Nos amis africains se réchauffent auprès de la cheminée

Touki Bouki

Le Groupe d’accueil des migrants d’Orbe (Gamo) a pris l’initiative d’offrir à nos hôtes momentanés des séances de cinéma. Avec la complicité du Théâtre de la Tournelle, le président Willy Reverchon et son équipe présentait un premier film, dimanche en fin d’après-midi.

Tourné en 1973 au Sénégal par Djibril Diop Mambéty, ce document nécessitait imagination et attention. A l’époque déjà, l’appel de l’Europe, de Paris en particulier, hantait certains jeunes qui imaginaient une vie de rêve en atteignant le vieux continent.

Dans cette perspective, Mory, l’acteur principal, vend son troupeau avant de commettre quelques actes malhonnêtes pour obtenir l’argent nécessaire pour un voyage en bateau de ligne avec sa compagne étudiante Anta. Mais à l’heure de quitter le port de Dakar, il se ravise et renonce à ce voyage de peur du changement.

Rejoindre le Gamo

Une quarantaine de personnes étaient présentes dont une bonne dizaine de migrants de langue française. Au terme de la projection, un apéro dînatoire était offert permettant quelques échanges avec nos amis africains qui relevaient d’abord que Dakar avait bien changé en quarante ans, tout en précisant que l’attrait de l’Europe demeure intact dans leurs contrées. D’autres séances sont programmées, dont prochainement un film pour les anglophones et on doit remercier le Gamo de veiller à distraire nos migrants.

On précisera encore que le groupe espère élargir ses rangs de bénévoles et vous offre la possibilité de le rejoindre en prenant contact avec Willy Reverchon au 078 795 81 21.

Dans les vignes de Jean-Daniel Gauthey, samedi matin sous le brouillard.

La météo dicte le tempo des vendanges

Intense animation au Caveau des 13 Coteaux à Arnex jeudi passé, en fin de matinée. L’équipe du directeur Patrick Keller mettait en effet la dernière main au programme de la vendange 2013, une tâche complexe qui dépend en grande partie des conditions météorologiques.

«On nous annonce du temps beau à moyen jusque vers dimanche midi, précisait Patrick Keller en consultant la météo spéciale de la région sur sa tablette numérique, et nous allons donc planifier de vendanger dimanche aussi, au moins durant la matinée. Ensuite, lundi risque d’être un jour sans, en raison de la pluie. Dès mardi ça devrait à nouveau jouer».

Dehors, on s’affairait aux derniers préparatifs du bureau des vendanges situé dans un container rutilant bleu, aussi baptisé l’aquarium. Les tout premiers bacs étaient attendus dans l’après-midi au contrôle. Du pinot noir, selon le programme, suivi par du garanoir et du cabernet pressant.

Une année de qualité

«Le programme est au rouge jusqu’à mardi, car le chasselas risque moins de souffrir de petites attaques de pourriture amplifiée par les hautes températures diurnes actuelles. Mais il nous faut rentrer le plus vite possible des grappes mûres et belles, avant que la pluie vienne perturber potentiellement les taux de sucre» entendait-on d’une seule voix chez les producteurs présents. À ceci s’ajoutent les dégâts faits par les oiseaux qui ne manquent pas une occasion de goûter aux différents cépages proposés sous leurs ailes.

D’une façon générale, les différents acteurs concernés s’accordent pour considérer que la récolte de cette année ne sera pas exceptionnelle en quantité, mais qu’elle devrait être de très bonne qualité. Étant encore précisé que ces constatations générales peuvent varier en fonction des cépages et de l’emplacement des parcelles.

«Nous trions à la main et dans la vigne, explique encore Patrick Keller, et non pas sur une table de tri à l’entrée du pressoir. Dans ces conditions, les estimations de ce qui doit être laissé par terre sont parfois difficiles à faire avant d’avoir eu en main chacune des grappes vendangées.»

«La vie sauvage» et une partie de ses concepteurs.

Tous des passionnés de belles et de bonnes choses

Pour cette Foire 2013, Olivier Grandjean a souhaité mettre sur l’affiche des animaux sauvages de la région.

Mais il n’en est pas resté là, avec le Club Trèfle à 4 & Campanule, ils ont créé une nouvelle cloche tirée à 20 exemplaires numérotés. Elle s’appelle «La vie sauvage!» Elle est coulée par la Fonderie Albertano dans un moule spécial et pèse 10 kg. Le sellier Frédéric Chappuis a fait la courroie. Sur la cloche se trouvent les animaux et sur la courroie les traces de pattes.

