Les nombreux participants à la séance et tout au fond, le président Jean-François Faivre.

Ballaigues: ça bouge à Ballaigues

Lundi soir, sous la présidence de Jean-François Faivre, président du conseil communal, le Centre villageois bruissait sous les murmures de très nombreux villageois venus pour assister à la traditionnelle assemblée de commune. Cette réunion a lieu une fois tous les 5 ans, depuis l’adoption de la nouvelle constitution vaudoise, en vue de présenter le processus électoral communal du printemps 2016 et, si possible, de former une liste d’entente aussi bien pour l’élection au conseil communal qu’à celle de la municipalité.

Le président a d’entrée de jeu rappelé les règles générales et le calendrier, ainsi que les «places disponibles», 35 pour le conseil, 5 à l’exécutif, et 7 pour des suppléants, tous étant à élire au scrutin majoritaire à deux tours. Très rapidement, l’assemblée a passé à la présentation de candidats. Au total, ce ne sont pas moins de 52 candidats pour les 35 sièges qui ont été présentés et ont accepté de figurer sur la liste d’entente.

Surprise pour l’exécutif

Aspect réjouissant de cet exercice, bon nombre de jeunes du village se sont déclarés prêts à exercer cette charge, ce qui était nettement moins le cas lors de la précédente législature. Pour l’essentiel, les candidatures émanent de Ballaiguis de souche ou du moins d’adoption depuis longtemps. La surprise est venue de la liste à constituer pour la municipalité. Alors qu’on imaginait une élection tranquille des 5 sortants qui se représentent, deux candidatures supplémentaires viennent pimenter l’exercice.

Celle de l’actuel président du conseil Jean-François Faivre, qui a estimé utile de se mettre à disposition de la communauté ainsi que celle de Cathy Leresche, absente lors de l’assemblée, mais qui a siégé au conseil communal durant 9 ans. C’est donc ainsi, en moins de 45 minutes, que la démocratie à Ballaigues a montré qu’elle était bien vivante au pied du Bel-Coster. La clôture des listes a lieu le 11 janvier et il n’est pas impossible que d’autres candidatures se manifestent encore d’ici-là, si l’on en croit quelques apartés d’après séance.

Jura-Rosaly

Ballaigues: «Réservons un bon accueil aux requérants»

L’Omnibus l’avait annoncé dans son édition du 30 octobre, ce sont 75 requérants d’asile qui viendront augmenter les rangs de la population de Ballaigues à partir de la semaine prochaine. Ils résideront à Jura-Rosaly, soit à environ 800 mètres en dehors de la localité. «Ils n’arriveront pas d’un coup, mais de façon échelonnée, a précisé le syndic Raphaël Darbellay, qui a par ailleurs «déploré que l’embargo strict qu’il avait exigé sur cette information n’ait pas été respecté et que cette dernière ait pu être diffusée dans la presse avant que le Conseil puisse en être nanti».

Ce séjour est une opération strictement privée entre l’EVAM (Établissement vaudois d’accueil des migrants) et la propriétaire des locaux, opération qui a reçu l’aval du département du Conseiller d’Etat Philippe Leuba. Ce seront avant tout des familles avec des enfants avant ou après l’âge de la scolarité, en provenance de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan et quelques personnes seules. Leur séjour à Ballaigues ne devrait pas s’étendre au-delà du début du printemps 2016, le 31 mars ou 30 avril. La Fondation Grain de Blé, propriétaire des bâtiments, a en effet déjà des réservations pour ses camps de jeunesse habituels ultérieurement en 2016. Le groupe de migrants n’arrive pas sans un encadrement adéquat d’une dizaine de personnes en tout en comptant les cuisiniers, les surveillants, dont un permanent 24 heures sur 24, les travailleurs sociaux et l’administration.

Un point de situation sera fait après la fin du séjour avec les parties en présence, pour déterminer si cette opération pourra être reconduite ou non. L’EVAM (Établissement vaudois d’accueil des migrants) est à la recherche de solutions pérennes, alors que la fondation a besoin de ses locaux durant la belle saison, «ce qui risque de rendre sa réitération plus difficile», a ajouté le syndic. Il a également exhorté la population à réserver un bon accueil à cette population provisoire et nouvelle. «Nous ne sommes pas élus pour créer des problèmes, mais pour les résoudre» a-t-il ajouté, en précisant «qu’il verrait d’un bon œil la création citoyenne d’un groupe d’accueil local. L’ARAVOH sera en tout cas contactée par la commune pour voir dans quelle mesure elle peut aussi s’occuper des migrants ballaiguis». À relever que ce point n’a soulevé aucune discussion ni remarque dans l’assemblée. Des réunions régulières auront lieu, notamment avec la police, pour débattre des éventuels problèmes de sécurité qui pourraient intervenir. «Dans un premier temps et en cas de nécessité ou de problème, la population doit s’adresser directement à moi», a encore ajouté le syndic.

