La Conseillère nationale s’apprête à entrer dans le Palais Fédéral.

Champvent: journée ordinaire d’une parlementaire, Alice Glauser

Grâce à l’élection de Guy Parmelin au Conseil Fédéral, l’agricultrice chanvannaise Alice Glauser a retrouvé son siège au Conseil national. A 62 ans, cette mère de quatre enfants et grand-mère de neuf petits-enfants s’engage, car elle considère que les femmes sont sous-représentées en politique. Récit d’une journée sous la Coupole en compagnie de la parlementaire UDC.

Soigner les relations avec la Chine

Il est 9 h. 30, lorsque Michel Glauser dépose son épouse à la gare d’Essert-sous-Champvent. Deux changements de train et un café plus tard, la Conseillère nationale traverse la bouillonnante gare de Berne. Pas le temps de traîner, elle dépose sa valise à l’hôtel qui l’héberge pour la semaine et saute dans un taxi: une exposition de photos chinoises l’attend. «L’ambassadeur chinois n’apprécierait pas que j’arrive en retard», glisse la Conseillère nationale. Membre du groupe Suisse-Chine, Alice Glauser s’est déjà rendue trois fois dans l’Empire du Milieu grâce à son mandat. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que la parlementaire a reconnu des lieux où elle s’était rendue lors de ses différents voyages.

«C’est un pays magnifique! Parfois on se croirait en Valais, car il y a beaucoup de petits lacs de montagne» explique celle qui est née à Sierre. Alice Glauser serre quelques mains, discute par-ci par-là, écoute le discours de l’ambassadeur chinois… en chinois, mais heureusement traduit… en allemand et finit par s’éclipser. Sept heures de débat au Conseil national l’attendent. «Ce soir on va finir vers 22 heures. Mon hôtel est à deux pas du Palais Fédéral, c’est bien agréable».

Peu de femmes au National

Aux abords du Palais Fédéral, Alice Glauser en profite pour jeter un oeil aux stands du marché de Noël. Elle s’octroie encore un petit café, puis le répit est terminé. L’intérieur du Palais Fédéral ressemble à une fourmilière: parlementaires, Conseillers fédéraux et journalistes vont et viennent d’un pas pressé. «Salut Alice!», lance un collègue. Ici tout le monde se tutoie.
Dans la salle du Conseil national, les cravates sont bien plus représentées que les chemisiers. «Dans notre parti, la représentation est de 13 femmes et de 56 hommes», déplore Alice Glauser. «Et certaines femmes votent comme des hommes», poursuit-elle en faisant référence au récent vote ayant rayé la section féminine de l’UDC. «Nous n’étions que deux femmes à vouloir la conserver», explique-t-elle.

Des débats féroces

Au programme des débats: le budget octroyé pour la recherche, les choix à faire suite à la votation du 9 février 2014 ou encore la ratification d’une convention internationale interdisant le travail forcé. Les domaines sont très variés et le travail s’annonce intense. Heureusement, un paquet de caramels trône sur le pupitre des Conseillers nationaux, comme pour les encourager. Les interventions des parlementaires et des Conseillers fédéraux se succèdent. Les orateurs tentent par tous les moyens de récupérer des voix. Cependant, au vu du peu d’attention des élus, on comprend que la plupart ont déjà fait leur choix. À l’issue des débats, Alice Glauser est déçue; elle espérait une application stricte de l’article constitutionnel contre l’immigration de masse et le Conseil National a opté pour une solution plus douce proposée par le PLR. Ce n’est toutefois pas le moment de se décourager. Le lendemain, Alice Glauser doit défendre son point de vue à propos d’une modification de la loi sur le génie génétique. Un dossier très important à ses yeux, car la défense du monde paysan est l’un de ses principaux combats.

De gauche à droite: Olivier Poncet, syndic, Stéphanie Gavin Pierrehumbert, nouvelle secrétaire du Conseil, Anja Skrivervik, présidente du Conseil, Marie-Th. Alderisio Pasquali, nouvelle secrétaire municipale.

Champvent: de la bonne eau au robinet

Objectif prioritaire de la Municipalité pour 2015: apporter une eau claire et abondante aux habitants, histoire d’oublier que ces dernières années ils ont parfois vu leurs robinets rationnés, ou encore les abreuver d’une eau «parfumée» et colorée. Avec le vote positif du Conseil général, l’Exécutif pourra poursuivre l’étude d’implantation d’un nouveau captage, acquérir sur territoire baulméran le terrain qui accueillera le nouveau puits et poursuivre l’étude du projet.

