Madame Renée Gillabert

Centenaire et doyenne: Renée Gillabert, une belle vivacité d’esprit

Madame Renée Gillabert

Madame Renée Gillabert

La délégation municipale conduite par Pierre Mercier, s’est déplacée à Yvonand pour féliciter l’heureuse centenaire, Madame Renée Gillabert, locataire de l’EMS du Bugnon depuis quelques mois et qui a la particularité de fêter son anniversaire un 29 février! Elle devient ainsi, avec Monsieur Jakob Lüscher chez les messieurs, la 2e centenaire urbigène.

Une belle réception avait été organisée par l’établissement, et outre son fils Michel et sa belle-fille Marianne, Mme la Préfète Evelyne Voutaz et les autorités d’Yvonand entouraient également la jubilaire pour un moment très convivial passé à écouter Renée évoquer avec une lucidité et un souvenir très précis quelques étapes de sa vie.

La jeune Renée Tacheron est née à Yvorne, mais passera ses premières années à Nyon, avant d’arriver à Yverdon. Elle viendra ensuite travailler, non pas dans sa formation de couturière mais comme «bonne à tout faire», selon ses dires, dans la famille de Louis Fertig à Orbe. C’est en secouant la poussière à la fenêtre qu’elle fit tomber de son vélo un ouvrier de la brasserie trop occupé à la regarder et ce fut là le début d’une très longue histoire d’amour avec Louis. Marié en 1934, le couple s’installa à Orbe et finit par acquérir une maison au chemin de la Magnenette.

Limitée de naissance dans sa santé par une insuffisance rénale, Renée n’a pas pu voyager, mais elle a pris le parti d’accepter cette situation et a choisi de se consacrer entièrement à sa famille, auprès d’un mari dont elle aime à dire qu’il était «un bon type qui était toujours d’accord». Dans cette vie pourtant bien remplie, elle connaîtra bien sûr quelques épisodes douloureux avec notamment la perte de sa fille Andrée à 9 ans des suites d’une péritonite, puis bien plus tard le décès de son mari Louis en 1996.

Elle veut pourtant retenir les meilleurs moments qui sont le jour de son mariage et la naissance des enfants et elle ne cesse de dire merci à son fils Michel en particulier, mais aussi à tout son entourage familial qui lui ont permis d’être «trop gâtée, c’est ce qui me fait arriver aujourd’hui à 100 ans d’existence».

Tous les participants à cette sympathique manifestation ont relevé l’esprit encore incroyablement vif et précis de Madame Gillabert, avec un visage et une prestance tout aussi remarquables. Elle s’est très facilement intégrée à sa nouvelle situation à l’EMS du Bugnon où elle vante les qualités aussi bien de la propriétaire Mme Bugnon «qui aime ses pensionnaires comme sa propre famille» que de l’ensemble du personnel.
On ne peut que souhaiter à Madame Renée Gillabert que cette situation perdure le plus longtemps possible et que son moral reste, comme la météo qu’elle écoute tous les jours, ensoleillé et à bonne température.

La visite s’est terminée par un passage dans sa chambre où l’on a pu voir le fauteuil électrique, très perfectionné, que le Canton et la Commune d’Orbe ont offert à Renée afin de contribuer à son confort. Merci Madame, de ces instants privilégiés, nos meilleurs vœux vous accompagnent.

Photo Pierre Mercier