Le carrefour en bas du village.

Agiez: l’eau, l’argent et des règlements à adopter

L’approbation des comptes 2016 pour la commune d’Agiez s’est d’autant mieux passée que le syndic Philippe Schwendimann a pu annoncer un bénéfice de
Fr. 3 526.39. Ce bon résultat est surtout dû a des rentrées supplémentaires imprévisibles: pour Fr. 74 000.– d’impôts en plus, des droits de mutation pour
Fr. 40 000.– entre autres.

L’eau est sous surveillance, depuis la découverte d’une contamination, la source de Vanté à Bofflens est légèrement chlorée. Il a été demandé aux agriculteurs de ne plus puriner. Malheureusement, un agriculteur de Bofflens a récemment recommencé à répandre du lisier. L’eau étant bien surveillée, on verra si cet épandage change les résultats.
La commune d’Agiez teste d’autres sources pour en évaluer le débit. Ensuite, elle demandera un devis pour une étude en vue de l’exploitation. Mais elle a refusé la gestion commune d’un réservoir avec Bofflens.

Le Conseil ne veut plus se «mouiller» pour l’eau!

Dans l’ordre du jour, l’eau est revenue pour l’adoption du nouveau règlement communal sur la distribution des eaux. L’ancien datait de 1967 et la nécessité d’autofinancement exigée par le Canton en demandait la révision totale. Basé sur un règlement type cantonal, il a suscité pas mal de débats. D’une part, la commission regrettait de ne pas avoir eu assez de temps et de ne pas avoir pu s’investir plus dans le projet, d’autre part, un point sur la possibilité d’augmenter les tarifs faisait craindre que la Municipalité les augmente trop rapidement. Le Conseil a cependant fait confiance à son Exécutif en lui laissant la marge de manœuvre prescrite.

Deux nouveaux règlements

Dans les autres sujets à l’ordre du jour, l’adoption des nouveaux règlements de l’ASIOR et de l’ORPC. L’ASIOR, la nouvelle entité née des cendres de l’ASIBCO, est l’association intercommunale qui va gérer les écoles depuis la sortie de Chavornay du groupement scolaire. Le règlement proposé a été modifié pour que toutes les communes puissent y avoir un délégué. L’ASIOR a demandé que l’arrêt de Chantemerle à Orbe améliore la sécurité des enfants. La commune d’Orbe a promis que des mesures sont à l’étude et seront mises en place pour la rentrée.

Quant à l’ORPC (entité régionale pour la protection civile) qui résulte d’un nouveau découpage et de regroupements de la part du Canton, son règlement a également été accepté sans discussion.

Dans les divers, la conseillère Marjorie Aubort revient sur la motion du carrefour en bas du village. L’arrêt de bus n’y est pas assez sécurisé pour les enfants et le carrefour en général pourrait être amélioré. La Municipalité va se pencher sur ce sujet.

Agiez: les champignons sous la loupe

Plus de 80 mycologues, amateurs ou avertis

Dans le cadre de ses sorties d’étude fongique, la société mycologique du Nord vaudois organisait la dernière journée de cueillette d’étude de la saison 2016. L’automne indien dont nous avons bénéficié n’a pas débouché sur une prolifération de champignons.

Mais les matinées de rosée et les quelques pluies tardives ont tout de même permis de réunir et découvrir pas moins de 107 variétés de champignons. L’intérêt de ces journées d’étude mycologiques, se trouve dans l’avantage de voir les champignons dans l’aspect naturel, les tons et les senteurs, une approche plus vraie et plus sensible que sur les livres. De plus, les contrôleurs officiels sont présents pour renseigner chacune et chacun sur les inconnues qui les titillent. En cet automne 2016, le bolet s’est fait prier, les pieds bleus et autres petits gris aussi ...

Mais les connaisseurs des sous-bois ont tout de même fait bonne cueillette. L’intérêt de cette journée a réuni nombre d’intéressés et de curieux, amoureux des ballades et de nature, des champignons et de l’air pur aussi.

Françoise Panasci, présidente de la société, annonce en préavis, les dates du samedi 21 et dimanche 22 octobre 2017, week-end où aura lieu l’exposition bisannuelle à la grande salle de Montcherand, occasion exceptionnelle de découvrir quantité de champignons de nos bois et forêts.

