De gauche à droite. Ghislaine Cachemaille, Camille, Eline, Léo et Ludovic Blanc.

Eline est la millième habitante de Baulmes

De gauche à droite. Ghislaine Cachemaille, Camille, Eline, Léo et Ludovic Blanc.

De gauche à droite. Ghislaine Cachemaille, Camille, Eline, Léo et Ludovic Blanc.

Dans le passé, Baulmes a compté plus de 1000 habitants. Notamment à la grande époque de l’industrialisation et lorsque l’usine de Chaux et Ciments était encore en activité. Subissant comme ses homologues de la région un certain exode rural, la commune a vu sa population se réduire. Elle a atteint son nombre le plus bas pour l’époque moderne en 1974, avec 750 habitants.

Depuis lors, un renversement de tendance s’est manifesté. Certes pas très important en termes annuels, mais régulier. «On a vu des années plus généreuses que d’autres, notamment lors de la construction des deux petits immeubles situés à la sortie du village direction Vuiteboeuf, puis un bond en 2011-2012 de 42 unités» a précisé le syndic Julien Cuérel lors de la petite manifestation organisée la semaine passée par la Municipalité à l’occasion de l’arrivée de la millième Baulmérane de l’ère moderne. Elle est née le 7 décembre 2012 et se prénomme Eline. Elle est la fille de Camille et Ludovic Blanc et la petite sœur de Léo.

C’est donc elle que la Municipalité presque au complet, accompagnée de la préfète Évelyne Voutaz, a honorée et dont elle a salué l’arrivée. Les enfants ont reçu des cadeaux, les parents aussi, en présence de Ghislaine Cachemaille, qui est responsable du contrôle des habitants depuis 30 ans et qui était aussi de la partie.

«Avec son nouveau PPA à venir, la commune pourra compter avec un développement sur quinze ans de l’ordre de 150 habitants. Et en dépassant le nombre de 1000 habitants, Baulmes fait désormais partie des 10 communes du district qui atteignent ce total» a encore précisé le syndic Julien Cuérel, avant que l’arrivée d’Eline soit dignement fêtée.

Photo Olivier Gfeller

Emplacement des étapes futures de la gravière des Ages.

Baulmes: extension de la gravière

Emplacement des étapes futures de la gravière  des Ages.

Emplacement des étapes futures de la gravière
des Ages.

La semaine passée s’est déroulée à l’Hôtel de Ville de Baulmes la séance de novembre du Conseil communal, sous la présidence de Marc von Ow. La Municipalité a déposé plusieurs préavis qui seront traités d’ici à décembre, l’un notamment concernant la gestion des déchets et la réorganisation de la déchetterie. Le Conseil devra également se pencher le mois prochain sur le projet de budget qui lui a été soumis par la Municipalité.

Les membres du délibérant ont également pu assister à une présentation par le syndic Julien Cuérel d’un projet d’extension de la gravière des Ages. Cette dernière est en exploitation depuis de nombreuses années, dans une zone en bordure de route située à la sortie ouest du village en direction de l’Abergement. Au-dessus de cette zone, légèrement en contrebas de la voie ferrée de l’Yverdon-Sainte-Croix, une parcelle communale a fait l’objet de sondages et d’études diverses.

Selon les spécialistes, cette parcelle contient environ 600 000 m3 de gravier. Elle est exploitable et les services du Canton ont préavisé favorablement à ce projet. Le syndic a expliqué que «l’exploitation était prévue pour 10 ans environ, par tranches de 60 000 m3 par année et aussi par tranches sur le plan géographique». A Fr. 4.– le m3 au prix de vente, l’exploitation de cette extension serait une heureuse contribution aux finances communales. La mise à l’enquête est prévue pour début 2013. À la même époque, la Municipalité organisera une présentation publique, à laquelle tous les intervenants seront conviés pour pouvoir fournir des explications détaillées sur le projet.