Champvent devrait bénéficier de sa bonne eau avant fin 2015 au travers d’une autre conduite. Dans une deuxième étape, un nouveau réservoir sera construit. Puis un bouclage avec les réseaux de Baulmes et de Vuiteboeuf sécurisera les approvisionnements des trois communes.

Règlement de police, feuilleton en 2 épisodes

Approuvé en 2013 par le Conseil d’Etat, le projet est accepté par le Conseil général de juin 2014. Fin de l’épisode 1. Ensuite, dans le courant de cette même année, le canton modifie le règlement d’application de la loi sur la police des chiens. Il réadapte également le règlement type de police. Du coup, la réglementation approuvée en 2014 n’a plus l’aval du canton. Modifiée, elle a été votée à nouveau par le Conseil qui pourra enfin voir sa décision validée à Lausanne. Fin du feuilleton…
Relevons encore qu’au chapitre budgétaire, c’est un bénéfice de Fr. 5 498.– qui se profile pour 2015, très proche de l’équilibre.

Communications municipales

Avec le radar pédagogique fraîchement acquis, les gentils automobilistes qui respecteront les limitations de vitesse dans les villages se verront gratifiés d’un sourire. Le syndic rappelle enfin à tous la fondue communale du 10 janvier. La séance se termine sur une invitation à l’apéritif de fin d’année.

A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

Champvent: budget et eau potable

A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

A Champvent, on n’offre pas que de l’eau à boire.

Le Conseil général de la commune de Champvent s’est rassemblé mardi, réunissant 53 membres, dont une nouvelle assermentée, sous la présidence d’Anja Skrivervik.

Premier point au programme, le budget 2013 de la commune. Présenté par le syndic, Olivier Poncet, il a été établi à environ Fr. 1 800 000.– avec un excédent de recettes de Fr. 3 000.–, ce malgré le fait que les comptes de l’année 2012 n’étaient pas encore disponibles. La majorité des dépenses prévues ont pour cause la mise en place des réformes votées par le peuple et entrées en vigueur en 2012, notamment celles de la police, des sapeurs-pompiers et de la protection civile. Le budget a été accepté à l’unanimité sans grande discussion.

Nouvelle source d’eau potable

Le deuxième point important du Conseil concernait une demande de crédit de Fr. 180 000.– pour une étude de conception d’un nouveau puits de captage de la nappe phréatique se trouvant sous la commune.
Ce projet, en cours depuis 2008, a pour but de fournir de l’eau de meilleure qualité aux habitants. Il a été mis en œuvre à cause de problèmes de turbidité et de la possible présence de germes dans l’eau. La Municipalité avait d’ailleurs été contrainte d’interrompre l’approvisionnement en eau entre le 13 et le 23 novembre derniers. Le Conseil a approuvé la demande de crédit à l’unanimité moins une abstention.

La Municipalité a en outre informé le Conseil que le Canton menait une étude pour déterminer de nouveaux emplacements pour des décharges et que deux sites potentiels se trouvaient sur le territoire de la commune. Les propriétaires des terrains concernés qui ont été contactés par le Canton ont déjà déclaré être opposés au projet.

La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

Champvent: d’une pierre, deux coups

La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

La famille Agassiz, Sylvain, sa maman et son père Jean-jacques

Les autorités chanvannaises avaient invité leur population à venir fêter des citoyens particulièrement méritants à commencer par Alice Glauser, leur députée, qui a retrouvé les bancs du Grand Conseil, après avoir passé une législature sous la coupole fédérale. Cette Valaisanne d’origine, qui est arrivée au village à 20 ans, a la politique dans le sang. En 2002, elle faisait son entrée à la Municipalité et elle obtenait le droit de siéger au Grand Conseil sous l’étiquette PAI, non sans avoir participé à la Constituante vaudoise auparavant. Elle restera jusqu’en 2011 au sein de l’exécutif communal, tout en siégeant à Lausanne puis à Berne. Elle défend désormais les couleurs de l’UDC dans le cadre du législatif cantonal qu’elle retrouve pour la deuxième fois, non sans bonheur, car, dans l’aquarium de la ville fédérale, comme elle le dit, la cohabitation avec des prédateurs de la politique n’était pas simple. Alice Glauser entend toujours défendre la cause paysanne. Elle est aussi attachée à l’évolution de l’école dont son parti n’a pas toujours compris l’importance. Membre du comité cantonal UDC et présidente de la section féminine, elle demeure très motivée et n’exclut pas de prolonger son mandat, si le peuple le veut bien.