Les clients de ce genre de collection ne sont plus seulement des paysans, mais également d’autres personnes qui achètent sur un coup de coeur. On a vu des Américains à la Foire acheter une cloche, mais il fallait également parler d’autres langues «pour faire ses affaires».

Chanteurs, sonneurs de cloches et marchands ont eu de la peine à suivre, par moment, pour contenter tous les clients très nombreux, surtout le samedi et le dimanche.

Olivier Grandjean est heureux que tout se soit bien déroulé et annonce une nouvelle fête l’année prochaine à la mémoire des anciens…

Nuria Gorrite coupe le ruban, entourée par MM. Pont (Immeubles VD), Recordon (syndic d’Orbe) et Blanc (service des routes VD).

Inauguration aux Ducats

C’est précisément en face de la future caserne des pompiers que l’État de Vaud a construit une halle pour l’équipe du service des routes de la région qui va de Vuiteboeuf à Corcelles, comme de Champvent à Chavornay.

Le bâtiment d’Orbe est du même type que ceux déjà installés à Bex et Sainte Croix et d’un prochain à Bioley-Orjulaz. D’autres modèles identiques seront mis en service plus tard à travers le canton. Il était temps de permettre à nos cantonniers d’évoluer dans des lieux propres dans lesquels le matériel soit bien entreposé et que le personnel puisse bénéficier de conditions de vie acceptables autant pour les vestiaires que le réfectoire, ce qui n’était pas le cas, ces dernières années.

Les différents chefs de service cantonaux en matière routière ont su souligner la patience de leurs employés et ont remercié les différentes autorités, de même que les entreprises qui ont contribué à cette réalisation.

De l’humanisme

C’est en présence de la conseillère d’État Nuria Gorrite que l’inauguration s’est déroulée. La cheffe du département a souligné d’abord l’effort fait pour permettre au personnel d’évoluer dans de bonnes conditions. L’ancienne syndique de Morges a profité de l’occasion pour rendre un hommage à ces cantonniers qui mettent leur vie en danger au service de la population, une semaine après l’accident qui a coûté la vie à l’un d’entre eux à Lausanne. Elle a rappelé que tous les progrès de la société, notamment en matière de transports, dépendaient du travail des êtres humains.

Avoir de la reconnaissance vis-à-vis de ces «fourmis» qui nous permettent de circuler agréablement, sur les rails ou sur la route, était la moindre des choses, souligna-t-elle. Cette touche d’humanité a retenu l’attention des personnes présentes qui ont apprécié son discours improvisé, ainsi que la gentillesse et la bonne humeur de la Conseillère d’État.

De gauche à droite les lauréats Frédéric Gauthey, Landry Morel, Daniel Marendaz, Benjamin Morel, Olivier Chautems, et Pierre-Yves Poget.

Encore de l’argent pour les Côtes de l’Orbe

Les vignerons des Côtes de l’Orbe AOC se sont à nouveau distingués récemment dans différents concours, notamment lors du Gand Prix du Vin Suisse et au Mondial du Pinot Noir. Six crus provenant de six exploitations différentes ont été primés lors de ces deux prestigieuses compétitions.

Le Grand Prix du Vin Suisse enregistre près de 3’000 crus concurrents issus de plus de 600 producteurs de tout le pays. Les vins sont classés en 12 catégories différentes selon le cépage ou le type de vinification utilisé. Quant au Mondial du Pinot Noir, il a réuni pour sa 16e édition 1359 vins provenant de 23 pays.

Une référence, dès lors, que de s’y voir primé!

Palmarès

Grand Prix du Vin Suisse

Médailles d’argent

Balinoir 2011, assemblage – Cave des 13 Coteaux, Arnex, Olivier Chautems.
La Gavotte 2012, Rosé de Gamay – Cave du Château de Valeyres, Benjamin Morel.

Mondial du Pinot Noir

Médailles d’argent

Brut Rosé, méthode traditionnelle, Mathod, Daniel Marendaz.
Pinot Gris 2012, Domaine de l’Orme, Arnex, Jean-Daniel Gauthey et famille.
Onyx Pinot noir, 2010, Cave des Murailles, Arnex, Landry et Raymond Morel.
Pinot Noir 2012, Cave Mirabilis, Agiez, Pierre-Yves Poget.