Depuis la gauche: François Vallotton et Vincent Piguet, tous deux réélus en tant que président et vice-président du conseil.

Agiez: ambiance estivale

Ce jeudi soir-là, la température incitait plus aux grillades qu’aux préavis! Néanmoins, 22 citoyens ont participé au Conseil présidé par François Vallotton. Vincent Perret,vice-président, a dépanné l’assemblée en oeuvrant en tant que secrétaire, au pied levé.

Large adoption des préavis municipaux

Grâce à un budget prudent, les comptes 2014 présentent un bénéfice de l’ordre de Fr. 2 200.– pour des charges et des revenus s’élevant à environ
Fr. 1 340.000.–. Ceux-ci sont acceptés. Puis, place au préavis concernant le règlement communal sur la gestion des déchets. En décembre 2014, le vote avait été reporté à cause de zones d’ombre. A cette séance, la taxe au poids, jugée plus équitable, ainsi que l’octroi d’un crédit de Fr. 78 500.– pour l’achat d’une benne compacteuse sont aisément avalisés par le délibérant. Noëlle Besson, municipale, répond aux diverses interrogations.

On prend les mêmes et on recommence ou presque!

François Vallotton et Vincent Perret, président et vice-président, sont réélus avec enthousiasme et sans aucune concurrence! Elisabeth Zahnd se retirant, Jacques Feniello sera le nouveau secrétaire.
Motion repoussée

Vincent Perret use du droit de motion conféré par le nouveau règlement du Conseil. En substance, il demande à la Municipalité de présenter un plan précis sur les travaux à venir concernant la STEP. Un raccordement à Orbe n’est-il pas à envisager, au vu de la vétusté de l’installation? Une discussion nourrie s’ensuit. La motion sera nettement rejetée, jugée prématurée et inopportune en fin de législature.

A 21 h. 40, François Vallotton souhaite bon été à chacun!

Le comité du séchoir à herbe : Pierre Guignard, vice-président, Pascal Henchoz, Hermann Gerber, Mariette Petermann, trésorière, Olivier Guichard, président, Patrick Malherbe, secrétaire et Ernest Dubi, gérant.

Agiez: bel avenir pour le séchoir à herbe

Le comité du séchoir à herbe : Pierre Guignard, vice-président, Pascal Henchoz, Hermann Gerber, Mariette Petermann, trésorière, Olivier Guichard, président, Patrick Malherbe, secrétaire et Ernest Dubi, gérant.

Le comité du séchoir à herbe : Pierre Guignard, vice-président, Pascal Henchoz, Hermann Gerber, Mariette Petermann, trésorière, Olivier Guichard, président, Patrick Malherbe, secrétaire et Ernest Dubi, gérant.

La société du séchoir se réunissait à la salle villageoise d’Agiez la semaine dernière pour sa 71e assemblée. Les comptes sont excellents, avec un bilan de 1,2 millions de francs et une production de 5’030 tonnes de produit sec, majoritairement du maïs fourrager, pour 1’475 heures de séchage, dont 58 jours 24 heures sur 24. Un véritable exploit accompli par l’équipe à l’automne 2012, qui a réussi à contenter plus de 200 coopérateurs pris dans les contraintes d’une saison particulièrement pluvieuse. Depuis 2004, la production se maintient avec bonheur autour d’une moyenne de 5’000 tonnes par an.

La vénérable société, principal séchoir de Suisse romande, est indispensable à la production d’une nourriture d’hiver sèche pour des vaches dont le lait est destiné à la fabrication de fromages à pâte dure.

L’avenir va permettre à la coopérative de se moderniser, notamment en réduisant ses émissions de chaleur dans l’atmosphère de 110° à 50° et en se dotant d’un système de récupération de chaleur. C’est du moins le projet d’envergure qui s’annonce à l’horizon 2015 : le séchoir, contraint de déménager d’ici moins de quatre ans, va élire domicile à côté de la STEP d’Orbe, avec de nouvelles installations. Un crédit d’étude de fr. 100’000.- est voté à l’unanimité pour l’évaluation des différentes hypothèses, dont celle de racheter une installation danoise mixte fonctionnant au bois et au gaz.

