Baulmes: nouveau règlement du personnel

Assermentation et élection

Thierry Guignard a été assermenté en début de séance et Olivier Deriaz élu scrutateur suppléant pour assurer le remplacement de Eric Berger, démissionnaire. Pourtant les faits importants de cette séance du législatif baulméran concernent avant tout le règlement du personnel communal et les travaux qui seront peut-être entrepris au bâtiment plus que centenaire de l’Hôtel de Ville.

Adoption d’un nouveau règlement du personnel communal

Pour remplacer l’ancien règlement datant de 1979, devenu désuet, la Municipalité s’est inspirée du règlement type de droit public basé sur les lois et pratiques en vigueur actuellement. L’exécutif a eu la bonne idée d’offrir à l’ensemble des collaborateurs communaux d’en prendre connaissance et d’y souscrire avant son approbation définitive par la Municipalité. C’est donc par amendements que Joël Pfaender, conseiller communal, a proposé à ses collègues d’apporter au règlement de base quelques modifications. Si quelques changements étaient «cosmétiques», il vaut la peine de signaler que l’employée, en congé de maternité, qui atteste médicalement qu’elle allaite son enfant, bénéficiera d’un congé d’allaitement de 30 jours.

Etude pour une modernisation de l’hôtel de ville

Les conseillers communaux ont appris que Eddy Guignard remplacera Maurice Cachemaille qui souhaite bénéficier de son droit à la retraite. De fait, l’appartement (du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville), occupé par ce dernier, sera libre d’ici quelques semaines. Une vaste réflexion de modernisation de tous les étages du bâtiment communal, construit au début du 20e siècle, a été menée par la Municipalité; l’exécutif communal souhaite demander un projet concret à un architecte.
Pour cela, les conseillers devront se prononcer prochainement sur un crédit d’études d’environ Fr. 60 000.–. Les conseillers devront également se pencher sur un règlement des transports scolaires.

D’autres informations

Françoise Monnier, secrétaire du Conseil communal, a indiqué qu’elle quitterait sa fonction à la fin de la législature. Julien Cuérel a précisé que la commune ne donnait pas d’adresses de personnes domiciliées dans la commune au BVA. Il a également mentionné qu’il avait déposé au Grand Conseil une interpellation pour la réfection de la route Baulmes – Vallorbe

La future municipalité avec Luis De Souza, Myriam Schertenleib, Henri Germond, Mary-Claude Chevalier et Guido Roelfstra.

Orbe: le PS perd un siège au profit des Verts

Au terme de ces élections, la future Municipalité, qui siègera à partir du 1er juillet prochain, aura l’allure suivante: 2 PLR (Myriam Schertenleib et Guido Roelfstra), 1 socialiste (Henri Germond), 1 écologiste (Luis De Souza) et 1 Union Libre (Mary-Claude Chevalier). On retiendra que c’est la première fois que deux femmes siègeront à l’exécutif à Orbe et que les Verts font aussi leur première apparition à ce niveau.

Ce qui veut dire que ce deuxième tour n’a pas totalement confirmé les résultats enregistrés il y a trois semaines. A commencer par Fanny Naville (soc.)qui avait obtenu le troisième score en février. Malheureusement pour elle, l’électorat de gauche s’est moins manifesté. Alors qu’il y avait eu plusieurs sujets fédéraux de haute importance le 29 février, le RIE III a moins mobilisé les gens cette fois (44,32% au 1er tour contre 36,22% pour les communales). Ce qui n’a pas empêché les Urbigènes de longue date de se déplacer. Ces derniers ont privilégié les gens qu’ils connaissaient, raison pour laquelle la socialiste, comme Guy Duplan, ont échoué dans leur tentative. A défaut, les gens de gauche ont voulu donner une chance aux Verts d’intégrer la Municipalité après plusieurs essais qui avaient tourné à l’échec. C’est fait cette fois grâce à l’effet Gruvatiez qui a propulsé Luis De Souza sur la scène.

Représentation logique

Si l’on ne peut pas parler de grosse surprise, l’élection de Mary-Claude Chevalier a étonné, ce d’autant que Fanny Naville avait terminé le 1er tour avec un avantage substantiel sur la représentante d’Union Libre (plus de 120 voix). Toutefois, la population a considéré que chaque groupe avec 13 sièges au Conseil devait posséder un membre à l’exécutif et elle a tenu à ce que ce groupe UL continue à jouer l’équilibre entre les forces de gauche et de droite qu’il excerce depuis deux législatures. En conclusion, il faut avouer que les Urbigènes ont fait preuve de bon sens et d’une certaine logique même si ce n’est pas toujours le cas en politique.

On notera enfin que les deux indépendants André Truffer et Loris Koenig n’ont pas vraiment eu droit au chapitre et que leurs candidatures n’ont pas eu d’effets négatifs auprès d’Union Libre et des Verts, comme on aurait pu le penser.

Carnaval de Vallorbe: les jeux sont faits!

Welcome to Las Vegas…

Ville dans laquelle tout est permis, sont les mots lancés samedi matin 12 mars, par Alexandre Remetter, président du CarnaVallorbe, lors de la remise officielle de la clef du village par Luigi Fiorito, président du Conseil communal.

Paillettes, confettis et tambours ont embrasé le centre de la Cité du fer, faisant le bonheur aussi bien des petits que des grands.

Orbe: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Résultats du 2e tour à l'exécutif d'Orbe

SScanner-GR16032013240exécutif urbigène

 

 

Vallorbe: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Sont élus:

Christophe Maradan:   547 voix

Luigi Fiorito : 528 voix

Roland Brouze : 503

 

Obtiennent des voix

Madeline Dvorak 464 voix

Sylviane Tharin 415 voix

 

Capture d’écran 2016-03-20 à 18.24.00

 

Ballaigues: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Est éluChristian Nyffenegger avec 132 voix  (participation 46.05 %)

 

Obiennent des voix:

2 Löffler José 118
3 Junod Michel 94
4 Leresche Catherine 3
5 Bettschen Charles 1
6 Durussel Raymond 1
7 Leresche Cédric 1
8 Leresche Stéphane 1
Pierre Mercier

Orbe: Police régionale, des chiffres qui manquent

En février 2012, le Conseil communal d’Orbe a accepté à une voix près l’adhésion de la commune à la Police du Nord vaudois. Trois ans plus tard, la motion Pierre-Alain Wieland enjoint l’exécutif de réfléchir à cette adhésion avec le recul des années initiales et de comparer les coûts de cette association intercommunale avec ceux qui seraient engendrés par un service de police délégué à la Gendarmerie cantonale.

La Municipalité urbigène vient de déposer son préavis en réponse à la motion en question. En substance, elle y réaffirme sa préférence pour une poursuite de la collaboration avec la police régionale. L’Omnibus a rencontré le municipal de la police Pierre Mercier pour lui poser quelques questions en relation avec cette décision municipale, dont le prochain Conseil devra se saisir. La question du «timing» de la réponse se pose d’abord: ne faut-il pas laisser la future Municipalité prendre position sur cette question, dès lors que c’est elle qui devra composer avec les coûts?

Pour Pierre Mercier, il importait de donner réponse à la motion dans les temps et de terminer son mandat en apportant une réponse concrète à cette question ce d’autant qu’il est en train de travailler à la réduction des coûts avec la PNV. «Cela fait plusieurs mois que je demande à la Gendarmerie des chiffres qui puissent servir de comparaison. Notre première lettre date du 7 octobre 2015 et malgré plusieurs rappels, nous n’avons toujours pas une évaluation des coûts de la Gendarmerie que la commune rencontrera finalement le 26 avril seulement, soit deux jours avant la séance du Conseil communal qui étudiera ce préavis ! Sans chiffres précis de leur côté, une comparaison chiffrée complète n’est guère possible. En plus, nous n’avons pas de précision concernant l’ouverture du poste puisque nous devrions le partager avec Chavornay».

La Gendarmerie ne fait pas de police de proximité

Actuellement, les coûts associés à la PNV représentent pour Orbe un total brut annuel de l’ordre de 1,8 million de francs (budget 2016), mais une réduction est à l’ordre du jour, qui repose sur le degré rabaissé de la dangerosité dans la commune si bien qu’en finalité la charge de la commune serait de 1,1 million. A titre comparatif, les coûts bruts de 3 gendarmes à plein temps représentent Fr. 660 000.– (Fr. 220  000.– l’ETP), ceci sans les frais imputés lors de chaque intervention qui sont facturés à part, notamment lors des manifestations (actuellement gratuites). A côté des coûts récurrents, il faut aussi tenir compte d’une sortie prématurée d’Orbe de l’association intercommunale, c’est-à-dire avant le 30 juin 2022. Cette dédite pourrait s’élever à quelques millions de francs, à verser de suite.

