La Croix d’Or sans ses échafaudages.

Ballaigues: La Croix d’Or n’a plus d’échafaudages

Le président Jean-Luc Leresche a dirigé lundi soir une séance qui a débuté par l’assermentation d’une nouvelle conseillère, en remplacement d’Eric Jeanneret, démissionnaire. C’est Jacqueline Collet, sous-secrétaire et dernière des viennent ensuite ayant accepté de siéger, qui a pris sa place. Dans les communications municipales, le syndic Raphaël Darbellay a signalé que, selon les renseignements fournis par l’administration fiscale cantonale, les services du conseiller fédéral Ueli Maurer n’ont pas encore réussi à encaisser le retour français de l’impôt sur les frontaliers. Au plan des liquidités, la commune se retrouve donc dans la même situation qu’il y a quelques années, une somme d’environ 1.5 million de francs lui restant encore due à ce titre. La France avait honoré sa dette vers Noël, la dernière fois.

La Croix d’Or qui avance et Carpostal qui pétouille

La rénovation en profondeur de la Croix d’Or avance selon le rythme prévu, d’après les renseignements fournis par le Municipal Jean-François Faivre. Les travaux de carrelage de l’attique et de la cuisine devraient avoir lieu cette semaine encore. De même, les travaux de la future terrasse devraient eux aussi commencer. Une nouvelle terrasse qui gagnera environ 1.5 mètre par rapport à l’ancienne, en raison d’un mur qui au final n’avait pas de fondations. Du côté des navettes scolaires de Carpostal, on a encore réussi à laisser en rade des élèves ou, s’agissant des chauffeurs remplaçants, à ne pas connaître les arrêts de la ligne «complexe» Ballaigues – Vallorbe. Des élèves ont aussi terminé leur course à Yverdon-les-Bains… L’AscoVaBANo a pris les mesures nécessaires pour que le transporteur performe convenablement.
A relever que les deux navettes sont toujours confondues par les élèves qui ont été priés de prêter plus d’attention à celle qu’ils doivent emprunter, ceci pour éviter les confusions, selon les indications fournies par le municipal Christian Nyfenegger.

Sépultures et budget 2019

Le règlement des sépultures et du cimetière de la commune a fait l’objet d’un toilettage pour satisfaire aux exigences cantonales; il sera ainsi plus clair que l’ancienne version et plus adapté aux exigences actuelles.
Dans la foulée, le syndic Raphaël Darbellay a présenté le projet de budget pour l’année 2019, le premier depuis quelques exercices à présenter un excédent de charges. Excédent de l’ordre de Fr. 300 000.– sur un total de 6.4 millions. L’Exécutif a dû faire preuve de pessimisme, a expliqué le syndic, pour tenir compte des incertitudes liées à l’introduction de la RIE III cantonale.

Le Municipal Luiz De Souza (debout) a été fort sollicité.

Orbe: un budget 2019 modéré

L’ordre du jour de cette avant-dernière séance de l’année ne semblait pas très fourni. Toutefois, il a donné lieu à plusieurs interventions dans le domaine des questions à la Municipalité. Mais pour commencer, il est important de préciser que le taux d’imposition demeure inchangé à 77% du point d’impôt cantonal. Ensuite le préavis sur le budget 2019 laisse apparaître un déficit qui ne se monte qu’à Fr. 279 367.–. Comme l’a précisé le syndic Germond, tous les services ont veillé à ne pas commettre des dépenses particulières dans cette période délicate. En outre, la commune va bénéficier des retombées de la RIE III comme elle a envisagé de puiser dans ses réserves pour un montant d’un demi-million. Il est cependant trop tôt pour aller plus loin dans l’analyse puisque la commission des finances se réunira à plusieurs reprises pour se pencher sur ces prévisions comptables pour l’an prochain.

