Quartier du Verneret

Chavornay : baston au Verneret

Quartier du Verneret

Quartier du Verneret

La presse quotidienne a relaté les incidents qui se sont produits à proximité de la grande salle de Chavornay, le week-end dernier. Pour rappel, un adulte a été agressé par trois jeunes de 17 ans alors qu’il était venu rappeler à l’ordre ce petit groupe bruyant.

La victime a reçu plusieurs coups de cutter et a dû être transportée à l’hôpital, sans que sa vie soit en danger. Le lendemain après-midi, ses trois frères ont voulu venger la victime mais ont frappé des jeunes qui n’étaient pas impliqués dans la bagarre du soir précédent.

Concierge contre voyous

Selon nos informations, l’incident du premier soir a impliqué le concierge d’un nouvel immeuble, à proximité du collège, qui a voulu intervenir au nom de ses locataires. Mal lui en a pris car le trio était connu pour avoir déjà eu maille à partir avec la justice.

Pire, puisque l’un des protagonistes est actuellement en séjour dans une maison de redressement en Valais bien qu’habitant de Chavornay. Ces jeunes sont connus pour consommer de la drogue et de l’alcool, comme c’était le cas ce soir-là.

Par bonheur, la victime, qui avait perdu beaucoup de sang après avoir été frappée à divers endroits, n’a passé que quelques jours à l’hôpital.

Vendetta aveugle

Le fait que les personnes impliquées soient d’origine albanaise, bien que certaines possèdent aussi le passeport suisse, peut éventuellement expliquer la scène du lendemain.

Pour une véritable vendetta puisque les trois frères du concierge se sont vengés le samedi, en se rendant sur l’emplacement du drame. Y trouvant quelques ados, ils se sont mis à frapper sans connaître l’identité des personnes présentes, laissant un blessé, sérieusement tuméfié, qui a déposé plainte face à cette agression gratuite.

Inadmissible

Il est entendu que personne à Chavornay ne s’attendait à un tel déploiement de violence. Sauf peut-être dans les milieux proches de la jeunesse puisque certains comportements laissaient à désirer.

La commune a engagé récemment une éducatrice de rue et on espère que son action va pouvoir désamorcer la tension qui règne occasionnellement du côté du terrain de football ou au Petit Parc, proche du magasin Denner. Afin que Chavornay ne s’accommode jamais de cette violence gratuite.

Photo Pierre Mercier

Le syndic Pierre-André Leuenberger et sa municipalité ont été soutenus par le conseil communal.

Chavornay : le Conseil appuie la Municipalité

Le syndic Pierre-André Leuenberger et sa municipalité ont été soutenus par le conseil communal.

Le syndic Pierre-André Leuenberger et sa municipalité ont été soutenus par le conseil communal.

De nombreux sujets occupaient l’ordre du jour du dernier Conseil communal. Mais c’est avant tout une résolution du Conseil qui a retenu l’attention.

En effet, ce dernier a souhaité appuyer son Exécutif dans sa démarche de réduire la circulation dans le centre du village, ce qui est une préoccupation majeure pour la population. Au point de vouloir retenir les permis de construire des entreprises qui aimeraient s’installer dans la future zone de Chavornay Parc.

Dans la mesure où le canton a déterminé l’importance du pôle d’activités, en fonction notamment de son rattachement au chemin de fer, le Conseil communal a émis le vœu que l’Etat de Vaud affiche clairement sa volonté politique vis-à-vis du site. Il faut admettre que l’agrandissement de cette zone industrielle est essentielle pour la région, autant pour Chavornay que pour Orbe et les environs.

Il est dès lors bien normal que la commune demande des garanties par rapport aux nuisances que pourraient procurer un tel développement.

De 50 à 55 conseillers

En outre, le Conseil n’a pas suivi le préavis municipal concernant le nombre de conseillers préconisé pour la prochaine législature. De 50, le Conseil communal passera à 55 membres et le nombre de suppléants augmentera de 10 à 15 personnes.

Un autre objet a fait l’objet d’une légère modification. Il s’agit du tarif des émoluments en matière de police des constructions. Il était préconisé une taxe de deux pour mille pour les immeubles d’une valeur maximale de Fr. 400 000.– et de 1,5 pour mille pour les constructions plus onéreuses. Les conseillers ont partagé la poire en deux. Tout édifice de plus de Fr. 400 000.– sera taxé de 2 pour mille jusqu’à cette somme, le solde sera facturé à 1,5 pour mille.