Une entreprise dynamique

L’autre récipiendaire des félicitations était l’entreprise Prodague SA. Installée à Essert, qui a fusionné depuis peu avec Champvent, la société de la famille Agassiz a été récompensée par le troisième prix du concours romand des entreprises. Une compétition qui réunissait une centaine de firmes. Après une sélection sévère, le jury, formé de plusieurs patrons d’entreprises nationales, a souhaité récompenser ces spécialistes de la culture maraîchère qui ont su s’adapter au marché au fil des années, en faisant preuve de créativité et d’imagination, tout en étant demeurés une affaire familiale. Créée par le grand-père René en 1950, l’entreprise a transité par son fils Jean-Jacques de 1980 à 1999, années au cours desquelles on a passé de la livraison du produit brut à la mise en valeur commerciale des fruits et légumes pour la restauration et les commerces de détail.

Sous l’égide du petit-fils Sylvain, Prodague SA, a développé encore son marché, fournissant notamment la Coop, ainsi que le catering des aéroports suisses (cuisines pour l’aviation), comme les grands hôpitaux (CHUV ou HUG à Genève). Son chiffre d’affaires annuel se monte à 40 millions de francs. La firme emploie 160 personnes (essentiellement des dames et pour moitié portugaises) pour fournir 600 articles pour la restauration et une soixantaine pour les supermarchés.

Il était dès lors bien normal de récompenser ces personnalités comme l’ont souligné le syndic Olivier Poncet et le député Jean-Pierre Grin, tout cela autour d’un apéritif dinatoire et aux sons de la fanfare l’Alliance de Champvent-Baulmes.

Photo Pierre Mercier

Une Multipress Eco de ce genre sera installée à Essert-sous-Champvent.

Champvent: chiffres et déchets

Une Multipress Eco de ce genre sera installée  à Essert-sous-Champvent.

Une Multipress Eco de ce genre sera installée
à Essert-sous-Champvent.

Mardi 19 juin, plus de 50 habitants de la nouvelle commune ont transpiré pour adopter les comptes de Villars, d’Essert et de Champvent. En effet, ces trois villages ont présenté leurs comptes communaux pour la dernière fois, vu que 2012, ne verra plus qu’une comptabilité.

Tout d’abord l’assemblée a accepté les comptes, de l’Association Champvent-Essert-Villars pour la gestion de la station d’épuration, qui se bouclent avec une perte nette de Fr. 48 221.15.

Le village de Villars, avec de gros travaux réalisés sur le chemin du Croze, boucle ses comptes 2011 avec un excédent de charges de Fr. 26 838.41.
Essert a remis en état sa place de jeux pour Fr. 17 946.– et l’exercice se termine avec un bénéfice net de Fr. 7 099.25.

Champvent, malgré des frais pour le livre sur le village, les travaux sur le terrain de foot, au battoir, à la déchetterie et à la station de pompage, les comptes présentent un excédent de produits de Fr. 6 070.29. Tous ces comptes ont été acceptés.

Gestion des déchets

Actuellement Champvent facture une taxe au poids, alors que Essert et Villars ont une taxe au sac.

La proposition de la taxe au poids sur toute la commune est âprement discutée, mais finalement acceptée par l’assemblée. Une benne compactante sera installée à Essert et les habitants de Villars devront, à l’avenir, déposer les sacs de déchets ménagers à Essert ou à Champvent. La déchetterie d’Essert reste ouverte, sauf pour les objets encombrants, qui devront être acheminés à Champvent.

Eau, jeux etc.

Le bureau est reconduit et les discussions suivantes tournent autour de l’eau potable du captage du Pré-doux, qui a un goût et une couleur douteux. Elle reste consommable et est analysée 12 x/an. Le captage actuel doit être remplacé rapidement, c’est pourquoi les essais de forage continuent cet été.
Le syndic, Olivier Poncet, a encore signalé la présence dans les villages, de rôdeurs et recommandé à ses concitoyens d’être vigilants, également sur les entreprises itinérantes de «démoussage» des toitures qui utilisent des produits trop toxiques.

Une dernière offre a été faite concernant la création d’une cantine scolaire (lundis et jeudis) dès la rentrée. Les inscriptions sont ouvertes.

Photo Marianne Kurth

La nouvelle Municipalité de Champvent le jour de son élection en septembre 2011.

Champvent: premier Conseil général unifié

La nouvelle Municipalité de Champvent le jour de son élection en septembre 2011.

La nouvelle Municipalité de Champvent le jour de son élection en septembre 2011.

Mardi soir passé s’est tenue la première séance du Conseil général de Champvent pour la législature 2012-2016, un conseil qui pour la première fois réunissait des membres des trois anciennes communes unifiées par la fusion au 1er janvier 2012. L’assemblée des citoyennes et citoyens de Champvent, particulièrement nourrie, était placée sous la présidence de Anja Skrivervik.