Le comité est réélu par acclamation, ainsi que le président Olivier Guichard, homme de dialogue et rassembleur. Après avoir fêté avec émotion les 40 années de service dévoué et efficace de la trésorière, Mariette Petermann, les coopérateurs se sont retrouvés autour d’une fondue bourguignonne conviviale.

Photo Sébastien Krauer

Jacques-André Porchet nouveau membre du comité, Alain Magnenat Abbé-préssident sortant et le nouvel élu Christophe Ledermann.

Agiez: la confrérie a élu son nouvel abbé-président

Jacques-André Porchet nouveau membre du comité, Alain Magnenat Abbé-président sortant et le nouvel élu Christophe Ledermann.

Jacques-André Porchet nouveau membre du comité, Alain Magnenat Abbé-président sortant et le nouvel élu Christophe Ledermann.

Lors de l’assemblée 2012 Alain Magnenat abbé-président, avait émis le souhait de se retirer. Personne ne s’étant manifesté, après 15 ans passés à la tête de la société, il a démissionné ce 1er mars. Après avoir refusé sa nomination, mais; vu que les candidats ne se «pressaient pas au portillon», Christophe Ledermann a accepté de reprendre les rênes de la Confrérie.

Grand soulagement pour le comité qui ne se voyait pas organiser la fête de 2014 sans abbé-président. Après 24 ans de comité, Pierre Massard a cédé sa place à un jeune, Jacques-André Porchet. Ce comité au complet (7 membres), et rajeuni, va se mettre au travail ces prochaines semaines afin d’organiser la fête 2014 qui aura lieu du 4 au 6 juillet.

Photo Elisabeth Zahnd

Uschi Riedel-Jacot et sa famille.

Agiez: installation d’Uschi Riedel-Jacot

Uschi Riedel-Jacot et sa famille.

Uschi Riedel-Jacot et sa famille.

C’est dans une église pleine que la pasteure Uschi Riedel-Jacot a été installée dans la paroisse qui réunit les localités d’Agiez, Arnex, Bofflens et Orbe.

Au terme d’une première année de présence dans notre région au cours de laquelle elle a démontré un dynamisme qui lui a attiré bien des sympathies, le conseil de paroisse lui a témoigné sa confiance pour un mandat de cinq ans, en principe.

Cette cérémonie, conduite par son collègue Pierre-Edouard Brun, a été animée par le groupe Gospel de l’école de jazz de Lausanne, dirigé par une directrice haute en couleur, à l’énergie hors norme, au point d’enthousiasmer les personnes présentes, peu habituées à autant de gaieté et de joie lors d’un culte. Un chœur dans lequel évolue Uschi Riedel-Jacot aux côtés d’une quinzaine de chanteuses et chanteurs.

C’est par le verre de l’amitié et un repas que s’est terminé ce dimanche pluvieux mais ô combien chaleureux en l’église d’Agiez .

Photo Pierre Mercier

Les Armoiries du village et leurs sources.

Agiez: le déficit augmente

Les Armoiries du village et leurs sources.

Les Armoiries du village et leurs sources.

Budget 2012

Le préavis est présenté par le syndic Philippe Schwendimann, aux revenus Fr. 978 561.– aux charges Fr. 1 009 100.– prévoyant un excédent de charges de Fr. 30 539.–. Cette augmentation est due à la participation aux charges cantonales de la réforme policière, à l’extension de la zone ZU et à l’étude prévue du service des eaux. Ce budget a été accepté avec deux abstentions.

Le plafond d’endettement proposé par la Municipalité est de  Fr. 1 558 894.– pour la législature 2011-2016, ce qui représente par rapport aux revenus un taux de 151%, (le canton autorise un taux de 250%). Une garantie de cautionnement de Fr. 50 000.– a aussi été acceptée par les 45 membres présents du Conseil général.

Service des eaux

La zone ZU a été étendue, pour le moment le taux de nitrate dans l’eau est toujours insatisfaisant, il stagne entre 37/38 mg par litre; la Municipalité espère toutefois que la mise en application de l’extension de celle-ci, portera ses fruits en 2012. Pour la première fois de son histoire, suite à la demande de la Préfecture, une Commission des recours  a été nommée dans le cas où un désaccord sur les règlements communaux se déclarerait.

