Au Fil du Nozon, La Rochette, 1325 Vaulion, www.aufildunozon.com

Vaulion: un nouveau gîte vient d’éclore

Au Fil du Nozon, La Rochette, 1325 Vaulion, www.aufildunozon.com

Au Fil du Nozon, La Rochette, 1325 Vaulion, www.aufildunozon.com

Dans une région qui recense beaucoup trop peu de lits d’hébergement touristique, la naissance d’un nouveau nid est un événement. Encore plus d’ailleurs quand il se produit dans le Vallon du Nozon.

C’est à la Rochette, un lieu-dit situé quelques centaines de mètres avant de pénétrer dans la localité de Vaulion, qu’Élisabeth Reymond a réalisé un projet qui a germé pendant plusieurs années: transformer une partie de la maison familiale en chambres ou/et appartement d’hôtes sous le nom «Au Fil du Nozon».

Si la maîtresse des lieux est née à Vaulion où vivaient ses grands-parents et ses parents, elle n’y a pas toujours résidé, menant une vie professionnelle intense et parfois très éloignée de l’hôtellerie. C’est de ses propres mains et de son propre goût pour la décoration que sont né deux chambres très différentes et un étage inférieur comprenant des espaces sanitaires et une grande cuisine. Pour les travaux de menuiserie, elle a fait appel à un jeune menuisier local indépendant, Christophe Guignard, «un homme de l’art qui a de très bonnes idées pratiques et qui les réalise parfaitement», explique-t-elle.

Cocooning et pain maison

Officiellement, le nouveau nid, qui peut être loué par chambre ou dans son ensemble durant toute l’année, est ouvert depuis début juillet. Il offre une possibilité supplémentaire d’hébergement à celles et ceux qui souhaitent visiter la région, herboriser ou respirer l’air du Plâne après avoir goûté aux fromages locaux, randonner, ou tout simplement se ressourcer. Le Nozon est à quelques mètres. L’ambiance «cocooning» garantie. Les fleurs abondantes et variées.
Et comme elle sait à peu près tout faire, la maîtresse des lieux fait en sorte de pouvoir servir des petits déjeuners à ses hôtes, s’ils le désirent.

C’est donc à la confiture maison et au pain maison qu’ils pourront commencer leurs journées, disposant d’une terrasse à part entière.

 

www.aufildunozon.com

 

Photo Olivier Gfeller

Moncao

Les Portugais d’ici

Moncao

Moncao

L’essentiel de la population portugaise qui a choisi de venir travailler et habiter à Orbe vient de la région de Monçao. Une ville que certains Urbigènes connaissent un peu pour y avoir été invités par des amis lusitaniens. Pour les autres, une jeune étudiante, Raquel Baia Gonçalves et Elisabete Rodrigues (employée d’un commerce urbigène) ont bien voulu nous décrire en quelques mots leur localité d’origine.

Cité moyenne, Monção est une ville du nord du Portugal située dans le district de Viana Do Castelo, juste à côté de l’Espagne. En 2004, on dénombrait 19 842 habitants. Cela ne devrait plus être le cas aujourd’hui car la crise économique a obligé une partie de la population à s’exiler comme c’est le cas pour les gens qui habitent désormais à Orbe. Avant la construction du pont qui relie Monção à Salvaterra (Espagne), les gens passaient du Portugal au pays voisin en bateau. Monção est une ville touristique, on peut y voir un joli centre historique et aller faire un tour au bord de la rivière qui se nomme Rio Minho.

Thermalisme et vin

C’est aussi une ville thermale (comme Yverdon-les-Bains). Il y a beaucoup de restaurants avec des spécialités locales comme la «Lamproie» (poisson de mer) et la ville produit aussi des vins qui se nomment Alvarinho ou Muralhas de Monçao, qui sont tous les deux des vins blancs très connus de la région. Le jour de marché (Feira) est le jeudi et beaucoup de commerçants vendent toutes sortes de produits mais surtout du textile. Les mois de juillet et août sont des mois très forts pour ces marchands qui profitent très largement du retour momentané des émigrants.