Les autres objets ont été adoptés comme la rénovation de la toiture du collège de la Cité ou les crédits complémentaires liés à la construction de la salle polyvalente. Enfin, il a été admis la création d’un terrain multisports (mini pitch), d’une valeur de Fr. 110 000.–, qui prendra place au Verneret.

Photo Pierre Mercier

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Chavornay : la gare CFF se met au libre-service

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Depuis le 1er janvier dernier, la gare de Chavornay n’a plus de  service de vente aux voyageurs. Pour pouvoir se procurer un titre de transport, l’usager doit s’adresser au distributeur automatique.

Pour se rendre compte de l’effet de cette fermeture après un mois et demi, il fallait demander leurs impressions aux nombreux usagers qui fréquentent la gare de Chavornay. Cette rencontre a fait ressortir un réel mécontentement, notamment des voyageurs plutôt âgés qui, pour certains, trouvent très compliquée l’utilisation du distributeur d’autres clients des CFF,  ont simplement dû changer leurs habitudes ; ils trouvent qu’il faut vivre avec son temps et ne s’en trouvent pas plus gênés que ça.

Cependant aucun voyageur ne nous a dit qu’il trouvait cela parfait.

Du nouveau pour son ticket de train

Outre le distributeur, qui se repère tout de suite dans la gare par la queue qui se dresse devant son écran aux heures de points, il est possible, selon le communiqué des CFF,  de se procurer un ticket de transport auprès d’autres canaux de ventes. Cependant, les personnes qui n’ont pas accès à ces technologies s’en trouvent tourmentées.

De plus, les informations offertes jusque là par le personnel du guichet sont disponibles par téléphone, mais payantes cette fois.

Les questions posées au CFF

Les réponses du porte-parole des CFF, M. Jean-Philippe Schmidt, ont été relativement formelles, même si certaines sont restées quelque peu évasives.

A la question : «Que dites-vous aux mécontents de ce nouveau système ?» La réponse des CFF est : « Si le point de vente a été fermé, l’offre ferroviaire, elle, n’a pas été modifiée : la gare de Chavornay est desservie par les lignes S1 et S11 du RER Vaudois, soit deux trains par heure et par sens. En outre, le confort des trains est en cours d’amélioration depuis le mois de novembre dernier: d’ici fin 2010, toutes les rames de la S1 desservant Chavornay seront assurées par du nouveau matériel roulant de type FLIRT, plus confortable».

Le distributeur ?

Et si le distributeur ne fournit pas toutes les prestations que le guichet de vente procurait, notamment la vente d’abonnements demi-tarif, par exemple, «il est possible de se procurer un titre de transport CFF auprès des nombreux canaux de vente, par téléphone, par Internet, et même via son téléphone portable.

Si l’on compare à la situation d’il y a une vingtaine d’années, où il fallait dans de nombreux cas se déplacer à la gare pour acheter son billet,  il n’a jamais été plus facile d’acheter un titre de transport, même depuis la maison.

L’évolution des habitudes des clients le démontre, puisqu’aujourd’hui, plus des deux tiers des titres de transports sont achetés ailleurs qu’aux guichets. Pour l’abonnement demi-tarif, par exemple, il est possible de le commander et le renouveler par Internet sur le site des CFF ou par la poste.

Il est également possible, pour une personne habitant Chavornay, de le commander ou le renouveler à Yverdon ou à Lausanne» nous informent les CFF.

Sur les difficultés pour certains usagers d’utiliser les distributeurs automatiques, la réplique est : «Nous avons également pensé aux personnes plus âgées: lors de contacts avec la commune de Chavornay, nous avons, comme nous le faisons également ailleurs, organisé, avec la Commune, deux séances d’information pour les seniors.

Ceux-ci sont invités, par la commune à une séance d’information sur la mobilité pour les seniors, durant laquelle le fonctionnement des distributeurs de billets y est justement expliqué. Les séances d’information sont prévues pour Chavornay les 10 et 11 mars prochains», nous dit J.-Ph. Schmidt,  soit deux mois et demi après la mise en fonction du système.

Les informations ?

