Pas de trou de novembre

MM. Duruz et Chevalier à un mois du passage de témoin  du Café le K’rioc à Orbe.

MM. Duruz et Chevalier à un mois du passage de témoin du Café le K’rioc à Orbe.

A Orbe comme à Vallorbe, les rues sont restées étonnement désertes durant l’avant-dernier mois de l’année. Y a-t-il une baisse des affaires à cette période ? C’est la question que l’Omnibus est allé poser à quelques commerçants des deux localités.

La renommée

Dans la ville aux deux poissons, Freddy Fragnière n’a pas subi de baisse du chiffre d’affaires. «Certes, les gens sont relativement prudents, mais nous n’avons pas observé de diminution. Nous avons la chance d’avoir une clientèle qui n’est pas seulement locale.

Notre réputation nous permet de traverser mieux les périodes difficiles, mais il ne faut pas nous relâcher, car le moindre écart se paie au prix fort», nous dit le patron de la Laiterie de la rue Centrale qui entend prolonger son activité jusqu’en avril 2011 et qui est persuadé de trouver un successeur qui saura maintenir le standing du commerce.

Aldi et La Croix d’Or

Du côté de la Migros, pas d’inquiétude non plus. Le flux de clients a été le même qu’à l’habitude en novembre. S’il faut observer un léger fléchissement, c’est plutôt en fin de semaine qu’il se produit et il est dû probablement à l’ouverture du magasin Aldi. Pas d’affolement non plus du côté du café Le K’rioc. «Nous avons plutôt bien travaillé durant ce mois. Il est vrai que les vacances des tenanciers du café de La Croix d’Or nous ont peut-être servis», nous dit la patronne Marie-Claude Chevalier.

A propos, le café changera de propriétaire au début de l’année prochaine puisqu’il sera repris par M. Duruz.

Finalement, malgré l’absence de monde dans les rues, les commerçants ont passé allégrement ce mois de novembre, annonciateur de fêtes de fin d’année encore plus intéressantes.

A Vallorbe

Juste avant que ne débute la période de Noël, un petit coup de sonde a été effectué auprès de quelques commerçants vallorbiers emblématiques, afin de tenter de déterminer un peu comment l’économie locale et son homonyme familiale se portent.

Tout va bien dans la boulangerie

Un petit tour chez le boulanger-pâtissier Christophe Schwerzmann qui nous apprend que «pour les produits vendus traditionnellement en magasin tout comme pour le tea-room, les affaires marchent en tout cas aussi bien qu’il y a un an». L’infatigable municipal qui met quotidiennement la main à la pâte ne voit aucune conséquence négative de la crise sur ses chiffres d’affaires.

L’été des Grottes

En face, chez Claude-Désirée Mourey, à la Pharmacie du Sapin, même constat pour novembre. Mais la pharmacienne de rappeler qu’elle est très remontée contre le peu de cas fait par les autorités locales du très grand manque de chiffre d’affaires à mettre directement en relation avec la fermeture prolongée de la rue des Grottes cet été, et le transfert  sur l’autre  rive de l’Orbe du trafic descendant de la Vallée. Une pharmacie a besoin de passage, et des mesures alternatives toutes simples auraient pu être mises en place pour ne pas prétériter pareillement les commerçants».

Honneur au saucisson

Plus loin, chez Jean-Louis  et Hélène Martignier, de la Boucherie de la Grand-Rue, novembre va bien, comme le reste de l’année, pour ce qui concerne les ventes au détail. Pour le semi-gros ou petit traiteur, du style plateaux pour apéritif ou préparations diverses pour des anniversaires, le nombre de commandes ne change pas en 2009, mais le prix nominal de chaque commande a nettement baissé.

A relever encore que pour la énième fois consécutive, Jean-Louis Martignier, sorcier  vallorbier de la viande, a reçu une médaille pour son fameux «saucisson vallorbier». Cette nouvelle distinction particulièrement méritée lui a été décernée le 27 novembre lors de la MEFA 2009 à Bâle, le marché des professionnels de la viande en Suisse.

S’agissant donc de Vallorbe, de nombreux indices montrent que le commerce local et de proximité, qui de plus est bien ancré dans des secteurs traditionnels, ne souffre pas trop de la crise.

Photo Pierre Mercier


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire