Le comité avec Miss Saucisse 2016, assis: Michèle Germond, Daniel Grivet et Marlyse Pilloud. Debout: Claude Lambercy, Fanny Naville, Armand Roch, Nathalie Poot et Françoise Delafontaine.

Orbe: franc succès pour le papet et la saucisse

Comment trouvez-vous la fête?

La majorité a répondu à cette question par:
– C’est sympa!
– Il y a une bonne ambiance et la saucisse est très bonne.
– C’est bon, et puis il fait beau!

Avec un menu succulent et des façons de faire bien différentes chez les tenanciers, chacun a pu se satisfaire de la saucisse réputée loin à la ronde. Il y a même eu un Urbigène qui a servi ce menu à Cugy (FR) dans son établissement.

La fête a débuté vendredi soir avec le souper-concert de jazz avec Jumpin’Seven. Jazz et blues traditionnels qui ont été fort applaudis dans la cantine pleine de monde. Le samedi, après la partie officielle, le jury a dégusté différents papets et a attribué le 1er prix du concours à Jean-Daniel Agassis, 2e Marylise Pidoux et 3e Claude Favre. Les enfants étaient de la fête avec des animations et le dimanche des maquillages.
Dimanche, le Chœur d’Hommes d’Orbe-Montcherand-Arnex a chanté par trois fois, malgré les discussions animées, et le clown Macaroni, skieur égaré, en a fait rire plus d’un avec ses ballons.

Miss Saucisse

Elle a été élue par le comité et préparée par Armand Roch. Ce mannequin, paré d’un bustier de feuille de chou et une jupe de saucisses, a tout de même souri tout au long de la fête sous la cantine. Les deux restaurateurs, et les dames du service, de la Grand-Rue ont arboré des t-shirts, pour l’un vert et pour l’autre rose, lors du service.
Le service et la préparation des menus sont dus à la participation des 20 bénévoles. Il faut 3 ½ heures pour cuire le papet dans le chaudron et un peu moins pour chauffer les saucisses aux choux de deux bouchers d’Orbe, mais que c’est bon…

Le hangar à bois de Baulmes.

Baulmes: séance de rodage

L’adoption du taux d’imposition repoussée à plus tard

Ce devait être le point principal de la séance inaugurale de la nouvelle législature. Malheureusement, la commission chargée de rapporter sur l’arrêté d’imposition n’a pas eu assez de temps pour étudier cet objet important et a demandé un délai supplémentaire. Finalement, les membres du législatif en discuteront le 12 octobre prochain.

Du nouveau au Conseil
Le bureau du Conseil présente de nouveaux visages: Luc Pillevuit, président, a retrouvé le perchoir qu’il avait quitté il y a douze mois. Il sera secondé dans sa tâche par une nouvelle secrétaire, Myriam Deriaz, qui a été vivement félicitée et remerciée de s’être mise à disposition en remplacement de Françoise Monnier.

Communications municipales

Le nouveau hangar à bois est terminé et opérationnel a annoncé Julien Cuérel, syndic. Les 340 m2 de panneaux photovoltaïques ont une capacité de production d’environ 30 000 watts. Les réparations apportées à quelques rues du village seront terminées d’ici la fin du mois.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de la destruction à l’herbicide d’une haie qui se trouve sur le site sensible d’exploitation de la future carrière. Le dossier qui prévoit les nouveaux aménagements de l’hôtel de ville est chez l’architecte et devrait être présenté prochainement tout comme celui qui prévoit la réfection de la rue du Clos. On en saura un peu plus d’ici la fin de l’année à propos du plan directeur communal. Avec la manne financière reçue à l’occasion du prix Binding, deux sentiers seront réalisés et une chênaie sera plantée en Feurtille l’année prochaine. Un inventaire des plus beaux arbres des forêts baulméranes a été réalisé. Plus de 1 000 spécimens ont été recensés et 51 ont reçu l’étiquette «remarquable».