Les canaux d’informations sur les CFF et les horaires sont également très nombreux: le site Internet des CFF donne de très nombreux renseignements d’horaires et de prix, il est également possible d’obtenir toutes ces informations sur son téléphone portable, sur son agenda électronique, etc (voir www.cff.ch/mobile , non pas www.cff.ch/mobilworld comme évoqué par le communiqué de l’infos plus, et si ce n’est pas suffisant, auprès du 0900 300 300, Fr. 1.19 la minute).

Dans la région, le personnel CFF spécialisé de l’agence de Voyages d’Yverdon-les-Bains peut organiser des voyages complets, trains, hôtel ou avion, dans le monde entier.

En ce qui concerne les collaborateurs du guichet, «le personnel affecté aux tâches de vente était déjà des collaborateurs d’Yverdon qui effectuaient certains tours de service ailleurs ; ils ne viendront tout simplement plus à Chavornay».

Et sur les pannes ?

Sur la question des pannes possibles, «un automate à billets peut en effet tomber en panne, et dans ce cas, des équipes mobiles de réparation ont pour but de le remettre en état le plus vite possible», nous dit en substance le porte-parole des CFF.

Par contre, aucune explication n’est donnée si nous devons attendre la réparation pour prendre notre train.

L’image

Et que pensez-vous du facteur contacts humains dans cette démarche ? Ne serait-elle pas une  image ternie de plus du service des CFF ? La réponse est: «Pour terminer, la gare de Chavornay bénéficie d’une cure de jouvence: la marquise est en train d’être entièrement rénovée et ses dimensions adaptées.

L’abri de quai doit être rafraîchi, de même que les balustrades d’escaliers. Les CFF procéderont en outre à la pose d’un nouvel éclairage et de nouveaux haut-parleurs. La signalétique y sera également modernisée».

Puisqu’il faut subir les modifications dues au progrès, autant prendre cela avec philosophie, se dire qu’il faut vivre avec son temps et tant pis si le contact humain ne se fera qu’une fois installé sur la banquette du wagon.

Dans le communiqué du 7 décembre dernier, les CFF remercient la clientèle de Chavornay et environs pour sa compréhension, espérons que les usagers resteront indulgents.

Photo Pierre Pellaton

La maquette de la statue des trois corbeaux que ne verront pas les usagers du giratoire aux graminées.

Chavornay : une séance animée

La maquette de la statue des trois corbeaux que ne verront pas les usagers du giratoire aux graminées.

La maquette de la statue des trois corbeaux que ne verront pas les usagers du giratoire aux graminées.

Le jeudi 28 janvier dernier, le conseil communal de Chavornay a refusé le seul préavis municipal encore en discussion.

Après l’approbation du procès-verbal de la séance du 12 décembre 2009 et une communication de la Municipalité concernant la diminution de plus de 35% du volume des ordures ménagères depuis l’introduction de la taxe au sac, le président du Conseil, Pierre Malherbe, a ouvert les débats sur les deux préavis mis en discussion.

Abandon d’une demande de crédit supplémentaire

En premier lieu, la Municipalité a sollicité auprès du Conseil un crédit complémentaire de Fr. 43 000.– pour installer, dans la nouvelle salle polyvalente, un chauffage à bois, plutôt que celui à gaz prévu initialement.

La commission ad hoc a invité la Municipalité, par voie de motion, à présenter lors d’un prochain conseil, un nouveau préavis dans lequel un certain nombre de points devront être précisés. La Municipalité a retiré, de ce fait, sa demande.

Aménagement du giratoire au centre du village par une œuvre d’art

La Municipalité s’est vue proposer par  Bernard Viglino, artiste chavornaysan bien connu, quelques esquisses d’œuvres originales et représentatives de la commune des «Corbeaux», afin d’aménager le giratoire Rc 293 au centre du village.

L’exécutif s’est déterminé pour un projet représentant trois corbeaux en acier se dirigeant vers trois directions différentes. La statue de 4 mètres de haut sur 7 mètres de large pèserait autour de 6 tonnes et coûterait Fr. 150’000.–.

Après des débats animés, des explications du municipal en charge défendant l’ouvrage, en avançant  le financement par un legs en déshérence, ainsi que l’appui du syndic et de plusieurs personnalités de la commune, le Conseil communal, jugeant que le moment est mal choisi pour une telle dépense, a refusé par 24 voix contre 18, an bulletin secret, d’accorder le crédit à la Municipalité pour cette œuvre.