Surtout de l’agriculture

Sur le plan économique, la cité ne compte pas beaucoup d’industries. La campagne est capitale. On cultive du maïs, des pommes de terre et quelques autres légumes. Les vignes ont une part prépondérante avec leurs vins, connus dans tout le Portugal. Il est vrai que sur le plan de l’emploi, Monçao n’offre et n’offrait pas énormément de possibilités. C’est la raison pour laquelle quelques-uns de ses habitants ont choisi l’exil vers le travail et la Suisse, il y a 35 ans. De fil en aiguille, ces pionniers ont fait venir leur famille puis des amis et bien d’autres personnes puisque l’Helvétie leur offrait du boulot

Un peu d’histoire

Monção s’affirme depuis le règne de Sanche 1er de Portugal. Durant cette période, la frontière naturelle formée par le Minho (rivière entre l’Espagne et le Portugal) devient stratégique. Relevons encore qu’au cours du 16e siècle, la ville a eu une grande renommée grâce à ses vins, surtout le «vinho tinto» qui a été importé par les Anglais.

On tirera notamment au stand de l’Abergement.

Le 55e Tir cantonal approche à grands pas

On tirera notamment au stand de l’Abergement.

On tirera notamment au stand de l’Abergement.

Dans trois semaines va commencer la 55e édition du Tir cantonal vaudois. Depuis plus de deux ans, le comité ad hoc, constitué pour organiser cette manifestation très importante, travaille d’arrache-pied sous la houlette ferme de la présidente Pierrette Roulet-Grin. Aux côtés du comité proprement dit, de très nombreux bénévoles se préparent à accueillir plus de 6’000 tireurs, toutes armes confondues, sur les 12 places de tir que comptera le district du Jura Nord vaudois, choisi comme région organisatrice par la Société vaudoise des Carabiniers.

La manifestation d’ampleur nationale aura lieu sur trois longs week-ends: les 16-17-18 août 2013, 23-24-25-26 août 2013, 30-31 août et 1er septembre 2013. Si la journée officielle aura lieu le 17 août à Yverdon-les-Bains avec, entre autres attractions, les Milices Vaudoises et un spectaculaire cortège, c’est Chavornay qui a été choisi comme centre névralgique de l’organisation. On y contrôlera en effet les inscriptions des participants, leurs armes et ils seront ensuite dirigés sur le site qu’ils auront choisi pour participer au concours. Ils repasseront par Chavornay pour le contrôle des résultats.

Particularités du concours
L’une des particularités d’un tir cantonal est qu’on peut y accomplir une «maîtrise» de tir, selon un programme spécifique, et ceci soit au tir au fusil à 300 mètres ou au pistolet à 50, respectivement 25 mètres. Cette maîtrise est un exercice physique et de concentration difficile puisqu’en un peu plus d’une heure le concurrent doit tirer 60 coups, en plus des coups d’essai.
Les places de tirs dans la région
En plus de Chavornay, qui verra sa grande salle transformée en camp retranché et son stand également utilisé, les villages suivants de la région recevront des tireurs: Rances, Valeyres-sous-Rances, Baulmes,
L’ Abergement, Vallorbe, et Chamblon. Les sociétés de tir locales, abbayes et autres organisations similaires prêteront main-forte pour que la fête soit belle, sportive et réussie. Pour l’occasion, de nouvelles médailles de maîtrise ont été réalisées. Elles récompenseront les meilleurs, en plus de magnifiques prix attribués aux véritables cracks. À relever enfin que si cette organisation est un immense travail, ce dernier devrait aussi être récompensé par une visibilité accrue de toute la région dans les médias et dans le cœur des participants. Lesquels seront rassérénés également par des crus choisis des Côtes de l’Orbe AOC.

Photo Olivier Gfeller

Louis, à sa gauche Emma, en face Mayla et Ambre.

Romainmôtier: jeunes peintres à l’oeuvre

Louis, à sa gauche Emma, en face Mayla et Ambre.

Louis, à sa gauche Emma, en face Mayla et Ambre.

Les artistes en herbe sont déjà au travail depuis un moment; aujourd’hui, pour le premier jour, ils doivent choisir un motif parmi plusieurs photos et essayer de le reproduire à la craie ou au crayon gras. Demain, ils iront se promener dans le Domaine en Praël, au bord du Nozon, pour s’essayer à l’aquarelle, et ensuite se perdre dans le labyrinthe. Enfin jeudi et vendredi, ils découvriront la peinture acrylique.

L’artiste, Kohlene Hendrickson, qui donne déjà des cours dans plusieurs écoles à Lausanne, a voulu organiser des ateliers de création artistique chez elle à Romainmôtier. Ces ateliers nommés «Kids art camp», nom dû à son origine californienne, se veulent une initiation aux techniques artistiques. Elle est très contente des résultats de la première semaine et va organiser une exposition le vendredi ou le samedi du dernier cours avec toutes les oeuvres des jeunes peintres.

Encore de la place pour la dernière semaine du 12 au 16 août, maximum 6 participants de 9 h. à 10 h. 30 (5 - 10 ans) et de
10 h. 45 à 12 h. 15 (11 - 17 ans).