Taux d’impôt communal inchangé

La Municipalité avait proposé de ne pas modifier le taux d’impôt communal pour l’année 2013. La commission des finances a, semble-t-il, longuement réfléchi à l’évolution à long terme des finances de la Commune. Elle a regretté de ne pas pouvoir disposer du budget au moment de ses travaux. Budget que la Municipalité ne pouvait pas établir sans avoir… fixé un taux d’impôt provisoire et surtout reçu tous les chiffres de dépenses non maîtrisables communiqués par le Canton. Au final, la commission a convaincu le Conseil qui a maintenu à une très large majorité le taux d’impôt à 78 % de l’impôt cantonal de base, conformément au préavis de la Municipalité.

Image Olivier Gfeller

Depuis la gauche Lucienne Ravey de Valeyres-sous-Rances et Gilberte Cottens de Mathod.

Baulmes: brisolée et thé dansant, une nouveauté au pied des Aiguilles!

Depuis la gauche Lucienne Ravey de Valeyres-sous-Rances et Gilberte Cottens de Mathod.

Depuis la gauche Lucienne Ravey de Valeyres-sous-Rances
et Gilberte Cottens de Mathod.

Ce dernier dimanche de septembre le choeur mixte de Baulmes a inauguré une formule qui a fait mouche: châtaignes suivies d’un thé dansant animé par Maxime. Le but avoué était de renflouer les caisses de cette société. Comme nous le rappelle en souriant la directrice Camille Mermod-Lecourt: «Reprise des répétitions lundi 8 octobre à 20 h. à la salle des sociétés de l’Hôtel de ville, les sourires sont les bienvenus! Nous commencerons le répertoire et la soirée annuelle aura lieu le 21 avril 2013».

L’après-midi en tournoyant!

Malgré quelques craintes du côté des organisateurs, une centaine de personnes ont participé au repas, puis dès 15 h. les habitués des thés dansants sont venus de tout le canton pour virevolter sur le beau parquet glissant à souhait de la salle des Fêtes. «Cette salle est faite pour danser» nous assure Maxime d’Avrincourt, l’homme orchestre, longtemps domicilié à Baulmes. Les dames sont bien mises, souvent en robes, les messieurs élégants font tournoyer leur partenaire. Les différentes danses se succèdent, Maxime chante tant en français qu’en anglais qu’en italien et entraîne ses fans venus nombreux «Maxime est un marchand de bonheur» estime M. Chapallaz de Baulmes.

Cette formule semble attirer un fidèle public de retraités qui apprécient de sortir l’après-midi, de passer un moment de convivialité et de se retrouver tout en faisant de l’exercice! Car, incontestablement, danser est physique! Souhaitons donc que l’expérience puisse se renouveler, pour les uns comme pour les autres.

Baulmes: histoires de hangars

Il y a quelques années sinon plus que l’on parle du hangar à bois communal. Mais depuis la séance du Conseil communal de mardi passé, tenue sous la présidence de Marc von Ow, un projet concret va se réaliser. Ce hangar ne sert plus vraiment au séchage et à l’entreposage de bois de feu, en raison d’une demande faiblissante, mais à abriter une partie du matériel de la voirie.

Son destin va changer puisque durant les 30 prochaines années, il abritera des caves pour l’affinage du fromage, en vertu d’un droit de superficie voté très largement en faveur de la Société de laiterie locale. Cette dernière avait un urgent besoin de ces nouvelles installations, qui devraient pouvoir être inaugurées en 2013.

Le nouveau

Devant cette situation, la Municipalité a proposé au Conseil la construction d’un nouvel hangar, de 26 mètres de long et 13 de large, dont la structure sera en bois et qui trouvera sa place en face du bâtiment Chaux et Ciments. Cette construction permettra d‘abriter complètement le matériel communal de la voirie et les véhicules. Sous réserve de quelques détails de construction, et surtout du fait que la construction des caves d’affinage se fasse, le Conseil a approuvé à une très large majorité la proposition de l’exécutif. Un crédit de Fr. 230 000.— a été voté pour permettre sa réalisation.

