l’attrait du lieu pour les sportifs de plusieurs disciplines.

Une des préoccupations de la Municipalité et du Conseil communal sera le problème de la prise en charge des écoliers et des petits enfants en pré-scolarité. En effet, la prise en charge en dehors des heures d’école et de garderie ne peut se faire qu’avec une organisation impeccable et des implications financière qui, non planifiées dans les règles de l’art, prétériteraient le budget de la commune.

C’est qu’il faut concilier l’aspect du point de vue nécessité et l’aspect possible financièrement et organisationnel, ajoute Pierre-André Leuenberger. Il ne faut pas non plus en effet charger les parents ou les familles au delà d’une participation correcte, et tout cela demande une réflexion approfondie qui prend du temps. Il faut ainsi trouver un bon compromis.
Une autre inquiétude des autorités communales  se traduit par le fait que Chavornay doit rester un village qui associe agriculture, artisanat, industrie et commerces et il est primordial de défendre cette image campagnarde.

C’est pourquoi, même si pour l’instant, au niveau démographique le village a dépassé une ville comme Vallorbe, il n’est pas question de devenir ne serait-ce qu’une ébauche de ville. Chavornay est un village et le restera, il doit garder son identité villageoise.

A l’écoute de ses concitoyens

Une autre chose à laquelle tient le syndic est l’écoute des habitants. En effet, il existe au sein du village un parlement des jeunes qui réunit des élèves des collèges de la commune et les autorités. Il a été formé au sein des ces jeunes un groupe de réflexion qui suit les travaux de construction de la salle polyvalente afin d’y apporter des idées et surtout de les intéresser à ce qui se passe dans leur commune.

Chavornay est en effet habité par de nombreux jeunes et il faut les écouter afin de leur offrir les infrastructures adéquates. Comme nous dit encore Pierre-André Leunberger, si on ne peut pas dire qu’il y a beaucoup de dérapages de la jeunesse dans le village, il faut être attentif et ainsi éviter au maximum l’apparition de problèmes.
Ce qui est très important, c’est de garder les pieds sur terre et faire confiance aux autres pour faire avancer les choses, travailler en commun c’est une priorité des autorités de Chavornay. Des idées, ce n’est pas ce qui manque, c’est aussi les possibilités de les réaliser autant au niveau des ressources qu’au niveau des finances, ajoute le syndic.

Et pour finir

Peut-être que l’on peut faire mieux c’est vrai, mais il faut toujours du temps et le principal c’est d’avoir des projets afin que Chavornay reste un village où il fait bon vivre, termine le syndic.

Photo Pierre Pellaton