Vue du secteur étanche sous atmosphère sans poussière.

Dentsply Maillefer entrouvre ses portes

Vue du secteur étanche sous atmosphère sans poussière.

Vue du secteur étanche sous atmosphère sans poussière.

Samedi passé la société Dentsply Maillefer de Ballaigues organisait une journée portes ouvertes à caractère privé : l’occasion offerte aux membres des familles des employés de l’entreprise ainsi qu’à quelques invités de parcourir la totalité des sites de production, en bénéficiant d’explications et de démonstrations permettant de se familiariser avec les processus et les techniques de pointe mises en œuvre par le leader mondial des instruments du marché dentaire.

L’Omnibus était de la partie et a pu bénéficier d’une visite spéciale conduite par François Aeby et Olivier Collet, tous deux directeurs passionnés et passionnants.

Un peu d’histoire

C’est Auguste Maillefer qui a fondé l’entreprise en 1889. Un entrepreneur au parcours atypique, puisque il a commencé par exercer la profession d’horloger avant d’obtenir, après de longues études et à l’âge de 40 ans, une patente du Conseil d’Etat vaudois pour exercer en qualité de chirurgien-dentiste.

Deux professions a priori assez différentes, sauf sous l’angle de la minutie nécessaire à leur exercice et de la miniaturisation de certains composants nécessaires aux traitements. La conjonction des qualités professionnelles et du savoir-faire du fondateur en ont rapidement fait une entreprise internationalement reconnue et un précurseur réputé, devenu aujourd’hui rien moins que le numéro un mondial de l’instrumentation dentaire pour les traitements de racines.

Quelques chiffres

Plus de 800 collaborateurs, plus de 180 millions de pièces produites par année, un assortiment de plus de 18’000 références, des clients répartis dans plus de 100 pays, un chiffre d’affaires estimé pour 2010 à 265 millions de francs, plus de 1000 machines construites exclusivement en interne, voici quelques chiffres qui ont de quoi donner le tournis.

La répartition géographique des ventes en pourcentage du chiffre d’affaires affiche une très nette suprématie des marchés européen et des USA (plus de 75%) avec une part croissante réalisée en Russie, ou dans les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine ou encore en Océanie. Depuis 15 ans maintenant, Maillefer fait partie du groupe américain Dentsply, qui est le numéro un mondial en matière de soins dentaires.

Une culture de l’innovation collaborative

Nombre de métiers très différents sont nécessaires au fonctionnement et au développement d’une telle entreprise. Elle doit aussi bien veiller à la protection de ses brevets qu’à sa sécurité incendie ou informatique, pendant que les chercheurs développent de nouveaux produits et que la production s’affaire en trois équipes sur 24 heures pour satisfaire la demande des clients.

Quand on interroge ses responsables sur la forme du processus inventif au sein de l’entreprise, ils sont unanimes à le décrire comme impérativement collaboratif. Une nécessité bien dans l’esprit de l’entreprise depuis des décennies. L’invention en 2010 n’est plus celle d’un seul professeur Tournesol qui aurait fait halte à Ballaigues en croyant qu’il s’y trouvait toujours des bains thermaux.

Elle part d’abord d’une étude comparative des besoins du marché et de son évolution, couplée aux exigences et nécessités de la clientèle ou du corps médical. Ce dernier est essentiel pour l’entreprise. Il participe aux essais cliniques qui vont permettre après de longues étapes de valider tel ou tel nouveau produit ou processus, en conformité avec les standards de qualité internationalement reconnus.

L’invention est donc une affaire d’équipe, son origine étant à rechercher à tous les stades de la production ou de la conception. Cette culture d’entreprise se manifeste également au travers d’un colossal parc de machines uniques au monde et entièrement développées en interne en fonction des besoins.

La qualité et la continuité

Certains outils datant du jeune âge de l’entreprise existent encore comme tels et sont encore distribués. D’autres ont une durée de vie moins grande en fonction des avancées dans le domaine des traitements. Parmi les produits-phares actuels, on trouve tout ce qui concerne les traitements de racines : des traitements qui sont passés de l’âge manuel à l’âge motorisé et automatisé.

La durée du traitement pour le patient crispé sur sa chaise s’en trouve considérablement raccourcie par rapport aux normes d’il y a une quinzaine d’années, sans oublier le confort accentué qui l’accompagne. Quelle que soit cependant la nature de la pièce produite, il n’existe chez Maillefer qu’un mot d’ordre permanent : la qualité, seule gage d’un développement et d’une reconnaissance internationale croissante.

Une journée suivie par près de 1800 personnes et qui aura permis à beaucoup de découvrir une partie de la production très complexe qui naît et perdure à Ballaigues.

Photo Olivier Gfeller