La Grand-Rue n’est pas aux normes

Le Conseil a encore approuvé la vente des actions AVO au groupe Helvetia Environnement «tant qu’un acheteur existe et qu’un prix peut donc être formé». L’exécutif a aussi déposé son projet de budget 2016 qui montre un excédent de recettes et qui a dû donner du fil à retordre à ceux qui l’ont conçu, différents services de l’État – dont les impôts – s’étant trompés de plus d’un million de francs dans leurs calculs.

Un expert a par ailleurs été requis pour constater l’état du goudronnage de la Grand-Rue qui est complètement bosselée. Son verdict est sans appel: sur toute la longueur du village, de la Cure à la sortie direction Orbe, ces travaux ont été jugés «non conformes aux règles de l’art». Le groupe Grisoni – Zaugg qui a effectué les travaux l’été passé doit encore se déterminer, mais il est plus que probable que les travaux de goudronnage final devront reprendre l’an prochain, avec le dégrappage de la dernière couche et une nouvelle pose.

Le Choeur d’Hommes d’Arnex, sous la Le Choeur d’Hommes d’Arnex, sous la Le Choeur d’Hommes d’Arnex, sous la direction de Christelle Muth

Superbe 80e Giron Choral

C’est sous le thème «Générations… en chantée» que le 80e Giron Choral de la plaine de l’Orbe s’est déroulé samedi à Ballaigues. On aurait pu imaginer que le soleil ne fasse pas grève ce jour-là. Mais la bonne humeur et l’application des choristes n’avaient visiblement pas besoin de lui pour régner en maître sur cette journée qui fut longue et riche en émotions.

La matinée a permis aux 11 formations de la région qui avaient fait le déplacement de répéter une dernière fois et de se faire déjà entendre des amateurs aux quatre coins du village, ainsi qu’au centre villageois, cœur de la manifestation. Après une pause méritée, l’après-midi était consacré, comme le veut la tradition, au concert public. Chaque chœur a présenté deux morceaux, entrecoupés par des présentations amusantes et souvent taquines de Luc Leresche. Le programme musical a été très varié, allant de chansons d’Émile Gardaz à des mélodies anonymes du 17e siècle, en passant par des gospels ou une incursion dans le monde des comédies musicales. Sérieux sur nombre de points et sur le «la» initial, le juge pianotait sans musique sur son ordinateur en plein centre de la salle, dans laquelle plus aucune place n’était disponible.

Splendides choeurs d’ensemble

C’est sous la direction de Massimo Graa que vers 16 h .ont eu lieu les choeurs d’ensemble. Ces derniers pour choeurs mixtes, puis pour chœurs d’hommes, rejoints pour l’occasion par des enfants des classes de Ballaigues, ont été justement acclamés par le public, dont les cris et applaudissements ont retenti loin à la ronde. Avant le traditionnel banquet du soir précédé de la partie officielle, les ensembles ont encore donné de la voix dans un 5 à 7 qui aura mêlé généreusement musique, convivialité et verrées. Aussi bien pour les organisateurs locaux que pour le comité d’organisation présidé par René Lambercy, la tâche a été bien menée et la fête a été belle. Tout juste persiste-t-il dans l’esprit du président ce souci de «voir les chœurs avoir une fâcheuse tendance à prendre de l’âge, faute de relève suffisante».

On ne peut qu’espérer que la perpétuation des girons choraux saura convaincre des jeunes de rejoindre l’une ou l’autre des formations présentes à Ballaigues.