Renseignements: 079 360 74 09.
kohlene@kohlene.com

Une place du Marché animée juste avant l’orage (et après aussi ! )

Orbe: magnifiques Podiums

 Une place du Marché animée juste avant l’orage (et après aussi ! )

Une place du Marché animée juste avant l’orage (et après aussi ! )

Marc Ferrario, fervent défenseur des artistes musiciens régionaux, a repris son bâton de pèlerin pour convaincre l’office du tourisme ainsi que la commune d’Orbe, d’organiser à nouveau les fameuses manifestations «Podium». Et quelle réussite ! Les quatre groupes qui se sont succédé depuis le 28 juin sur la place du Marché, ont fait la joie du nombreux public, amateur de bonnes musiques rythmées et locales.

Les derniers à se produire vendredi dernier, the Old Brown Shoes, n’ont pas déçu les quelque deux cents personnes présentes. Et même l’orage, s’invitant pour rythmer avec ses coups de tonnerre le rock endiablé des jeunes gens, n’a pas découragé les fans qui ont attendu patiemment que cesse la pluie.
En bref, une belle réussite pour cette initiative estivale qui, espérons-le, sera à nouveau réitérée l’année prochaine.

Photo Sylvie Troyon

Bon été et bonnes vacances

Vacances Blog Apec RH

L’Omnibus s’accorde trois semaines de pause. C’est le minimum syndical me direz-vous si vous avez l’esprit social. D’autres prétendront que c’est bien long. A notre tour de vous dire que l’actualité est moindre à cette période de l’année durant laquelle vous êtes encore nombreux à prendre des vacances.

Il suffit d’observer l’activité dans nos villes et villages ces derniers jours pour s’en convaincre. Et c’est tant mieux aussi pour notre personnel, qui n’est pas suffisamment nombreux, pour faire face à la tâche pendant 52 semaines d’affilée sans reprendre son souffle.

Certes, nous allons manquer les célébrations de la fête nationale, de certaines manifestations prévues pour distraire la population comme la reprise des championnats de football, par exemple. Tant pis, mais, comme le printemps a été laborieux, on a tous besoin de soleil, mais pas forcément de canicule. Y a-t-il eu du reste une césure météorologique entre octobre et début juin? On n’a rien vu, que de la grisaille, mais surtout pas de soleil.

Alors, vous comme nous, reprenons des couleurs avant d’aborder le reste de l’année avec des idées nouvelles et un enthousiasme toujours intact. Nous nous réjouissons de vous retrouver le 23 août alors que les vacances des écoliers se termineront. Cela sera l’occasion de faire le point sur les événements de ces semaines d’absence.
Dans cette attente, nous vous souhaitons de bonnes vacances et nous profitons de l’occasion pour vous remercier de votre fidélité à votre Omnibus.

Romainmôtier se laisser emporter

210413_Romainmotier_Yaroslavl_01

Un maître, l’organiste Luigi Ferdinando Tagliavini

Comme chaque année, depuis plus de 30 ans, ont lieu à Romainmôtier les cours d’interprétation d’orgue pendant la deuxième quinzaine de juillet. Ils regroupent les organistes les plus grands, les plus titrés de l’ensemble de la planète. On en entend peu parler, tant il est vrai qu’il s’agit d’une rencontre de professionnels parmi les meilleurs.

Et que, en toute franchise, au vu de leur discographie et de leurs titres, ils n’ont nul besoin de publicité. Le côté merveilleux de ces cours est qu’ils ne s’adressent pas seulement aux meilleurs soucieux de perfectionner ce qui peut encore l’être, mais également aux organistes du rang.

En mémoire de Marie-Claire Alain

Quoi qu’il en soit, ce premier concert d’orgue était dédié à la mémoire de Marie-Claire Alain, immense organiste malheureusement décédée ce 26 février 2013.
La solennité de Couperin a donné un agréable contraste après les notes virevoltantes et papillonnantes de Girolamo Cavazzoni. On est loin du «Tombeau» avec ces instants qui fleurent bon l’été, l’insouciance et le foin qui sèche au soleil.

Le final vivaldien a permis de se laisser emporter bien au-delà des voûtes de l’Abbatiale vers la joie et la lumière. Qui d’autre que le rouquin italien à moitié débauché peut être capable d’une telle explosion de joie!