Foncière, PNV et Fleur de Lys

Henri Germond a informé le Conseil de la concrétisation prochaine de la compagnie «Foncière et industrielle du Nord vaudois SA». C’est le 13 novembre prochain que les actes seront signés par le conseil d’administration qu’il présidera, alors que le syndic de Sainte-Croix Franklin Thévenaz (représentant de l’ADNV) le secondera et que le notaire Olivier Bloch complétera ce triumvirat qui bénéficiera des services de Xavier Duquaine (secrétaire) et Mme Holzer de l’ADNV (comptabilité).

Il faut rappeler que le but de cette société est d’acheter des terrains industriels avec l’aide de l’Etat de Vaud, de l’Association de développement du Nord vaudois et des communes, afin d’accueillir des entreprises sans s’endetter. En outre, il a été dit que le budget pour Orbe de la Police du Nord vaudois a diminué de 4% pour atteindre 1,867 million. A propos de Fleur de Lys, la nouvelle convention n’est pas encore applicable, car elle n’a été signée que par 2 des 3 PPE qui régissent le quartier, pour un aménagement adéquat (jeux, arbres, etc.) d’un projet qui été avait mal ficelé à l’origine.

CCLO et garderies

Enfin, plusieurs conseillers ont posé des questions sur la constitution actuelle de la Commission Culturelle et des loisirs d’Orbe dans laquelle ne figure plus qu’une conseillère communale quand bien même la CCLO dépend beaucoup des deniers de la ville.
On s’est aussi interrogés sur le questionnaire que les communes de l’UCV ont reçu au sujet des crèches et qui diminue le nombre d’exigences tout en imposant certaines normes pour le bien-être et la garde de la petite enfance.

La jolie fontaine de l’église est fissurée et suinte donc.

Valeyres-sous-Rances: on ne va pas au-devant de beaux jours…

Voilà ce qui ressort du Conseil général qui s’est tenu le 24 octobre sous la houlette de Dominique Streckeisen, président. En effet, comme pour beaucoup de villages, la RIE III (réforme d’imposition des entreprises), qui prendra ses premiers effets en 2019, provoque un manque à gagner évalué à ce jour à Fr. 55 000.– pour Valeyres.

Comme l’indique Thierry Vidmer, municipal des finances, le système vaudois de la RIE III est complexe, non prévisible et en constante évolution. Le préavis 16/18 propose donc une augmentation de 3 points du taux d’imposition pour 2019, qui passera de 65 à 68%. Après quelques discussions (ne pouvait-on pas mieux anticiper?)

l’arrêté est accepté. De toute façon, d’une manière ou d’une autre, il faudra payer la facture, sachant que les coûts du social, du scolaire croissent à grande vitesse et que la commune n’a aucune marge de manoeuvre à leur égard.

Unité d’accueil parascolaire = objectif N° 1

Roland Stalder, municipal, dans un rapport bien étayé expose la situation. Une unité d’accueil pour élèves (UAPE) se justifie à Valeyres qui fait partie du réseau d’UAPE de l’AJOVAL(accueil de jour Orbe, Vallée de Joux). La commune a donc l’obligation de la mettre en place. Ce sera une unité de 12 places pouvant accueillir les enfants avant l’école, à midi et après l’école dans des locaux communaux proches de l’école. La Municipalité donne la priorité à ce projet, l’aménagement de la place du village étant différée.

Par ailleurs, on apprend que la jolie fontaine devant l’église est fissurée, on va essayer de la conserver sans frais excessifs. Finalement, Sylvie Troyon, secrétaire du Conseil démissionnant, le poste est à repourvoir. A la suite de ce Conseil relativement concis, on se retrouve avec plaisir autour d’une bière à l’auberge du village.

Le pont et la maison de commune

Vallorbe: on sécurise des arrêts de bus

Le président Marcel Anex a dû faire preuve de patience lundi soir pour communiquer aux membres du délibérant le contenu de deux longues correspondances émanant d’un commerce de la Grand-Rue qui se plaignait de l’attitude de la Commune à son endroit, sur fond de police des constructions et d’exigences réglementaires jugées excessives. Toujours au chapitre des communications, on a appris la démission avec effet immédiat du conseiller Cédric
Huguenin, pour des raisons de santé.