Baulmes, Champvent et Vuiteboeuf s’unissent pour l’eau

Les 3 communes ont décidé de s’associer pour garantir à leurs habitants une réserve d’eau alimentaire suffisante. Elles n’ont pas de réserve de secours en cas de pollution. Le système de traitement sera modifié et amélioré. Le projet d’étude parle d’une réduction du prix du m3 d’eau de 3 à 2 francs en cas d’acceptation du projet. Ce dernier, devisé à plusieurs millions de francs, sera discuté et voté en décembre par les 3 législatifs.

Elections communales à Chavornay

Au premier tour, les élus à la Municipalité sont les suivants:

Kunze Christian 611 voix

Desponds Pascal 650 voix

Lombardet Didier 628 voix

Steiner Jean-Michel 548

Favre Jovanka 531

Au Conseil les forces en présence sont:

 

Chavornay Ensemble - Les Indépendants  7 sièges

Parti socialiste et Groupe Ecologique  10 sièges

UDC 7 sièges

PLR et indépendants 30 sièges

Détails et réactions dans notre édition du vendredi 30 septembre

 

 

 

 

 

Essert-Pittet et Corcelles-sur-Chavornay: élections communales

Nous reviendrons dans notre édition du vendredi 30 septembre sur les résultats détaillés des élections communales dans ces deux villages qui fusionnent avec leurs grands voisins de Chavornay.

 

En l'état toutefois, sont élus à l'exécutif de la commune fusionnée:

Essert-Pittet :

a) à la Municipalité de Chavornay fusionnée: Ottiger Gérald avec 42 voix

 

Corcelles-sur- Chavornay:

b) à la Municipalité de Chavornay  fusionnée: Eric Gorgerat 119 voix et Laurence Marchand 90 voix

 

Le président et sa Cour se penchant sur le centre tellurique du labyrinthe.

Romainmôtier: la justice tourne en rond dans le labyrinthe

«Once upon a time» ou plutôt, en français, il était une fois un labyrinthe. Le centre de ce labyrinthe dessiné il y a 8 ou 9 ans par Alison et Michael Nobile, les propriétaires du Domaine En Praël à Romainmôtier, serait tellurique. Il figure d’ailleurs au répertoire des lieux sacrés de Suisse romande et dans plusieurs répertoires internationaux de labyrinthes. Cet endroit, situé formellement en zone agricole, mais sur le terrain privé du couple et à 30 mètres de son habitation, a mis le Service du développement territorial SDT en émoi il y a quelques années déjà.

Il s’agirait, aux yeux des gardiens du temple des zones foncières en Pays de Vaud, d’une construction qui n’a pas sa place sur cette zone. Elle ne saurait subsister, «sans que les limites soient dépassées et le mauvais exemple soit ainsi donné à d’autres amateurs éventuels». Ordre a donc été donné aux époux Nobile de supprimer ce labyrinthe, à leurs frais, gourmands émoluments administratifs du SDT en sus. Ainsi qu’on peut le voir sur l’image ci-contre, la «construction» est faite essentiellement de brins d’herbe de 30 cm environ de haut (dans une clairière à la fin de l’été) et de traces de pas qui marquent des petits sentiers circulaires. La neige recouvre le tout en hiver… et l’herbe est fauchée une fois par an par un agriculteur voisin, rendant à nouveau mieux visible le dessin des cercles concentriques.

Construction ou pas construction?

Utilisant ce labyrinthe pour méditer eux-mêmes et laisser méditer librement les passants ou pèlerins de la «Via Francigena», qui jouxte le terrain, les époux Nobile ne l’ont pas entendu de cette oreille et se sont donc opposés à la décision du SDT. De fil en aiguille, ce sont les magistrats du siège de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal vaudois qui se sont «transportés sur place» jeudi passé, pour y tenir une audience pour une fois debout et à l’abri de parapluies indispensables sous les premières pluies automnales sévères. Les parties se sont exprimées, les époux Nobile par leur conseil, le SDT courageux, mais pas présent lui-même, par son avocat et le Tribunal, au travers des questions qu’il a jugé nécessaire de poser.