Photo Pierre Pellaton

Beau camion ...

Chavornay : une mauvaise nouvelle … circule

Beau camion ...

Beau camion ...

L’administration cantonale n’a pas répondu favorablement aux autorités de Chavornay qui espéraient préserver le centre du village de la circulation des poids lourds qui se rendent au Port Franc.

Confirmant une première missive du Conseiller d’Etat François Marthaler, le service des routes a fait savoir que le projet de plateforme logistique de marchandises nécessitait une liaison directe avec l’autoroute.

En clair, la route cantonale qui relie Corcelles à Orbe ne pourra pas être interdite aux camions.

Cependant, le Canton admet volontiers que des mesures devront être prises afin d’assurer la meilleure sécurité possible dans la traversée du village et de garantir une bonne qualité de vie des riverains de cet axe, en installant des pare-bruits, par exemple.

Pas de remboursement de la RPLP

Dans sa démarche, la commune avait imaginé que les camions, qui devraient se rendre à Chavornay Parc, emprunteraient la croisée de Boscéaz, sur le territoire d’Orbe, pour sortir ou accéder à l’autoroute.

L’administration cantonale a malheureusement confirmé qu’elle n’envisageait pas cette solution et qu’elle n’entrera pas en matière dans le domaine de la compensation financière de la RPLP, comme souhaité par la Municipalité chavornaisienne.

Il faut savoir que les entreprises de transport payent une taxe en fonction du nombre de kilomètres couverts par leurs véhicules. En devant passer par Orbe et sa route de contournement, elles auraient été contraintes d’effectuer plusieurs kilomètres supplémentaires.

Face à cette non-entrée en matière, Chavornay devra probablement se pencher à nouveau sur son projet. Ce d’autant plus que le service des routes ne souhaite pas que la sortie de Chavornay Parc oblige les camions à prendre la direction Orbe, craignant que ces derniers rebroussent chemin au carrefour Nestlé pour éviter d’effectuer des kilomètres inutiles.

Voilà qui remet en question beaucoup de choses pour le village qui accueille une plateforme rail-route.

Le public est venu en nombre pour débattre de cette taxe au sac.

Chavornay : les sacs poubelles seront taxés

Le public est venu en nombre pour débattre de cette taxe au sac.

Le public est venu en nombre pour débattre de cette taxe au sac.

Le jeudi 10 décembre dernier, à la grande salle du Verneret, la municipalité a convié la population à une soirée d’information sur les sacs taxés.

En effet,  dès le 1er janvier 2010, les ordures ménagères devront être déversées uniquement dans les sacs taxés officiels STRID, pour être déposées dans les containers de la commune. Cela méritait une séance d’informations pratiques et le public est venu nombreux y assister.

A la suite du refus de la taxe au poids sur les poubelles par la population, la commune de Chavornay, comme beaucoup de communes de l’ancien district, s’est parée d’une méthode pour aller dans le sens de la loi en ce qui concerne les ordures ménagères, en adoptant la taxe au sac. Disponibles dans les magasins de la région, comme les grands distributeurs, les stations services et les petits commerces et boulangeries de la commune, les sacs seront vendus au prix de : Fr. 10.– le rouleau de 10 pièces de 17 litres, Fr. 19.50 le rouleau de 10 pièces de 35 litres, Fr. 38.– le rouleau de 10 pièces de 60 litres et Fr. 30.– le rouleau de 5 pièces de 110 litres. A relever que la taxe personnelle sera de Fr. 70.– par adulte et que la taxe sur l’eau est supprimée.

Afin d’expliquer ce que veulent les lois fédérales de 1997 et cantonales de 2007 sur le principe du pollueur payeur, le directeur de la STRID, Jean-Paul Schindelholz, a longuement développé le rôle de la STRID, ainsi que les méthodes pour réduire au minimum les frais engendrés par les poubelles.

Ainsi, on a appris qu’il est possible de réduire les ordures jusqu’à 40 sacs de 35 litres par ans et par personne et même jusqu’à 30 sacs si l’on devient un adepte du recyclage total (en laissant les emballages non recyclables dans les poubelles des magasins, par exemple). A ce rythme, les économies des ménages pourraient être non-négligeables par rapport au coût actuel des taxes.