Eau potable

Le problème de l’approvisionnement du village en eau potable ne date pas d’hier. La Municipalité a proposé au Conseil de faire élaborer une étude globale de cette problématique, y compris les possibilités d’interconnexion avec les communes voisines et la valorisation du potentiel hydroélectrique. On pense ici au turbinage. La construction d’un nouveau réservoir sera sans doute à l’ordre du jour, avec une désaffectation du réservoir du «Sapin à la Jacques», en raison de sa non-conformité au niveau de la sécurité. Plusieurs offres d’études globales sont parvenues à la commune. Le Conseil a décidé de suivre le choix de la Municipalité vers l’offre la plus complète et la meilleure marché. A cet effet, un crédit de Fr. 76 000.— a été voté à une très large majorité.

Le syndic Julien Cuérel a informé le Conseil sur l’avancement des travaux de réfection des toitures des chalets d’alpage, qui sont en voie de finition ainsi que pour lancer un appel aux volontaires en vue de l’organisation d’une fête en 2013 à l’occasion des 25 ans du jumelage avec la commune française de Mont-Saint-Sulpice.

Photo Olivier Gfeller

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

Baulmes: Raiffeisen fustigée au Conseil

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

C’est au chalet d’alpage de Grange-Neuve que le Conseil communal de Baulmes a tenu séance vendredi sous la présidence de Luc Pillevuit. C’est un cadre magnifique et plus récréatif que l’habituelle salle, au point d’ailleurs qu’en réponse à l’appel de début de séance, les membres étaient invités à préciser leur choix de menu pour la suite de la soirée. Ce qui donnait lieu à un dialogue particulier dans lequel le terme «royale» évoquant la grandeur de la croûte au fromage attendue précédait souvent le traditionnel «présent».

Comptes 2011 dans le rouge

Après l’assermentation de Carole Beati remplaçant un collègue démissionnaire, les conseillers se sont penchés sur la santé financière de la commune et plus particulièrement sur son exercice 2011. Les recettes et dépenses de l’an passé ont atteint la somme de 4.9 millions de francs, avec un excédent de dépenses de Fr. 165 000.–. Ce résultat est à mettre au compte de l’absence des militaires, qui en plus n’avaient pas prévenu qu’ils ne viendraient pas au moment de l’établissement du budget.

On y ajoutera différentes dépenses budgétisables, comme par exemple le vol des cartes CFF, survenu en 2012, mais comptabilisé sur l’exercice 2011 pour un total de Fr. 11 000.–. Ces différences n’ont pas empêché le Conseil d’approuver sans réserve les comptes 2011. Ils ont fait de même avec la gestion administrative de la commune, votée après la deuxième lecture du rapport de la commission et la prise de position de l’exécutif sur les remarques formulées.

Une fermeture qui choque la population

Selon Nadine Pérusset, l’agence de la banque Raiffeisen de Baulmes fermera ses portes définitivement à la fin de l’année 2012. «Cette fermeture est contraire aux promesses faites par l’établissement lors du processus de fusion, au cours duquel on nous avait assuré qu’une telle issue ne surviendrait pas» a précisé encore la conseillère, qui a déposé une interpellation soutenue par le Conseil unanime pour qu’une lettre circulaire de protestation soit adressée à la banque concernée, lui demandant de revenir sur sa décision.

«La fermeture de la banque est le début de la gangrène», a encore affirmé la pétitionnaire. «Nous perdons tout pouvoir de décision au village et cette fermeture pourrait être suivie par d’autres, à commencer par la poste. Un véritable problème pour les clients locaux à mobilité réduite, mais aussi une question de principe par rapport à l’histoire de l’établissement».

En fin de séance, le Conseil s’est encore doté d’un nouveau président, en la personne de Marc von Ow, par ailleurs abbé-président de la Société militaire de Baulmes, élu très facilement à cette charge par 37 voix sur 38 bulletins rentrés.

Photo Olivier Gfeller

Entrée des mines de Baulmes, un des deux groupes du départ de 15 h.

Voyage dans les mines de Baulmes

Entrée des mines de Baulmes, un des deux groupes du départ de 15 h.