Fort de Pré-Giroud: 25e anniversaire dignement fêté

130713_Vallorbe_25e_Fort_19

Si à l’occasion de la partie officielle du 25e anniversaire de l’ouverture au public du Fort de Pré-Giroud à Vallorbe, les oreilles des invités et du public ont sonné à la suite des coups de canon tirés à blanc, celles du PS, des Verts et du GSSA ont dû aussi sonner à distance. C’est en effet à une attaque en règle des politiques de suppression, de diminution ou de mise en cause de l’armée que se sont livrés les différents orateurs présents.

Ouverte par Jean-Michel Charlet, président de la Fondation, la cérémonie a accueilli le brigadier Denis Froidevaux, président de la SSO, qui a fustigé ceux et celles qui, dans une sorte d’angélisme béat, veulent faire croire que tous les pays sont amis et que tout conflit armé dans le centre de l’Europe est impensable. «Le patriotisme n’est pas une déviance intellectuelle», a-t-il même asséné devant un public plutôt réceptif. Dans un registre moins carré, le président du Grand Conseil vaudois, Laurent Wehrli, a rappelé l’importance d’une défense armée dans la préservation de la paix, «une paix pour laquelle il n’y pas si longtemps nos parents et grands-parents se sont mobilisés.»

Le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini a lui aussi relevé l’importance de la défense de notre neutralité, tout en saluant le travail effectué au quotidien par les bénévoles du Fort de Pré-Giroud pour maintenir celui-ci en excellent état et pour le faire vivre.

Une journée riche en événements

Durant la matinée, une assemblée de l’Association des Amis du Fort a eu lieu au Casino. Puis une tournée en véhicules militaires, qui a permis au public de les admirer, en particulier à leur passage à la Vallée de Joux. En revanche à Vallorbe, le public a attendu les véhicules parfois une heure et demie en vain. Ils avaient passé en cachette et en désordre une demi-heure avant l’heure annoncée.

Ceci n’aura pas empêché la fête de se dérouler sous les meilleurs auspices, un parc de véhicules d’époque reconstitué sur le terrain de sports de la patinoire restituait une ambiance très fin de 2e guerre mondiale, alors qu’une troupe jouée par les membres de l’Association suisse romande de reconstitution historique assurait la présence en uniforme. Les forts secondaires de Ballaigues et Lignerolle ont été exceptionnellement ouverts au public, qui n’a pas boudé son plaisir, avant une partie gastronomique et conviviale le soir.
Photo Olivier Gfeller

Le site de l’Omnibus va faire peau neuve

omni

 

Profitant de la pause estivale, les fourmis de l'ombre vont mettre la main à la pâte pour travailler à une refonte importante du site internet de l'Omnibus.

Il faut dire qu’il a vieilli, sa version actuelle datant de juillet 2009

Vous voudrez donc bien excuser son absence épisodique et momentanée au cours des trois prochaines semaines.

Il vous reviendra à la rentrée tout beau tout neuf, et comprendra des surprises dont nous vous parlerons en temps utile, en particulier une fonctionnalité que très peu de journaux régionaux possèdent...

Merci donc de votre compréhension et à tout bientôt!

Valeyres-sous-Rances: l’ouverture et la réussite au rendez-vous

Le week-end dernier, les Carabiniers, 107 tireurs, dont 7 nouveaux membres, ont célébré leur abbaye sous le signe de l’ouverture «hors frontière villageoise». En effet, les quatre premiers rois couronnés de la fête sont des habitants des villages voisins. Premier roi Rémy Cand, de Rances avec 454 points, 2e roi Marc-André Pisler de Montcherand au coup centré avec un 100, 3e roi Bernard Mercier de Baulmes avec 447 points, et 4e roi Roger Pichonnaz de Cheseaux-Noréaz avec un 97 au coup centré.

Même les treize reines et demoiselles d’honneur accompagnant les meilleurs tireurs sont venues d’autres contrées. Hormis le village voisin de Rances, une jeune valaisanne et une autre neuchâteloise ont participé avec plaisir à cette fête «bien de chez nous».

Les fins guidons «Renards» n’ont pas démérité, puisque le cinquième roi (cible spéciale «nouveau drapeau» qui devait s’approcher le plus possible de l’âge de l’ancien, soit 167 ans) est François Corset de Valeyres-sous-Rances, et relevons aussi la performance du premier à la passe médaille, Jean-Yves Conrad (également de Valeyres) avec 881 points.

Lors de la partie officielle du banquet du dimanche midi, le discours de Madame la syndique, Corinne Talichet-Blanc, a été fort apprécié des convives. Et heureusement, pour s’adapter au soleil et à la chaleur qui a fait hélas défaut à certaines fêtes d’abbaye du Nord vaudois, le système de «rafraîchissement» par l’arrosage du toit a bien fonctionné.