Sécurité des arrêts de bus

Le long de la route qui mène du centre du village au giratoire du Creux, plusieurs arrêts de bus se succèdent. Le délibérant a accepté sans discussion le préavis municipal et le rapport de la commission proposant l’octroi d’un crédit de Fr. 145 000.–pour la sécurisation des arrêts du Pontet, du Trésit et des Jurats. Une commission qui n’a pas hésité à emprunter le bus scolaire pour étudier la question en situation, lorsque les élèves quittent le bus. Au final l’arrêt du Pontet sera supprimé en tant que tel, mais l’espace qu’il occupe sera rafraichi. Les deux autres arrêts feront l’objet de travaux d’amélioration, notamment en matière d’éclairage. A relever que depuis la rentrée d’août 2018, un petit bus prend en charge les élèves du quartier de Bellevue.

Budget 2019 dans le vert

Le projet de budget 2019 a été soumis à l’examen des commissaires. Il comporte des charges pour un total de 17.5 millions de francs et des recettes pour 18.6 millions de francs, en ligne avec celui de l’année courante, selon les précisions du syndic Stéphane Costantini. Cinq préavis comportant des crédits importants totalisant plusieurs millions de francs ont aussi été déposés en fin de séance. L’Omnibus reviendra en détail sur leurs objets dans un prochain numéro. A relever que ces demandes de crédit sont toutes incluses dans le plan d’investissement de la législature.

Après la séance, l’adjudant et chef de poste Sylvain Belin accompagné du sergent-major Jean-Martin Demoret, son remplaçant, du poste de Gendarmerie de Vallorbe ont présenté leur activité. A noter dans les nouveautés que depuis une bonne année, une patrouille parcourt 24 heures sur 24 les communes de la proche région.

Route des Grands-Bois rouverte?

Selon le syndic, qui a pris des renseignements auprès du voyer des routes, la route des Grands-Bois devrait, sous réserve de l’évolution des conditions atmosphériques, être de nouveau ouverte au trafic avant la fin du mois de novembre.

Personnel communal

Madame Désirée Carbonara a été choisie pour occuper le poste mis au concours de responsable des ressources humaines à 50%; cette nouvelle collaboratrice, au bénéfice d’un brevet fédéral dans les ressources humaines, débutera son activité le 1er novembre prochain.

Pascal Bays et Romain Nicole, gardes-forestiers et artisans du projet qui fédère les neuf communes du Triage du Suchet autour de la construction d’un hangar à plaquettes

Triage du Suchet: hangar à plaquettes, et chauffe la forêt

Le Triage du Suchet y réfléchit depuis dix ans. Rallier les neuf communes membres autour d’une structure de fabrication de plaquettes pour le chauffage a été un long cheminement. Pourtant, les exemples foisonnent : la Côte, Vallorbe, Ste-Croix et d’autres encore ont déjà misé depuis longtemps sur la production d’énergie renouvelable issue de nos forêts. Si les arguments financiers ont convaincu les municipalités et conseils communaux de L’Abergement, Ballaigues, Les Clées, Lignerolle, Montcherand, Sergey, Orbe, Valeyres-sous-Rances et Rances, les aspects du développement durable ont aussi séduit.

Le porte-monnaie et l’environnement

C’est ce qu’expliquent Romain Nicole et Pascal Bays, gardes-forestiers et artisans du projet : « Il met en valeur un produit régional et la plus-value revient aux propriétaires ». On parle de bois d’industrie qui n’est pas utilisable pour la charpente. Au lieu de l’envoyer à l’étranger dans des camions pour être défibré et aggloméré, avec des impacts environnementaux importants, ce sous-produit de la forêt est rentabilisé ici.

Premier coup de pioche

La construction d’un hangar de belles dimensions a donc démarré à mi-octobre sur la commune de Rances. Les billes de bois y seront transformées en plaquettes puis stockées. Le plus gros partenaire sera le chauffage à distance du quartier de Montchoisi à Orbe.

De la belle ouvrage !