Entrée des mines de Baulmes, un des deux groupes du départ de 15 h.

Plus de cent participants

L’association culturelle de Baulmes et Environs et le spéléoclub du Nord-Vaudois organisaient pour la 3e fois une visite des mines. La météo peu clémente n’avait nullement repoussé les visiteurs, venus nombreux. A souligner la très bonne organisation avec des départs échelonnés en groupes d’une quinzaine de personnes accompagnés de guides; casques fournis par le spéléoclub.

Quelques mots sur les mines de Baulmes

Il s’agit d’anciennes mines de marnocalcaire destiné à la fabrication de chaux et de ciment. En 1894 avec l’ère industrielle, les premiers fours à chaux seront remplacés par l’usine de Baulmes en fonction jusqu’en 1962. Cette date signera la fermeture des mines. Celles-ci totalisent près de 17 km de galeries formant un immense quadrillage irrégulier. De nos jours, beaucoup des galeries sont éboulées; en effet la nature de la roche les rend très instables.

Spéléologue amateur pour une heure

Revêtus de casque, ciré et bottes, nous pénétrons dans la montagne, nuit noire, température de 12 degrés à l’année. C’est humide et par endroits, nous avons de l’eau jusqu’aux chevilles. De fréquents éboulis, de nombreuses intersections de galeries désorientent rapidement le néophyte! Un indice, le sens de l’eau indique la sortie! Le temps de la visite, nous sommes propulsés dans une autre atmosphère, une autre époque, un autre monde.

Saviez-vous que de 1950 à 1960 les mines ont abrité une culture de champignons de Paris? Tout est resté en place, comme figé... Expérience saisissante et passionnante, parfois légèrement déstabilisante, les commentaires du guide sont précieux, les torches aussi!

Photo Catherine Fiaux

«Les Chupa Chups for Ever» aux finales de ce week-end. Derrière de gauche à droite: Amandine Buvelot, Jessica Locatelli, Claudia Berger, Claire Vitus, Amandine Joseph. Devant de gauche à droite: Adeline Grasset, Alicia Courvoisier, Oriane Landry.

Baulmes: coupe Lego, «Les Chupa Chups for Ever» brillent près de Berlin

«Les Chupa Chups for Ever» aux finales de ce week-end.  Derrière de gauche à droite: Amandine Buvelot, Jessica Locatelli, Claudia Berger, Claire Vitus, Amandine Joseph. Devant de gauche à droite: Adeline Grasset, Alicia Courvoisier, Oriane Landry.

«Les Chupa Chups for Ever» aux finales de ce week-end. Derrière de gauche à droite: Amandine Buvelot, Jessica Locatelli, Claudia Berger, Claire Vitus, Amandine Joseph. Devant de gauche à droite: Adeline Grasset, Alicia Courvoisier, Oriane Landry.

Depuis de nombreuses années, Alain Mabille, professeur de sciences au Collège de Baulmes est l’entraîneur passionné qui initie, accompagne et promeut entre autres la robotique, auprès de multiples volées d’élèves de son établissement, et ceci au travers d’une participation à la fameuse First Lego League.

Cette compétition est un concours de créativité et d’esprit d’équipe ouvert aux jeunes de 10 à 16 ans et qui se joue par équipe de 5 à 10 concurrents. Le week-end dernier, à Cottbus près de Berlin, a eu lieu la finale européenne de la saison 2011-2012 et c’est en compagnie d’une équipe composée uniquement de huit filles, «Les Chupa Chups for Ever», que l’enseignant de Baulmes a rallié la capitale allemande.

Un parcours difficile à maîtriser

Avant d’obtenir leur qualification pour ces finales européennes, les équipes doivent d’abord concourir aux finales régionales romandes qui ont lieu en novembre à Yverdon-les-Bains. Dans cette compétition, l’équipe féminine s’est très bien comportée et a ensuite conquis sa qualification pour les finales suisses qui avaient lieu à Brugg en décembre dernier. Et là encore, c’est grâce à un excellent niveau (4e rang au Robot Design) qu’elles ont obtenu leur qualification pour Berlin. Cette année, ce sont 24 équipes européennes qui ont pu participer à ces finales très relevées, sur un total en Europe qui excède 800 équipes. Dans le monde entier, on compte environ 17’000 équipes réparties dans une cinquantaine de pays.