Après quelques points de forme et l’assermentation de quelques nouveaux membres, il s’est agi pour le conseil de se pencher sur de nombreux points techniques de report de compétence vers la Municipalité. Cette dernière a ainsi reçu, entre autres, une autorisation générale de plaider, de statuer dans des cas d’urgence, de créer seule des servitudes, d’acquérir ou d’aliéner des droits immobiliers, le tout dans des limites bien déterminées, mais qui sont essentielles au bon fonctionnement de la Municipalité, comme l’a relevé à plusieurs reprises le syndic Olivier Poncet dans ses explications.

Plafond d’endettement et budget 2012

Comme dans toutes les autres communes vaudoises en début de législature, le Conseil devait fixer un plafond général d’endettement auquel la Municipalité doit se conformer durant toute la législature. Pour tenir compte des investissements envisagés par l’exécutif, parmi lesquels on compte des montants importants dans les années à venir pour l’eau potable, la réfection du bâtiment du café ou pour le chauffage de la grande salle, la Municipalité demandait au Conseil la fixation de ce plafond à Fr. 4.1 millions. C’est sans opposition que cette limite a été votée par le Conseil qui a également approuvé le budget 2012 de la nouvelle commune.

Un budget plus difficile à faire que les précédents, expliquera le syndic, compte tenu de l’absence de référence antérieure. La nouvelle Municipalité a passé beaucoup de temps sur cette question, et tenté d’éliminer toute charge ou recette à double, et surtout toute cause de dépense qui ferait double emploi. C’est ainsi que Champvent fonctionnera en 2012 avec un budget de l’ordre de Fr. 2.3 millions, prévoyant au final un léger excédent de produits de l’ordre de Fr. 20 000.–

Parmi les prochaines tâches de la Municipalité figure la rédaction et la présentation d’un nouveau règlement sur le traitement des ordures et déchets, puisque trois systèmes cohabitent encore actuellement à ce sujet dans les trois villages. On s’achemine de toutes façons vers une plus grande prise en charge du principe du pollueur-payeur, conformément à la jurisprudence du Tribunal fédéral.

Rénovation et récriminations contre les transports

Un crédit de Fr. 110 000.– a encore été accordé à la Municipalité sans opposition pour procéder à une rénovation complète d’un appartement situé au premier étage du bâtiment du café communal. Dans les divers et comme partout ailleurs dans les petites communes de la région, la qualité des transports des enfants, les horaires erratiques et l’offre squelettique de transports publics ont été évoqués. Les parents d’élèves ne sont pas plus ravis à Champvent qu’ailleurs: des enfants qui doivent passer trois heures par jour dans des transports scolaires pour aller à … Orbe ou Baulmes ne leur semble pas acceptable.

La Municipalité a tenu à dire combien les discussions étaient délicates sur ces questions et a encouragé les habitants à la tenir informée de leurs écrits et démarches vis à vis de l’ASIBCO ou autres, de façon à pouvoir coordonner les efforts. Des efforts qui risquent toutefois de se heurter aux possibilités très limitées des pouvoirs publics locaux sur la génération des horaires.

Photo Olivier Gfeller

La nouvelle Municipalité de Champvent, avec de gauche à droite Cyril Urfer, Nicolas Perret, José Lambelet, Olivier Poncet et François Nicole.

Champvent: première Municipalité de communes fusionnées

La nouvelle Municipalité de Champvent, avec de gauche à droite Cyril Urfer, Nicolas Perret, José Lambelet, Olivier Poncet et François Nicole.

La nouvelle Municipalité de Champvent, avec de gauche à droite Cyril Urfer, Nicolas Perret, José Lambelet, Olivier Poncet et François Nicole.

On se souvient qu’à l’automne de l’an passé, les citoyennes et citoyens des trois villages de Champvent, Essert-sous-Champvent et Villars-sous-Champvent avaient littéralement plébiscité par un vote quasi soviétique, à 96.4%, la fusion de leurs trois communes.

En vertu des dispositions transitoires en vigueur dans ce genre de cas, les élections communales dans ces trois communes, dont la fusion sera effective au 1er janvier 2012 n’ont pas eu lieu comme dans les autres communes vaudoises au mois de mars, mais ont été retardées au dimanche 4 septembre 2011.

Un dimanche durant lequel, pour une ultime fois séparés lors d’une élection, chacun des villages a élu la future Municipalité de Champvent fusionnée. On relèvera que la convention de fusion de communes prévoyait que, lors de la première élection des autorités, et pour garantir un respect des minorités, chaque petite commune aurait droit à un membre au Conseil municipal, Champvent gardant de son côté trois membres. C’est donc en fonction de cette règle que se sont déroulées les élections de dimanche passé.