Croy: travaux de réfection du canal, l’eau coule à nouveau

Le canal de Croy, prenant sa source dans le Nozon à l’aide d’un empellement situé au Pont de l’Étang, servait depuis des décennies à alimenter diverses forces hydrauliques telles que roues à aubes et turbines. A l’époque, deux lavoirs y sont construits et utilisés par les lavandières qui venaient y laver leur linge.

Combien d’entre nous se doutent de l’importance qu’avait, encore au siècle dernier, ce réseau de canaux dans cette région. Dès le XIIIe siècle, des moulins, des scieries puis des forges ont été installées sur les rives du Nozon et sur ses dérivations. Il ne s’agissait pas de simples « rigoles » mais de véritables canaux. Celui de Croy en est l’un des derniers vestiges.
C’est grâce au moteur hydraulique, dont la présence est attestée en Europe depuis l’Antiquité (il est décrit dans le Traité d’architecture de Vitruve ), que l’essor de certaines vallées a pu avoir lieu. En Europe, au Moyen-Âge, le moteur hydraulique s’est développé parallèlement à la disparition de l’esclavage. L’utilisation de l’énergie hydraulique plutôt qu’animale ou humaine a permis un gain de productivité, chaque meule d’un moulin à eau pouvant moudre 150 kg de blé à l’heure.

De nos jours, le canal est un endroit de loisir sur le bord duquel il est doux de flâner. C’est un véritable trésor, témoin de notre passé, que la municipalité de Croy a restauré en y prenant grand soin. Le chemin pédestre qui le longe fait le bonheur des marcheurs et des pèlerins. Un bel exemple à suivre !

Lors de la partie officielle depuis la gauche: Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

Vallorbe: Fort de Pré-Giroud, Brisolée royale pour la fin de saison

Samedi 13, c’est par un beau temps automnal que le fort Pré-Giroud a clos sa 30e saison d’ouverture au public. Châtaignes grillées au feu de bois, raclettes et généreux buffet froid ont régalé la centaine de participants. Quelques simulations de détonations faisaient sursauter, rappelant qu’il s’agit bien d’un ouvrage militaire.

Lors de la partie officielle réunissant, entre autres, Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphance Costantini, syndic de Vallorbe, on rappelle qu’il s’agit d’un des plus beaux forts et qu’il y a un devoir de mémoire à assurer sa pérennité. Merci aux nombreux bénévoles qui y oeuvrent!

Ouverture de la prochaine saison mi-mai 2019.
www.pre-giroud.ch ou 079 622 53 40.

La petite Méline dans les bras de son papa.

Chavornay: la petite Méline est la 5000e habitante

La population est en constante augmentation

En 2008 la cité aux corbeaux comptait 3387 âmes. Dix ans plus tard, certes avec l’apport de la fusion avec Corcelles-sur-Chavornay et Essert-Pittet, le cap des 5000 habitants est allègrement franchi. L’honneur en revient à la petite Méline qui, du haut de ses trois ans, a en toute simplicité été fêtée au Refuge des Thuyas. Installée dans le Nord-vaudois, la famille Bonhoure a quitté sa Toulouse natale il y a une dizaine d’années pour venir travailler dans le Nord-vaudois. Elle a rejoint Chavornay à mi-août. C’est ainsi qu’est revenu à la petite Méline, l’honneur d’être la 5000e habitante du village.
Nouveaux citoyens et naturalisés

Par la même occasion les autorités de Bavois et de Chavornay ont célébré leurs nouveaux citoyens, les plus jeunes nés en 2000 et qui cette année ont atteint la majorité, ainsi que les nouveaux naturalisés. En 2018, Bavois compte 12 jeunes citoyens et 10 naturalisations alors que Chavornay affiche 70 jeunes et 30 naturalisés. Les invités présents à cette traditionnelle rencontre ont eu l’occasion de participer à la plantation d’un arbre commémoratif. La manifestation s’est terminée par une sympathique agape au Refuge des Thuyas.

Construction nouvelle juste terminée et grues sur les chantiers suivants.