A côté de ces aspects financiers, le Conseil devra dire surtout quel genre de sécurité il veut pour ses habitants. La commune est présentement satisfaite du fonctionnement de la PNV. Son comité directeur se rencontre régulièrement et peut exposer ses soucis qui sont répercutés, à une fréquence que la Gendarmerie ne garantit pas. Pour ce qui touche à la police de proximité, cet aspect est non négligeable. Les renseignements pris démontrent que la Gendarmerie n’a pas pour mission première de patrouiller le territoire à pied.

Enfin à Chavornay, le poste est ouvert deux fois 3 h. 30 par semaine en matinée et cela est peu concevable dans une cité qui pourrait contenir plus de 8 000 habitants en 2025

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe. Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine. Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins! Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse! Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Vallorbe: fin de saison pour la Patinoire des 3 Vallons!

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe.

Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine.

Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins!

Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse!

Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Qui entrera à l’Hôtel de Ville en juillet 2016 ?

Orbe: la course à la Municipalité

Une petite centaine d’électeurs a répondu à l’invitation de l’Omnibus de venir assister à un débat entre les 8 candidats aux 4 derniers sièges municipaux. Cet échange a permis d’une part à chacun de se présenter puis de débattre sur les trois thèmes de sécurité/police, structures de la petite enfance et finances.

Sur le thème de la sécurité en général, mais surtout sur l’option de rester dans la structure de la Police Nord vaudois ou d’avoir recours aux services de la gendarmerie, les avis sont partagés, tout comme ils l’étaient déjà lors du débat du conseil communal en 2011-2012 (décision à une voix près!). Si André Truffer insiste pour une police de proximité, chacun des candidats s’accorde à dire que la sécurité est une priorité absolue, mais son prix est généralement estimé très, voire trop élevé. A dire vrai, l’essentiel des candidats a dit attendre le rapport de la Municipalité sur la motion Wieland pour forger son opinion.

Petite enfance

En ce qui concerne les structures liées à la petite enfance, garderies et UAPE, là aussi chacun reconnaît leur nécessité afin de donner des solutions aux parents ayant une activité professionnelle. Mais là encore les coûts à charge des communes sont élevés. Du côté de la droite de Myriam Schertenleib et Guido Roelfstra et Guy Duplan, on reconnaît ces nécessités, même si «philosophiquement» on aimerait voir une plus grande implication des parents dans la prise en charge des enfants. A gauche, Fanny Naville et Luis De Souza, tout comme Mary-Claude Chevalier (UL) insistent sur le fait que dans le mode de vie actuel, plus de 70% des femmes ont une activité professionnelle et que des solutions de prises en charge des enfants sont indispensables.

Finances

Naturellement, le thème des finances est prioritaire, surtout dans ces périodes où les comptes et les budgets communaux sont dans le rouge. Mais là, le degré d’alarme n’est pas le même chez les candidats.

Loris Koenig a jeté plus qu’un cri d’alarme puisqu’il a jugé la situation des finances communales catastrophique ou en surendettement, au point de vouloir ou devoir geler immédiatement tout nouvel investissement.

Tous les autres candidats souhaitent certes aussi que soit portée une attention plus pointue sur les plans des investissements, avec plus de rigueur sur la définition des priorités; ils estiment toutefois qu’il serait faux de bloquer tous les investissements. A noter que personne n’a évoqué une hausse des impôts.

Au terme de ce débat, tous ont dit leur attachement à la localité et prêts à œuvrer pour des jours meilleurs. On notera tout de même que Loris Koenig a dit se présenter, considérant ses rivaux inconscients de la réalité financière de la commune. A noter que Myriam Schertenleib et Mary-Claude Chevalier ont annoncé qu’en cas d’élection, elles renonceront à leur activité professionnelle.

Ainsi, les dés sont jetés et il incombe maintenant aux électeurs de voter.