Ballaigues: les grands travaux continuent

C’est un ordre du jour au régime minceur qui attendait la petite trentaine de conseillères et conseillers ayant répondu présents lundi soir à l’appel du président Frédéric Santschi. Après avoir pris connaissance de la démission de Guillaume Poncet, les élus ont dû constater, presque déçus, que pour une fois l’exécutif n’avait aucune communication à leur faire. Ils se sont donc rabattus sur l’élection peu disputée d’un nouveau délégué supplémentaire à l’ORPC d’Orbe, le village y ayant droit en raison du nombre de ses habitants qui désormais dépasse le millier. C’est Valentin Santschi qui a été choisi pour cette mission, qui selon les aveux mêmes du délégué actuel de la commune, le municipal Michel Junod, ne devrait pas peser trop lourd dans son agenda annuel.

Encore des trous

L’exécutif et singulièrement Thomas Maillefer n’a pas encore terminé la fameuse réfection de la traversée du village qu’il souhaite rempiler avec de nouveaux grands travaux. C’est donc un investissement de l’ordre
Fr. 985 000.– qui va être soumis à l’examen d’une commission ad hoc, ainsi que de la commission des finances, en vue de financer la réfection des services EU-EC et autres sur un tronçon allant de la ruelle du Chalet, et se poursuivant sur la première partie de la route du Signal. L’équipement de ces tronçons est très vétuste et comme VO Énergies a planifié la rénovation et l’extension de son réseau dans ces zones, la commune veut profiter des fouilles pour effectuer ces travaux.

2016 se rapproche

L’exécutif a également déposé en dernière minute le préavis traditionnel relatif au nombre de conseillers à élire pour la prochaine législature 2016-2021, que ce soit pour le Conseil communal ou pour la Municipalité. Une commission va donc plancher sur la proposition de l’exécutif et suggérer une solution au délibérant dans les semaines à venir.

Ils sont arrivés au printemps : Sarah, Pierre-Alexandre, Morgane 5 mois. Il manque sur la photo, Juliette 10 ans et Noémie, 9 ans, qui préféraient musarder dans la salle.

Ballaigues: hausse significative de la population

Grosse affluence au Centre villageois lors de la réception organisée par la commune pour les nouveaux arrivés durant l’année 2014. Comme d’habitude, les membres de la Municipalité étaient présents, accompagnés des principaux employés communaux.

Le syndic Raphaël Darbellay a tenu à rappeler succinctement les chiffres de l’année. Alors que 83 résidents ont quitté la commune, ce sont 133 nouveaux habitants qui sont nés ou arrivés à Ballaigues en 2014. Le village comptait 1034 habitants au 31 décembre 2014. L’augmentation nette de la population durant l’année s’élève donc à une cinquantaine de personnes, un taux de progression qui augmente régulièrement depuis quelques années.

Raphaël Darbellay a relevé que cette petite cérémonie marquait le premier pas des nouveaux arrivés vers l’intégration dans un village «qui ne demande qu’à les recevoir». Rappelant également qu’en 2016 auront lieu les élections communales, il a invité chacune et chacun à se demander ce qu’il pouvait apporter pour améliorer le mieux-être, le mieux vivre ensemble, avant d’inviter chacun à partager un buffet campagnard.

Les petits garçons font leur cirque.

Ballaigues: les Amis Gym ont fait leur cirque

C’est sous le thème du cirque que la soirée de la Société des Amis Gym de Ballaigues s’est déroulée samedi soir au Centre villageois. Un CEVI qui comme d’habitude était plein à craquer à l’heure où le spectacle a commencé.

Plus de 360 spectateurs étaient en effet au rendez-vous de cette nouvelle réussite. On avait parfois de la peine à reconnaître au premier coup d’œil les membres du comité qui arboraient de magnifiques costumes colorés et directement venus du monde du cirque. Même l’entrée de la salle représentait une entrée de chapiteau de cirque. Le spectacle a été très vivement applaudi et les gymnastes, petits ou grands, ont pu montrer le résultat d’un travail de longue haleine entrepris durant toute l’année sous la direction d’une équipe soudée de moniteurs et monitrices.

Le spectacle comportait une dizaine de tableaux ainsi que les traditionnels sketches humoristiques, mais l’on ajoutera à ce nombre le tableau festif, qui a duré une bonne partie de la nuit, notamment avec le bal conduit par Jo.

Une salle remplie de musiciens, chanteurs et public pour le plaisir de tous ceux qui étaient à l’écoute de la radio.

100 ans de La Lyre et Giron des musiques: Kiosque à musiques

Dès 11 h., Jean-Marc Richard a mené cette émission, en direct sur la RTS de Ballaigues, depuis le Centre villageois d’une main de maître.