Le municipal Guy Muller s’est ensuite expliqué sur la diminution des points de collectes des ordures qui passeront de 194 aujourd’hui à 80 voir 90 points de ramassages dès 2010. Il a également décrit le fonctionnement de la déchetterie, qui renforcée par plus de collaborateurs lors des heures d’ouvertures, va également se développer, peut-être sur un autre site.

Il a aussi exposé les recommandations concernant le tri des déchets et il a rassuré le public sur les systèmes mis à disposition des habitants qui se renforceront petit à petit en fonction des besoins (les containers à couches-culottes, les dépôts de déchets verts etc.)
M. Muller a également commenté le système mis en place pour les entreprises et a surtout averti que pour l’instant, les containers personnels pourront toujours être utilisés pour autant qu’ils soient remplis suffisamment.

A la question sur les points d’impôts attribués pour l’élimination des déchets, posée par l’ancien municipal Claude Lebet, la municipalité lui a répondu que ceux-ci seront supprimés à la prochaine législature.

Pour faciliter les habitants à cette nouvelle méthode de tri des déchets, la municipalité a mis en place toute une série d’éco-points (13 pour l’instant) et va progressivement mettre à disposition d’autres possibilités afin qu’aucun «Corbeaux» ne subisse de désagréments.

Pour les renseignements sur les sacs taxés les collaborateurs de la déchetterie sont à votre disposition et d’autres renseignements sont disponibles sur le site www.strid.ch

Photo Pierre Pellaton

C’est sur cette parcelle que vont être construit les immeubles qui fourniront les abris PCi achetés par la commune.

Chavornay : conseil communal expéditif

C’est sur cette parcelle que vont être construit les immeubles qui fourniront les abris PCi achetés par la commune.Le samedi 12 décembre 2009, au sein de la salle du Conseil, la dernière séance de l’année a été expédiée en a peine une heure de débats dirigés avec brio par le Président du Conseil Pierre Malherbe.

En préambule, le Président du Conseil demande à l’assemblée si une modification de l’ordre du jour est requise et c’est sans modification que la session a débuté par l’approbation du procès-verbal de la séance du 5 novembre dernier.

Des débats vite menés

Il s’ensuivit une série de points de l’ordre du jour vite passés sans aucun accroc.

Les décisions

Le budget de fonctionnement 2010 de la commune à été accepté à l’unanimité. Le budget prévoit des dépenses de 12’931’400 francs pour des recettes évaluées à 11’776’000 francs soit un déficit de 1’055’400 francs.

Le plan des investissements pour  un montant de 10’760’000 francs pour 2010 a été adopté sans remarque, tout comme la détermination du plafond des emprunts fixé à 22’100’000 francs.

Le plan des investissements ainsi que le plafond de la dette de la commune sont conformes aux desiderata de la législature et la commission des finances relève avec satisfaction que le taux d’endettement par habitant ne cesse de diminuer.

Des nouvelles places PCi prévues

L’automne 2008, l’Office Régional de la Protection Civile (ORPC) relevait que la commune de Chavornay présentait un déficit de plus de neuf-cent places PCi pour abriter la population en cas de catastrophe.

Une possibilité s’est offerte à la municipalité d’acquérir 348 places au sous sol d’un des bâtiments à construire au lieu dit «Les Moellettes – Bas du Village», en droit de superficie, pour un prix de Fr. 1320.–. Dès lors que le compte prévu présente un disponible suffisant, une demande de crédit concernant ces places a été acceptée par le Conseil.

Après la distribution des jetons de présence, le syndic Pierre-André Leuenberger ainsi que le Président du Conseil, Pierre Malherbe, ont remercié les conseillers pour l’excellent travail qu’ils ont fournis et transmis leurs vœux pour les fêtes de fin d’années.

Photo Pierre Pellaton

La majoritaire en question

Le syndic de Chavornay, Pierre-André Leuenberger.

Le syndic de Chavornay, Pierre-André Leuenberger.

Le Conseil d’Etat vaudois a fait savoir qu’il souhaitait que les prochaines élections communales de 2011 se déroulent uniformément selon le système proportionnel. Le Grand Conseil devrait se prononcer prochainement à ce sujet.

