Projet de fusion: accord total

Six communes de l’est de la Plaine de l’Orbe (Belmont, Chavornay, Corcelles, Ependes, Essert-Pittet et Suchy) ont entamé des discussions sur une éventuelle fusion. Elles avaient décidé de sonder leurs Conseils pour connaître leur avis sur la suite à donner à ces premières intentions.

A l’unanimité, elles ont décidé de poursuivre l’étude qui pourrait déboucher sur la création d’une nouvelle commune pour la prochaine législature. L’Omnibus s’est rendu dans les trois villages de son secteur pour suivre les débats qui n’ont pas donné lieu à de grandes envolées tant le projet, à ce stade, fait l’unanimité.

Comme une lettre à la poste à Chavornay

Pour faire suite aux rencontres et réflexions des différentes municipalités, un préavis d’intention à propos de ce projet de fusion a été présenté au Conseil. Sans effet juridique, puisqu’il s’agit d’un vote consultatif, ce préavis d’intention a pour effet de poser ouvertement, aux différents législatifs, les questions que peut susciter un tel projet et engager un processus d’études en vue d’une fusion de ces communes. Dès lors, le Conseil communal de Chavornay a approuvé, sans autre, la démarche en vue d’une étude de fusion entre les communes concernées et encourage, par là, la Municipalité à continuer dans cette perspective sans anticiper la décision sur une convention de fusion.

Rapide et unanime à Corcelles

Le Conseil général de Corcelles-sur-Chavornay a accepté à l’unanimité, mais teintée d’un peu de fatalisme, d’entrer en matière sur le projet de fusion. Aucun conseiller ne s’y est opposé formellement. Il y a bien eu des questions sur le processus, la durée des différentes étapes ou sur l’organisation de la future commune mais Jacques Piot, le syndic, n’a pas pu y répondre à ce stade. Il a expliqué que ce n’est qu’une première étape, le processus devrait durer 3-4 ans au minimum et que si la commune n’est pas d’accord avec le projet elle peut se retirer en tout temps. Et le projet passera en votation au final. L’idéal serait que ce soit terminé en 2015 avant les prochaines élections.

Tout le travail reste à faire maintenant : il faut mettre sur pied le COPIL (Commission de pilotage) qui va organiser le travail et mettre sur pied différentes commissions. Le syndic a promis que la Municipalité ferait un effort particulier pour tenir la population informée de l’évolution du projet.

Une seule question à Essert-Pittet

Au conseil général d’Essert-Pittet, le syndic Dominique Vidmer a exposé le projet de fusion qui ne comprenait pas Chavornay à l’origine. Le préposé vaudois aux fusions, M. Curchod, a cependant incité les partenaires de base à entamer des négociations avec ce voisin pour que la future commune soit conséquente. C’est donc à six que les discussions initiales ont eu lieu. Comme le projet semblait envisageable, décision a été prise de le soumettre aux différents Conseils, à la même date. Ainsi, le feu vert a été donné et ces Municipalités vont pouvoir s’attaquer aux vrais problèmes que pose une fusion.

Lors de ce Conseil, il n’y a pas eu de contestation sur le sujet. Ce d’autant plus que la commission ad hoc, par l’intermédiaire du rapporteur Steve Tanner, s’est déclarée ouverte à la cause. La seule question a concerné l’ouverture à d’autres communes, à laquelle il a été répondu positivement, en évoquant notamment le nom de Bavois.

Dans les autres points de l’ordre du jour, le taux d’imposition a été maintenu à 72 points pour 2013 dans l’attente des chiffres du canton. On a appris aussi que la réalisation de la conduite d’approvisionnement d’eau (Ripo) avec Orbe et Chavornay, en passant par les EPO, prendra du retard à la suite du recours d’une entreprise quant à l’adjudication des travaux. Enfin, les CFF vont encore prolonger les quais de la gare afin d’accueillir deux rames du RER, travaux qui débuteront dès le 8 octobre.

Photo Pierre Pellaton