Avec sa gouaille et ses mimiques habituelles, il a conquis le nombreux public, qui a applaudi les différentes prestations. Cette émission a mis en avant les talents des sociétés suivantes: les Ondins d’Orbe, de l’Avenir, l’École de musique d’Yverdon-les-Bains, les Cors des Alpes du Nord vaudois, le Chœur d’hommes de Baulmes-Lignerolle-Ballaigues, la fanfare La Lyre, les Petits Chanteurs d’Orbe et le Chœur mixte Solstice d’Echallens.

Le programme était de belle qualité et les plaisanteries de l’animateur ont démontré que Béatrice fêtait son anniversaire, que les hommes du Chœur de Baulmes-Lignerolle-Ballaigues sont intelligents(!) et que certains hommes s’appellent «Papou».

Avec Quentin au sifflet, la salle a marché au pas et a même fait le chœur des Indiens. L’émission a été menée comme un Tatoo, les sociétés allant et venant de la salle sur la scène pour se placer. Ce Kiosque à Musiques était tout simplement magnifique.

Les travaux sont repartis pour Ballaigues Village ouvert

Ballaigues: la STEP locale à l’examen

«J’ai enfin des nouvelles du projet de règlement du Conseil», a indiqué en préambule le syndic Raphaël Darbellay, lors de la séance du conseil communal de Ballaigues lundi, sous la présidence de Frédéric Santschi. «Après son élaboration par la commission, il est revenu du Service des communes et du logement. Le juriste chargé de son examen a formulé 15 remarques, et invite la commission à en tenir compte. Après quoi le projet… retournera dans les services de l’État pour un nouvel examen pour ensuite revenir à Ballaigues. C’est donc dire que nous avons encore du temps devant nous avant de pouvoir l’examiner en plénum et le voter», a-t-il encore ajouté.

Sur un autre sujet en revanche, la situation administrative s’est presque miraculeusement débloquée. Après une discussion récente à Bavois lors des journées des énergies douces avec le conseiller national Roger Nordmann, dans laquelle le syndic lui a indiqué «que l’ennemi de l’énergie verte, c’étaient les méandres administratifs et non les opposants», ce dernier est intervenu dans les 48 heures auprès de la conseillère d’État Jacqueline de Quattro. Résultat: le dossier des éoliennes du Bel-Coster est débloqué et peut être soumis enfin à l’examen complet.

Changeant de sujet, le délibérant a voté un crédit de Fr. 30 000.– pour l’examen de la STEP, construite en 1976, et qui donne des signes de fatigue assez évidents, notamment au niveau de l’élimination des graisses. L’étude commandée devra faire l’état de la situation et préconiser une nouvelle STEP ou un branchement à celle de Vallorbe, éventuellement même à celle d’Orbe. Le dépôt des comptes 2013, sur lesquels on reviendra lors de leur examen, laisse un syndic heureux. L’exercice 2013 a été excellent, il est encore une fois en excédent, malgré le budget négatif. Le résultat provient des très bonnes performances des industries locales et d’une croissance aussi de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, qui était resté stable depuis 3 exercices au moins. En fin de séance, le président Frédéric Santschi a encore lancé un appel pour que le 100e anniversaire de la Lyre en juin soit bien suivi et se transforme en très belle fête.

Pourquoi faire simple

La fabrication des règlements communaux en Pays de Vaud laisse songeur. L’examen d’un premier projet communal élaboré longuement par une commission du conseil, sur la base d’un règlement standard produit par le canton, prend de très longs mois dans les services du canton. Il en ressort meurtri par les soins attentifs du juriste de service, qui devra de toute façon le reprendre après le 2e examen par la commission. Qui devra elle, façonner ensuite un projet supplémentaire, lequel sera nécessairement amendé par le Conseil et devra donc retourner encore au canton avant l’hypothétique bénédiction finale. Tout ça pour préserver une utopie de restant d’autonomie communale, ça fait beaucoup de temps et donc d’argent qui passe par les fenêtres. L’usage imposé d’un règlement type serait au final nettement moins coûteux et ne changerait pas la face du monde au quotidien.

Travaux en plein Ballaigues.

Boycott de la Poste à Ballaigues?

L’ordre du jour du premier Conseil communal pour son nouveau président Frédéric Santschi était plutôt léger. En effet, seul un préavis a été déposé et présenté par l’exécutif pour être remis aux mains de la commission des finances. Le municipal Thomas Maillefer a précisé que les travaux de la Grand-Rue allaient bon train et devraient se terminer d’ici la fin du mois, selon le planning établi à l’époque.