Cependant, douze communes ont recours à l’élection majoritaire. Chavornay en fait partie et son syndic, Pierre-André Leuenberger n’accepte pas le diktat cantonal. «Que notre administration de Lausanne s’occupe des affaires des régions et du canton et ce n’est pas la tâche des députés de s’immiscer là-dedans. Je trouve que c’est de l’ingérence et je défendrai chèrement notre procédé», nous dit-il.

Il faut se souvenir qu’en 2005 à Chavornay, un référendum à ce sujet avait été lancé par la gauche et avait été repoussé à 53%. Cela avait du reste coûté très cher aux initiants puisqu’aucun candidat de la gauche n’avait trouvé grâce devant l’électorat.

Une chance pour tous

«Avec la majoritaire, on élit une personne que l’on situe, alors qu’à la proportionnelle, vous faites confiance à un parti avec une liste de candidats que vous ne connaissez parfois pas. Rien n’indique qu’il est nécessaire de changer dans la mesure où la constitution vaudoise nous offre les deux possibilités. Au début de la législature en cours, environ huitante citoyens figuraient sur la liste commune qui était soumise à élection.

J’estime dès lors que tout le monde a sa chance d’accéder au Conseil communal. Nous n’avons dès lors aucune raison de changer notre mode de scrutin», rajoute le syndic, qui se rappelle qu’au milieu du siècle dernier, le député Charles Bousson avait déjà conduit un référendum au nom des classes moyennes, qui n’avait pas abouti non plus.

Pas plus de 4’500 habitants

Cette résistance à la proportionnelle n’est pas le fait de la classe bourgeoise. Même si le sentiment demeure que les nouveaux habitants ont plus de peine à intégrer les autorités communales. «Ils ont l’occasion de se faire connaître à travers la vie associative. Je remarque qu’ils sont très présents dans les sociétés sportives.

Par contre, ils ne s’intéressent pas beaucoup aux affaires de la commune», précise M. Leuenberger. Si le syndic ne craint pas que son village devienne une cité-dortoir, il est persuadé que Chavornay ne pourra pas accueillir plus de 4’500 habitants. «Nous sommes limités au quatre points cardinaux. Au nord par le ruisseau de Sadaz, au sud par le Talent, à l’est par l’autoroute et à l’ouest par la ligne de chemin de fer.

Je ne peux pas imaginer que la zone d’habitation puisse franchir ces barrières naturelles. Il est nécessaire de garder un certain caractère à la localité, qui doit conjuguer agriculture et économie, et conserver un esprit», conclut le président de la commune.

Reste maintenant à savoir si le Grand Conseil sera sensible à la lettre commune adressée par les douze communes réfractaires pour garder leur système à la proportionnelle.

Photo Pierre Mercier

Chavornay : assemblée régionale de l’ORPC

Louis-Claude Bally

Louis-Claude Bally

Subtilités comptables pour entrer dans le moule cantonal

C’est sous la présidence de Bernard Ballif que l’ORPC (Organisation Régionale de la Protection Civile) du district d’Orbe a tenu mardi soir 22 septembre, à la grande salle de Chavornay, son assemblée régionale usuelle de début d’automne. Le quorum qualifié était atteint et les participants se sont tout d’abord penchés sur le budget de l’organisme intercommunal pour l’année 2010.

Un budget détaillé par le commandant et major Claude Rutishauser qui a surtout expliqué les très faibles variations dans la présentation entre les années, dues à l’adoption un an avant l’heure (2011) d’un nouveau plan comptable compatible sur le plan cantonal et qui est calqué sur celui des communes.

C’est ainsi que certaines dépenses changent de nom, mais pas vraiment de montants. Et que les recettes ne sont plus maintenant de «vulgaires» recettes mais des «Revenus de Fonctionnement». Il faut savoir gré au commandant Rutishauser de s’être penché sur une matière comptable qui n’est sans doute pas son premier intérêt dans la vie et qui prend du temps sans rendre les comptes plus clairs qu’ils ne l’étaient déjà.

Charge par habitant évoluant faiblement

Selon le budget 2010 adopté par l’assemblée, la charge par habitant diminue un peu mais pas de façon très significative : elle était de Fr. 16.72 au budget 2009, et sera, si le budget 2010 est tenu, de Fr. 15.89.