Une compétition à deux volets

La compétition se déroule sur des tables de 115 x 237 cm, munies de bords relevés pour empêcher les robots de tomber. Les robots sont construits uniquement avec des pièces du fameux jeu Lego accessibles au public. Un robot de base fournit de l’énergie électrique à des axes de roue et un mini-ordinateur programmable. A partir de là interviennent le savoir-faire et l’imagination des concurrents. Les équipes reçoivent, environ 8 semaines avant la compétition, un plan de construction de postes qu’elles doivent réaliser. Ces postes répartis sur la table vont devenir des missions pour le robot qu’elles vont devoir fabriquer et programmer, de telle façon que l’engin puisse effectuer seul l’ensemble des missions: partir seul d’un point A, se rendre au point B et charger des pièces et revenir au point A par ses propres moyens, par exemple.

A côté du volet programmation et technologie, les concurrents doivent aussi présenter (oralement et en anglais ! - «Les Chupa Chups for Ever» ont appris par cœur leur dossier) une invention en ligne avec un thème annuel. Cette année, le thème était l’élimination des risques de contamination dans le transport des aliments. Et les huit filles ont décidé de présenter un système de bouteille thermos recyclable et réutilisable pour le transport réfrigéré du lait.

Un très beau résultat

«Les Chupa Chups for Ever» ont brillé à Cottbus-Berlin où elles se sont très bien comportées. «Il est intéressant de noter que l’aspect «apprentissage du travail en équipe» est particulièrement important dans l’attribution des points. Et ce n’est pas toujours simple pour des tout jeunes ados de trouver leurs marques dans ce genre de circonstances » précise Alain Mabille, ravi du résultat et qui a recommencé déjà lundi après-midi avec de nouveaux élèves en vue de participer aux compétitions cet automne. L’Omnibus suivra leur travail et leur progression en 2012.

Photo Alain Mabille

Centre de Baulmes.

Baulmes: on doit augmenter les impôts

Centre de Baulmes.

Centre de Baulmes.

Le Conseil communal de Baulmes s’est réuni la semaine passée pour sa séance de novembre sous la présidence de Luc Pillevuit. Après avoir appris par le syndic Julien Cuérel que l’expérience concluante conduite avec des travailleurs en forêt de l’EVAM prendrait fin le 11 novembre, et que la conduite d’eau de la rue du Stand avait été définitivement changée, le fabricant prenant une partie des travaux à sa charge, le Conseil s’est penché sur différents sujets financiers.

Légère augmentation des indemnités du Conseil

Même si ce poste ne représente qu’une part infime des charges de la commune, il constitue souvent un sujet délicat. Le bureau du Conseil avait déposé un préavis prévoyant une légère augmentation des indemnités des membres du Conseil, notamment de ceux qui consacrent plusieurs dimanches par année à faire en sorte que les votations ou élections se passent bien. La commission chargée de l’étude de ce préavis est finalement arrivée à la conclusion … qu’elle ne proposerait rien à ce sujet, laissant à chaque conseiller le soin de décider, sans préavis. Au final c’est la proposition du bureau du Conseil qui a été acceptée à une très large majorité.

Augmentation du taux d’impôt communal

Même en tenant compte des effets de la bascule de deux points d’impôt décidée au niveau cantonal pour tenir compte de la réforme policière, la commission chargée de l’étude de cette question, à l’image d’ailleurs de la Municipalité, est arrivée à la conclusion que cela ne suffirait pas: les recettes fiscales sont en baisse, la crise économique est présente et la prudence dicte une augmentation du taux communal. Le dernier sera fixé pour 2012 à 78% de l’impôt cantonal de base, par un vote presque unanime.