Quintet de moutons au gymkhana!

Animaux de la ferme à l’honneur

Traditionnellement, la fête du mouton investit le Puisoir le premier week-end d’octobre et ce depuis une vingtaine d’années. La manifestation est organisée par le «Syndicat du Menu-bétail Orbe». Son origine est issue des expertises ovines annuelles qui garantissent aux moutons contrôlés la conformité à leur race.

Ce week-end là, 170 moutons ont été pointés. L’idée est donc de transformer ce jour d’expertises en une vaste fête. Si agneaux et brebis sont toujours emblématiques, beaucoup d’autres animaux de la ferme sont présentés. Vache et son veau, ânes, poney, alpagas, chèvres, lapins, poules, oies et j’en oublie, tous plus ou moins disposés à être caressés, pour le plus grand plaisir des enfants!

Le Gymkhana des enfants et leurs animaux

Comme l’explique Pascal Michaud du «Syndicat du Menu-bétail Orbe», les organisateurs cherchent à se renouveler. Tout le monde se souvient de l’élection de Miss Anesse, puis de la course aux cochons. Cette année, le gymkhana du bétail est la nouvelle attraction ainsi qu’un match aux cartes. Si ce dernier n’a eu qu’un succès moindre, le gymkhana a réuni pas moins de 15 équipes de jeunes! Les animaux, quant à eux, pesaient de 2 à 700 kg, c’est dire si la catégorie était large! Deux manches le dimanche, pas de classement, mais des félicitations et applaudissements pour tous. Un parcours ludique, sur lequel il était touchant de voir certains participants à 4 pattes gambader avec insouciance, contourner lestement les obstacles et brouter sans façon les décorations!

Tess, chien de troupeau

Tess est un beau border collie aux yeux clairs, au poil doux et soyeux, à l’affût du moindre signe de son maître, Pascal Michaud. Ce dimanche-là, Pascal Michaud et Tess firent une convaincante démonstration avec un cheptel de 6 oies. Volatiles et chien ne se connaissaient pour ainsi dire pas. Passionnant d’observer la symbiose entre le maître et l’animal. D’un petit sifflement, d’un simple coup d’oeil, l’homme communique avec son chien, celui-ci attentif, obéissant, rassemble et dirige inlassablement les oies vers son maître. Cette démonstration explique parfaitement l’importance du rôle du chien de berger. Le public séduit a chaudement applaudi.

Ces deux jours ont parfaitement joué le rôle de découvertes et de rapprochement rats des villes – rats des champs, objectif des organisateurs. Beaucoup d’investissement temps certes, mais des regards émerveillés d’enfants en retour! A l’année prochaine!

Les nouveaux citoyens présents: Joann Simonet, Gabriel Zosso, Anton Jahidi, Sébastien Christen, David Truan, Jordan Magnenat, Léa Perrin, Orianne Parkinson, Soalia Rochat, Kevin Petermann, Luca Vanotti, Lise Laffely, Elodie Vuille, Florian Loth, Etienne Schneider, Xenia Moatinzri.

Des jeunes actifs et motivés

C’est la Municipalité in corpore ainsi que le président du conseil communal, Nourredine Ghennoune qui ont accueilli les 16 nouveaux citoyens qui ont répondu à l’invitation sur les 41 recensés.

Les absents ont toujours tort comme l’on dit, car la soirée fut conviviale. Bien sûr il y eut une brève partie officielle, mais le message du syndic Stéphane Costantini fut court comme tout bon discours. Il présenta sa commune comme une des grandes parmi les petites avec 3300 habitants et une augmentation d’environ 100 habitants chaque année. Il résuma aussi l’historique du lieu qui doit son essor aux trois ressources principales qui ont fait de la commune ce qu’elle est, à savoir le fer, le bois et l’eau.

La commune possède toutes les infrastructures sportives et culturelles pour les loisirs. Des voies de communication routières ou ferrées et les industries sont à proximité immédiate. Vallorbe n’est pas un trou, mais un nid. Puis chaque municipal s’est présenté en expliquant ses compétences réciproques. La commune compte 40 collaborateurs à plein temps ou à temps partiel. Le président du conseil N. Ghennoune se félicite que tous les jeunes présents soient en formation.

