Frédéric Hostettler faisant déguster un rouge.Frédéric Hostettler faisant déguster un rouge.

Valeyres : vins et poteries à l’unisson dans le parc

Frédéric Hostettler faisant déguster un rouge.Frédéric Hostettler faisant déguster un rouge.

Frédéric Hostettler faisant déguster un rouge.

La cave du Château de Valeyres a organisé ce 2e week-end de juin sa traditionnelle dégustation. Sur la terrasse, 12 vins de qualité offerts aux palais des visiteurs. Les 3 crus de la gamme «Confidentiel», création à 4 mains de Benjamin Morel et Frédéric Hostettler, n’étant quant à eux disponibles que dès novembre. De délicieux petits fours maison accompagnent parfaitement le tout. Les enfants s’ébattent dans le parc pendant que les adultes dégustent.

Un cadre hors du temps pour de merveilleux vins

Faut-il le répéter, le lieu est privilégié. Devant la vieille demeure à l’architecture italienne, le parc fleuri et richement arborisé fournit un écrin intemporel à l’événement. Depuis trois générations, c’est une histoire de famille au Château! Benjamin accompagné de Frédéric s’emploient à faire perdurer cet héritage. La philosophie est de produire des vins authentiques ayant de la personnalité. Clairement, leurs vins plaisent! Benjamin et Frédéric insistent néanmoins sur l’importance de rester humbles!

Sur la terrasse, les femmes et les chats de Sandrine

Sandrine Soldini sculpte la terre et donne des cours dans son atelier aux Moulinets 4 à Orbe. Là, sur la terrasse du Château, la jeune femme expose ses pots avec, ici un chat qui guigne, là une petite bonne femme élégamment juchée sur le rebord. Femme ou animal? La frontière reste floue. Ses longues dames fuselées s’allient harmonieusement au cadre. Pour l’occasion, l’artiste a sculpté d’adorables et pensives demoiselles installées sur des ceps de vigne. Faire le lien avec le thème du vin. La terre étant bien à la base de tout!

Photo Catherine Fiaux

Valse de tuyaux.

Moulins Rodynam : Extra Bleu Ciel et festin cru

Valse de tuyaux.

Valse de tuyaux.

Deuxième exposition 2010  pour le collectif Rodynam

C’est aux Moulins Rodynam que le collectif d’artistes du même nom a présenté vendredi passé sa deuxième exposition de l’année intitulée Extra Bleu Ciel et festin cru.

Difficile de décrire en trois mots cet ensemble d’installations auxquelles se mêlent sons, lumières, musiques, odeurs et impressions diverses.

Ainsi que le précisait Nicolas Raufaste, l’un des artistes exposants  mais aussi initiateur de ce collectif, «cette fois, nous avons voulu créer sur place et redonner vie au bâtiment alors que la première exposition était plutôt consacrée à des œuvres produites ailleurs».

Il y a une continuité certaine dans les thématiques présentées, et un étrange mélange des genres dans la mesure où en cette période, le silo est encore en activité, si bien qu’on peut même entendre la véritable sonnerie d’un téléphone d’un autre âge alertant le responsable de l’exploitation, mêlée aux bruits générés par certaines installations-performances. L’exposition est répartie sur cinq étages que l’on atteint en suivant un escalier métallique assez vertigineux.

Mais qui sont donc les artistes ?

Si on commence très bas dans un sous-sol aux odeurs indéfinissables, on traverse rapidement des langues de plastique translucide animées par des ventilateurs, des rouleaux de papier blanc aux allures de serpents inoffensifs, une gigantesque toile d’araignée ou encore un amoncellement de tuyaux noirs faisant à la fois penser à des lacets de souliers agrandis 10’000 fois.

Il y a également de multiples projections sur des objets présents ou conçus sur place, comme ce personnage étonnant en bouteilles de bières doté de deux yeux haut perchés en forme de lampes incandescentes. L’ensemble est vivant et conçu comme tel. Il doit se voir en musique, au moins dans la tête.

Au point d’ailleurs qu’on ne sait plus très bien qui de l’exposant, de l’oeuvre ou du visiteur fait partie du
décor : interactivité voulue, jeu sur les paradoxes, formes étranges,  sons pas toujours harmonieux.

A voir encore les 24 et 25 juillet aux Moulins Rodynam (partie en béton) de 14h00 à 18h00.

Photo Olivier Gfeller