Des rénovations à apporter aux chalets d’alpage et aux refuges

La deuxième lecture du rapport de la commission de gestion au sujet de sa tournée de montagne a eu lieu. A cette occasion, la commission a rappelé que dans nombre de chalets d’alpage ou de refuges, des petits travaux d’entretien étaient nécessaires. La Municipalité a admis toutes les remarques de la commission, précisant au passage qu’elle avait déjà prévu d’effectuer les travaux en question en partie en 2012 et en partie plus tard. Elle reviendra devant le Conseil avec les préavis appropriés en temps utile.

En fin de séance, la Municipalité a déposé son préavis concernant le budget 2012. Le Conseil devra se prononcer à son sujet lors d’une prochaine séance. On peut d’ores et déjà préciser que, malgré la hausse des impôts communaux, le budget 2012 de la commune sera légèrement déficitaire. Notamment en raison du fait que l’armée a décidé de ne plus utiliser les locaux de Baulmes pour les écoles de recrues à l’avenir, ce qui constitue un manque à gagner important pour la commune et aussi pour les commerces locaux.

Le syndic a encore tenu à rappeler que la commune tenait désormais à disposition des habitants une carte journalière CFF, que chacun peut réserver et qui permet de voyager sur l’ensemble du réseau suisse couvert par l’abonnement général pour le prix de 40 francs. Cette carte doit être réservée au greffe.

Photo Olivier Gfeller

Baulmes: les Municipaux pas bien rémunérés



Mercredi soir s’est tenue à Baulmes la deuxième séance du Conseil communal de la législature, sous la présidence de Luc Pillevuit. Au chapitre des communications municipales, le syndic Julien Cuérel est revenu sur la conduite d’eau du Stand qui a connu fuite sur fuite et obstructions. Une entreprise est venue l’inspecter au moyen d’une caméra, avec un verdict sans appel: il faudra la changer, probablement durant les vacances d’octobre.

A part la prise de fonction annoncée d’un nouvel employé communal, le syndic a informé les conseillers que le chalet d’alpage de la Jougnenaz avait mis à l’enquête la création de deux chambres d’hôtes. Cette enquête se termine sous peu et normalement la création de ces deux chambres devrait pouvoir se faire sans opposition. Quant à l’expérience réussie menée en collaboration avec l’EVAM, elle sera reconduite pour une durée de trois semaines à partir du 10 octobre, à condition que la météo permette de continuer les travaux forestiers entrepris avec l’aide des requérants.

Pas très cher à l’heure

Après avoir décidé à l’unanimité de diverses délégations de compétences formelles à la Municipalité en matière de défense des droits de la commune et d’acquisitions-aliénations d’actifs de moindre importance, le Conseil a pris connaissance du rapport de la commission chargée de l’étude des rémunérations du syndic et des municipaux pour la législature 2011-2016. Elle a constaté que le syndic n’était pas trop mal loti en comparaison avec d’autres communes, mais que tel n’était pas le cas des municipaux, qui sont nettement moins bien traités que leurs homologues d’autres communes comparables.

Surtout dans une période où les qualités pour exercer la fonction deviennent plus élevées et multidisciplinaires. Alors que l’on s’attendait à une proposition d’amendement du préavis municipal sur ce point, la commission a finalement décidé de suivre simplement la proposition de son exécutif, non sans relever que la rémunération horaire d’un municipal baulméran était de Fr. 34.–, soit «une rémunération d’un jeune débutant dans la vie professionnelle sans qualifications très particulières».

Le Conseil a encore entendu la première lecture du rapport de la commission de gestion sur sa tournée de montagnes. La commission de gestion a émis un certain nombre de remarques visant à accélérer le processus de réfection de différentes installations vétustes ou endommagées dans les chalets d’alpage de la commune.

Photo Olivier Gfeller

Cécile Ehrensperger, pendant son exposé

Six requérants effectuent des TUP à Baulmes

Cécile Ehrensperger, pendant son exposé

Cécile Ehrensperger, pendant son exposé

Depuis le 14 septembre et pour une durée de quinze jours, six requérants d’asile du foyer de Sainte-Croix se rendent chaque matin à Baulmes par le train, afin de participer activement, en collaboration avec les forestiers de la commune, à des travaux d’élimination de plantes envahissantes.