Un repas fut servi aux convives présents dans une ambiance informelle, ce qui a rapproché ces jeunes adultes avec leurs élus. Le syndic le rappelle, nous ne sommes pas dans une tour d’ivoire: si vous avez un problème, nous sommes à disposition directement ou atteignables par toutes les nouvelles technologies de communication.

Interrogés «off» sur leur état d’esprit du fait d’avoir atteint la majorité, la conscience civique n’apparaît pas encore en tête de liste. Ils sont en général contents de pouvoir s’émanciper de la tutelle parentale et de pouvoir entrer en boîte ou au ciné sans l’appréhension d’être refoulés.

Projet de parc éolien « Sur Grati »

Grâce à eux, Orbe est la Capitale de la saucisse aux choux.

Vive la saucisse

Ce fleuron du terroir, originaire d’Orbe, a été fêté le temps du week-end.

Le comité d’organisation a été remercié par Henri Germond, au nom de la Municipalité qui a offert l’apéritif après la petite partie officielle. Pour la 8e fois ce comité a organisé la fête, sans Daniel Grivet qui a souhaité se retirer, mais avec Armand Roch qui les a rejoints.

Restauration

Cette équipe a su s’entourer de bénévoles pour que saucisses et papet soient à point sous la tente sur la place du Marché. Les restaurants ont aussi offert cette assiette en plus de leur carte habituelle. Chacun a pu organiser une petite animation et les clients ont un peu «pedzé» jusque fort tôt…

Animations

Cette année, il n’y avait pas de concours pour les enfants, mais ils n’étaient pas en reste puisqu’un coin dessin - bricolage leur était réservé sous l’Hôtel de Ville. Chaque personne qui mangeait un menu saucisse, pouvait participer au concours et Morgane Cattin a ainsi gagné un bon pour une croisière offert par Terre & Nature. Les badauds ont apprécié la démonstration de la fabrication des saucisses aux choux par les apprentis bouchers, dans l’atelier mobile.

Notre saucisse aux choux

Elle est fabriquée par les bouchers de la région uniquement et un client du canton du Jura, tout exprès descendu pour la fête, m’a dit: «Votre saucisse est tellement différente de celle d’Ajoie, mais elle est excellente, ma femme l’a mangée pour la première fois ce jour et elle a aimé. Il faut que j’en rapporte chez nous!» Heureusement que la Fête de la Saucisse a été mise sur pied. On compte sur les organisateurs, qui sont enchantés de cette édition 2013, pour faire perdurer cette belle tradition.

Presque tous les participants et les organisateurs de la fête.

Bilan en demi-teinte pour la MDJO et les Scouts

La Maison des jeunes d’Orbe (MDJO) et Scout Orbe-Union s’étaient unis pour fêter tout le week-end, les uns leurs 10 ans, les autres leurs 100 ans (en partie déjà fêtés au début de l’été).

La bonne surprise de cette rencontre a été l’excellente collaboration entre les deux mouvements. Les «juniors» et les «seniors» se sont trouvés plein de points communs. C’est vrai que la seule chose qui les distinguait était le foulard scout, jaune et rouge aux couleurs de la commune.

Fréquentation assez faible

Le point moins positif de cette fête est le nombre assez faible de visiteurs. Pourtant , les organisateurs avaient bien fait les choses: il y avait des animations et des jeux tout au long des deux jours. Deux châteaux gonflables (un au Puisoir et un à la Maison des Jeunes), un atelier de peinture sur catelles et toutes les activités habituelles de la MDJO étaient disponibles pendant les deux jours. Pour reprendre des forces: des grillades, les fameuses gaufres des scouts, des croque-monsieur étaient en vente au Puisoir. Il y a bien eu quelques enfants, ceux qui fréquentent habituellement la Maison des Jeunes, mais très peu de parents se sont intéressés aux activités de leur progéniture.

Le rallye du dimanche après-midi a eu pas mal de succès, huit équipes, jeunes et moins jeunes, se sont affrontées sur un parcours en sept postes requérant une certaine agilité et du sang-froid, comme pour la tyrolienne par-dessus l’Orbe, qui en a impressionné plus d’un. Le palmarès: première place pour «les Merlinettes», deuxièmes «les Golums», troisième «Les Rois», mais tous sont repartis avec une coupe et une brochette de sucettes...