Vue depuis la dent de Vaulion

«Sur Grati» a reçu le feu vert du canton

L’Omnibus a été le premier à publier cette information sur son site internet vendredi passé: le parc éolien «Sur Grati», et singulièrement son PPA, a reçu l’approbation préalable du canton, après des années de travail et d’études et quelques allers et retours entre services compétents. «C’est une étape importante pour le projet» rappelait le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini en ajoutant que «ce projet de parc éolien, initié en 2008, résulte de la volonté populaire exprimée des trois communes de Premier, Vaulion et Vallorbe, avec le support du producteur d’électricité régional VO Énergies». Le projet va maintenant traverser une nouvelle ère, au cours de laquelle un référendum annoncé par les opposants pourrait être déposé, voire soumis à la population. De même, certains recours judiciaires sont possibles. Ils peuvent prendre temps et argent à ceux qui les déposeraient et qui ont, de principe, la faculté de les mener jusqu’au Tribunal fédéral. Une fois cette phase terminée, les communes pourront délivrer définitivement les permis de construire concernés et passer à la construction.

Population avantagée directement

Depuis sa dernière présentation publique, le projet a subi des améliorations, en particulier au niveau du bruit et des pales des éoliennes qui seront munies de peignes spéciaux d’atténuation des émissions sonores. Des mesures supplémentaires de protection de l’avifaune, et notamment un contrôle automatique par radar des flux migratoires, permettront de stopper les machines en cas de passages. Enfin, «Sur Grati» satisfait à toutes les exigences posées récemment par un arrêt du Tribunal cantonal concernant le parc de Sainte-Croix. A part les retombées directes et indirectes pour les communes et pour l’économie régionale, chiffrées à plus de 11 millions de francs, les promoteurs du parc ont aussi innové. Ils sont en effet les premiers en Suisse à offrir aux résidents des 3 communes concernées une ristourne annuelle correspondant au remboursement de la taxe fédérale sur le développement des énergies renouvelables. Cette ristourne n’est pas que symbolique, puisqu’elle doit atteindre la somme d’environ 50 francs par ménage: une façon claire de montrer à la population que sa vision ouverte du futur a des retombées concrètes. On rappelle enfin que le projet, entièrement en mains régionales, comprend 6 machines produisant l’électricité consommée par 11’000 ménages de 4 personnes en moyenne.

Combattre la désinformation
Les anti éoliens prétendent souvent que la RPC – prix d’achat du courant garanti durant 20 ans par la Confédération — dont bénéficie «Sur Grati» n’est qu’une promesse que Berne peut reprendre quand elle le veut. «Cet argument est sans fondement, a indiqué Martine Favre, directrice générale de VO Énergies lors du point presse. La Confédération s’est engagée par contrat avec VO Énergies en 2008 déjà et ce contrat n’est pas modifiable. Ce qui est vrai en revanche, c’est que pour les nouvelles installations qui n’ont pas encore obtenu le feu vert de Berne actuellement, un calcul de la RPC différent de celui de Grati pourrait être effectué en fin de compte. Mais ceci ne concerne définitivement pas «Sur Grati» qui bénéficie d’un contrat signé depuis plusieurs années déjà».

Des délais courts

Un référendum peut être déposé à Vallorbe et Vaulion seulement, car ces deux communes comportent un Conseil communal élu. Pour Premier, son Conseil général «est» la population elle-même puisque ses membres ne sont pas élus. Le délai pour déposer une demande de référendum est de 10 jours à compter du 27 février 2016. Une fois la demande validée, la récolte des signatures doit être effectuée dans un délai de 30 jours, auquel il faut rajouter 5 jours pour les éventuels jours fériés tombant durant cette période. Le référendum aboutit si 15% au moins des électeurs de la commune concernée le confirment par leur signature. Après les vérifications d’usage, la votation communale a lieu ordinairement dans un délai de 3 mois. Sur le plan des recours judiciaires, les délais peuvent varier selon les parties en présence, mais sont ordinairement de 30 jours.

Pas de débat de 2e tour à Vallorbe mardi 8

L'Omnibus avait organisé un débat de deuxième tour des élections municipales mardi soir 8 mars à 19 h 30 au Casino. Il devait réunir tous les candidats.

Certains d'entre eux ayant décidé de ne pas y participer, tous ont finalement souhaité ne pas débattre.

Merci donc de ne pas vous présenter au Casino mardi soir prochain, les portes seront closes, du moins pour un débat de second tour.

Nous rappelons en revanche que le débat homologue organisé demain soir lundi 7 mars 2016 à Orbe au Casino d'Orbe à 19 h 30 aura bien lieu en présence de tous les candidat(e)s.