Après avoir parcouru la «construction», juges et président se sont rabattus sur un hall intérieur abrité mis à disposition par les propriétaires. La commune était représentée par la municipale des constructions Agata Jaxa, qui a confirmé ès qualités qu’elle ne voyait rien à redire dans cette «installation». Se retirant, la Cour a annoncé qu’elle rendrait son verdict ultérieurement. Affaire à suivre donc, en notant au passage que le SDT ne semble pas se préoccuper des labyrinthes érigés dans les champs de maïs ou d’autres céréales, vu leur «fugacité», ni des «Crop Circles» d’origine possiblement martienne.

On se réjouit donc de connaître le verdict final, en relevant que le Pays de Vaud doit être heureux et riche pour pouvoir se préoccuper de causes aussi fondamentales et essentielles en ce début de 21e siècle troublé.

Marie Corgini, l’éducatrice, et un groupe d’enfants.

Romainmôtier: écoliers gâtés à tous points de vue

L’UAPE (Unité d’Accueil pour Écoliers) a ouvert dans les temps, le 22 août exactement, et ravi les enfants de 4 ans 1/2 à 8 ans qui y séjournent avant et après l’école.
Le Conseil général avait avalisé l’achat du bâtiment du Môtier en juin 2015 pour créer ce lieu d’accueil parascolaire, exigé par le Canton. L’intérieur a été réaménagé, avec beaucoup de structures en bois. L’espace a été bien rempli, il reste clair et aéré avec des coins différents pour les enfants.

Les enfants sont accueillis de 6 h. 30 à 18 h. 30 tous les jours. Ceux qui arrivent très tôt y reçoivent le petit déjeuner. Ensuite, l’éducatrice les amène à l’école ou au bus le matin et va les rechercher pour le repas de midi; même chose l’après-midi.

A noter, que le repas de midi est amené par le Gaulois et que personne ne semble s’en plaindre! Pour les quatre heures également: les moustaches en chocolat en étaient une preuve...

Actuellement il y a deux éducatrices, la capacité d’accueil est de douze enfants. Elle pourrait monter jusqu’à vingt-quatre avec l’engagement d’une troisième personne. Il reste encore de la place, sauf le jeudi. Comme elle vient d’ouvrir, c’est normal. La priorité est donnée aux enfants du groupement scolaire, puis aux autres s’il reste des places.

On attend maintenant celle d’Orbe, encore en travaux à la rue Sainte-Claire, dont l’ouverture a été annoncée au 31 octobre.

La piscine, le dimanche 11 septembre 2016

Orbe: coûteuse tuyauterie en question

Première soirée au perchoir pour le président Philippe Cochard, qui inaugurait ainsi la nouvelle législature à la tête du délibérant urbigène. Ceci avec un ordre du jour qui s’est révélé au final relativement court. Après avoir procédé à l’assermentation de trois conseillers communaux, le délibérant urbigène s’est penché sur le traditionnel rapport concernant l’autorisation générale de statuer.

Une délégation générale octroyée à l’exécutif pour la durée de la législature lui permettant, entre autres, de bénéficier de plus de souplesse et de réactivité dans l’accomplissement de ses différents mandats, que ce soit l’acquisition ou l’aliénation d’immeubles, de parts de société, la nécessité de plaider ou l’acceptation de legs et de donations. Le rapport présenté par Stéphane Collet différait légèrement du préavis déposé par la Municipalité, en spécifiant plus précisément les contours de l’acceptation des donations et héritages. Un amendement qui a été accepté par l’Exécutif et voté à l’unanimité par le Conseil.

