Les moissons dans des essais.

Orge et blé entre gel et pluie

Les moissons dans des essais.

Les moissons dans des essais.

L’automne clément a donné un départ magnifique aux plantules. En février, un froid glacial, de -18° avec très peu de couverture neigeuse, s’est fait sentir dans la plaine de l’Orbe pendant une semaine. Ce froid a créé des pertes de plantes plus ou moins importantes selon les variétés. Les conditions climatiques humides de ce printemps ont favorisé les maladies comme les septorisoses, la rouille brune et l’oïdium, ce qui a également contribué à diminuer le rendement et la qualité.

Essais variétaux

Selon Olivier Delay, du service technique production végétale de Fenaco, la plate-forme d’essai d’Orny, chez Eric et Gaël Pavillard, a montré les difficultés pour certaines variétés à lutter contre les maladies ou le froid. Par exemple le blé Nara a montré qu’il avait beaucoup souffert du gel (plus que 180 à 200 plantes/m2 à la sortie de l’hiver), cependant ensuite il a bien tallé (680 épis/m2 à la récolte) et a eu un excellent rendement. Les blés Nara, Simano, Suretta et Combin ont montré une meilleure résistance aux maladies.

Résultats de la plateforme d’Orny

Orge: Meridian vient en tête avec 103,8 kg/are net à 14,5% H2O suivi par Hobbit avec 100,9. La moyenne entre toutes les variétés est de 92,6. Les deux meilleures orges du point de vue poids hectolitre sont Escadre avec 69,8 k,g orge 6 rangs en cours de testage, et Cassia avec 69,6 kg, orge 2 rangs.
Blé PER intensif: Bockris (fourrager) est le meilleur avec 91,4, Cambrena (biscuit) sort bien avec 80,9. En classe TOP, Nara est le meilleur avec 76,5, en classe I, Forel avec 77,0 et Lewis en classe II avec 77,0 également. Moyenne générale: 75,9

Blé «extensif»: Papageno (fourrager) vient en tête avec 71,2, Cambrena (biscuit) à 49,2. En classe TOP, Nara en tête avec 67,4, en classe I, Suretta, avec 63,7 et en classe II, Lewis avec 62,3. Moyenne générale: 54,1 Ces résultats (que l’on trouve sur www.productionvegetale.ch) sont applicables pour Orny, mais les blés n’auront pas forcément ces rendements dans d’autres terres. Les choix variétaux sont à adapter en fonction de son sol, de sa région et de ce que l’agriculteur souhaite: intensif, extensif, bio...

Les moissons

Christophe Grand, du centre collecteur de Landi Nord Vaudois-Venoge SA, estime que le rendement et d’environ 15% en dessous de celui de l’année passée. Les silotiers de Chavornay et d’Orbe, Max Brönimann, Sylvain Bonzon et Olivier Agassis, ont reçu des récoltes comportant plus de petits grains. Les résultats sont moins bons que ce que les céréaliers avaient espéré. Le résultat général de 12 000 tonnes environ de grains récoltés sur les deux sites est plus important que l’année passée. En effet, suite à la fermeture du centre de Bussigny, des agriculteurs sont venus livrer à Chavornay ou à Orbe.

Les silotiers se préparent déjà à recevoir le soja et le tournesol qui ne devraient pas tarder vu la sécheresse de ces derniers temps.

Récolte 2013
Les céréaliers ont reçu les informations du GOF (Secteur céréales, oléagineux, matières premières de Fenaco) dès cet été. Ils souhaitent une augmentation de récolte dans la classe II, le blé fourrager, l’orge, le maïs (grain), les pois et le tournesol. Une diminution est souhaitée de classe I, seigle et épeautre. Tout ceci est estimé selon la demande du marché et pour autant que la pression des pays voisins ne vienne pas tout bousculer. L’année passée, la récolte, de bonne qualité et quantité, a subi la pression des céréales panifiables allemandes bon marché…

Photo Marianne Kurth