Le budget comprend  en effet une provision de Fr 50 000.— destinée à prévoir le paiement de cotisations  AVS en retard à l’OFAS, suite à un contrôle et surtout à un litige avec cet office qui dure depuis longtemps. A supposer que l’ORPC d’Orbe obtienne finalement gain de cause, ce paiement ne grèvera alors pas les comptes 2010 et ramènera la charge par habitant à un montant inférieur.

A noter que l’ensemble des communes concernées représentent une population globale de 21 000 habitants.

Nouveau membre du Comité Directeur et regroupements

La commune de Vaulion était représentée au comité directeur par Jean-Pierre Schoch, municipal démissionnaire au 31 août 2009. Il s’agissait donc de repourvoir ce siège laissé vacant. C’est un autre municipal vaulieni qui a été élu à l’unanimité à cette charge : Louis-Claude Bally.

Personne n’a d’ailleurs contesté cette candidature en lui opposant une autre alternative et dans la foulée le Président du Comité directeur, Patrick Jordan, a communiqué rapidement sur les projets de regroupements d’ORPC qui ont été discutés dans les mois qui viennent de s’écouler. Le projet pourtant avancé avec Grandson et Yverdon-les-Bains a finalement avorté, cette dernière commune préférant en l’état faire cavalier seul, semble-t-il pour des raisons de partage des charges de personnel.

A noter, toujours selon Patrick Jordan un peu amer en l’occurrence car il espérait que ce projet aboutisse, que d’autres regroupements sont à l’étude, dans un esprit de simplification et de rationalisation des coûts. Tout ceci bien sûr avant l’entrée en vigueur de la grande réorganisation cantonale qui doit intervenir en 2011.

Un grand merci aux hommes  de l’ORPC Orbe

En marge de l’ordre du jour en raison de l’actualité, Pierre Mercier, municipal à Orbe a tenu à remercier sincèrement cette «fameuse PC que certains critiquent car elle coûte cher» pour être intervenue aux côtés des pompiers et des autres corps de métier lors du récent et impressionnant incendie de la rue des Terreaux à Orbe.

Le commandant Rutishauser a d’ailleurs précisé que ses hommes et lui-même avaient essentiellement eu pour mission de reloger les familles sinistrées et de préparer à manger pour les pompiers pendant leur longue intervention. Pierre Mercier de rappeler aux communes que la PC crée aussi des chemins sportifs ou d’autres installations de ce type et qu’il convient de l’utiliser.

Un thème que reprendra Claude Tilleu, municipal à Chavornay, dans sa courte présentation de la commune hôte de l’assemblée du jour, en rappelant que précisément, si le Tour de Romandie à la marche s’arrête maintenant régulièrement à Chavornay, c’est notamment en raison de la présence de chemins et sentiers sportifs précisément créés sur la commune par les hommes de la PC.

Photo Olivier Gfeller

Chavornay : portes ouvertes à la caserne

Kyrian Maire tient fermement la lance à incendie sous l’œil attentif de ses parents et de quelques enfants présents

Kyrian Maire tient fermement la lance à incendie sous l’œil attentif de ses parents et de quelques enfants présents

Le 5 septembre dernier, le corps des sapeurs pompiers de Chavornay a ouvert les portes de sa caserne au public, afin de présenter les différentes activités ainsi que les outils inhérents à la défense incendie dans le village.

En présence de nombreux curieux, les pompiers de Chavornay ont exposé leur matériel à un public séduit. De la lance à incendie, en passant par l’extincteur, le brumisateur, les échelles, les motopompes, les brancards et bien sûr les véhicules, les visiteurs, surtout les enfants, ont pu s’essayer à la pratique de l’extinction de divers types de feux.

Sous un soleil resplendissant et les yeux de leurs parents, beaucoup de petits et grands enfants se sont transformés en soldats du feu. Le temps d’essayer les engins mis à leur disposition par des volontaires disponibles et sympathiques et c’est pour beaucoup un rêve qui se réalise.

Visiblement heureux de présenter sous formes d’animations et de jeux, les différents outils en matière de défense contre les feux, les hommes et les femmes du corps ont démontré que Chavornay était équipé pour combattre de manière efficace les différents brasiers et catastrophes naturelles qui pourraient survenir.

En compagnie des visiteurs et des représentants des autorités communales et tout en actionnant les sirènes des camions, les enfants se sont succédés aux différentes animations dans un bonheur qui se traduisait par les sourires sur les frimousses radieuses.

Pendant que les bambins s’éclataient, les adultes se sont défoulés autour des tables sur lesquelles était servi un apéritif, comme il se doit dans nos contrées.

Une belle journée, propice à faire connaître au public les motivations qui poussent ces volontaires à se mettre au service de la population et à donner envie aux jeunes et moins jeunes de s’engager dans le corps des sapeurs pompiers de Chavornay.

Aussi, si vous avez entre 20 et 45 ans, et que vous êtes motivé(e)  à participer à la défense incendie de votre village, rejoignez les pompiers de Chavornay.

Pour tous renseignements et/ou pour vous inscrire, contacter le commandant Pascal Turin au 024 441 50 70.

Photo Pierre Pellaton

Chavornay : un bourg qui veut garder une identité villageoise

La fameuse maison bernoise au centre du village

La fameuse maison bernoise au centre du village

Quand on lui demande de parler de son «village», le syndic Pierre-André Leuenberger ne peut tout simplement plus s’arrêter. Il évoque avec sympathie les inquiétudes et les espoirs qui font de Chavornay un village qui se permet d’allier ses agriculteurs, ses artisans, mais aussi ses commerces et sa zone industrielle.

Des projets pour la plupart déjà en route

Des grands projets de la commune presque tous sont déjà en cours, la salle polyvalente est sur la bonne voie et sera la fierté des Corbeaux, la zone industrielle se développe notamment grâce au projet Chavornay Parc SA qui avancera dès le printemps 2010.  Tout va se gérer prochainement, y compris les problèmes dus à la circulation des poids lourds. De plus, un projet de repenser l’aménagement du site sportif du Verneret renforcera l’attrait du lieu pour les sportifs de plusieurs disciplines.

Une des préoccupations de la Municipalité et du Conseil communal sera le problème de la prise en charge des écoliers et des petits enfants en pré-scolarité. En effet, la prise en charge en dehors des heures d’école et de garderie ne peut se faire qu’avec une organisation impeccable et des implications financière qui, non planifiées dans les règles de l’art, prétériteraient le budget de la commune.

C’est qu’il faut concilier l’aspect du point de vue nécessité et l’aspect possible financièrement et organisationnel, ajoute Pierre-André Leuenberger. Il ne faut pas non plus en effet charger les parents ou les familles au delà d’une participation correcte, et tout cela demande une réflexion approfondie qui prend du temps. Il faut ainsi trouver un bon compromis.
Une autre inquiétude des autorités communales  se traduit par le fait que Chavornay doit rester un village qui associe agriculture, artisanat, industrie et commerces et il est primordial de défendre cette image campagnarde.

C’est pourquoi, même si pour l’instant, au niveau démographique le village a dépassé une ville comme Vallorbe, il n’est pas question de devenir ne serait-ce qu’une ébauche de ville. Chavornay est un village et le restera, il doit garder son identité villageoise.

A l’écoute de ses concitoyens

Une autre chose à laquelle tient le syndic est l’écoute des habitants. En effet, il existe au sein du village un parlement des jeunes qui réunit des élèves des collèges de la commune et les autorités. Il a été formé au sein des ces jeunes un groupe de réflexion qui suit les travaux de construction de la salle polyvalente afin d’y apporter des idées et surtout de les intéresser à ce qui se passe dans leur commune.

Chavornay est en effet habité par de nombreux jeunes et il faut les écouter afin de leur offrir les infrastructures adéquates. Comme nous dit encore Pierre-André Leunberger, si on ne peut pas dire qu’il y a beaucoup de dérapages de la jeunesse dans le village, il faut être attentif et ainsi éviter au maximum l’apparition de problèmes.
Ce qui est très important, c’est de garder les pieds sur terre et faire confiance aux autres pour faire avancer les choses, travailler en commun c’est une priorité des autorités de Chavornay. Des idées, ce n’est pas ce qui manque, c’est aussi les possibilités de les réaliser autant au niveau des ressources qu’au niveau des finances, ajoute le syndic.

Et pour finir

Peut-être que l’on peut faire mieux c’est vrai, mais il faut toujours du temps et le principal c’est d’avoir des projets afin que Chavornay reste un village où il fait bon vivre, termine le syndic.

Photo Pierre Pellaton