Cinq candidats pour cinq places

On ne peut pas dire que les prétendants à la fonction de membre du Conseil municipal se soient bousculés: il y avait en effet autant de sièges à repourvoir que de candidats. Et chaque candidat a été confortablement élu au premier tour, soit à la majorité absolue des suffrages valables exprimés dans sa commune. A Essert-sous-Champvent, Nicolas Perret, municipal sortant a été élu par 43 voix sur 49 suffrages exprimés.

A Villars-sous-Champvent, Cyril Urfer, syndic sortant, a été élu municipal de la nouvelle commune par 28 voix sur 31 suffrages exprimés. A Champvent même, les sortants ont obtenu les résultats suivants: François Nicole 133 voix, Olivier Poncet 125 voix et José Lambelet 99 voix. Le tout sur un total de suffrages exprimés de 155. Globalement, la participation s’est élevée de 66 à 69% selon la commune concernée. Pour la fonction de syndic, seul Olivier Poncet était en lice. Il a donc été élu tacitement à cette fonction qu’il occupe d’ailleurs depuis déjà un certain nombre d’années.

Les membres de la nouvelle Municipalité se réjouissent de cette élection en bloc. Ils sont aussi impatients de mettre en œuvre une politique commune pour les trois villages. Le syndic élu Olivier Poncet «se réjouit de ce bon résultat et de la participation très satisfaisante de la population».

Cyril Urfer de son côté pense que «la participation aurait peut-être pu être encore meilleure si le matériel de vote communal n’avait pas été envoyé dans la même enveloppe que son homologue cantonal: certains ne voulant pas voter pour les consultations cantonales ont peut-être jeté l’enveloppe entière», suggérait-il sur le pas de la porte de la salle communale dans laquelle un verre de l’amitié et de l’unification était servi pour tous, accompagné d’un repas bien sympathique.

Photo Olivier Gfeller

Pierre-Alain Urfer, président du comité d’organisation.

Champvent: une belle fête se prépare

Pierre-Alain Urfer, président du comité d’organisation.

Pierre-Alain Urfer, président du comité d’organisation.

Sachant que son village fêterait mille ans d’existence en 2011, la municipalité avait pris l’initiative de poser sa candidature pour l’organisation de l’assemblée générale de l’Union des Communes Vaudoises (UCV).

C’était à Mézières en 2008, qu’elle demandait à voir le cahier des charges mais, à la suite d’une mésentente, étant seule candidate, elle s’est vue directement attribuer la manifestation. Dès lors sans désemparer, un comité d’organisation de dix-huit personnes, issues des sociétés locales, se mettait en place sous la présidence du municipal et agriculteur Pierre-Alain Urfer.

Ouverture au monde

Dans un premier temps, le comité avait songé à organiser la Schubertiade puisque le village avait mis sur pied la première manifestation du genre en 1978. Malheureusement, la localité ne possède pas assez d’infrastructures par rapport au nouveau cahier des charges. Il a fallu alors choisir une autre thématique et c’est l’ouverture au monde qui a été retenue sur la base des anneaux olympiques. «Nous avons cherché des sociétés qui étaient prêtes à jouer le jeu mais nous n’avons pas trouvé de groupement capable de représenter l’Océanie. Finalement, nous nous sommes arrêtés au Vietnam pour l’Asie, au Burkina Faso pour l’Afrique, au Brésil et à la Colombie pour l’Amérique et au Portugal et à la Suisse pour l’Europe. Ces différents pays seront autonomes dans la fête et offriront des repas typiques ainsi que des spectacles dont le programme est à découvrir sur le site www.1000ans.ch».

Du foot et l’UCV

La fête durera quatre jours, du 23 au 26 juin. Tout commencera le jeudi avec la traditionnelle assemblée générale des Paysannes Vaudoises qui sera suivie d’un repas. Dans le même temps, les stands ouvriront leurs portes comme cela sera le cas durant les quatre jours. Un tournoi de pétanque par triplettes complétera la fin de journée. Le lendemain, la soirée sera marquée par un match de gala entre les footballeurs de Sion et d’Yverdon. C’est le samedi que Champvent accueillera les délégués de plus de 300 communes du canton. L’assemblée générale de l’UCV se tiendra le matin à Baulmes, village qui sera rallié par train ou par des bus qui feront aussi la navette entre les deux villages. Les municipaux qui ne prendront pas part à l’AG auront l’occasion de visiter une quinzaine de lieux de la région pour se retrouver à midi pour le repas qui sera servi à deux mille personnes.