Piscine à rénover et tuyaux très chers

Un crédit d’étude de Fr. 85 000.– a lui aussi été voté sans discussion. Il servira à financer une étude de rénovation de la piscine du Signal et de ses bâtiments. Si diverses pistes sont envisagées, le chauffage de la piscine n’entre pas en ligne de compte en raison des coûts élevés d’entretien qu’une telle modification engendrerait.

Revenant sur une affaire traitée par l’ancienne Municipalité, Arnold Poot a déposé une motion pour que toute la lumière soit faite au sujet des coûts effectifs liés au RIPO, ce système de distribution d’eau intercommunal qui a coûté environ Fr. 400 000.– de plus que prévu à la commune. Le groupe PS a invité le motionnaire à transformer sa demande en interpellation, «pour que son traitement en soit accéléré», a précisé Jean-Marc Bezencon. À une très large majorité, les Verts compris, le Conseil a repoussé cette proposition, jugeant la motion préférable. Il appartiendra donc à l’exécutif actuel de répondre à cette motion dans un délai d’une année au maximum.
Ordures ménagères et UAPE

Le Municipal Guido Roelfstra a expliqué que «les ménages et entreprises recevront sous peu les bordereaux de taxes pour l’élimination des déchets. Ces derniers seront accompagnés d’un flyer explicatif détaillé. Une hotline à disposition des contribuables sera mise en fonction à l’Hôtel de Ville durant la période de réception de ces bordereaux, ainsi que durant la période au cours de laquelle les rappels seront envoyés».

«L’UAPE d’Orbe sera ouverte dès la fin du mois d’octobre», a encore précisé le municipal Luiz de Souza en fin de séance.

Ballaigues à la fin de l'été

Ballaigues : près de 2 millions récupérés

Ballaigues est un village heureux. Les calculs 2014 du canton ayant été erronés lors de l’établissement de la facture sociale et de la péréquation notamment, il a été remboursé d’une somme de 1,8 million environ. C’est dire que les nouveaux conseillers ont entamé la législature avec cette bonne nouvelle et les recommandations de leur nouveau président Samuel Maillefer au sujet des us et coutumes du Conseil.

Dans la foulée, ils ont appris que le taux d’imposition resterait inchangé à 66. La Municipalité a profité de l’occasion pour revoir ses compétences financières. Elle pourra désormais dépenser jusqu’à Fr. 50 000.– maximum par objet, sans avoir l’approbation du CC, mais elle ne devra pas dépasser les Fr. 100 000.– annuels. Le conseil a admis une participation de la commune de Fr. 66 700.– pour la construction, sur le territoire de Rances, d’un hangar à plaquettes du triage du Suchet qui a trouvé un débouché avec le chauffage à distance d’un EMS et d’un quartier d’Orbe, à partir de 2017.

L’avenir de la Croix d’Or

Enfin, Pierre-Luc Maillefer a lancé une interpellation à propos de l’avenir du bâtiment de la Croix d’Or. Il a insisté sur le fait qu’il était le seul établissement public de la commune. Dans son intervention, il a posé plusieurs questions à propos du maintien d’un café et a appelé de ses voeux la mise en place d’un restaurant de qualité voire d’une petite infrastructure hôtelière et de salles pour la culture.

Au terme du conseil, le syndic Raphaël Darbellay a précisé que la commune attendait prochainement le rapport des monuments historiques cantonaux pour savoir ce qu’il était possible d’entreprendre en ce lieu avant d’envisager d’autres solutions au village.

Départ des nombreux écoliers et écolières à 13 h. 30.

Valeyres-sous-Rances: ils courent, ils courent, les renards

Pour la 24e édition de cette sympathique course populaire samedi dernier, pas moins de 264 concurrents (toutes catégories confondues) ont pris le départ de
13 h. 30 à 14 h. Tant les VTT que le duathlon ou la course à pied ont profité des excellentes conditions météorologiques sur les différents tracés à travers forêts et campagne. Quelques passages, comme le raidillon de l’église, sont exigeants.

