Une femme de coeur: Leila Gilabert

Elle est la prêtresse du réveillon du 31 décembre. Depuis 19 ans, elle organise la fête de la Saint-Sylvestre pour les personnes seules ou cherchant de la compagnie pour le passage de la fin de l’année. Cette convivialité nous la lui devons puisque Leila Gilabert a su s’entourer d’une équipe de fidèles bénévoles qui se met à disposition pour cuisiner, servir ou animer la soirée.

Le labeur toujours

Née à Venise en 1935, c’est à Trévise qu’on découvre Elide Spigariol en train de donner des coups de main à des paysans. Elle fera un apprentissage de couturière à 14 ans, sans terminer son cursus scolaire. Puis à 17 ans, elle vient à Montcherand et Arnex avec une trentaine de jeunes filles de sa région pour attacher la vigne. Elle restera à Orbe où travaille son père Giuseppe. D’abord à la boulangerie Grobéty où elle fera la connaissance de son premier mari. Puis elle oeuvrera dans différentes entreprises de la localité comme chez Alvazzi pour nettoyer les bureaux dès 5 heures du matin avant de préparer ses enfants Eric et Doris pour l’école. Après son divorce, elle ira en plus servir dans les banquets et les restaurants pour glaner quelques petits sous.

Des jambons de trop

Passionnée de lotos, elle gagnera sept jambons lors de l’automne 1995. Elle ne sait qu’en faire. Avec son amie Margrit Gaillard, elle décide d’organiser un repas du Nouvel An à la cure catholique pour les gens dans le besoin, avec l’accord du curé Arnold. Elle se souvient que l’on avait servi du jambon et du gratin et qu’elles avaient acheté trois litres de Goron et quelques bouteilles d’eau minérale et confectionné du gâteau aux pommes pour le dessert. De 14 convives pour cette première, le chiffre double rapidement et quatre ans plus tard, la salle devient trop petite et le financement n’est plus garanti. Elle cherche des appuis pour l’aider. Pierre-André Pasteur lui propose ses services en cuisine et Pierre Mercier trouve des solutions financières. La belle aventure se poursuit avec le succès que l’on connaît depuis 19 ans. A 78 ans, elle souhaite désormais trouver la personne qui pourrait lui succéder afin que cette belle tradition demeure.
Samia de Créteil
Cette générosité de cœur mérite d’être soulignée car Leila ne roule pas sur l’or. En dehors de sa passion des lotos, elle passe une partie de son été dans un cabanon sur le haut du chemin des Vignes où elle cultive un petit potager et reçoit ses amis et sa famille. Et si l’on sait qu’à une période de sa vie, elle a pris en charge pendant quatre ans une petite Samia de Créteil qui avait passé quelques étés chez elle dans le cadre de l’action Feu et Joie, on mesure à quel point cette femme est solidaire. C’est dire qu’elle mérite sans aucun doute toute notre admiration et nos remerciements.

Photo Serafina Tumminello