La relève au pied de la régie technique.

Ecoles: Radiobus, une expérience intéressante

La relève au pied de la régie technique.

La relève au pied de la régie technique.

En fin de semaine dernière, de nombreux élèves de 5, 7, 8 et 9e années ainsi qu’une classe de développement ont participé à l’expérience Radio bus, l’occasion de faire connaissance avec les métiers de la radio.

Une initiative née du côté de Gland lorsque Denis Badant l’a proposée à la direction de son collège. Par la suite, ayant l’opportunité d’acquérir un bus mobile de la Radio Suisse Romande promis à la démolition, cet enseignant a reçu le feu vert du canton pour se rendre dans les différentes écoles du Pays de Vaud afin d’offrir une nouvelle expérience en matière de communications et de relations aux élèves.

«C’est pour eux une manière d’être plongé dans un milieu qu’ils ignorent et face auquel ils doivent faire preuve d’initiatives, de créativité et de débrouillardise. L’occasion aussi d’apprendre à s’exprimer plus facilement dans des perspectives proches (oraux des examens) et futures (vie professionnelle). C’est un travail de longue haleine puisque la préparation se fait sur une année et nous venons cinq fois une semaine afin que les jeunes se familiarisent avec le bus et imaginent le programme qui sera diffusé durant deux jours», nous dit M. Badant qui a initié le projet en compagnie d’un enseignant de Montchoisy, Valéry Meystre.

Le trac du direct

A l’issue de leur participation, Charlotte, Kim, Malis et Manon ont bien voulu nous rendre compte de leur découverte. «Nous avons appris qu’un programme radio exige une longue préparation. Il a fallu enregistrer de nombreux reportages à l’avance, nous avons du choisir les musiques sur la base de certains critères comme une part de chansons suisses, francophones ou anglaises. Comme il a fallu aller piocher des renseignements sur internet pour rédiger un papier. Cerise sur le gâteau, nous avons assumé quelques directs qui impliquent un certain stress car il ne faut pas bégayer, ni se tromper, ni dire de bêtises.

Nous étions un peu coincées au départ mais on s’est adaptées et cela nous aidera sans doute à l’heure où nous devrons nous exprimer en public ou devant un futur patron. Ce fut une chouette expérience même si aucune d’entre nous n’envisage de devenir journaliste ou animateur de radio ou de télévision».

A voir l’enthousiasme et l’implication de tous les participants, il n’y a pas de doute que cette expérience a permis aux jeunes de découvrir l’envers du décor de ce média encore très apprécié de leurs parents mais un peu moins de la part de la jeunesse qui préfère écouter la musique de Rouge FM ou de Couleur 3 !

Photo Pierre Mercier