Trial et Alain Morisod

Dans l’après-midi, en dehors des guinguettes traditionnelles, les visiteurs pourront assister aux qualifications pour une manche de la Coupe du Monde de trial à vélo. Une manifestation qui a failli échapper à Champvent malgré les promesses de l’Union Cycliste Internationale. En effet, l’UCI avait omis d’inscrire la localité dans le programme 2011 comme promis. Finalement, un arrangement a pu être trouvé avec la cité italienne qui avait reçu initialement cette épreuve. En soirée, c’est un grand bal avec Alain Morisod qui sera précédé d’un repas durant lequel 2000 convives sont attendus pour autant qu’ils aient pris la précaution de s’inscrire auprès de Ticket Corner (Fr. 64.- pour le repas et le bal ou Fr. 48.- pour seulement le bal).

Pour les familles

Le dimanche matin, on disputera les finales de cette compétition de trial et l’après-midi sera consacrée aux enfants avec des prestations sportives et culturelles ainsi qu’avec la venue de Gaetan qui est en passe de supplanter Henri Dès dans l’esprit des enfants. En précisant que les organisateurs ont voulu mettre l’accent sur les familles et la jeunesse, notamment en offrant la gratuité pour la plupart des animations. Le programme sera donc copieux durant ces quatre jours et Champvent se réjouit d’accueillir tout le canton pour son millénaire qui s’annonce somptueux.

Les soucis du comité

On ajoutera que le volet environnemental n’a pas été négligé puisque tous les récipients seront recyclables et que la vaisselle biodégradable sera déversée dans le compost communal. Les autres soucis importants du comité d’organisation ont été d’abord le financement de la manifestation (plus d’un demi-million de budget) en évitant de perturber les comptes de la commune. La démagogie sécuritaire a exigé un déploiement de divers partenaires pour garantir la fête, de la Protection Civile, à la Police, en passant par une société privée de sécurité ou par les samaritains.

Il a même fallu prévoir une ambulance particulière au cas où le Conseiller Fédéral Ueli Maurer, qui sera présent dans la matinée du samedi, serait victime d’un problème de santé. Enfin, le renforcement de la puissance électrique a été l’un des autres points cruciaux pour faire fonctionner toutes les installations qui se trouveront à proximité du terrain de football, centre névralgique de la fête qui s’annonce belle et sur laquelle nous reviendrons en temps voulu.

Photo Pierre Mercier

Les Tambours du Bronx

Champvent: concert réussi

Les Tambours du Bronx

Les Tambours du Bronx


27 musiciens, 2 drapeaux, 1 directeur et une école de musique pleins d’avenir !

Salle comble

Samedi 29 janvier, le public est venu très nombreux écouter la société de musique l’Alliance Baulmes-Champvent. Le concert était varié, enjoué et mené d’une main de maître par le directeur Joël Chabod. Plusieurs morceaux ont été bissés par le public ravi. Certains morceaux ont donné du fil à retordre aux musiciens, ils n’étaient pas faciles à mettre dans la tête et dans les doigts, mais le niveau était bon tout au long de la soirée.

Les jeunes

C’est l’école de musique qui a ouvert le programme, accompagnée par les jeunes de l’initiation musicale de troisième année, qui ont chanté, ou plutôt enchanté les parents présents dans la salle. La société de musique peut se vanter d’avoir une belle école de musique composée de six professeurs ainsi qu’un atelier musical pour les enfants de neuf mois à trois ans. Le responsable de l’école de musique est Jacques-Yves Dériaz (024 459 12 66).

Les moins jeunes

Le président, Jacky Schläfli a félicité Thierry Glauser qui fête cette année ses 35 ans de musique et observé un instant de silence en mémoire du porte-drapeau Jean Zwahlen. La soirée s’est déroulée très ou trop rapidement avec des soli de trompettes, de cor des Alpes et même un chanteur. La seconde partie a débuté par les «Tambours du Bronx», ou le groupe de percussions de l’Ecole de musique, qui ont interprété Nagasaki avec doigté et énergie.

Ce beau programme sera redonné le dimanche 20 février à la grande salle de Baulmes sous forme d’un Dîner-Concert.

Photo Marianne Kurth

Pierre-André Urfer présente la fête

En 2011, Champvent sera en fête

Pierre-André Urfer présente la fête

Pierre-André Urfer présente la fête

La semaine dernière, la population des villages de Champvent, d’Essert, et Villars a été invitée par le Comité d’organisation de la fête «Les mille ans de Champvent», afin de prendre connaissance du projet du déroulement de la fête qui aura lieu du 23 au 26 juin 2011.

