Philippe Leuba pendant sa présentation

Arrivée prochaine et séjour de 50 requérants d’asile

Philippe Leuba pendant sa présentation

Philippe Leuba pendant sa présentation

L’art de la rhétorique a largement présidé à une soirée d’information qui s’est déroulée en une grande salle du Casino d’Orbe étonnamment garnie en auditeurs, tous forts d’une conviction aussi personnelle que profonde quant à l’approche d’un problème en passe d’universalité et qui touche à l’accueil de requérants d’asile.

Orbe a été désignée volontaire par les instances cantonales pour accueillir dans les cantonnements militaires une cinquantaine de ces rejetés de systèmes politiques et économiques divers, ceci à partir du 17 octobre à venir.

Un peu de courtoisie svp

Pierre Mercier, Municipal en charge du dossier, après avoir salué la présence de Philippe Leuba, Conseiller d’Etat ainsi que celle d’un représentant et de représentantes de l’EVAM, de responsables des polices cantonale et communale ainsi que d’une déléguée de l’Autorité ecclésiastique a requis, de manière toute diplomatique et avec raison, de l’auditoire présent, une certaine retenue des propos, sachant bien le sujet générateur d’éventuels traits à caractère aussi bien passionnels que passionnés.

Cartes sur table

Philippe Leuba a présenté le problème de manière tout à fait pragmatique en soulignant le fait que la solidarité confédérale se devait de jouer à fond dans ce cas de figure, le canton de Vaud étant assigné, par la Confédération, à héberger le 8,4% du contingent de requérants sollicitant l’asile en notre pays.
Il s’est formellement engagé en affirmant que le contingent dévolu à notre cité de 50 personnes ne sera jamais dépassé.
Il est à souligner que cette promesse a largement contribué à la sérénité des débats.

Les conditions d’hébergement

C’est dans un environnement particulièrement spartiate que seront reçus ces 50 jeunes hommes, vu que leur lieu de séjour mentionné n’offre que peu de confort.
Il s’agira de Tunisiens, de Nigérians, d’Erythréens et autres dont le séjour ne devrait pas se prolonger au-delà de six mois vu que relevant de statuts d’aide d’urgence (NEM), de cas Dublin (retour dans le premier pays européen d’hébergement) ou de personnes en procédure de demande d’asile. Une demi-douzaine de salariés les encadreront dans des tâches de surveillance, d’intendance, d’assistance sociale, etc.

L’abri sera ouvert 7 jours sur 7, ceci sous un régime strict d’ouverture et de fermeture et les prestations d’assistance se résumeront à trois repas par jour ainsi qu’une couverture d’assurance maladie de base. Un lieu de séjour leur sera réservé en des locaux anciennement définis à caractère médical et sis à la rue Sainte-Claire.

Questions/réponses

C’est bien à ce moment-là que les sensibilités diverses en regard de ce problème ont émergé et que le métier bien éprouvé des membres de l’EVAM (Etablissement Vaudois d’Accueil des Migrants), du Conseiller d’Etat présent, du représentant des forces de police et de la diacre de Vallorbe a réussi à faire que la conviction a suppléé aux émotions.
Aucun problème inhérent à ce flux migratoire n’a été éludé ni édulcoré, surtout pas celui touchant aux craintes maintes fois exprimées, concernant la drogue et son trafic.
Des structures de sécurité et d’encadrement seront en place, fiables, atteignables et efficientes; des procédures en cas d’infractions sont prévues et seront mises en action si nécessaire.

Philippe Leuba a bien souligné que notre canton est celui qui comptabilise le taux le plus élevé de Suisse de renvois de requérants malvenus en notre pays et que le durcissement des conditions de séjour et l’accélération des procédures voulue au plus haut niveau sera également efficiente chez nous.

Plaidoyers

La diacre de Vallorbe a conclu cette soirée riche en informations par un vibrant discours en faveur d’une cohabitation constructive avec ces prochains nouveaux venus, à considérer comme des êtres humains à part entière et non comme des intrus profiteurs de notre système.

Pierre Mercier a remercié tous les intervenants en rompant également une lance en faveur d’une solidarité humaine qu’il a sollicitée de la part de toutes ses concitoyennes et concitoyens.

PS : Les gens qui souhaitent être bénévoles ont rendez-vous le mercredi 12 octobre à 19 h. au cantonnement militaire (près de la salle Omnisport).

Photo Willy Deriaz