Collège

Le dépassement du crédit alloué par le Conseil n’est dû qu’à des travaux imprévus sur la vieille structure du bâtiment et à une amenée d’eau sous la salle de Municipalité. L’exécutif a été félicité par un membre du Conseil et applaudi par l’assemblée pour son travail effectué lors de cette rénovation. Les rentrées des loyers (lorsque le dernier appartement sera loué) couvriront l’amortissement et les intérêts de la rénovation.

La salle villageoise

Les locations sont en baisse. Le Refuge: les locations sont nombreuses, malheureusement celui-ci a été (visité) quatre fois cette année, pour dissuader les vandales, des caméras de surveillance sont en cours d’installation sur le bâtiment. Les poids lourds posent toujours des problèmes: en effet ceux-ci sont de nouveaux trop nombreux à emprunter la route de Bretonnières. Le danger qu’ils engendrent a motivé les membres du Conseil à accepter la motion déposée par Philippe Etter.

Cette dernière demande a la Municipalité de réétudier un projet pour freiner la vitesse des véhicules sur la montée du village. De plus, depuis l’entrée en vigueur du nouvel horaire des transports publics, un bus scolaire à été supprimé, de nombreux enfants se rendent à pied au quartier du Moulin pour prendre le bus postal venant d’Arnex. Par contre le passage de cette ligne à Agiez améliore fortement la désserte du village en transports publics.

Les rois Jean-Michel Magnenat, Eddy Zahnd, Philippe Schwendimann et leurs reines, le banneret et nouveau membre du comité Yoann Regamey, le petit roi, les dauphins et leurs demoiselles d’honneur.

Agiez: abbaye, une belle fête

Les rois Jean-Michel Magnenat, Eddy Zahnd, Philippe Schwendimann et leurs reines, le banneret et nouveau membre du comité Yoann Regamey, le petit roi,  les dauphins et leurs demoiselles d’honneur.

Les rois Jean-Michel Magnenat, Eddy Zahnd, Philippe Schwendimann et leurs reines, le banneret et nouveau membre du comité Yoann Regamey, le petit roi, les dauphins et leurs demoiselles d’honneur.

C’est avec une météo idéale que s’est déroulée la fête de l’Abbaye l’Elite d’Agiez.

Le suspens a accompagné tout le samedi, puisque l’un des rois tenait déjà du bout du doigt sa couronne depuis vendredi soir. Les traditionnelles verrées ont été servies aux deux extrémités du village; ceci a permis aux natifs du village, au long du parcours du cortège, de découvrir les maisons rénovées de celui-ci.

La partie officielle du dimanche après-midi a été conduite sous l’Arbalète de Guillaume Tell (Etienne Maire). Trois membres du Grand Conseil ont fait l’honneur à la confrérie d’être présents. Dans leurs discours les petits-fils Magnenat ont relaté leurs souvenirs d’enfances vécus à Agiez chez leurs grands-parents.

Dans son allocution le syndic Philippe Schwendimann, a déploré la main mise de l’Etat sur les petits villages et réaffirmé le désir de (l’irréductible village vaudois) nommé Agiez, de ne pas fusionner, car pour le moment un bon nombre de Rita-Faye tiennent encore à leur indépendance.

Lors des bals, l’ambiance était au rendez-vous, quelques participants âgés de 16 à presque 60 ans ont fait la fête jusqu’au lever du jour.

Photo Elisabeth Zahnd

Le couvert de l’église n’abritera pas une nouvelle fontaine commémorant les 1000 ans du village.

Agiez, conseil général: pas de fontaine

 

Le couvert de l’église n’abritera pas une nouvelle fontaine  commémorant les 1000 ans du village.

Le couvert de l’église n’abritera pas une nouvelle fontaine commémorant les 1000 ans du village.

A l’ordre du jour, la Municipalité a demandé au Conseil général un crédit de Fr. 55 000.– destiné à la création d’une fontaine à deux bassins, sous le couvert de l’église, pour marquer la commémoration des 1000 ans du village d’Agiez.

Dans son rapport, la commission permanente n’était pas favorable à la construction d’une fontaine aussi grande et coûteuse. Elle a proposé une fontaine à un bassin, d’un coût de Fr. 25 000.–.