Certains visages éprouvés, des mollets noués et luisants en témoignent. On pose parfois le pied à terre ou on marche, mais on relance à coup sûr, car les encouragements fusent: «Allez, allez, bravo, donne tout, tu y es!» (Ce qui est une manière de voir les choses...!). Ambiance sportive et bon enfant dans un cadre verdoyant caractérisent cette course.

Une classe au départ des écoliers

Avec la pasta party de midi, les alentours de la cantine prennent définitivement des airs de vacances. La course des écoliers reste la principale attraction et, cette année encore, ils sont venus en nombre, soutenus par leurs parents. A noter qu’une maîtresse de Valeyres, Alodie Lopez, a inscrit ses élèves de 4 P après les avoir entraînés et ce sont 15 bambins de 7 ans qui se sont mêlés à la kyrielle de jeunes (voire très jeunes) concurrents!

Bravo aux enfants et à leur maîtresse! Après la dernière course des cadets, ce fut le tour des podiums. Crépitements de photos, fierté des parents face à la joie teintée d’insouciance des jeunes lauréats! Un tirage au sort des dossards pour une distribution de lots couronna les festivités. Ce fut une belle journée pour tous, que vive cette course!

Tous les résultats sur www.courserenards.ch

Le couronnement des rois

Orbe: Abbaye, les jeux sont faits !

C’est le thème des jeux qui a été choisi pour cette abbaye 2016. Le soleil était là, la bonne humeur aussi, tout était prêt pour que la fête soit belle.
Malheureusement, les participants au cortège et les spectateurs ont préféré la piscine ou la chaleur tempérée de la montagne… Cette édition a été marquée par une nouvelle tenue du banneret, Alain Magnenat et des chemises assorties pour le comité.

Sur les 198 membres, dont 4 admis lors de l’assemblée du matin, 71 se sont rendus au stand de Valeyres pour une lutte acharnée. Certains voulaient l’avoir, le résultat qui les ferait rois ou leur donnerait une channe, d’autres ont tiré pour le sport. Mais tout ceci s’est passé dans la bonne humeur et la franche camaraderie au son de la fanfare L’Espérance de Vaulion. Au stand du petit calibre, ce sont MM. Monnier et Eschmann qui ont aimablement conseillé les dames et les enfants pour leurs tirs.

Le dimanche, Adeline, Alessia, Fanny, Gaïane, Laura, Mélanie et Molly se sont transformées en reines pour accompagner les meilleurs tireurs, couronnés, après la célébration œcuménique, sur l’esplanade du château. Un cortège a amené cette royauté au Puisoir pour un magnifique banquet, avec la traditionnelle langue. Lors de la partie officielle, orchestrée par Christian Maire qui n’a pas manqué de jouer avec les mots, les différents orateurs se sont succédé sur l’échiquier de la bonne humeur. Le syndic, Henri Germond, a rappelé que les bénévoles sont indispensables à la vie de la cité et a remercié le Conseil de l’Abbaye et ses aides pour tout le travail accompli à la préparation de cette fête.

Le cortège n’était malheureusement pas grand, mais très beau avec les élèves de 4P déguisés en dés, les cyclistes aux jeux de cartes, l’école de judo Dégailler Orbe ou les Ondins à la pêche aux notes et à la pêche miraculeuse. A cause de la chaleur, le parcours a été raccourci, mais s’est bien terminé sur l’esplanade du château. L’abbé-président, Jean-Michel Magnenat, avec l’aide rapide de la Fanfare d’Yvonand, a orchestré la reddition du drapeau suivie de l’apéritif offert par la commune.