La mise sur pied de ce court programme de travaux d’utilité public (TUP) a été rendue possible grâce à la collaboration de l’EVAM et de la commune de Baulmes. De nombreux autres chantiers de ce type ont lieu ou ont eu lieu dans le canton, en général à la satisfaction des parties en présence. Il s’agit dans l’esprit de l’EVAM de permettre aux requérants de lutter avant tout contre une oisiveté qui s’avère lourde à supporter au fil des mois.

Et aussi de réaliser un petit pécule supplémentaire. L’EVAM a mis sur pied mardi soir passé à Baulmes une séance d’information publique à ce sujet, et surtout au sujet des régimes complexes et divers sous lesquels vivent les requérants d’asile. Cette information a été donnée en présence du syndic Julien Cuérel et de la municipale des affaires sociales Cendrine Cachemaille.

Un parcours juridique et humain complexe

C’est la responsable du secteur Nord et Ouest de l’EVAM Cécile Ehrensperger qui a présenté à une vingtaine de personnes intéressées par le sujet le parcours juridique du requérant d’asile en Suisse. Un parcours complexe et sinueux, parfois juridiquement contradictoire et moralement schizophrène, surtout lorsqu’on lui demande d’être intégré et financièrement assumé tout en lui interdisant de travailler.

L’oratrice du soir a tenu à relever le nombre finalement peu élevé en pourcentage et en chiffres absolus de requérants. Une proportion d’environ 4% de la population qui au niveau mondial semble n’avoir pas varié depuis les grandes migrations du 20e siècle qui elles voyaient les Suisses s’expatrier aux USA, au Canada et en Australie, par exemple. Parmi les nombreuses données qui caractérisent les statuts des requérants actuellement en Suisse, il faut retenir que même si la législation est fédérale, elle est appliquée de façon très contrastée d’un canton à l’autre. Pendant que le canton de Vaud accueille en permanence plusieurs centaines de requérants d’un certain type, Zurich en accepte… quatre. Autre mentalité, autre façon de voir les choses, autre lecture de la loi, la question reste ouverte.

Le public n’a que peu participé au débat. Une critique générale contre les médias attiseurs de feu a été formulée par un enseignant, qui leur reproche sans distinction de monter en épingle ce qui fait vendre au détriment d’explications et d’analyses. Critique d’ailleurs partagée par la conférencière du soir. L’Omnibus n’entend pas polémiquer sur ce point. Il relèvera simplement que lui était représenté lors de cette séance.

A noter que la même conférencière sera à Orbe le 3 octobre à 19 h. 30 au Casino, en compagnie de différents intervenants pour expliquer au public le parcours complexe du requérant, ceci dans le cadre de l’ouverture de l’abri PC urbigène à une cinquantaine de requérants en manque cruel de toit.

Photo Olivier Gfeller

Un fragment d’une façade à Baulmes.

Baulmes: un premier conseil très peu chargé

Un fragment d’une façade à Baulmes.

Un fragment d’une façade à Baulmes.

Mardi soir passé, la législature 2011-2016 a débuté par une séance plutôt calme et peu chargée pour le Conseil communal de Baulmes. Placé sous l’autorité de son nouveau président Luc Pillevuit, le législatif baulméran n’a en effet pas eu à voter ou à prendre des décisions de nature financière.

Il faut dire que la Municipalité n’a déposé ses trois premiers préavis de la législature que le soir même : des préavis qui seront traités en commissions et qui concernent notamment des aspects formels de répartition des tâches ente Municipalité et Conseil. En revanche, après avoir procédé à l’assermentation de trois membres qui n’étaient pas présents en juin lors de la séance officielle, le Conseil a pu entendre et suivre sur un écran une présentation par le syndic Julien Cuérel de l’étude de réorganisation du territoire communal qui a débuté il y a maintenant quelques années.

