Etienne Roy

Etienne Roy de retour à la préfecture

Etienne Roy

Etienne Roy

A la suite de la nouvelle répartition des districts qui étaient passés de 19 à 10 au 1er janvier 2008, Orbe avait perdu sa préfecture et son préfet Etienne Roy qui a été nommé à la tête d’une nouvelle entité, l’Ouest lausannois avec siège à Renens. Cinq ans plus tard, l’ancien syndic de Croy a accepté de revenir dans sa région pour succéder à Albert Banderet qui prend sa retraite dans le district du Jura-Nord vaudois. On doit se réjouir de cette nomination car l’homme n’a laissé que des bons souvenirs dans la région. En dehors de ses activités habituelles, il s’était beaucoup investi auprès de la jeunesse, créant notamment «La prévention, c’est l’affaire de tous», idée qui a été reprise ailleurs dans le Canton.

24 heures sur 24

Avant d’évoquer son avenir, Etienne Roy a bien voulu nous parler de son expérience dans la banlieue de Lausanne. «C’était extraordinaire et passionnant car ce district est sans arrêt en éveil. Les projets sont extrêmement nombreux puisque plusieurs industries ou commerces s’implantent à Crissier, Renens, Bussigny ou Chavannes sans parler de l’EPFL sur le territoire d’Ecublens. Plusieurs communes ont des moyens financiers supérieurs à la moyenne et créent des plans de quartier à foison. Si la délinquance a été un souci au début de mon mandat, elle s’est bien résorbée mais, comme ailleurs, c’est une dizaine de garnements qui posent problèmes.

La présence d’une police intercommunale et de travailleurs sociaux de proximité ont permis cette réduction des incivilités, à la gare de Renens en particulier. J’ai constaté aussi à quel point la communauté étrangère est bien intégrée. Une ville comme Renens compte des citoyens de 120 nationalités différentes qui se côtoient sans la moindre anicroche. En dehors du côté pénal de la tâche (amendes), le droit du bail a nécessité une attention particulière, souvent source de la précarité de certains citoyens. Cependant, je n’ai pas connaissance de la présence de sans-abri dans ce district.

La jeunesse en prime

En matière de jeunesse, deux axes ont été retenus. Nous sommes allés à la rencontre des parents dans les différents centres scolaires afin d’échanger et d’informer. Puis, nous avons instauré une connexion entre les jeunes et le monde du travail. Les entreprises ont parfaitement joué le jeu dans le cadre du passeport-vacances si bien que les ados peuvent tester le ou les métiers qui les attirent. Je sais déjà que je pourrai développer cette activité dans le Jura-Nord vaudois quand bien même nous n’avons pas encore défini, avec ma collègue Evelyne Voutaz, nos tâches dans ce très vaste district». En tous les cas, le retour d’Etienne Roy dans notre région ne manquera pas d’être apprécié.

Photo Pierre Mercier