Un cortège haut en couleur

La réputation du cortège de l’abbaye de Valeyres-sous-Rances n’est plus à faire. Et cette année encore, les nombreux spectateurs ont pu apprécier et applaudir douze groupes qui ont défilé avec des chars aux thèmes différents et aux charmes tout aussi magnifiques les uns que les autres.

Photo Sylvie Troyon

L’activité des pêcheurs en rivière d’Orbe; toujours une réussite!

Orbe: passeport-vacances en apothéose

L’activité des pêcheurs en rivière d’Orbe; toujours une réussite!

L’activité des pêcheurs en rivière d’Orbe; toujours une réussite!

255 enfants ont participé à cette édition qui offrait 92 activités différentes dont 22 en lien avec des métiers afin de permettre aux ados de les découvrir. La réussite a été absolue et les organisateurs, la famille de Marion et Roberto Ferrari en premier lieu, se sont plus à relever la politesse, le respect et l’obéissance des participants.

Des enfants qui ont aimé observer les étoiles (astro-passion) comme voler en avion depuis l’aérodrome d’Yverdon puisque certains ont même pu piloter quelques instants, d’autres ont adoré pêcher ou faire du rodéo sur une vache plus vraie que nature ou visiter un studio d’enregistrement à Mathod. En plus, la cohabitation avec le cirque de Confignon est toujours un plaisir autant pour les gosses que pour les Urbigènes.

Le vendredi du Kiwani’s

Si l’apiculture et la chasse ont été appréciées quand bien même ces offres figuraient pour la première fois au programme, on a moins aimé l’attitude des responsables du bowling d’Yverdon ou de Juraparc, qui ont oublié nos petits visiteurs lorsqu’ils n’ont pas augmenté leurs tarifs en la circonstance. La dernière journée n’était pas consacrée aux sports, comme d’habitude, mais avait laissé la place à un spectacle d’animateurs musicaux et de ventriloques qui a subjugué l’assistance.

A l’initiative du Kiwani’s Club d’Orbe, ce vendredi s’est terminé par un repas de gala, avec poulet et frites. Avant de conclure, le comité du passeport-vacances aimerait remercier tous les bénévoles et parents qui se sont mis à disposition pour accompagner les groupes ainsi que toutes les autres personnes, sans oublier la PCi, qui ont permis la réussite totale de cette semaine de détente pour nos enfants.

Photo Sylvie Troyon

arnex abbaye

Arnex: le roi André

arnex abbaye

Ce n’est pas un prénom courant pour un monarque. Pourtant, André Roch a bien mérité d’être le premier de la dynastie en cet été 2013. Avec ses 459 points sur 500, il a nettement devancé ses rivaux. Il ne faudrait pas ignorer non plus son dauphin, Loïc Lavenex, qui a réussi un coup fumant en plein centre de la cible (100). A Arnex, la cible Vignoble a son importance et c’est le néophyte Vincent Monnier qui s’est montré le meilleur.

A l’heure des récompenses, l’abbé-président Philippe Monnier a bien failli commettre un impair en oubliant de proclamer Florian Bovet, vainqueur du tir des enfants. A l’heure où la société connaît un regain d’intérêt avec l’adhésion de sept jeunes qui porte le total des membres à 126, il aurait été malheureux d’oublier la relève. Ce d’autant plus que malgré le déplacement de date de la fête, le public ne s’est pas rendu en masse à la proclamation des rois, pas plus que les tireurs qui n’ont été qu’une grosse soixantaine à se mesurer.

La reine Florence

En marge de l’Abbaye sans l’être véritablement, la jeunesse du village a mis sur pied un tir à l’arbalète depuis des années avec cette curiosité qu’un roi et une reine sont sacrés. Les honneurs sont allés à Florence Favaro et à Gilbert Monnier. Ensuite, les membres de l’Abbaye ont fait le tour du village au son de l’Alexis Band, une fanfare qui recrute des musiciens dans toute la région, lors d’un cortège emmené par les porte-drapeaux des sociétés locales et par les récipiendaires et leur demoiselle d’honneur qui avaient pour nom Elsa Michel, Line Monnier, Melissa Locatelli et Manon Rombo.

Avec quelques haltes chez les rois qui ont respecté la tradition de la verrée offerte à toute la population. Une bien belle fête qui figure dans les traditions sympathiques de nos villages même si un membre de l’Abbaye déplorait qu’aucune bouteille n’ait été ouverte avant et pendant le couronnement, un comble dans un fief de vignerons!
Photo Pierre Mercier