Les membres du Conseil général ont refusé la demande de la Municipalité et la proposition de la commission permanente. La motion déposée en lieu et place de la création d’une fontaine, demandant la création d’une place de jeux a aussi été refusée, cet objet avait déjà été étudié et refusé en mai 2009.

Comptes 2010.

Recettes: Fr.1 032 167.41  Charges: Fr. 1 029 979.88.

Magré un excédent de charges de Fr. 2  187,53 l’exercice 2010 est excellent. Un amortissement de Fr. 170 000.– a déjà été effectué sur la dette de la rénovation du collège. Lors de la mise en discussion des comptes, personne n’a demandé la parole ; ceux-ci ont été adoptés par le Conseil général sans opposition. Un citoyen a proposé que dans le cadre de la rénovation du collège une plaque commémorant les 1000 ans du village soit posée sur ce bâtiment.

Photo Elisabeth Zahnd

Quelques membres de l’APV en 2011.

Agiez: 60e anniversaire des Paysannes Vaudoises

 

Quelques membres de l’APV en 2011.

Quelques membres de l’APV en 2011.

1951. Depuis six ans les dernières rumeurs de la guerre se sont estompées. Dans le village, la vie reprend, mais les temps sont durs. Quelques paysannes du village décident de confectionner des produits en tout genre pour améliorer le quotidien.

Pour obtenir de meilleures performances, ces dames décident de prendre des cours, mais pour pouvoir les suivre, il faut adhérer à l’association des Paysannes Vaudoises. Madame Monnier de Champvent se déplace pour officialiser la fondation de la société, le même jour le premier comité de l’APV d’Agiez est constitué. Malheureusement, la caisse de cette jeune association est vide.

Le comité propose d’organiser un loto…la réaction est vive, «Que des dames! Vous n’y pensez pas, que dirait-on de nous?». Pour convaincre ces dames, le comité décide de faire un don à l’église, le sujet de la discorde étant résolu, une date est retenue.

Malheureusement, le destin en a décidé autrement. La fièvre aphteuse est déclarée dans la région, tout le monde est en quarantaine, la date doit être reportée. Quelques semaines plus tard, le loto a enfin lieu, celui-ci rapporte Fr. 500.–, un jolie somme en ce temps là. Un des premier cours suivi a été celui de la taille des arbres et des rosiers. Aujourd’hui encore, le cours le plus prisé est celui de «la cuisine».

Pendant ses 60 années, couture, broderie, artisanat en tout genre, conférence expositions ont permi à ces dames d’enrichir leurs connaissances. En 1998, sous l’impulsion de notre dynamique présidente Arlette Petermann, un marché villageois a eu lieu dans la rue traversant le haut du village, depuis baptisée rue des Fontaines. En 2001, pour le 50e anniversaire, quelques membres sont montées sur scène dans la salle villageoise pour interpréter «La Dame Blanche».

En 2003, elles ont joué la comédie «Sexe et Jalousie». Au gré des assemblées et amicales organisées chaque fois dans un village différent, ces dames sont parties à la découverte du canton. D’autres sorties les ont emmenées à travers la Suisse et au-delà des frontières. Pendant ces 60 années, cinq présidentes ont été aux rênes de la société: Mesdames Suzanne Bezuchet, Berthe Petermann qui a présidé la société pendant de nombreuses années, suivies par Laurence Vallotton, Christiane Baudraz et la présidente actuelle, Arlette Petermann.

Aujourd’hui, même si la majorité des membres ne sont plus agricultrices et que ces dames sont actives dans tous les secteurs, l’APV d’Agiez est un des derniers «fil d’Ariane» du village où la poste, la laiterie, l’épicerie et la salle de classe ont été fermées.

En cette année 2011 riche en manifestations, les membres seront sollicitées pour confectionner les roses pour la société de l’Abbaye, tiendront un stand de pâtisseries maison tout au long des deux jours de la fête des 1000 ans d’Agiez, puis, pour marquer les 60 ans de la société, un brunch aura lieu le 13 novembre 2011 à la salle villageoise d’Agiez, agrémenté par un stand d’artisanat. En cette année festive «les abeilles travailleront dur», la fête ou une sortie ce sera pour l’année prochaine! Mais, comme le veut la tradition, les membres se retrouveront au mois de juin, sur l’alpage, autour d’une bonne fondue.