Aménagement du territoire

Cette étude, qui est la pierre angulaire obligatoire de tout nouveau plan général d’affectation (PGA) a été menée par la Municipalité au travers de nombreuses consultations et à l’aide du soutien de plusieurs bureaux de professionnels de l’aménagement. Cette réorganisation ne concerne pas les pâturages ou les forêts, mais exclusivement la zone agricole entourant le village et la zone du village proprement dite. Il s’agit en fait de prévoir quelle est la capacité d’absorption de nouvelles constructions et de nouveaux habitants dans le village, et, s’agissant de la zone agricole, quelle modification ou amélioration (remaniement?) pourrait le cas échéant être apportée.

Il ne semble pas que l’on s’achemine vers un remaniement parcellaire agricole, les exploitants actuels semblant se débrouiller seuls pour des échanges ou des locations de terre qui permettent d’optimiser le travail. Au niveau du village, il ne faut pas s’attendre à un afflux massif de nouveaux habitants. Le plan et l’étude ont un horizon de visibilité à une quinzaine d’années. Et dans ce délai, il est imaginé que la population de Baulmes augmentera de 150 à 200 habitants. Au niveau des zones constructibles, le canton exige une densification de la population: ceci notamment en raison de la mobilité restreinte de certains habitants, qui doivent en principe pouvoir atteindre la gare ou le centre du village en dix minutes à pied.

C’est dire que la seule zone appelée à se développer dans ce cadre semble être celle qui se situe un peu derrière la gare. Le rapport final de cette étude devrait être déposé d’ici fin 2011 ou début 2012. C’est ensuite que le Conseil pourra décider s’il entre en matière sur la conception d’un nouveau PGA.

Photo Olivier Gfeller

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

Baulmes: séance rapide avant le repas rituel

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

L’Hôtel de Ville de Baulmes.

Vendredi soir passé se tenait à l’Hôtel de Ville de Baulmes la dernière séance de la législature du Conseil communal. La trentaine de conseillères et conseillers présents avaient l’occasion, pour la dernière fois, de voir leurs débats dirigés par Raymond Dériaz, qui abandonne son perchoir de président, «un poste que j’aime bien» précisait-il, avec un peu de regret, mais avec la conscience du travail bien fait.

 

Comptes 2010 équilibrés
Les comptes de l’exercice 2010 se soldent pas un très léger excédent de charges de quelques milliers de francs, comparé à un total de recettes et dépenses de l’ordre de 5,2 millions de francs. Autant dire qu’il s’agit pour Baulmes d’un bon exercice, ainsi que l’ont relevé aussi bien le syndic Julien Cuérel que le rapporteur de la commission des finances.

«Nous avons d’ailleurs tenu de très près le plan financier que nous avions élaboré en début de législature», a poursuivi le syndic qui a aussi indiqué «que le plan d’investissements avait lui aussi été suivi de près». C’est donc pratiquement sans discussion que les comptes et la gestion 2010 ont été acceptés à l’unanimité. A noter encore que la gestion administrative communale a fait l’objet du traditionnel examen par sondages de la commission de gestion qui a relevé son excellente tenue.

Des footballeuses apprécient le terrain de sport

Les footballeuses de l’équipe nationale du Pays de Galles sont actuellement à l’entraînement à Baulmes. «Contrairement à d’autres qui trouvaient le stade pourri, ces sportives le considèrent comme parfaitement adapté à leurs exigences» a indiqué le syndic dans une communication. Quant à la faillite du FC Baulmes, elle est maintenant définitive. Quelques créanciers pourraient encore faire valoir des droits, s’ils prennent à leur charge les risques et les frais d’un procès contre les prétendus responsables de la débâcle financière du club.

Dans une adresse à ses collègues, le municipal des forêts, Richard Berger, qui siégeait pour la dernière fois dans l’hémicycle a tenu à faire part de sa satisfaction d’avoir œuvré pendant plus de trente années à leurs côtés, dont neuf au sein de l’exécutif communal.

Photo Olivier Gfeller