Le président du comité, Pierre-Alain Urfer, informe qu’un des points forts de la fête sera, le samedi 25 juin, la journée de l’Union des Communes Vaudoise soit quelques deux mille élus du canton qui se réuniront pour une journée festive. «L’occasion pour certains de savoir enfin où se trouve notre magnifique village de Champvent» précise le président.

Une fête tournée vers l’avenir

La thématique de ces quatre jours de fête ne sera pas tournée vers le passé, mais plutôt vers l’ouverture sur le monde. La présence sur le site, situé près du terrain de foot soit en dehors du village, de plusieurs stands représentant les cinq continents, permettront, aux quinze mille visiteurs espérés, d’être transportés au-delà des frontières par les différentes cultures, constructions typiques, musiques, artisanat et nourriture.

Le sport aussi aura sa place à la fête

Comme le budget ne permettait pas d’organiser un match de foot de gala avec l’équipe de Milan (mille-ans), il y aura tout de même une manche de coupe du monde de «bike-trial» qui sera disputée le samedi et le dimanche. En souhaitant que le sportif local, Jérôme Chappuis, ait l’occasion de montrer tout son talent devant son public.

Les enfants ne seront pas oubliés

Pour que les parents puissent profiter de la fête, tout sera prévu pour la famille, particulièrement le dimanche, avec le cross, les châteaux gonflables, stands de maquillage, le concert de «Gaëtan», et tout ceci gratuitement.

La vedette musicale romande

Les fans d’Alain Morisod auront l’occasion d’assister à la seule représentation publique du groupe prévue en Romandie, le samedi soir.
Appel aux bénévoles

Pour que la fête soit réussie, il n’y a pas de miracles. Il faudra compter sur la bienveillance des bénévoles. Mais à voir l’engouement immédiat des personnes présentes pour s’inscrire le soir de la présentation, nul doute que la solidarité fonctionne bien dans notre région.

Seul un petit regret pour les personnes qui espéraient avoir l’occasion de visiter le magnifique château lors de ces réjouissances exceptionnelles ce ne sera hélas pas possible. Mais comme le précise, avec beaucoup de philosophie Pierre-Alain Urfer «C’est comme la lune, on la voit toutes les nuits, mais on y met jamais les pieds…»

Pour plus de précisions sur cette belle fête à venir, vous pouvez aller sur le site : www.1000ans.ch

L'entrée de Champvent

Champvent : un grand pas de plus vers la fusion

L'entrée de Champvent

L'entrée de Champvent

A Champvent, Essert-sous-Champvent et Villars-sous-Champvent,  le mardi 31 août 2010 était une date plus importante que les autres. C’est en effet avec une seule opposition sur l’ensemble des votants des trois Conseils généraux que le projet de fusion préparé par les trois Municipalités a été accepté à l’inverse des communes de Terre-Sainte qui la veille n’avaient pas su faire la part des choses et fait capoter leur projet pour d’étranges motifs.

C’est en avril 2009 que les représentants des trois communes se sont réunis pour évoquer pour la première fois la question. Après une décision de principe positive, un projet de marche à suivre était présenté et adopté en décembre 2009 par les conseils respectifs. Six mois de travail ont suivi et en juin 2010, le projet de contrat de fusion était sous toit et présenté aux conseils et au public.

La votation positive de mardi soir constitue l’avant- dernière étape communale du processus. En effet, le 28 novembre prochain, ce sont les corps électoraux des trois villages  qui devront l’entériner ou le refuser.

Le syndic de Champvent Olivier Poncet n’était pas trop soucieux mardi soir face à cette ultime étape : « La force de notre projet, précisait-il,  c’est qu’il est équilibré et qu’il a associé déjà à ce stade nombre de représentants de la population, qui en comprennent ainsi mieux les tenants et aboutissants. Ça devrait donc passer aussi le cap de la votation populaire».

On l’espère pour lui, ainsi que pour toutes celles et ceux qui ont œuvré à ce projet.

Photo Olivier Gfeller

Une partie des responsables des groupes de travail : debout, Olivier Poncet, syndic de Champvent, puis de gauche à droite, Cyril Urfer, syndic de Villars-sous-Champvent, Jean-François Leuenberger, syndic d’Essert-sous-Champvent, Nicolas Perret, municipal, Essert-sous-Champvent.

Champvent : en marche vers une fusion ?

Une partie des responsables des groupes de travail : debout, Olivier Poncet, syndic de Champvent, puis de gauche à droite, Cyril Urfer, syndic de Villars-sous-Champvent, Jean-François Leuenberger, syndic d’Essert-sous-Champvent, Nicolas Perret, municipal, Essert-sous-Champvent.