L’artère centrale sera fermée quelques jours pour permettre le goudronnage, ce qui ne sera pas sans poser quelques problèmes, notamment aux riverains ou aux transports publics. Pierre-Luc Maillefer, au nom de la commission culturelle, a présenté aux élus la manifestation «Ballaigues en Images» qui se déroulera les 8, 9 et 10 novembre. Cette manifestation commencera par l’accueil des nouveaux habitants et le vernissage de l’exposition de photos sur le thème de l’eau à Ballaigues. Avis aux amateurs: le concours est toujours ouvert jusqu’à fin septembre et son règlement disponible sur le site de la commune. Des forums publics sur différents thèmes d’actualité ou sur l’époque historique de l’hôtellerie à Ballaigues auront également lieu, de même qu’un dia-show historique et une présentation d’objets rares d’époque.

La Poste au centre des préoccupations

Le bureau de poste de Ballaigues n’est plus ouvert que quelques heures l’après-midi en semaine depuis début juillet. Et le géant jaune a annoncé que sa fermeture était programmée à l’horizon 2016. Cette course à la rentabilité a fait réagir nombre de conseillers sous l’impulsion de la conseillère Sylvia Erbeau, qui considère que «les usagers sont pris en otages avec des chiffres impossibles à vérifier, et semble-t-il manipulés, sur la fameuse baisse ou absence de rentabilité des petits bureaux campagnards». Les explications de l’exécutif au sujet de la Poste sont clairs: il n’est pas parvenu à obtenir plus qu’un report de la fermeture de l’office. Plusieurs conseillers ont présenté des solutions de réactions possibles à cette politique.

Il ne serait pas étonnant que le géant jaune et singulièrement sa filiale Postfinance perdent nombre de comptes de particuliers et la gestion d’une partie importante de la trésorerie communale si une solution n’est pas trouvée pour inverser le sort de l’office local.

Grilles géantes et attention chez les participants.

Ballaigues: loto à l’EMS du Jura

Grilles géantes et attention chez les participants.

Grilles géantes et attention chez les participants.

C’est en passe de devenir une tradition, même si ce n’était, samedi passé, que la deuxième édition du loto de l’EMS du Jura à Ballaigues. Il y a quelques années en effet, la Jeunesse de Ballaigues avait décidé d’offrir son temps et son travail de préparation aux résidents de l’EMS du Jura, en collaboration avec le personnel et la direction de ce dernier, pour y organiser de toutes pièces un loto destiné aux résidents. Le geste avait beaucoup plu et c’est donc une nouvelle édition qui a été mise sur pied samedi après-midi passé.

«Presque tous les membres de la Jeunesse participent», précisait son président Cédric Leresche, qui expliquait en outre que tout était «fait maison», y compris la collecte de véritables lots», par les membres de la Jeunesse qui, en plus, ont passé la durée du loto, soit à crier les numéros, soit à aider les participants à remplir les grilles géantes préparées pour l’occasion. L’après-midi s’est poursuivi par un goûter pris en commun, une façon de prolonger cette participation sympathique de façon conviviale. À voir la concentration de certains joueurs, pas de doute que le plaisir était présent.

Photo Olivier Gfeller

La Grand-Rue à Ballaigues.

Ballaigues: gros investissements votés

 La Grand-Rue à Ballaigues.

La Grand-Rue à Ballaigues.

Lundi soir s’est déroulée à Ballaigues la première séance du Conseil communal de l’année 2013, sous l’autorité du président Daniel Bourgeois. En préambule, et sortant de la configuration apolitique du village, «dans lequel on fonctionne avec une liste d’entente depuis toujours», le syndic Raphaël Darbellay a lancé un appel solennel en faveur du rejet de la LAT proposée en votation le 3 mars. «L’acceptation de ce texte constituerait pour Ballaigues la fin de ses maigres espoirs de pouvoir agrandir un jour sa zone à bâtir» a conclu le syndic, qui est aussi revenu sur la problématique de l’autoroute A9b, pour laquelle il a rappelé le dépôt à Berne du postulat Jean-Pierre Grin demandant au Conseil fédéral le traitement du problème du bouchon quotidien au travers de diverses suggestions faites conjointement par les syndics de Vallorbe et Ballaigues.