Photo Elisabeth Zahnd

Philippe Guignard avec ses collègues du triage des Auges sur le chemin du 24 mars. Ce chemin a été créé lors du reboisement du lieu.

Agiez: année internationale de la forêt

 

Philippe Guignard avec ses collègues du triage des Auges sur le chemin du 24 mars. Ce chemin a été créé lors du reboisement du lieu.

Philippe Guignard avec ses collègues du triage des Auges sur le chemin du 24 mars. Ce chemin a été créé lors du reboisement du lieu.

Pour le village d’Agiez cette année coïncide avec le 25e anniversaire de la tornade qui dévasta le 24 mars 1986, le lieu dit «le Bois des Fives». Ce jour là vers 23 heures, quatre à cinq hectares de sapins blancs étaient à terre.

Le samedi 26 mars, les villageois, des représentants des autorités, le Syndic et le Municipal de la forêt en activité en 1986, se sont retrouvés au refuge d’Agiez à l’invitation du triage des Auges.

Philippe Guignard garde forestier a guidé les participants sur les lieux de la tornade. Aujourd’hui grâce au travail de reboisement effectué par le triage il y a 25 ans, une forêt imposante composée de plusieurs essences a «poussé». A part des souches coupées à raz du sol, plus aucune trace de cette intempérie ne subsiste. Tout au long de cette promenade Philippe Guignard a raconté la tornade, le reboisement et l’exploitation de cette forêt. Cette première journée de visite dans le cadre de l’année de la forêt avait pour thème «La forêt…, ça pousse aussi!»

Les participants ont passé un moment fort agréable, la passion que Philippe Guignard porte à la forêt est «contagieuse». Au dernier arrêt de cette promenade fort instructive, était inscrite sur un panneau, cette phrase à retenir: «travailler en forêt, c’est gérer le patrimoine naturel de notre Région». Pourtant un bémol est à constater dans la forêt, malheureusement, de plus en plus de déchets y sont retrouvés. Dommage de ne pas la respecter, car elle est le poumon de notre planète.

Dans le cadre de l’année de la forêt, trois autres manifestations sont agendées par le triage des Auges: A Bretonnières, le 21 mai à 9 h. au refuge, à Premier le 24 septembre à 9 h. au lieu dit la Station et à Vaulion le 8 octobre à 9 h. au lieu dit Ramelet et Sagnettaz. Ces trois matinées auront chacune leur thème.

Photo Elisabeth Zahnd

Diane Zanni présente au comité ses projets en vue d’un logo.

Agiez: 1000e anniversaire

Diane Zanni présente au comité ses projets en vue d’un logo.

Diane Zanni présente au comité ses projets en vue d’un logo.

Les préparatifs vont bon train

C’est dans la nouvelle salle du Conseil que se sont réunis la Municipalité et le comité de la fête. Diane Zanni, graphiste domiciliée au village, est venue présenter ses projets, en vue de créer un logo pour la Fête du 1000e. Il en sera le fil rouge, sur toute la publicité et sur les sets de table qui seront déjà utilisés lors de la fête de l’Abbaye.

Ce logo fera aussi office d’étiquette sur les 1000 bouteilles de vin vinifiées pour l’occasion et décorera les verres vendus pendant la Fête. Celle-ci se déroulera les 26 et 27 août 2011. Le début des festivités sera donné le vendredi soir à la salle du Conseil où des documents provenant des archives du village seront présentés, ceux-ci seront aussi visibles le samedi. La suite de la Fête aura lieu à la salle villageoise.

Le samedi, trois caveaux seront ouverts dans le village. Un marché villageois et artisanal, situé à la rue des Fontaines, animera le village. Le soir, tous ceux qui désireront continuer la fête regagneront la salle villageoise. Pendant les deux jours de fête, la musique sera bien sûr omniprésente.

Il reste encore énormément de travail pour les organisateurs.

L’Omnibus suivra la progression des préparatifs. Lors de la parution du prochain article sur ce sujet, les nouveaux divertissements et le logo choisi par la Municipalité et le comité, seront présentés dans votre journal.

Photo Elisabeth Zahnd