Une partie des responsables des groupes de travail : debout, Olivier Poncet, syndic de Champvent, puis de gauche à droite, Cyril Urfer, syndic de Villars-sous-Champvent, Jean-François Leuenberger, syndic d’Essert-sous-Champvent, Nicolas Perret, municipal, Essert-sous-Champvent.

Un processus très consensuel

On sait que depuis le début de l’année 2009, les autorités des trois communes de Champvent, Essert-sous-Champvent et Villars-sous-Champvent, dûment mandatées par leur Conseil général respectif, travaillent d’arrache-pied pour préparer un projet de fusion de communes qui passe nécessairement par un projet de convention de fusion.

Ce dernier étant maintenant sous toit après nombre de séances constructives, mais chargeant passablement le quotidien des élus, le temps est venu de présenter le projet aux populations des trois villages.

La semaine passée se sont donc  déroulées trois séances d’information dans chacun des trois villages. Au cours de ces séances publiques, bien fréquentées et plutôt acquises au projet si l’on en juge par les quelques avis recueillis dans le public, l’essentiel des détails a été dévoilé par les syndics respectifs des trois communes, chacun dans la sienne et devant «son public», mais en compagnie des deux autres, ainsi que des membres des commissions intercommunales qui ont été chargées d’élaborer les bases de travail et de faire les choix essentiels nécessaires.

Jeudi soir passé, c’est Olivier Poncet, syndic de Champvent, qui présentait le projet à la Maison de Commune devant une cinquantaine de personnes.

Grandes lignes de la fusion

Du projet complet présenté, on retiendra quelques points : d’abord le nom de la future commune, sans grande surprise, c’est le nom de Champvent qui a été choisi, les trois villages gardant cependant leur dénomination actuelle comme localités dans la future commune. Sur le plan du système politique interne, le choix s’est porté vers une Municipalité à cinq membres, et sur le maintien d’un Conseil général élu au système majoritaire.

De nouvelles armoiries de très belle facture ont été présentées : elles reprennent le fond bleu et blanc des armoiries actuelles des trois communes, avec en superposition trois feuilles de chêne rouges disposées en triangle ouvert et souple. L’un des points centraux des discussions a porté sur le taux d’imposition communal, et ses répercussions sur la péréquation. En équivalent actuel, le taux choisi est de 75 % de l’impôt de base.

Soit une baisse substantielle pour Champvent, une hausse pour Villars et un statu quo pour Essert. Mais surtout, les projections démontrent que ce taux n’aura aucune influence négative en matière de péréquation intercommunale. Il permettra aussi de dégager une marge annuelle d’autofinancement de l’ordre de Fr. 250 000.–, ce qui est apparu comme suffisamment confortable aux responsables du projet.

A relever  enfin que l’endettement global des trois communes sera parfaitement maîtrisable. Tous les détails de la convention se trouveront sur le site internet de la commune de Champvent (www.champvent.ch) et figureront dans une brochure qui sera distribuée à tous les habitants.

Processus dans le temps

Le projet de convention sera soumis à l’approbation des trois Conseils généraux, le même soir du 31 août 2010. En cas d’acceptation par les Conseils, une votation populaire se tiendra le 28 novembre 2010. Et toujours en cas d’acceptation, le processus d’approbation  auprès du Conseil d’Etat et du Grand Conseil aura lieu durant la première moitié de l’année 2011, pour laisser la possibilité à la nouvelle commune d’élire ses autorités en septembre 2011 et de prendre vie juridiquement le 1er janvier 2012.

«Pour nous qui sommes une commune de 53 habitants, l’avenir ne pouvait se conjuguer qu’au travers d’une fusion» confiait le syndic de Villars, Cyril Urfer. De son côté, son homologue d’Essert, Jean-François Leuenberger, estimait que «ce processus permettrait de pallier les désintérêts et les difficultés actuelles pour trouver des personnes motivées à exercer une charge communale».

A leur côté, Olivier Poncet se plaisait à noter que «ces travaux de préparation auront permis de noter les similitudes entre les trois communes et aussi de briser des préjugés ou d’anciennes idées: personne n’apporte ses dettes aux autres simplement pour profiter de leur bonne santé financière. Le projet est équitable, et permettra d’ailleurs de toucher la somme rondelette de Fr. 300’000.– octroyée par le canton comme aide aux fusions».

Le proche avenir dira si ce projet, qui apparaît comme raisonnable et particulièrement bien étudié, saura séduire tant les Conseils généraux que la population. Les responsables du projet semblent toutefois raisonnablement confiants dans l’aboutissement de ce processus. A suivre donc avec intérêt.

Photo Olivier Gfeller