Une Grand-Rue flambant neuve

Au plat de résistance de la séance figurait l’octroi à l’exécutif d’un crédit de 4.054 millions de francs, le plus important depuis la construction du Centre villageois, pour la réfection en profondeur de toute la Grand-Rue. Un travail colossal sur lequel se sont penchées deux commissions: la commission des finances pour les aspects du financement à choisir et une commission ad hoc pour les aspects techniques. Ni les aspects techniques du projet municipal, ni les aspects financiers n’ont fait l’objet de remarques particulières. La Municipalité a simplement été invitée à choisir le financement auprès de l’établissement bancaire qui fera l’offre la meilleur marché, ce à quoi elle s’est engagée. Du côté technique, rien à redire à un projet qui verra la chaussée flanquée de nouveaux trottoirs plus larges en plusieurs endroits, et qui devrait aussi recevoir quelques aménagements urbains destinés à modérer la vitesse. «Nous ne pouvons pas faire tout ce qui est imaginable sur un tronçon classé route cantonale de délestage» a encore précisé Thomas Maillefer, le municipal en charge du dossier. «Notre souci a été l’amélioration de la sécurité des piétons par la création de trottoirs plus larges», a-t-il encore ajouté.

Travaux dès la mi-avril

Une partie du Conseil aurait souhaité que l’on entreprenne simultanément aux travaux une réflexion sur les possibilités pratiques de rendre le centre du village plus attractif. «J’ai envie de pouvoir me promener dans cette nouvelle Grand-Rue et l’on devrait égayer le projet», a précisé Christian Bechler, soutenu par quelques voix dans le Conseil. Les nécessités techniques et les exigences du Service cantonal des routes ont toutefois eu raison de ces velléités, du moins pour l’instant, puisqu’elles n’ont pas fait l’objet d’une demande formellement déposée. C’est à l’unanimité que le crédit a été voté. Les travaux débuteront en principe à mi-avril pour 2013 et se termineront à mi-octobre. Avec un programme identique pour 2014. Le premier tronçon qui sera mis en chantier sera la partie centrale du village. La route ne sera en principe jamais coupée, mais la circulation sera ramenée alternativement sur une seule voie par des feux de chantier. Ces travaux seront signalés assez loin du village pour dissuader les pendulaires ou les camions en transit de traverser Ballaigues.

Photo Olivier Gfeller

Ferme foraine à Ballaigues.

Ballaigues: rapport sur le budget 2013 au vitriol

Ferme foraine à Ballaigues.

Ferme foraine à Ballaigues.

À Préverenges, la Municipalité refuse depuis jeudi passé de payer la facture cantonale pour la police. À Ballaigues, la dernière séance de l’année du Conseil communal, présidé par Daniel Bourgeois, aura aussi connu son lot de mécontentement affiché contre la systématique cantonale des reports de charges.

Dans son rapport sur le projet de budget 2013 présenté par Julien Leresche, la commission des finances précise notamment: «La commission insiste pour formuler sa désapprobation totale quant à la manière dont l’État de Vaud traite les communes. Alors qu’elle est annoncée comme devant être neutre pour les communes, chaque réforme conduit à une augmentation des charges pour les communes». Un rapport au vitriol qui laisse cependant l’auditeur un peu sur sa faim, puisqu’il se termine … par la proposition d’adopter purement et simplement le budget préparé par l’exécutif.

Et maintenant?

Cette contradiction n’a pas manqué d’interpeller le président de la commission Nathanaël Bourgeois qui estime «qu’en pays de Vaud, on est trop gentil, on laisse faire, après avoir tonné contre des pratiques inacceptables». «Le temps pendant lequel on a été trop gentil est cependant terminé», a encore ajouté Nathanaël Bourgeois. De l’autre côté de l’échiquier politique, Raymond Durussel a fait remarquer «qu’on était encore très loin de l’austérité à Ballaigues et qu’au lieu de se battre contre des reports de charge, il serait peut-être plus judicieux de créer, par exemple, une structure d’accueil pour la petite enfance, ce qui apporterait services locaux, places de travail locales et retombées financières au travers des usagers».

Au final, le budget 2013 de la commune a été adopté à l’unanimité. Il présente un excédent de dépenses de l’ordre de Fr. 165’000.– sur un total de 7,4 millions de francs.

Photo Olivier Gfeller