Samedi et lundi après-midi, les enfants ont pu profiter de tarifs réduits pour les jetons de l’abbaye afin de monter sur les autos tamponneuses ou le carrousel, sans manquer la pêche ou les boîtes à déguiller. Les rois ont offert une verrée lundi soir avant de terminer cette fête par les buffets magnifiques préparés par le cantinier Pierre-Alain Porchet.
Le jambon pesant 7,445 kg a été gagné par Alain Magnenat et la Lanterne rouge a été offerte à Louis Ganty. Que la fête fut belle!

Les rois

A la cible abbaye, Daniel Kündig est 1er avec 403 pts suivi de Philippe Meirim au coup centré de 98 pts, puis vient Frédéric Richard avec 396 pts et Yves Ansermet avec un coup centré de 97 pts.
A la cible du 150e, le 1er est Paul Dessaux avec 466 pts, le 2e Daniel Kündig 444 pts le 3e Luc Pasquier avec 438 pts.
A la cible de la Garde d’honneur, 1er Jean-Michel Magnenat avec 803 pts, 2e Luc Pasquier avec 792 pts et 3e Paul Dessaux avec 783 pts.
A la cible surprise, 1er Jacques Grivat 46 pts, 2e Yves Ansermet 45 pts (dont 4 x 10 pts) et 3e Frédéric Richard 45 pts.
Chez les dames, 1ère avec 91 pts, Myri Béguelin suivie de Julie Tortoriello 90 pts et Adeline Haeberli 87 pts.
Chez les filles, 1ère Justine Maire avec 69 pts suivie de Angie Duplan 67 pts et Chloé Fucinos 66 pts.
Tir des garçons 14-16 ans, 1er Loïc Fucinos 71 pts, 2e Quentin Palomba 66 pts et 3e Jeremy Troyon 50 pts.
Tir des garçons 10-13 ans, 1er Gabriel Maire 77 pts, 2e Julien Maire 67 pts et 3e Bazil Grivat 44 pts.

Une partie de l'assistance

Vallorbe: la Cité du fer croît régulièrement

Ce sont plus d’une centaine de nouveaux habitants de Vallorbe qui se sont retrouvés sur la presqu’île du Musée du fer à l’invitation de la Municipalité pour assister à la réception donnée, comme chaque année, en l’honneur des nouveaux arrivants. «De juin 2015 à juin 2016, le nombre d’arrivés s’est élevé à 283 personnes», a précisé le syndic Stéphane Costantini dans son allocution. Une croissance régulière et qui a tendance à s’accentuer ces dernières années. On notera que Vallorbe compte actuellement un peu moins de 4 000 habitants, un total identique à sa population du début du 20e siècle, et ceci avant la construction du tunnel du Mont d’Or.

Durant cette construction, soit juste avant 1915, la population avait atteint le nombre de 5˚300 résidents, avec l’arrivée des étrangers employés au chantier du Tunnel. Comme de coutume, le syndic a présenté rapidement le fonctionnement institutionnel de la commune, ainsi que les dicastères de ses municipaux. Une quinzaine de représentants des 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à disposition des invités durant l’apéritif qui leur a été préparé et servi par les huissiers du Conseil communal.

Raisons professionnelles ou familiales

Nombre de nouveaux arrivants sont jeunes, à l’image de Stéphanie et de sa fille Maja, qui aura très bientôt un petit frère, et qui ont choisi Vallorbe pour deux raisons: parce que le papa travaille dans une entreprise locale et que le couple a acheté une maison sur le territoire communal. Pour d’autres, plus âgés, comme Yvette qui «remonte» régulièrement la vallée de l’Orbe après avoir vécu 10 ans à Orbe et une quinzaine d’années à Lignerolle, c’est la proximité de la nature avec la localité qui a joué le rôle déclencheur.

D’une façon générale, ces migrations ont pour motifs des obligations professionnelles ou des changements dans le noyau familial, qui a tendance à prendre des formes de plus en plus diverses, voire éclatées, à l’heure actuelle. Ou encore la disponibilité de logements ou de terrains à bâtir.