Ballaigues: taux d’impôt stable

Au début du mois de septembre, l’exécutif ballaigui a proposé en préavis la reconduction pour un an du taux d’impôt communal fixé à 66 % du taux cantonal de base. Une retenue dictée par les incertitudes dues à l’avenir de la RIE III, dans sa version cantonale vaudoise uniquement. Le Canton n’avait encore juste pas annoncé qu’il verserait 50 millions de francs aux communes – pour l’instant durant une année – afin de compenser partiellement les effets négatifs du dispositif. Ceci se traduira pour Ballaigues par un retour cantonal de près de Fr. 500 000.– – calculé selon le revenu fiscal des personnes physiques et morales. L’Exécutif avait même prévu de demander un relèvement du taux d’impôt de 5 à 10 points à terme, si le délibérant voulait que l’on maintienne en 2019 et plus tard les investissements et le bien-être communal au niveau de celui des années antérieures. Réuni lundi soir sous la présidence de Jean-Luc Leresche, le Conseil communal a pu prendre connaissance du rapport de la commission des finances sur ce point, qui allait parfaitement dans la ligne de l’Exécutif. Son président, Nathanaël Bourgeois, a précisé qu’aux yeux de la commission « il était urgent d’attendre pour voir ». C’est finalement sans discussion que l’avis de la commission a recueilli une grande majorité des suffrages. Le taux sera donc maintenu à 66% pour un an, comme prévu. À noter que le principe de sa révision une fois par année a été expressément salué, en ces temps d’incertitudes en matière de finances publiques.

Retour de Carpostal

La commune recevra en 2019 une partie du retour de 2,1 millions de francs prévus pour le canton de Vaud dans le cadre de l’affaire Carpostal.

ORPC

Le rapport de la commission intercommunale de gestion dans l’affaire Claude Rütishauser a provoqué la colère froide du syndic Raphaël Darbellay. Il a déploré l’attitude des membres du CODIR qui osent rester en place sans envisager de démissionner, la seule décision qui serait concevable à ses yeux, en présence d’un rapport de gestion aussi critique à leur égard.

Pas d’achat de terrain en vue

Un postulat de Nathanaël Bourgeois proposait à l’exécutif d’acquérir les 15 000 mètres carrés et la halle industrielle de Bourgeois Vins Uvavins en vente à l’entrée ouest du village. Le syndic a expliqué pour quelles raisons – rentabilité financière de l’opération – la Municipalité a proposé de renoncer à l’acquisition du bien-fonds, qui est en vente depuis plusieurs années sans rencontrer d’amateurs intéressés. Une position soutenue par l’ADNV, consultée pour ce cas.

Mathod: une relève sérieuse et impliquée

Lors des élections complémentaires du dimanche 7 octobre, les Mathoulons ont choisi de faire confiance au plus jeune candidat du Nord vaudois, Théophile Schenker, 22 ans. Le successeur de la municipale Janique Tissot-Dit-Sanfin, dont le mandat a pris fin au 31 août, prendra ses fonctions lundi 15 octobre prochain. Il sera assermenté par le bureau, deux scrutateurs et les municipaux. N’ayant pas obtenu la majorité absolue au premier tour pour trois voix (68 contre 31 pour Nicolas Hernan), le deuxième a été déterminant à la majorité relative: 55 voix pour le jeune élu et 30 pour son concurrent. Même si la participation des villageois a été faible (18,9%), cette élection a mobilisé la nouvelle génération qui est en âge d’éprouver de l’intérêt pour la vie du village, comme l’a souligné Théophile Schenker. Le jeune homme fait une entrée en trombe en politique non seulement au sein de la Municipalité, mais également au sein des Verts Vaud, qui correspond à ses convictions et à sa philosophie de vie. Et il saura jongler avec ses implications sociales, comme il l’a fait dimanche. Après la verrée devant le bâtiment communal, il a enfourché son vélo direction Yverdon-les-Bains, au jardin des cultures partagées. En ce qui concerne Nicolas Hernan, il fera preuve d’un peu de patience pour se représenter en fin de législature.

L’Auberge communale est prête pour sa rénovation.

Orny: Conseil général, Fin des travaux, Brève séance tout en douceur

Le président Julien Hugo n’a pas vraiment eu de difficultés pour conduire la séance du Conseil général en ce lundi soir 1er octobre. Après une assermentation, les 30 membres présents ont accepté facilement les objets inscrits à l’ordre du jour.

L’arrêté d’imposition reste stable, à 73% de l’impôt cantonal de base, et ceci jusqu’à la fin de la législature en 2021. Malgré les importants et récents travaux liés à la traversée du village et encore d’autres investissements à venir, déjà inscrits sur le programme de législature, la Municipalité est consciente que la capacité financière de la commune repose essentiellement sur les recettes fiscales. Du coup, il est important de veiller à une stabilité sur le long terme. Un point de vue qui a été partagé à une très large majorité et sans discussion.
Il en a été de même pour voter le crédit demandé d’un montant très précis de Fr. 76 864.– pour un indispensable rafraîchissement de l’Auberge communale, intérieur et extérieur, consenti pour faciliter le changement de tenanciers sans qu’il en résulte une longue fermeture de l’établissement. Les opérations résident essentiellement en peinture, sanitaires, électricité, mise aux normes, tant pour le restaurant que pour l’appartement de service. Au 1er novembre, ce sera la réouverture sous la nouvelle enseigne «Auberge communale des Rupiants», cette dénomination étant le surnom des habitants d’Orny.

La fin de la séance a été réservée aux remerciements. Surtout à la Municipalité pour avoir si bien orchestré ce «passage du témoin» en douceur. Et aussi pour sa gestion efficace de l’énorme chantier de la traversée du village qui vient de se terminer.

Une fête pour l’inauguration

En cet ultime dimanche de septembre, la population d’Orny a profité de la fermeture complète de la route pour organiser, sous l’égide de la Municipalité, une petite fête pour marquer la fin des travaux et inaugurer cette nouvelle et belle traversée du village. Plus de 200 personnes ont participé à un brunch campagnard en musique, spectacle d’improvisation et animations diverses pour les enfants. Là où la route est la plus large, vers l’abri de bus, on n’a pas hésité à dresser des tables que les Rupiants ont évidemment prises d’assaut.

Je touille

Orbe, capitale mondiale de la saucisse aux choux! Y’en a point comme elle !

Comme chaque année lors du dernier week-end de septembre. Orbe devient la capitale mondiale de la saucisse aux choux, n’ayant pas peur de le dire pour ce plat divin et roboratif. Cette 13e édition fut un succès avec plus de 220 convives vendredi soir. Neuf restaurateurs proposaient également de découvrir ce produit.

Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer cette saucisse? Un pasteur vaudois évoque une saucisse au foie et aux choux en 1884, cela ne veut pas dire qu’elle n’existait pas avant. Il se dit que c’est pour faire face à une augmentation du prix de la viande de porc que certains bouchers eurent l’idée d’ajouter du chou lors de sa fabrication.

Ce samedi avait lieu la partie officielle avec Henri Germond, syndic d’Orbe, fier que la Cité aux Deux Poissons soit associée à cette manifestation qui, chaque année, prend de l’ampleur.
En présence aussi de la Conseillère aux États, Géraldine Savary, qui préside l’Association suisse des AOP-IGP (Appellation d’Origine Protégée et Indication Géographique Protégée), qui confiait son goût pour le papet vaudois.

Des démonstrations de confection de saucisses aux choux ont été proposées samedi après-midi par les apprentis bouchers. Le Vacherin Mont d’Or (AOP) était l’invité d’honneur de ces journées gastronomiques.
Sur l’esplanade du Château, dans un chaudron en cuivre, 1200 litres de jus de pommes et de poires ont lentement mais sûrement réduit sur les flammes pour nous offrir de la raisinée vendue sur place. Les enfants pouvaient participer à des ateliers de cuisine et de maquillage. Le personnel communal est à remercier tout comme les bénévoles qui nous ont permis de partager un moment de bonheur simple et chaleureux.
La présidente, Marlyse Pilloud, et le comité d’organisation tirent un bilan plus que positif de cette édition et nous donnent rendez-vous l’an prochain.